Fédération CGT des Cheminots


J'adhère

« BATAILLE DE COM » OU INFORMATIONS SÉRIEUSES, GOUVERNEMENT ET COMEX ONT FAIT LEUR CHOIX… ET VOUS ?

Réforme ferroviaire

| Action à partir des 3 et 4 avril 2018

Capture d’écran 2018-05-14 à 17.54.54Une des singularités de cette période est que rarement les cadres de notre entreprise n’ont été aussi présents dans un conflit. Cela laisse apparaître des désaccords majeurs ou a minima des doutes sur la pertinence d’une réforme posée comme une nécessité absolue par le gouvernement et nos dirigeants. Si celle-ci venait à se mettre en place, ce serait un bouleversement comme nous n’en avons jamais connu.

Ce n’est pas par hasard si le gouvernement et nos premiers dirigeants ont décidé d’intensifier leur guerre de « com » et leurs pratiques…douteuses !

Dans ce contexte, nous pouvons nous interroger sur les informations qui nous viennent du gouvernement ou de l’entreprise et du rôle que l’un et l’autre veulent nous faire jouer.

À QUI FAIRE CONFIANCE ?
COMMENT NOUS POSITIONNER ?
SOMMES-NOUS BIEN INFORMÉS ?

L’UFCM-CGT et son Groupe National Cadres soumettent quelques éléments à votre réflexion.

La dette au coeur du problème

Quelques points à garder en mémoire :

  •  le premier rapport « Spinetta » indiquait que la dette était « d’Etat » pour au moins 35 Milliards d’euros (soit les 2/3 de la dette totale de la SNCF). Ce point a été supprimé dans le rapport définitif
  •  Dès 2008, la Cour des Comptes préconisait à l’Etat de reprendre plus de la moitié de la dette de RFF ;
  •  Les gouvernements successifs (et l’actuel y prend sa part) n’ont cessé de prendre des décisions qui ont augmenté progressivement la dette de la SNCF.

Par exemple, l’Etat a imposé :

  •  L’achat de rames TGV pour préserver le site Alstom de Belfort pour 480 millions d’euros ;
  •  Le financement partiel du projet « Charles De Gaulle Express » par SNCF Réseau pour 250 millions d’euros en pure perte ;
  •  La prise en charge par SNCF Réseau de 400 millions d’euros non versés par les collectivités locales sur la LGV SEA (Tours/ Bordeaux) ;
  • Récemment, la commande de 100 rames TGV comme « cadeau » pour le mariage Alstom/Siemens pour 2,5 milliards d’euros.

[…]

Téléchargements

CRÉATION D’UN COMITÉ DE VIGILANCE FERROVIAIRE

Réforme ferroviaire

| Espace presse

Pour convaincre l’opinion publique qui soutenait largement les cheminots, la majorité présidentielle a multiplié les déclarations mensongères sur les vertus des mesures imposées par le « pacte ferroviaire » : baisse des prix et amélioration de la qualité de service grâce à la concurrence, plus de trains en circulation, « lignes de proximité » qui ne seraient plus menacées, question du financement du système qui serait réglée.

C’est maintenant l’heure de vérité.

Le Gouvernement a multiplié les promesses auprès de la population. Aujourd’hui, il compte sur la retombée de l’attention médiatique pour mettre en oeuvre des mesures inverses comme la hausse des prix, un abandon massif des lignes secondaires, et un recul généralisé du service public.

Le Gouvernement et la direction de la SNCF veulent mettre un couvercle sur le conflit du printemps contre le pacte ferroviaire et avancer sur leur stratégie de casse de l’outil public SNCF.

Pour la Fédération CGT des cheminots, il semble indispensable que chaque annonce qui va dans le mauvais sens soit dénoncée et que l’on mette l’Etat et la SNCF face à leurs promesses et leurs contradictions pour alerter, informer et mobiliser les cheminots, les usagers et plus globalement la population.

Oui, nous pensons que cette loi ne doit pas s’appliquer et que d’autres choix sont possibles, comme le prouve notre projet Ensemble pour le fer, remis au Premier ministre en 13 mars dernier.

C’est pourquoi nous avons sollicité l’ensemble des forces politiques de gauche, les associations d’usagers et de consommateurs, au niveau national, afin de créer un comité de vigilance citoyenne pour le service public ferroviaire.

Le 03 octobre dernier, une première réunion de travail s’est tenue au siège de la Fédération CGT des cheminots, à Montreuil.

Les forces politiques : PCF, Gauche Démocratique et Sociale, EELV, Ensemble !, Génération-s, France Insoumise, NPA, PCOF, PS, République et Socialisme ainsi que de nombreuses associations d’usagers et de consommateurs, des économistes ont d’ores et déjà décidé de créer un :

« Comité de Vigilance Citoyenne
pour le service public ferroviaire ».

Nous ne pouvons pas laisser le Gouvernement et la Direction SNCF oeuvrer dans l’ombre, en imposant des mesures irréversibles et qui fragiliseront durablement le mode ferroviaire.

OUI, définitivement, la bataille pour le rail public se poursuit !

CONTACT SERVICE PRESSE COMMUNICATION
Cédric ROBERT
Tél : 01 55 82 84 32
CONTACTER LE SERVICE PRESSE

Téléchargements

ACCIDENTS MORTELS : IL FAUT QUE CELA CESSE !

Accident ferroviaire

| Espace presse

Après l’accident mortel survenu le 10 octobre entre Capvern et Tarbes ayant entraîné la mort de 2 cheminots, notre corporation, la famille cheminote, est une nouvelle fois touchée suite au décès d’un collègue du service électrique de Paris Saint-Lazare heurté par un train hier vers 22H30.

Nos premières pensées vont à la famille et aux proches de la victime. Sans présager des circonstances exactes de l’accident et des conclusions de l’enquête, la Fédération CGT des Cheminots rappelle, et le rappellera autant de fois que nécessaire, que le milieu ferroviaire est dangereux.

Conscient qu’en termes de ferroviaire le risque zéro n’existe pas, les règles strictes de sécurité, la formation et les bonnes conditions de travail doivent tendre à l’approcher.

Aujourd’hui, la politique menée par le Gouvernement et M. Pepy ne vont pas dans ce sens, et la politique du risque calculé démontre ses dramatiques limites.

La Fédération CGT des cheminots mettra tout en oeuvre afin que la lumière soit faite sur les circonstances de ces deux accidents survenus le 1O octobre 2018.

CONTACT SERVICE PRESSE COMMUNICATION
Cédric ROBERT
Tél : 01 55 82 84 32
CONTACTER LE SERVICE PRESSE

Téléchargements

NOUVEL ACCIDENT GRAVE SUR UN CHANTIER SNCF

Accident ferroviaire

| Espace presse

Dans la nuit du 09 au 10 octobre 2018, un accident grave est survenu entre Capvern et Tarbes sur un chantier de la SNCF effectué par des salariés d’une entreprise sous-traitante.

Bilan provisoire à l’heure où s’écrivent ces lignes : 2 morts, un blessé grave, un blessé léger.

La Fédération CGT des Cheminots exprime sa stupeur et sa tristesse suite à ce nouveau drame qui endeuille la famille cheminote. Nos premières pensées vont aux familles et aux proches des victimes.

Sans présager des circonstances exactes de l’accident et des conclusions de l’enquête, la Fédération CGT des cheminots rappelle que le milieu ferroviaire est dangereux. C’est pourquoi l’application de règles strictes, une formation professionnelle initiale et continue de haut niveau, une stabilité et une continuité dans les collectifs de travail et de bonnes conditions de travail sont indispensables pour assurer la sécurité des personnels et des usagers.

À l’heure où le « pacte ferroviaire » imposé par le Gouvernement continue de s’écrire ;

À l’heure où le président Pépy continue de dire tout le mal qu’il pense du service public ferroviaire et des cheminots, s’acharne à détruire l’emploi par des suppressions massives (en cours et à venir) ;

À l’heure où le président Jeantet annonce l’accroissement de la sous-traitance concernant la maintenance des infrastructures, ce qui entraîne l’abaissement des règles de sécurité ;

La Fédération CGT des Cheminots redit que les choix opérés ne sont pas les bons. Nous souhaitons réaffirmer ici toute notre émotion et assurons de notre soutien les familles, les collègues, les proches des cheminots touchés par cet accident grave.

La Fédération CGT des Cheminots mettra tout en œuvre afin que la lumière soit faite sur les circonstances de celui-ci.

CONTACT SERVICE PRESSE COMMUNICATION
Cédric ROBERT
Tél : 01 55 82 84 32
CONTACTER LE SERVICE PRESSE

Téléchargements

LES FÉDÉRATIONS DE CHEMINOTS REÇUES AU MINISTÈRE

Rencontre ministèrielle

| Espace presse

L’écriture de la réforme du ferroviaire se poursuit. C’est dans ce cadre que le ministère recevra les fédérations syndicales le 05 octobre.

La Fédération CGT des Cheminots y portera des propositions permettant de maintenir et de développer le service public ferroviaire, de garantir la pérennité du réseau, des ateliers du Matériel, de l’emploi cheminot au statut, entre autres. Elle exigera par ailleurs des mesures concrètes sur la relance du Fret SNCF.

A l’heure où le président Pépy, véritable démolisseur du service public ferroviaire, joue la politique du champ de ruines et se répand dans les médias, la Fédération CGT des Cheminots continue de dénoncer les premiers effets concrets de la réforme concernant notamment les fermetures massives de gares, de guichets, les suppressions massives d’emplois en cours et à venir, les restructurations internes.

La Fédération CGT attend du Gouvernement qu’il apporte des réponses claires quant à sa volonté réelle de maintenir le service public ferroviaire sur l’ensemble des territoires.

En outre, la Fédération CGT attend du Gouvernement qu’il dise enfin toute la vérité aux cheminots, aux usagers, aux citoyens (impactés au quotidien) quant aux véritables conséquences de sa réforme dans les mois et les années à venir.

Quoiqu’il en soit, La Fédération CGT des Cheminots continuera de porter sa vision du service public et appelle celles et ceux qui ne se résignent pas à poursuivre le combat à ses côtés !

CONTACT SERVICE PRESSE COMMUNICATION
Cédric ROBERT
Tél : 01 55 82 84 32
CONTACTER LE SERVICE PRESSE

Téléchargements

PRIME ENFIN RETROUVÉE GRÂCE À LA CGT !

Prime de convergence

| Fédération

Cela semble une évidence, mais mérite néanmoins d’être rappelé, la CGT a toujours été contre ce système de reversement de primes, préférant de réelles négociations salariales.

Cependant, le constat est simple, le gel des salaires à la SNCF fait que la valeur du point n’a pas augmenté depuis 2014 entraînant une baisse de notre pouvoir d’achat.

EN AVRIL, NOUS AVIONS LANCÉ UN AVIS DE RECHERCHE : MAIS OÙ EST DONC PASSÉE NOTRE PRIME ?

Le 28 mars dernier, la Direction de la SNCF annonce sa décision de retrancher la prime à l’intéressement de l’assiette du calcul de la dotation aux activités sociales.

Ce retrait se traduit, dès cette année, par un manque à gagner de plus d’1 million d’euros pour le CCGPF et plus de 2,5 millions en y ajoutant les CE !

Nous avons interpelé à plusieurs reprises le Président de la Commission Paritaire. De nombreuses actions ont eu lieu en région, dans les différents CE, avec envahissements de plénière, interpellations, déclarations de nos camarades CGT sur tout le territoire.

Tout au long du conflit des cheminots, durant les mois d’avril/mai/juin, les personnels CE ont été présents sur les actions et initiatives, portant haut et fort cette revendication.

LA CGT N’A EU DE CESSE D’INTERPELLER LA DIRECTION SNCF.

Elle vient d’annoncer dans un courrier adressé à tous les Présidents de CE qu’elle accepte pour cette année d’inclure l’intéressement dans l’assiette de calcul des dotations, permettant ainsi de donner le financement nécessaire au versement de cette prime à l’ensemble des personnels CE/CCGPF !

Pour les prochaines semaines, restons mobilisés et unis pour :

  •  Le devenir des CE et du CCGPF ;
  •  La mise en place des CSE ;
  •  La révision de la grille des salaires en lien avec la révision des emplois repères ;
  •  La mise à jour de la Convention Collective Nationale (CCN) ;
  •  La mutuelle et sa clause de revoyure ;
  •  La Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences (GPEC).

Le collectif personnels CE/CCGPF invite l’ensemble des personnels à continuer de s’engager dans la lutte aux côtés des cheminots, et plus largement des salariés, des retraités, des jeunes, des précaires… ! Pour dénoncer la politique menée par le Président Macron et son gouvernement.

Avec la CGT, les salariés, les jeunes, les retraités et les privés d’emploi réclament une meilleure répartition des richesses, une société plus juste et plus solidaire et pour :

  •  La fin du gel de l’indice des fonctionnaires ;
  •  La réduction du temps de travail à 32 heures ;
  •  Des Services Publics par tout pour tous ;
  •  Le remboursement intégral des dépenses de santé par la Sécurité Sociale.
  •  L’augmentation des salaires et des pensions avec le SMIC à 1 800 € ;
  •  La retraite à 60 ans et avant 60 ans pour les métiers pénibles.

TOUS DANS L’ACTION LE 9 OCTOBRE !

Téléchargements

LE 9 OCTOBRE 2018 ON STOPPE LA GRANDE LESSIVE !

Action interprofessionnelle

| Fédération

Dans le cadre de la journée de mobilisation interprofessionnelle du 09 octobre 2018, la Fédération CGT des cheminots appelle à agir massivement par la grève et à participer aux manifestations en territoire.

Le gouvernement continue de mener ses réformes antisociales au pas de charge, malgré une chute dans les sondages et un mécontentement qui se généralise chez les salariés et les citoyens.

Le budget 2019 lève le voile sur les intentions de l’Exécutif de poursuivre la casse sociale, ainsi que le démantèlement des services publics.

Fidèle parmi les fidèles d’un « nouveau monde » empreint de dumping social, de précarité, de casse de l’emploi, de fermetures en tout genre (guichets, gares, sites et lignes ferroviaires…), la Direction de la SNCF tente de fermer le chapitre du conflit dur contre le pacte ferroviaire pour laisser à penser que les cheminots, les usagers, sont passés à autre chose.

LA BATAILLE SE POURSUIT

Le pacte ferroviaire devrait être mis en place au 1er janvier 2020. Nous bénéficions d’un an et demi pour mettre en exergue les mensonges du Gouvernement et de la Direction SNCF proférés devant les cheminots, les usagers de la SNCF et la population concernant les bienfaits d’une telle réforme.

Déjà les annonces de fermetures de lignes, de gares, de guichets, s’empilent. Les journaux locaux s’en font régulièrement l’écho.

Les exemples ne manquent pas, toutes les Régions sont touchées.

Face à ce plan social assumé par le Président du directoire dans une interview accordée le 21 septembre 2018, les cheminots luttent pour préserver leurs emplois sur les sites et exercer dans de bonnes conditions leurs métiers pour assurer un service public ferroviaire de qualité.

Que ce soit pour le développement du Fret ou du Voyageur, avec la CGT, des actions locales s’organisent à l’appui de cahiers revendicatifs locaux.

Contrairement à ce que certains dirigeants voudraient, même en activant leur arsenal répressif contre les militants syndicaux, les cheminots ont décidé de ne pas baisser la tête et de se battre.

LA RÉFORME AU QUOTIDIEN

  •  Accélération de la transformation de certains métiers (Escale / Vente par exemple) alors même que les négociations sur le contour des métiers sont en cours dans le cadre de la construction d’une CCN de branche !
  •  Déshumanisation des gares et des trains (suppressions en masse de guichets en PACA ou en Ile de France par exemple) ;
  •  Hausse de la productivité, qui se traduirait par un rythme de 2 000 suppressions d’emplois par an à partir de 2019 ;
  •  Accélération des fermetures des sites (l’atelier du Matériel à Cerbère, triages Fret, guichets à Avignon, Austerlitz,…) ;
  •  Fermetures de lignes appuyées par la SNCF, tout en prenant soin de renvoyer la responsabilité aux Régions ;
  •  Dégradation des conditions de travail et de vie des cheminots ;
  •  Pression et répression de plus en plus importantes exercées sur les agents et les militants syndicaux.

Au-delà des attaques qui appellent à une riposte d’ampleur pour préserver nos emplois, développer l’outil public au service de la Nation qu’est la SNCF, nous ne pouvons rester sans réagir quand on subit une 4ème année de gel des salaires, alors que la SNCF réalise des bénéfices (1 300 000 000 euros en 2017).

La Fédération CGT, ses syndicats de site, appellent les cheminots à agir massivement par la grève le 09 octobre prochain.

La CGT, à l’appui de son projet global « Ensemble pour le fer » et des propositions de développement qu’elle porte localement, ouvre des perspectives pour que nous puissions toutes et tous travailler ensemble, dans de bonnes conditions.

Téléchargements

LE PERSONNEL CE ET CCGPF NE VEUT PAS AVOIR À TRAVERSER LA RUE !

Action interprofessionnelle

| Personnel CE/CCGPF

A la SNCF, au 1er janvier 2019, DP, CHSCT et Comités d’Entreprise disparaissent pour laisser place aux CSE : Les Comités Sociaux et Économiques.

Et le personnel CE et CCGPF dans tout ça ?

La mise en place des futurs CSE crée de sérieuses inquiétudes pour les élus et pour l’ensemble du personnel dans les CE (qui sera transféré pour partie aux CSE TER) et au CCGPF.

Cette situation anxiogène pour tout le monde est de la responsabilité de l’entreprise et de ses orientations politiques, sociales et financières.

De nombreuses questions se posent pour lesquelles la Direction SNCF doit se positionner et donner des réponses :

  •  Quels moyens pour les Activités Sociales et Culturelles de proximité et le budget fonctionnement ?
  •  Quel avenir pour la restauration, entre autres pour les restaurants situés dans le giron des nouveaux CSE ?
  •  Quel avenir pour la culture en entreprise : les bibliothèques, les antennes des CE, la BCPC, le service du livre ?
  •  Quel avenir pour le patrimoine des CE et du CCGPF et qui y aura accès ?
  •  Quelles propositions pour les agents travaillant en région mais dépendant d’un nouveau CSE sans personnel, sans patrimoine ?
  •  Où sera l’égalité de traitement ?
  •  Et si demain, les TER en Région passent au privé, que devient le CSE TER et son personnel ?
  • ▪ Actuellement, seuls les CE Mobilités et le CCGPF acceptent les retraités dans leurs activités et restaurants, mais demain ? Les CSE TER auront-t-ils les moyens d’accueillir les nouveaux retraités venant de CSE Nationaux ?

Pour la défense des valeurs humaines, sociales et collectives qui ne sont pas marchandes, pour la défense d’activités sociales de proximité et pour la défense de nos emplois !

Personnel des CE et du CCGPF, notre avenir se joue maintenant !

TOUS AVEC LA CGT AUX CÔTÉS DES CHEMINOTES ET CHEMINOTS
LE 09 OCTOBRE
AFIN DE FAIRE ENTENDRE NOTRE VOIX !

Téléchargements

CHEMINOTS, SALARIÉS DES CE ET DU CCGPF MÊME COMBAT ET CONVERGENCE

Journée d'action interprofessionelle du 09 octobre 2018

| Personnel CE/CCGPF

« Seules les luttes que l’on ne mène pas sont perdues ».
La CGT n’a de cesse de revendiquer un retour à l’assiette de calcul des dotations de toutes les rémunérations.

AUSTÉRITÉ QUAND TU NOUS TIENS !

La Direction SNCF avait unilatéralement décidé de retirer l’intéressement du calcul des dotations des CE et du CCGPF.
La Fédération CGT des cheminots n’a jamais cessé de dénoncer cette injustice et d’exiger que ces sommes soient réintégrées dans l’assiette de calcul.
En effet, par répercussion, les personnels CE et CCGPF se trouvaient privés de prime de convergence.

L’INTÉRESSEMENT, PAS INTÉRESSANT !

Les cheminots et les personnels CE et CCGPF ont connu leur 4ème année de gel des salaires. La CGT a toujours dénoncé l’intéressement. Outre le fait qu’il soit exonéré des cotisations sociales d’entreprise, injustement appelées charges patronales, il permet à la Direction de la SNCF de l’intégrer dans le calcul du pouvoir d’achat en étant ni pérenne et en ne comptant pas pour les retraites.

LA LUTTE PAYE TOUJOURS !

Avec pugnacité, la Fédération CGT a imposé à la Direction SNCF de réintégrer l’intéressement dans le calcul des dotations des CE et CCGPF. Une victoire pour tous les cheminots qui, au travers leur CE et CCGPF, ont plus de moyens pour les Activités Sociales et Culturelles.
Une victoire pour les salariés des CE et CCGPF qui vont pouvoir percevoir la prime de convergence, tout en réaffirmant que seule l’augmentation générale des salaires est équitable et juste.

LA LUTTE CONTINUE !

Cette victoire doit nous encourager à continuer la lutte contre la mise en place de la réforme ferroviaire.

L’ANTIDOTE, C’EST LA CGT !

En votant massivement CGT aux élections des administrateurs de la CPR et aux élections CSE, un message fort sera envoyé au Gouvernement et à la Direction SNCF.
Ce sera aussi une garantie pour des Activités Sociale et Culturelles solidaires, loin des chèques en tout genre qui ne servent que les intérêts du tourisme marchand, les mêmes qui œuvrent pour concurrencer les services publics.

LE 09 OCTOBRE, TOUS DANS L’ACTION !

  •  Pour arrêter la politique d’austérité !
  •  Pour une autre réforme ferroviaire !
  •  Pour des conditions sociales de qualité !
  •  Pour des services publics répondant aux besoins des populations !
  •  Pour peser sur les négociations pour la mise en place des CSE !

TOUS EN GRÈVE LE 09 OCTOBRE 2018 !
ENSEMBLE, POUR LE FER !

Téléchargements

LA MAITRISE INTERNE, LA SOLUTION POUR LA QUALITÉ DU TRAVAIL

Organisation de la production

| Fédération

Dérive de toute entreprise qui se focalise sur une logique financière, le développement de la sous-traitance désorganise la production et conduit à la perte de compétences.

La SNCF a pris cette voie, il y a plus de 20 ans maintenant sous la pression de RFF. Aujourd’hui plus un service n’est épargné.

N’est-il pas l’heure de s’interroger et de se concentrer sur la qualité du travail, moins coûteuse en euros comme en énergie ?

Le développement du ferroviaire en France est en grande partie dû à la maîtrise technique et organisationnelle des cheminots de la SNCF. La possession de l’ensemble des leviers pour assurer un travail de qualité avec des effectifs stabilisés et des carrières construites pour monter en compétences a fait ses preuves.

Ces savoirs, de l’ingénieur à l’ouvrier, ont toujours nécessité un dialogue.

Un modèle économique tournant le dos au travail.

Un virage dangereux pour l’avenir de l’entreprise et la sécurité ferroviaire a été pris par nos premiers dirigeants : est-ce pour le moins disant social, pour une réduction mathématique des effectifs (comme si la productivité se mesurait au nombre d’emplois internes), pour éclater la SNCF et favoriser l’ouverture à la concurrence ou pour des intérêts privés ?

Il en résulte un système coûteux et insatisfaisant pour la qualité du travail. Une étude du CE Maintenance et Travaux montre aussi la dégradation des conditions de travail des dirigeants de proximité.

20% de charge supplémentaire pour un DPX.

Un DPX avec ses assistants tentent de coordonner la production sans avoir toutes les cartes en main. La charge administrative devient procédurale puisque nous ne travaillons plus en confiance.

Mesurer le niveau de compétences du prestataire, établir des cahiers des charges irréprochables, comparer le devis, organiser en fonction de la disponibilité, gérer la cohabitation et les habilitations, assurer le suivi et la restitution des travaux et éventuellement reprendre les malfaçons, sont leur lot quotidien … Passer du « faire » au « faire faire » change le travail et son sens.

L’ARAFER un organisme borgne !

Au nom de la concurrence libre et non faussée, cette institution financée par l’argent public scrute le CV des responsables nommés à SNCF Réseau pour s’assurer qu’ils n’ont pas de lien avec SNCF Mobilités. Par contre, leurs connexions avec les puissants groupes du BTP ne posent pas de suspicion alors que les contrats se mesurent en milliards d’euros.

Internaliser, une urgence.

Le pacte d’entreprise se discute actuellement dans un semblant de co-construction. Dans les faits, les décisions ont été prises avec le gouvernement en amont de la réforme.

La CGT porte la nécessité d’une entreprise intégrée. Par la mobilisation autour d’intérêts compris de tous les cheminots de tous collèges pour la qualité du travail, nous parviendrons ensemble à construire une entreprise à la hauteur des enjeux environnementaux et sociaux.

Téléchargements

La vraie info - Le JT des cheminots

Dans les médias

12 octobre 2018

Cantal. SNCF : le rail cantalien menacé de disparition ?

La CGT cheminot interpelle sur des mutations importantes à venir en fin d'année. On pourrait croire à une énième espèce menacée d’extinction, et au final, on n’est pas si loin du compte. Mardi 9 octobre, journée de mobilisation intersyndicale, la CGT cheminot a également battu le pavé, pour interpeller sur des mutations importantes à venir en fin d’année.[…]

Lire la suite

Voir les autres articles

L'édito

Liste des actualités

Lexique

Contacts

J'adhère

Bandeaux publicitaires

  • Les pétitions, ça ce signe ici.