Fédération CGT des Cheminots


J'adhère

ArchivesOctobre 2015

PRÉSENTS, DÉTERMINÉS POUR LE PROGRÈS SOCIAL !

Mobilisations du 29 octobre 2015

| Fédération

La Fédération CGT des cheminots a organisé deux initiatives revendicatives le 29 octobre 2015. Le matin, un rassemblement des personnels CE/CCE et des cheminots concernant la gestion des activités sociales et culturelles. L’après-midi une manifestation nationale unitaire, retraités/actifs pour préserver et développer notre régime spécial de prévoyance et de retraites, et augmenter les salaires et pensions.

Dans un contexte socio-économique où le patronat, la direction de la SNCF aidée par l’UNSA et la CFDT, s’attèlent à démanteler nos acquis sociaux et nos droits, la CGT continue à porter d’autres orientations à l’appui de mobilisations et de propositions alternatives.

Des activités sociales et culturelles pour tous et partout

1500 personnels CE/CCE et cheminots se sont rassemblés devant le siège de la direction à St Denis pour exiger l’ouverture de négociations concernant la gestion des activités sociales et culturelles à caractère local et national. C’est à l’appui d’un projet d’accord élaboré par la CGT qu’une délégation CGT/SUD-Rail a porté l’ambition de négocier ce texte afin d’obtenir un accord majoritaire.

La direction a refusé d’ouvrir des négociations, préférant renvoyer ce sujet, très important pour les cheminots et les personnels CE/CCE, à une date ultérieure. Pour la CGT, il y a nécessité de garantir des activités sociales et culturelles de qualité en proximité, et pérenniser les emplois dans les CE et CCE.

Nos activités sociales solidaires et les emplois des personnels valent mieux qu’un chèque!

Préserver et développer notre régime spécial de prévoyance et de retraite

Gouvernement et ministère ne peuvent plus faire la sourde oreille face aux 15 000 cheminots retraités et actifs qui étaient dans les rues de Paris aujourd’hui.

Porteurs de 40 000 signatures de la pétition unitaire (CGT, SUD-Rail, FGRCF), ils exigent de véritables et rapides avancées sur le pouvoir d’achat des retraités et des actifs et sur le développement de notre régime spécial de prévoyance et de retraite.

C’est une véritable provocation de revaloriser les pensions de 0,1% au même titre que le blocage des salaires. Ces décisions démontrent le cynisme et le mépris de nos dirigeants politiques et d’entreprise.

Dans le même temps, un ministère des affaires sociales qui refuse de nous recevoir est un acte grave et antidémocratique, à l’heure où l’on parle tant du dialogue social. Miser sur la résignation des cheminots est une démarche vouée à l’échec.

D’autres rendez-vous auront lieu très prochainement. L’enjeu est de taille : préserver et améliorer nos droits. Les prochaines élections professionnelles sont un de ceux-là :

« Une mauvaise loi nous a séparés, la voix des cheminot-e-s pour nous rassembler ! ».

Le 19 novembre 2015 JE VOTE CGT !

 

Dossiers associés

Téléchargements

ACCIDENT DE PUISSEGUIN : UN TERRIBLE DRAME

QUI APPELLE D’AUTRES RÉPONSES EN MATIÈRE DE TRANSPORT !

| Espace presse

Ce matin, un terrible accident s’est produit avec l’entrée en collision d’un autocar et d’un poids-lourd sur la commune de Puisseguin (Gironde).
Nos pensées vont aux victimes, voyageurs et salariés ainsi qu’à leur famille.

A l’heure où ces lignes sont écrites, on ne peut présager de l’enquête en cours et de ses conclusions.

Mais, depuis des mois, les fédérations constitutives de l’UIT (Transports, Cheminots, Equipement, Marins et Officiers de Marine Marchande) alertent les pouvoirs publics -à tous les niveaux- sur les évolutions dans les transports qui sont les laboratoires d’un dumping social féroce, précurseur de la politique «low cost » qui lamine les emplois, les précarise, démantèle les organisations de travail, développe et amplifie la sous-traitance fragilisant toute la chaîne sécurité. Cette politique « low cost » qui se développe de par la précarisation des salariés actifs et retraités, conduit aussi au tourisme « low cost ».

D’ailleurs, la Loi Macron contribue de cette démarche en s’attaquant au socle social du travail, en libéralisant l’autocar en concurrence directe avec le rail –à l’image de ce qui se passe pour le transport de marchandises.

Cette politique du «bas coût» (low cost) … c’est «bas coût» sur les conditions sociales des salariés des transports, sur leurs conditions de travail, sur l’emploi, sur la formation professionnelle et au final sur la sécurité des personnels et des usagers !

La CGT va poursuivre son travail de sensibilisation pour gagner une véritable complémentarité entre les modes de transports dans un concept de multimodalité, un renforcement de la maîtrise publique et du service public répondant à l’intérêt général !

CONTACTER LE SERVICE PRESSE

Dossiers associés

Téléchargements

SNCF : UN NOUVEAU DRAME ÉVITÉ DE PEU !

COMMUNIQUÉ DE PRESSE : SÉCURITÉ FERROVIAIRE

| Espace presse

Hier, mardi 20 octobre 2015, le train TER n°848973 reliant Abancourt (Oise) à Rouen, a percuté deux bestiaux 10 minutes après son départ, vers 8h00.
À la vue des animaux sur la voie, le conducteur du train a immédiatement réalisé l’ensemble des gestes d’urgence nécessaires et notamment commandé un freinage d’urgence mais le choc n’a néanmoins pas pu être évité.

La collision a provoqué une rupture d’alimentation de l’ensemble des systèmes du train et une cessation de l’effort de freinage pour l’heure encore inexpliquée.

La circulation a alors dérivé, sans qu’il soit possible de l’arrêter, sur une distance de 19 kilomètres au bout desquels le profil de la ligne lui a permis de ralentir fortement.

Durant ce temps, l’agent d’accompagnement du train a pris en charge les voyageurs présents à bord pour les diriger vers la queue du train.

Le conducteur, à l’issue des 19 kilomètres sans capacité de freinage, a profité d’une portion de voie en montée, favorable au ralentissement du convoi, pour se ruer hors du train et l’immobiliser à l’aide de cales.

La Fédération CGT des Cheminots salue tout d’abord le sang-froid exceptionnel, le professionnalisme hors du commun et le plus haut sens des responsabilités dont ont fait preuve le conducteur et l’agent d’accompagnement du train.

Cet accident, dont les conséquences gravissimes ont heureusement pu être évitées, atteste, s’il le fallait, de l’impérieuse nécessité de maintenir à bord de chaque train, un agent d’accompagnement, composante essentielle du système de sécurité ferroviaire.

Après les problèmes de déshuntages des automoteurs X 73500, cet accident interroge une nouvelle fois sur la conception des nouveaux matériels roulants. Il n’est pas concevable, pour la Fédération CGT des Cheminots, que des matériels ferroviaires puissent être conçus de telle manière qu’une avarie, quelle qu’elle soit, ne provoque pas l’arrêt immédiat du train.

Cet accident interroge en outre sur les processus de certification des matériels roulants par l’EPSF qui semble aujourd’hui se limiter à la vérification d’un cahier des charges et donc davantage reposer sur une répartition des responsabilités en cas d’accident que sur un réel souci de prévention des risques ferroviaires.

La Fédération CGT des Cheminots rappelle que les usagers et les populations ont droit à un Service Public de transport ferroviaire de voyageurs et de marchandises sûr, fiable et de qualité. Ce nouvel accident, dont les causes devront rapidement être identifiées et traitées, appelle le retour de tous les acteurs du système ferroviaire, à une culture de la sécurité plutôt que de rentabilité.

La Fédération CGT des Cheminots ne tolérera pas que la sécurité des usagers et des cheminots soit compromise par des choix politiques hasardeux, basés sur le dogme de la réduction des coûts.

CONTACTER LE SERVICE PRESSE

Dossiers associés

Téléchargements

POUR NOS ACTIVITÉS SOCIALES, POUR L’EMPLOI TOUS ENSEMBLE LE 29 OCTOBRE !

CHEMINOTS / PERSONNELS CE/CCE

| La réforme du système ferroviaire

La réforme du système ferroviaire a engendré un éclatement de l’entreprise SNCF en même temps qu’elle contraint à la réduction des CE, de leurs activités tant économiques que sociales et peut provoquer de véritables plans sociaux chez les personnels CE/CCE.
Les associations de cheminots (USCF, UAICF, Famille du cheminot, Jardin du cheminot…) pourraient être également en grande difficulté.
Il en va de même pour tous les enfants de cheminots qui briguent des emplois saisonniers (vacances famille, ALSH, colonies de vacances…) et qui risquent d’être privés de cette opportunité.

À partir du rassemblement du 27 mai 2015, la Fédération CGT des Cheminots a revendiqué le maintien des CER afin de :

  • Conserver et améliorer les activités sociales de proximité et nationales,
  • Pérenniser les emplois des personnels CE / CCE.

La réforme bâclée du gouvernement, guidée par la direction SNCF et portée par l’UNSA et la CFDT, en a décidé autrement.

Par la suite, dans un stratagème orchestré par la Direction au service des organisations syndicales dites « réformistes » d’accompagnement, nous nous sommes retrouvés avec un découpage de CE inégaux entre chaque EPIC (3 CE d’activité+ 1 IdF+1 CE siège à Réseau, 22 CE+ 1CE Fret+1CE Gares&Connexions+1CE siège à Mobilité, 1 CE à l’EPIC de tête). Un tel découpage impacte financièrement les CE Mobilités qui ont en gestion les installations sur leur périmètre et les salariés pour les faire vivre.

Consciente de ces conséquences, la CGT a travaillé un projet de gestion des AS qui permet la mutualisation des moyens des différents CE en territoires et le maintien des structures, ce qui sauvegarde les AS et le personnel en place. Nous l’avons proposé à SUD-Rail qui, comme nous, entend conclure un accord avant les élections du 19 novembre 2015.

Nous avons convié l’UNSA et la CFDT en interfédérale afin de leur présenter notre projet. Ceux-ci ont purement et simplement décliné l’invitation ! Ils préfèrent attendre les élections pour discuter des AS au risque de laisser un décret décider pour les cheminots.

Cette attitude révèle, une fois encore, le jusqu’au-boutisme de l’accompagnement patronal de ces organisations qui n’ont que faire de l’avenir des activités sociales et des personnels, préférant gérer des guichets de distribution de chèques en tout genre plutôt que de proposer des activités de loisirs et culturelles collectives, solidaires, ce pour quoi les CE ont été créés au sortir de la guerre.

En entravant une démarche qui se doit d’être la plus unitaire possible pour qui se soucie des cheminots et des emplois de nos CE, ces organisations créent les conditions d’un échec d’un projet pouvant s’opposer à l’éclatement des CE. Ils porteraient en cela la responsabilité d’un plan social des personnels, si les CE ne retrouvent pas le niveau actuel de dotations au 1er janvier 2016.

La cerise sur le gâteau !

Les élus UNSA et CFDT se plaignent que les personnels CE/CCE dépassent leurs prérogatives.
Ces élus pensent, comme la Direction SNCF pour les cheminots, que les salariés des CE et du CCE sont des citoyens de seconde zone et n’ont pas le droit d’exprimer leur angoisse, leur mal-être vis-à-vis de leur avenir, mais aussi la promotion de leur travail car ils en sont fiers !

Pour autant, rien n’est perdu, nous pouvons encore forcer le verrou pour garder nos AS, le personnel dont on a besoin, des conditions sociales et de travail qui allient, au travers de la RTT et l’augmentation des salaires, bien être professionnel et personnel.

Pour appuyer la démarche engagée, nous demandons aux cheminots actifs et retraités, aux personnels CE / CCE de se rassembler le jeudi 29 octobre 2015 devant le siège de la direction SNCF à Saint-Denis à partir de 10h30 afin de porter nos revendications.

Le 29 octobre 2015, tous à Paris, rendez-vous :

  • 10h30 à Saint-Denis pour le rassemblement cheminots / personnels CE/CCE,
  • 12h30 à Montparnasse : manifestation retraités / actifs pour la défense de notre système de protection sociale et exiger une augmentation des salaires et pensions.

Tous ensemble, on peut et on doit les faire reculer !
Une réforme nous a séparés,
les voix CGT pour nous rassembler !
Le 19 novembre 2015 je vote, je fais voter CGT !

Dossiers associés

Téléchargements

Le 29 octobre 2015, manifestation nationale unitaire à Paris

Protection sociale

| Les conditions sociales

Le coup de force du Gouvernement dégrade un peu plus encore les branches « retraites et maladie » de nos régimes de protection sociale. Cheminots actifs et retraités, du cadre permanent et contractuels, nous sommes tous concernés, nous devons nous mobiliser afin de faire blocage à l’impasse politique.

Lors de la manifestation nationale en direction du Ministère des Affaires Sociales, la CGT portera aux décideurs politiques les exigences pour l’ensemble des cheminots, quel que soit leur statut :

Pour la revalorisation des pensions :

Le Gouvernement acte un nouveau gel des pensions (revalorisation de 1 pour mille) depuis avril 2013 jusqu’à octobre 2016. Par le biais d’une sous indexation sur les prix, il prétend que le pouvoir d’achat est automatiquement maintenu. C’est faux ! L’indice ne prend pas en compte la fiscalité, ni les éléments qui pèsent sur les retraités. Nous exigeons une augmentation générale des salaires pour les actifs.

Pour la prise en compte des trimestres d’apprentissage :

En 1978, l’assiette de cotisation des trimestres d’apprentissage a été artificiellement diminuée par le Gouvernement Barre. Il en résulte des validations de trimestres aléatoires variant de 1 à 6 pour les 2 années travaillées. Le calcul des pensions est extrêmement pénalisé. C’est injuste ! .

Pour les retraites complémentaires ARRCO et AGIRC :

Suite à l’accord de principe entre le MEDEF et les Organisations Syndicales sous pression du Gouvernement, l’ouverture des droits à une retraite complémentaire du régime général est désormais à 63 ans. Ce nouveau recul entraine une baisse de 8,5% des pensions complémentaires pour les cheminots contractuels et le personnel CE/CCE. C’est inacceptable !

Pour la couverture maladie :

Tous les ayants droit de plus de 16 ans ne seront plus rattachés au régime du salarié de la famille. Le projet de loi sur le financement de la Sécurité Sociale fragilise les plus faibles pour exonérer le patronat. Les enfants et conjoints de cheminots sont encore plus frappés par ce projet, les droits spécifiques du régime spécial également. C’est dangereux !

Dans cette période où le Gouvernement est à la botte du patronat, nous devons réagir. L’argent existe, le travail est créateur de richesses accaparées par les grands actionnaires. Manifestons unitairement le 29 octobre à Paris. Une délégation a demandé à être reçue au Ministère afin de lui déposer les dizaines de milliers de signatures portant exigence d’ouverture de négociations sur l’ensemble de ces sujets.

RENDEZ-VOUS LE 29 OCTOBRE 2015, À 12H30 À MONTPARNASSE

Dossiers associés

Téléchargements

Motion de solidarité du Conseil national de la Fédération CGT des Cheminots envers les salariés d’Air France

| Fédération

Les membres du Conseil National de la Fédération CGT des cheminots, réunis les 19 et 20 octobre 2015, expriment leur pleine solidarité envers les salariés d’Air France, comme envers les nombreux salariés et militants menacés de poursuites disciplinaires et victimes de discrimination pour faits syndicaux, comme c’est également le cas à la SNCF et dans les entreprises ferroviaires.

Par cette motion, nous exigeons :

  • La levée des poursuites judiciaires engagées à l’encontre des salariés d’Air France incriminés et le vote d’une loi d’amnistie,
  • Le retour à un véritable dialogue social issu des négociations, tant du côté gouvernemental que dans les entreprises,
  • Que l’Etat joue pleinement son rôle et garantisse, par des financements adaptés, la pérennité et le développement des Services Publics,
  • L’arrêt immédiat de la politique d’austérité par des créations d’emplois dans les Services Publics et une revalorisation des salaires.

La Fédération CGT des cheminots ne comprendrait pas que Gouvernement et Patronat ne s’engagent pas pour le retour d’un dialogue social sincère et serein dans notre Pays.

Faute d’être entendue sur ces légitimes revendications, la Fédération CGT des Cheminots engagera toutes ses forces aux côtés de toutes celles et tous ceux qui luttent pour l’emploi, les salaires, la Réduction du Temps de Travail et contre toutes les formes de discrimination.

Les militants CGT de notre Fédération seront le 22 octobre 2015 devant l’Assemblée Nationale et dans les autres mobilisations en territoire pour que justice soit rendue aux salariés d’Air France victimes de poursuites judiciaires iniques.

Fait à Montreuil, le 20 octobre 2015

Téléchargements

LES CHEMINOTS DÉTERMINÉS À CHANGER DE CAP !

Mobilisation du 8 octobre

| La réforme du système ferroviaire

Le 8 octobre 2015, plus d’1 cheminot sur 5 s’est fermement mobilisé par la grève, dans un cadre unitaire, intergénérationnel et interprofessionnel, pour exiger une réorientation des choix politiques et économiques favorisant une autre répartition des richesses.

Cette journée d’action a permis aux cheminot-e-s actifs et retraités d’exprimer, par la grève et leur participation aux manifestations, leur mécontentement face aux violentes réorganisations, restructurations et remises en cause de leurs conquêtes sociales acquises par les luttes.

De nombreux débrayages et rassemblements ont été organisés pour interpeller les directions dans les établissements SNCF, en amont des 160 manifestations interprofessionnelles recensées sur l’ensemble du territoire, afin de porter au plus près les revendications en matière d’emploi, de salaire et de conditions de travail.

Les cheminots restent lucides quant aux effets réels de la réforme du système ferroviaire sur leurs conditions de vie et de travail ainsi que sur la dégradation du Service Public rendu à la Nation.

En effet, la stratégie de l’entreprise, confirmée lors du récent séminaire des managers à Bordeaux, vise à accélérer les suppressions d’emplois, modifier le périmètre des métiers, les organisations du travail et la réglementation dans le seul but de faire du business, au détriment du Service Public SNCF et des conditions de vie et de travail.

La CGT continue de revendiquer une autre réforme qui réponde aux besoins  de l ’aménagement du territoire et réunifie la famille cheminote dans un système ferroviaire intégré.

Le développement et l’amélioration des droits de notre régime spécial de prévoyance et de retraite nécessitent de stopper la précarisation de l’emploi et le recours à la sous-traitance. Il est donc indispensable de couvrir l’ensemble des postes du Cadre d’Organisation par des recrutements au statut et d’augmenter les salaires, plutôt que de favoriser des rémunérations aléatoires et variables adossées aux résultats financiers.

À l’appui de cette journée, la Fédération CGT des cheminots créera toutes les conditions pour amplifier la mobilisation. D’ores et déjà, elle appelle l’ensemble des cheminots actifs et retraités à participer massivement à la MANIFESTATION NATIONALE UNITAIRE DU 29 OCTOBRE 2015 À PARIS.

POUR LE MAINTIEN ET L’AMELIORATION DE NOS DROITS SOCIAUX, ENSEMBLE, SOLIDAIRES ET DÉTERMINÉS !

Dossiers associés

Téléchargements

QUE LES RESPONSABLES AGISSENT !

Cheminots d’Eurotunnel

| Espace presse

La situation des réfugiés préoccupe tous les jours les cheminots qui se trouvent confrontés à la profonde détresse qui guide ces candidats à l’exode.
Les cheminots sont aussi particulièrement victimes de cette situation.

Chaque jour ou presque, des hommes, des femmes, des enfants meurent percutés par des circulations ferroviaires.
Le drame humain qui s’abat, tous les jours, devant nos yeux doit nous interroger à propos des véritables responsables.

L’ensemble des politiques menées qui consistent à piller des richesses naturelles de nombreux pays et l’exploitation humaine par des multinationales, soutenues par trop de gouvernements, conduisent inexorablement les populations, confrontées à la guerre, la détresse et la misère les plus profondes, à une légitime aspiration à vivre le plus dignement possible.

Cette volonté de vie guide des hommes, des femmes et des enfants, à tout abandonner dans les mains de réseaux de passeurs peu inquiétés, jusqu’à se projeter parfois au-devant de leur propre perte.

Cette situation met en exergue d’une part, l’incapacité totale des pouvoirs publics à protéger les personnes présentes sur le territoire national et d’autre part, l’irresponsabilité de certains employeurs qui maintiennent leurs salariés dans une situation de travail où se mêlent horreur et graves dangers, aux seules fins de préserver des intérêts économiques.
Ces employeurs ont pourtant l’obligation d’assurer la sécurité et de préserver la santé mentale et physique de leurs salariés en toute circonstance. Ils sont responsables, avec ceux qui tirent profit de la misère humaine, des drames qui se jouent quotidiennement.

Les cheminots sont meurtris individuellement du fait de leurs employeurs qui méprisent leurs droits collectifs les plus fondamentaux.

La Fédération CGT des Cheminots ne saurait admettre que le respect de la santé et de la vie humaine soit occulté par des intérêts financiers au coeur même du pays des Droits de l’Homme.

La Fédération CGT des cheminots somme solennellement les pouvoirs publics et les entreprises de prendre toutes les mesures propres à garantir la sécurité de leurs salariés, des cheminots et des réfugiés. Il en va de la responsabilité morale et légale de ceux dont l’immobilisme est le terreau des idéologies les plus délétères.

CONTACTER LE SERVICE PRESSE

Téléchargements

La vraie info - Le JT des cheminots

Dans les médias

26 mars 2017

La pétition en ligne continue pour la ligne Paris – Granville

Le syndicat CGT a lancé un appel « pour une politique de transport au service des usagers » et veut peser dans le débat. La pétition en ligne a réuni plus de 650 signatures.[…]

Lire la suite

Voir les autres articles

L'édito

Liste des actualités

Lexique

Contacts

J'adhère

Bandeaux publicitaires

  • Les pétitions, ça ce signe ici.