Fédération CGT des Cheminots


J'adhère

INVITATION CONFÉRENCE DE PRESSE DU 9 JUIN 2021

| Espace presse

PRIVATISATION SNCF

CONTRE LA JUNGLE SOCIALE, POUR NOS SALAIRES, NOS EMPLOIS, NOS DROITS, POUR UN STATUT SOCIAL UNIQUE POUR TOUS LES CHEMINOTS, POUR UNE ENTREPRISE PUBLIQUE SNCF UNIQUE ET INTÉGRÉE.

Mesdames, Messieurs,

La Fédération CGT des cheminots tire le signal d’alarme : le système ferroviaire est dans une impasse (structurelle et financière) qui conduit à son affaiblissement, à des reculs sociaux sans précédent, et donc à de nouveaux épisodes de conflictualité très dure.

En France, le patronat s’est fixé l’objectif de remettre en cause tous les droits et repères collectifs des salariés. Il est secondé par le Gouvernement qui modifie la loi en conséquence et s’attaque à la protection sociale.

La branche ferroviaire a été créée dans ce contexte : contrairement aux autres conventions collectives, qui ont été écrites pour généraliser des droits arrachés dans certaines entreprises, la CCN ferroviaire est pensée par le Gouvernement et le patronat en opposition au Statut des cheminots de la SNCF et pour déconstruire les droits qu’il contient. Il en résulte une absence de négociation réelle et donc des démarches unilatérales du patronat qui ne sont pas acceptables.

Le groupe public SNCF se construit par mimétisme du fonctionnement des entreprises privées. La poursuite de l’externalisation des charges de travail, l’annonce de créations de filiales pour chaque « marché », aussi petit soit-il, ne peuvent pas conduire à un modèle social ou économique intégré. Comme dans le privé, cette atomisation de la production ne laisserait plus de place pour la carrière des salariés, leur mutation volontaire ou encore leur représentation syndicale. La régulation des effectifs se ferait par les licenciements et les démissions. Ce serait la jungle sociale !

Conséquences sur l’efficacité de la production et la sécurité du système ferroviaire.

Notre mode de transport guidé sur réseau interconnecté et les exigences des usagers vis-à-vis de leur bien commun qu’est le service public sont des spécificités du système ferroviaire. On ne les apprend ni dans les écoles de commerce ni dans les start-up.

Le meilleur exemple est la situation du transport de marchandises dont la dérégulation, vantée pendant 15 ans par la direction, a provoqué un effondrement durable.

La finalité de ces évolutions est la privatisation, ce qui explique les choix du Gouvernement.

C’est d’ailleurs pourquoi le Gouvernement et la direction jugent indigne de maintenir les « petites lignes » au sein du réseau ferré national en les transférant à d’autres gestionnaires, ne se préoccupant plus de leur avenir.

Les cheminots ne distinguent pas encore très bien quel avenir leur est réservé, mais les évolutions du quotidien accroissent déjà le malaise et la colère.

La direction, que ce soit au niveau de la branche ou dans le Groupe Public Unifié (SNCF), démultiplie les concertations, notamment sur le cadre social, mais nous ne constatons aucune évolution au fil des réunions, alors même que les SA poursuivent leur tâche de décomposition des règles existantes.

La direction rassure le Gouvernement. Les cheminots passent manifestement au second plan.

Pour la CGT, ils doivent redevenir la priorité, car ce sont eux qui produisent quotidiennement le service public ferroviaire. Ils l’ont montré pendant la crise sanitaire et n’en ont retiré que mépris du Gouvernement.

Nous considérons que les cheminots ont besoin de réponses positives concernant principalement trois axes :

  • Les questions budgétaires, particulièrement leurs volets « emploi » et « salaires » ;
  • L’organisation de la production, les conditions de travail, et l’avenir des activités de transport de marchandises, de transport de voyageurs, et de l’infrastructure ;
  • Le futur statut social (à l’échelle du groupe et de la branche).

Par ailleurs, afin de porter le débat public sur l’avenir de la SNCF, la Fédération CGT des Cheminots a édité un document comportant 21 propositions pour le développement du service public SNCF de voyageurs et un nouveau numéro de « La Vraie Info » tiré à 500 000 exemplaires qui fait suite au même exercice accompli sur le FRET SNCF il y a quelques mois.

La situation sociale est tendue chez les cheminots.

C’est pourquoi nous vous convions à une conférence de presse nationale le :
Mercredi 09 juin 2021
11 h 00
A Montreuil, siège de la CGT
263, rue de Paris
Salle Serge Hebras

Aussi, nous serons heureux de vous accueillir afin de répondre à vos questions.

Comptant sur votre présence,

Bien cordialement

Cédric ROBERT
Secrétaire Fédéral CGT des Cheminots

Téléchargements

1ER JUILLET 2021 : TOUS EN GRÈVE !

Appel à la grève

| Fédération

Le 18 mai dernier, la Fédération CGT des Cheminots a interpellé dans une lettre ouverte à la direction SNCF sur le malaise grandissant au sein de notre entreprise. Face au silence de la direction SNCF et après de multiples interpellations, la Fédération CGT prend ses responsabilités et appelle les cheminots à agir par la grève nationale tous services le 1er juillet prochain.

Le groupe public SNCF continue de se transformer par mimétisme du fonctionnement des entreprises privées. La direction tente également de gommer les normes et les garanties sociales existantes. Elle souhaite mettre en place les préconisations du patronat de la branche ferroviaire en matière de classification et de rémunération des métiers afin d’abaisser les conditions sociales.

Suppression de 1 à 2 % des effectifs pour 2021, 7e année de gel salarial, remise en cause des Facilités de Circulation : ça suffit, d’autant que les moyens existent !

ENSEMBLE, EXIGEONS :

  • De réelles négociations pour un statut social de haut niveau ;
  • L’arrêt des réorganisations ;
  • La ré-internalisation, dans toutes les activités, des charges de travail sous-traitées ;
  • Un véritable plan de relance du fret et du voyageur dans le cadre du service public SNCF ;
  • L’augmentation des cadres d’organisation et des recrutements ; le remplacement systématique des départs en retraite par des embauches ;
  • La mutualisation des moyens et l’amélioration de l’organisation de la production ;
  • L’augmentation générale des salaires pour tous les cheminots et la revalorisation des primes de travail ;
  • Le maintien et l’amélioration des droits aux facilités de circulation pour les actifs et retraités ;
  • Un positionnement de la direction pour empêcher le Gouvernement de mettre en oeuvre une nouvelle réforme de notre régime spécial à travers son projet de décret retraites ;
  • L’arrêt des processus de filialisation dans le cadre des appels d’offres TER ;
  • Des droits équivalents à ceux des statutaires pour tous les contractuels.

Par conséquent, la Fédération CGT des Cheminots appelle l’ensemble des cheminotes et cheminots, quel que soit leur métier, leur grade, À CESSER LE TRAVAIL le 1er juillet 2021 et à porter leurs revendications tant nationales que locales avec force et conviction !

CONTRE LA JUNGLE SOCIALE, POUR NOS SALAIRES, NOS EMPLOIS, NOS DROITS, POUR UN STATUT SOCIAL DES CHEMINOTS PROTECTEUR : TOUS EN GRÈVE !

Lire aussi : 22 juin 2021 : Tous à Paris

Téléchargements

22 JUIN 2021 : CONTRE LA CONCURRENCE ET LA JUNGLE SOCIALE !

Rassemblements : appel aux cheminots

| Fédération

La direction SNCF et le Gouvernement entendent poursuivre la privatisation de la SNCF et la casse des conditions sociales de tous les cheminots. Une réaction collective est indispensable et possible. La première étape aura lieu le 22 juin 2021 à Paris !

22 JUIN – 11h00 – SIÉGE DE LA SNCF – SAINT-DENIS
POUR NOS SALAIRES, NOS EMPLOIS, NOS DROITS !

L’ouverture à la concurrence est le fil rouge qui a conduit Gouvernement et direction SNCF à écrire ensemble la réforme de 2018 qui vise à l’éclatement de l’entreprise publique SNCF.

C’est pour favoriser l’ouverture à la concurrence qu’ils ont modifié le statut juridique de l’entreprise, qu’ils ont éclaté la SNCF en sociétés anonymes, qu’ils ont signé la fin des embauches au Statut, qu’ils ont créé de multiples contrats de travail, différents selon les SA, les établissements, les régions, qu’ils ont ajouté à la loi dite « du pacte ferroviaire » une multitude d’ordonnances, de textes de loi visant à éclater le réseau, à livrer les infrastructures aux régions pour les concéder plus tard aux opérateurs de toute nature.

Aujourd’hui, la direction SNCF entend positionner ses propres filiales dans les appels d’offres, envisage les transferts des cheminots de la SNCF et surtout, espère bien les priver de leurs droits sociaux. C’est inacceptable !

Les cheminots ont besoin de réponses positives concernant principalement trois axes :

Les questions budgétaires, particulièrement leurs volets recrutements et augmentation générale des salaires ;

L’organisation de la production, les conditions de travail et l’avenir des activités de transport de marchandises, de voyageurs, et de l’infrastructure ;

Le futur statut social (à l’échelle du groupe et de la branche), le maintien des facilités de circulation pour les actifs et les retraités.

C’est pourquoi, la Fédération CGT appelle les cheminotes et les cheminots actifs et retraités à se rassembler MASSIVEMENT devant le siège de la SNCF ! A cette occasion, nous remettrons les plus de 20 000 pétitions salaires et facilités de circulation impulsées par la seule CGT.


22 JUIN – 13h30 – PLACE DE LA RÉPUBLIQUE – PARIS
CHEMINOTS/ÉLECTRICIENS, MÊME COMBAT :
LE SERVICE PUBLIC

Le scénario de l’éclatement d’EDF, prénommé « HERCULE » puis « grand EDF » est semblable au tristement célèbre « pacte ferroviaire » de 2018. Ce sont les mêmes recettes qui sont appliquées.

Le projet « Hercule » a été élaboré par des banques d’affaires, à la demande de la direction d’EDF, afin de répondre aux préconisations de la Commission de Bruxelles en matière d’ouverture à la concurrence et de démantèlement des services publics.

En introduisant en bourse la partie la plus rentable de l’entreprise (EDF Vert) et en préparant la cession future des barrages électriques, ce projet s’apparente à un schéma purement financier et vise à spolier un bien public sans envisager la moindre amélioration du service rendu à la collectivité nationale.

Non seulement les tarifs augmenteraient significativement, mais ils pourraient également être différents dans chacune des nouvelles sociétés privées, ce qui risquerait de marquer la fin du tarif unique au niveau national et donc la fin de l’égalité de traitement des ménages.

En tant que cheminots, mais aussi citoyens et usagers de la SNCF comme d’EDF, nous sommes légitimes à agir en convergence avec toutes celles et tous ceux qui se battent au quotidien pour que vivent nos services publics.

Les agents d’EDF qui mènent la lutte depuis plusieurs mois seront dans la rue le 22 juin à Paris. Nos revendications liées au maintien et au développement des services publics, à l’égalité de traitement, à un véritable développement humain durable, à un statut social protecteur, sont communes !

C’est pourquoi la Fédération CGT appelle les cheminotes et les cheminots actifs et retraités à converger, à l’issue de notre rassemblement à Saint-Denis, vers la place de la République, afin de rejoindre la manifestation nationale des électriciens d’EDF. À cette occasion, la Fédération CGT des Cheminots prendra la parole pour réaffirmer les intérêts communs que nous avons à lutter ENSEMBLE !

LE 22 JUIN :

ON SE RETROUVE ENFIN !

Téléchargements

LES CHEMINOTS DU MONDE ENTIER SONT SOLIDAIRES !

| Fédération

Dans de nombreux pays du monde, le chemin de fer est un élément important de l’économie et de la société.

Les cheminots sont donc souvent en pointe dans les luttes, et aussi les premières victimes de la répression.

La Fédération CGT des cheminots a multiplié les actions de soutien et de solidarité avec nos collègues du Mali, de Cuba, de Thaïlande et dernièrement du Myanmar.

Nous appelons les cheminots français à agir avec nous pour développer la solidarité internationale.

Lors de la grève de 2018, nous avions reçu des motions de soutien de très nombreux pays. Des cheminots belges, anglais, allemands, espagnols, suisses, autrichiens, luxembourgeois, turcs, japonais, et de beaucoup d’autres pays encore, avaient envoyé des délégations pour notre grande manifestation. Plusieurs d’entre eux avaient fait des collectes de solidarité. Avec le covid, les liens sont plus difficiles à maintenir, mais la CGT redouble d’efforts pour consolider la solidarité internationale des cheminots.

NOUS RÉAFFIRMONS NOTRE INTERNATIONALISME

La CGT défend les cheminots en France, mais nous constatons tous les jours que nos collègues du monde entier vivent des situations similaires, même si c’est à des degrés divers selon l’histoire de leur propre nation. Nous unir pour nous battre ensemble contre les mêmes exploiteurs et les mêmes politiques néolibérales est donc un moyen d’être plus forts.

LA CGT PREND LA TÊTE DE LA SECTION FERROVIAIRE D’ITF

Au congrès de 2019, c’est un cheminot français de la CGT qui est devenu président de la section ferroviaire de l’ITF (Fédération internationale des travailleurs des transports). Depuis, la CGT agit pour renforcer les liens : une étude complète a été réalisée par ITF sur la situation des chemins de fer du monde (public/privé, intégrés/éclatés…), une « task force » est en cours de constitution pour aider les syndicats à lutter contre des projets de privatisation, etc.

LA LIGNE BAMAKO-DAKAR DOIT ÊTRE RELANCÉE

Privatisé il y a quelques années, le chemin de fer entre le Mali et le Sénégal a été pillé jusqu’à ce que les infrastructures et le matériel ne permettent plus de continuer. Les cheminots maliens se sont retrouvés sans salaire. Après une grève de la faim qui a provoquée 7 morts (!!!), une partie des arriérés ont été payés par le Gouvernement. Grâce à la lutte, la relance de la ligne ferroviaire est devenue la 5è priorité nationale, mais le covid a une nouvelle fois plongé les cheminots dans la misère. Après la collecte de 2019, la CGT a donc relancé un nouvel appel à la solidarité qui a eu encore plus de succès. Une délégation apportera l’intégralité des dons (27 000€) très prochainement à Bamako.

LE BLOCUS CONTRE CUBA DOIT ÊTRE LEVÉ

En 1962, Cuba décide de nationaliser un certain nombre d’entreprises. Les Etats-Unis n’acceptent pas cette décision et imposent un blocus total contre l’ile. Cette sanction collective contre toute une population ne connaît aucun relâchement, que ce soit après le passage d’un cyclone, ou même pendant la crise sanitaire mondiale du Covid-19. La SNCF en a été victime puisqu’un projet de coopération pour la remise à niveau d’un atelier du Matériel a été menacé de lourdes sanctions financières. Ce projet, abandonné par la SNCF, est désormais repris par les cheminots qui en étaient partie prenante. La CGT soutient cette démarche et exige la levée du blocus contre Cuba !

LES CHEMINOTS THAÏLANDAIS DOIVENT ÊTRE RELAXÉS

Pour avoir mené une campagne nationale de sécurité ferroviaire à la suite d’un déraillement meurtrier survenu en octobre 2009 dans la gare de Khao Tao, 13 dirigeants du syndicat cheminot SRUT ont été condamnés à 3 ans de prison et à des amendes à hauteur de 24 millions de baht (600 000€) en octobre 2020 !

Le déraillement de 2009 était principalement dû au mauvais entretien et au mauvais état de la locomotive. Le syndicat a donc engagé une série d’actions pour exiger des mesures. En l’absence de droit syndical protecteur, ces actions ont été jugées illégales. C’est inadmissible ! C’est comme si nos droits de retrait aboutissaient à de la prison. La CGT a contribué à la défense en appel des camarades du SRUT en envoyant des exemples de luttes menées en France (contre les deshuntages ou autres). D’autres actions de solidarité sont prévues.

GRÈVE GÉNÉRALE AU MYANMAR : LA RÉPRESSION DOIT CESSER

Après le coup d’état militaire au Myanmar (ex-Birmanie), la population est descendue dans les rues et les militaires n’ont pas hésité à employer la force, provoquant au moins 700 morts. Les cheminots ont déclenché une grève générale extrêmement suivie (90 % des 30 000 employés). Par mesure de rétorsion, plusieurs d’entre eux auraient été tués et incarcérés. Après plusieurs tentatives d’intimidation pour leur faire reprendre le travail, l’armée s’est attaquée à leur famille en expulsant près de 1 000 d’entre elles de leur logement de la compagnie Myanma Railways le 10 mars dernier. Le riz donné aux grévistes par la population solidaire aurait également été saisi.

Par le biais d’ITF, la CGT participe à une opération de solidarité financière afin d’assurer l’alimentation des familles.

DU LOCAL AU MONDIAL,  C’EST LA SOLIDARITÉ DES TRAVAILLEURS QUI FAIT  LA DIFFÉRENCE !

OUIGO en Espagne, privatisation en Inde ou en Turquie, répression en Colombie, nous sommes tous attaqués par les mêmes logiques libérales.

La CGT s’organise pour permettre cette solidarité à tous les niveaux. Nos structures permettent à chacun de contribuer et ainsi de construire une force qui pèse.

Cheminots, rapprochez-vous des syndicats CGT si vous voulez agir avec nous pour la solidarité locale et la solidarité internationale !

Téléchargements

LES CHEMINOTS S’OPPOSENT À LA CASSE DE L’INDUSTRIE !

Solidarité interprofessionnelle

| Fédération

Depuis le 14 avril 2021, les salariés de la Société Aveyronnaise de Mécanique (SAM) sont en grève illimitée avec occupation d’usine, contre la liquidation de leur entreprise.

La CGT tient à alerter les cheminots, car nous sommes tous menacés directement par la désindustrialisation dont la SAM est l’emblème.

Nous devons soutenir nos camarades en lutte pour stopper cette hémorragie.

314 emplois à la SAM, mais aussi 140 à SKF dans l’Yonne, 280 à MBF dans le Haut-Jura, les fonderies de Bretagne menacées, et tout cela, rien que pour le mois d’avril 2021… Dans la plupart des cas, les entreprises liquidées sont des sous-traitants, notamment de l’industrie automobile, de l’aéronautique et du secteur de l’énergie. Les grands groupes pompent les aides publiques, affichent un maintien de l’emploi, mais ils liquident leurs sous-traitants en transférant les commandes à l’étranger, tout cela sous le regard bienveillant du Gouvernement.

LE FRET SERA DUREMENT IMPACTÉ PAR L’EFFONDREMENT DE LA MÉTALLURGIE EN FRANCE

Selon un rapport de l’Autorité de Régulation des Transports, le mode ferroviaire transporte 43 % des métaux et produits métalliques. C’est la plus grosse part de marché du train.

Autrement dit, le mouvement actuel de fermeture des fonderies et des équipementiers frappera directement notre activité et nos emplois. Les triages ferroviaires et toutes nos installations lourdes, qui ont besoin de volume pour être efficaces, pourraient être achevés par cette accélération de la désindustrialisation.

L’appel à la solidarité de la Fédération CGT des cheminots n’est pas seulement un acte altruiste ou idéaliste. Nous sommes face à une démonstration concrète que les intérêts de tous les salariés sont liés. Nous ne pouvons donc pas rester spectateurs !

LE GOUVERNEMENT DOIT AGIR !

La passivité de l’État est inacceptable. Renault et Peugeot (Stelantis) sont les donneurs d’ordre à l’origine de la mise à mort de ces entreprises. Or, ces groupes touchent des aides publiques massives. Dans le « plan de relance », ce sont 6 milliards d’euros qui leur sont attribués. Cela fait suite à des plans d’aide en 2009 (6,5 milliards d’euros) et 2012 et à divers soutiens chaque année. L’État dispose pratiquement d’un droit de vie et de mort sur ces groupes et doit leur imposer le maintien de l’emploi en France.

APRÈS LE SYSTÈME FERROVIAIRE, L’ÉNERGIE EST DANS LE VISEUR

Depuis plusieurs mois, les électriciens et gaziers se battent contre divers plans de démantèlement, dont le projet « Hercule » qui vise à éclater ce qu’il reste d’EDF.

Là aussi, les cheminots sont concernés. La libéralisation du secteur de l’énergie depuis 20 ans a provoqué une hausse vertigineuse du prix de l’électricité et du gaz pour les particuliers.

Mais cela a aussi un impact sur les entreprises. La facture « énergie de Traction » de la SNCF est passée de 814 millions d’euros en 2009 à 1,199 milliard d’euros en 2019, soit 47 % de hausse. Ce n’est certes pas uniquement dû au prix de l’électricité, mais cela y a lourdement contribué. 385 millions d’euros de plus pour l’énergie, c’est autant de moins qu’on ne peut pas mettre dans les investissements ou l’emploi (équivalent de plus de 6 400 emplois à la rémunération moyenne !).

La casse des services publics fragilise les citoyens et l’économie.

LA RÉFORME DU CHÔMAGE COMPLÈTE LE TABLEAU

Pendant ce temps-là, une autre lutte emblématique secoue le pays : lancée par la CGT au Théâtre de l’Odéon, l’occupation des lieux de culture s’est généralisée. Elle vise à alerter sur la situation des salariés de ce secteur, privés d’activité depuis plus d’un an, mais aussi à dénoncer l’entrée en vigueur, au 1er juillet, de la réforme de l’indemnisation du chômage (contre laquelle les intermittents du spectacle sont toujours plus mobilisés, car directement et durement impactés).

Cette réforme va faire baisser jusqu’à 40 % l’indemnité de plus d’un million d’allocataires.

On ne peut s’empêcher de penser que le Gouvernement sait que sa politique libérale va provoquer une hausse du chômage, et surtout de la précarité. Comme pour les retraites, il s’agit, pour lui, de préserver les actionnaires en empêchant une hausse des cotisations sociales (ou une annulation des exonérations).

En 2020, les milliardaires français ont doublé leur patrimoine, pendant que le nombre d’emplois industriels a subi une nouvelle purge (près de 15 000 suppressions) et que les services publics ont subi la même saignée. Il faut que ça cesse !

Pour le chemin de fer comme pour le pays,  la grève des SAM, des énergéticiens et la lutte des intermittents sont vitales !

La Fédération CGT des cheminots appelle ses syndicats  à multiplier les initiatives de solidarité et de soutien.

Cheminots, rapprochez-vous des syndicats CGT si vous voulez agir avec nous !

Téléchargements

POURQUOI CHOISIR LA CGT

7 raisons d'adhérer à la Fédération CGT des Cheminots !

| Fédération

1Forte de plus de 35 000 syndiqués actifs et retraités, la Fédération CGT des cheminots est la 1re organisation syndicale à la SNCF et dans la branche ferroviaire.

2 • Elle fait partie des 33 fédérations professionnelles qui composent la Confédération Générale du Travail qui rassemble plus de 600 000 adhérents.

3Elle défend les intérêts individuels et collectifs des cheminots, quels que soient leur grade, leur filière, leur statut ou leur contrat de travail…

4Elle est organisée en proximité, au plus près de ton lieu de travail avec plus de 300 syndicats cheminots répartis sur l’ ensemble du territoire.

5 • Elle dispose de structures spécifiques notamment avec son Union Fédérale des Retraités et son Union Fédérale des Cadres et Maîtrises.

6 • Plus nous sommes nombreux, plus nous sommes forts pour faire valoir nos droits et en conquérir de nouveaux. Chacun peut y trouver sa place.

7Tu peux ne pas être toujours d’ accord à 100 % avec la CGT, mais la CGT te défendra toujours à 100 %.

TÉLÉCHARGER

2 000 CHEMINOTS ATTENDUS À PARIS !

Rassemblements nationaux à Paris le 29 avril 2021

| Fédération

En raison des récentes annonces gouvernementales, la Fédération CGT des Cheminots a décidé de REPORTER ses deux rassemblements initialement prévus le 8 avril.

Le nouveau rendez-vous est fixé au 29 avril.

Les cheminots ne désarmeront pas !

Près de 2 000 d’entre eux avaient déjà décidé de s’engager dans ces rassemblements initiés par la seule Fédération CGT des cheminots le 8 avril prochain devant le ministère des Transports et le siège de la SNCF.

Les raisons de la colère demeurent !

Ce seront donc des milliers de cheminots qui convergeront à nouveau vers Paris le 29 AVRIL prochain !

L’ARGENT PUBLIC AU SERVICE PUBLIC

La Fédération CGT des Cheminots considère donc indispensable que l’État donne des moyens à la SNCF pour relancer le Fret, mais aussi les Trains d’Équilibre du Territoire (TET) et les trains de nuit. Elle revendique également des moyens pour soutenir les Trains Express Régionaux (TER) et le Transilien en Île-de-France, avec la SNCF comme opérateur unique.

LA CONCURRENCE N’EST PAS LA SOLUTION, C’EST LE PROBLÈME !

Elle ne sert qu’un seul objectif : favoriser le dumping social entre les salariés des différentes entreprises de la branche, voire au sein même des entreprises, comme cela pourrait être le cas à l’intérieur du groupe SNCF si nous les laissons faire. En effet, la direction SNCF porte la création de filiales pour répondre aux appels d’offres (TER, TET…) dans lesquelles les cheminots de la SNCF pourraient être transférés, suite à la mauvaise loi votée en 2018. La direction met donc en oeuvre l’auto concurrence ! Tout ça pour ça ?

À l’échelle de la branche ferroviaire, le patronat oriente les négociations de la Convention collective nationale avec en permanence cet objectif en tête, quitte à les conduire à l’échec avec l’appui de certaines Organisations Syndicales, comme ce fut le cas début 2020 sur le volet classification/rémunération. C’est donc l’État qui pourrait se substituer à la négociation et ainsi légiférer !

AMÉLIORER LES DROITS DE L’ENSEMBLE DES CHEMINOTS DE LA SNCF & DE LA BRANCHE

L’État doit donc prendre ses responsabilités et contraindre l’UTP à ouvrir de véritables négociations sur ce volet. Le décret à venir doit garantir aux cheminots la reconnaissance de leurs métiers, de leurs diplômes, de leurs qualifications et de leur déroulement de carrière. La Fédération CGT des cheminots a fait des propositions concrètes en ce sens, il doit s’en inspirer !

Quant aux autres droits sociaux et garanties sociales, la Fédération CGT des cheminots revendique la construction d’un STATUT social de haut niveau et de repères collectifs forts, tant pour les nouveaux embauchés depuis 2020, que pour les contractuels relevant du RH 0254 et dont les droits doivent être améliorés au même titre que ceux des cheminots statutaires.

AUGMENTER LES SALAIRES, CONSERVER ET AMÉLIORER LES FACILITÉS DE CIRCULATION

La question salariale est au coeur des préoccupations des cheminots. Depuis la première réforme ferroviaire de 2014, les cheminots subissent le gel de leurs salaires. 2021 doit marquer leur dégel !

Sans attendre, la direction doit ouvrir de véritables négociations salariales et entendre les revendications des cheminots portées par la CGT ; qu’il s’agisse de l’augmentation générale des salaires, de la revalorisation des primes de travail, de l’intégration des EVS ayant trait à la qualification dans la prime de travail, de la refonte du système de primes de traction, de la mise en place d’un véritable 13e mois pour tous.

Concernant les facilités de circulation, exigeons leur maintien, leur développement, l’arrêt de leur dématérialisation et notre refus d’y appliquer une fiscalisation.

C’EST POURQUOI, LE 29 AVRIL, NOUS REMETTRONS ÉGALEMENT À LA DIRECTION SNCF LES PÉTITIONS SALAIRES ET FC INITIÉES PAR LA SEULE CGT DEPUIS PLUSIEURS MOIS !

Faisons comprendre au ministre des Transports et à la direction que le ras-le-bol est à son maximum !

  • DÉVELOPPER LE TRAIN PUBLIC DE VOYAGEURS ET DE MARCHANDISES
  • DÉNONCER LA CONCURRENCE
  • GAGNER DES DROITS SOCIAUX POUR TOUS LES CHEMINOTS
  • DÉGELER LES SALAIRES

TOUS UNIS POUR QUE ÇA CHANGE !

LE 29 AVRIL 2021, TOUTES ET TOUS À PARIS !

11h 30 au ministère des Transports
(M° Rue du Bac)

14h30 au siège de la SNCF
(RER D St-Denis Stade de France)

Téléchargements

RAILCOOP : UNE COOPÉRATIVE OUI… MAIS LIBÉRALE !

| Fédération

S’appuyant sur l’ouverture à la concurrence, qu’elle présente comme une opportunité, Railcoop affirme vouloir proposer une « offre complémentaire au service Public ».
La réalité est tout autre.

Sous couvert du statut de coopérative et de réponse à des besoins de transport auxquels l’Etat ne répond pas, Railcoop souhaite en fait participer à l’atomisation du système et à l’abandon pur et simple du Service Public Ferroviaire !

Railcoop est une Société Commerciale d’Intérêt Collectif (SCIC) sous forme de Société Anonyme (SA) à capital variable et composée de sociétaires (salariés, financiers, collectivités locales, etc.). Bien que relevant de l’économie solidaire, ses statuts prévoient le versement de dividendes à ses « sociétaires ».

Dans sa stratégie de communication, Railcoop prétend développer une offre complémentaire au Service Public SNCF en justifiant son positionnement par l’absence de dessertes par l’Etat ou les Régions. La plupart des relations des Trains d’Equilibre du Territoire (TET) de jour comme de nuit ont été soit supprimées, soit transférées aux Régions, le restant ayant été conventionné par l’Etat, qui est devenu l’autorité organisatrice pour les services de transport ferroviaire d’intérêt national depuis 2010. En réalité, la stratégie de Railcoop est un accélérateur du désengagement de l’Etat pouvant mener, à terme, et si rien n’est fait, à l’effacement partiel de l’entreprise publique dans le paysage ferroviaire.

Il est fort probable que la SNCF et l’Etat ne veuillent plus de convention TET. Il se pourrait d’ailleurs qu’il s’agisse avant tout de saborder celle-ci afin de livrer les TET aux marchés, et ainsi faire place nette pour les coopératives en tous genres et les filiales du groupe SNCF.

Le Gouvernement, voulant inaugurer la voie vers l’ouverture à la concurrence, a lancé un appel d’offres sur les relations TET Bordeaux-Nantes et Nantes-Lyon. Aucun concurrent à part la SNCF (à travers une filiale) ne s’est positionné, et l’appel d’offres a été déclaré infructueux… De même, l’Etat avait, en 2016, lancé un Appel à Manifestation d’Intérêt (AMI) pour la reprise par la concurrence de plusieurs relations, et là encore, personne ne s’était manifesté !

La SNCF elle-même travaille maintenant à saborder l’entreprise publique historique en ambitionnant une filiale « low-cost », pour lancer ses propres services longue distance librement organisés à travers le projet OSLO (Offre de Services Librement Organisés).

La Fédération CGT est opposée à toute forme de mise en concurrence, en interne
comme en externe, quand bien même elle se parerait des habits de l’économie solidaire
ou coopérative. En ce sens, elle exige :

  • L’arrêt de tous les appels d’offres en cours ;
  • L’attribution directe à la SNCF des Services Nationaux et Régionaux ;
  • La relance des TET de jour comme de nuit à travers une nouvelle convention basée
    sur la réponse aux besoins.

LE 8 AVRIL, TOUS UNIS À PARIS POUR QUE ÇA CHANGE !

Téléchargements

FACILITÉS DE CIRCULATION, NOS DROITS ET NOS EMPLOIS EN DANGER !

Dématérialisation des FC

| Fédération

Le projet de dématérialisation totale des Facilités de Circulation pour les ayants droit sert de prétexte à la Direction pour mettre en oeuvre un énième plan social, visant à liquider les Agences Famille. Multipliant les tchats, elle tente, comme à son habitude, de convaincre les cheminots concernés que son projet « DEMAT FC » est inévitable. La CGT dénonce le choix et les manipulations de la Direction et exige l’arrêt de ce projet.

La CGT maintient que la dématérialisation des FC des ayants droit ne doit pas s’imposer et doit uniquement relever du libre choix du bénéficiaire, afin de garantir à tous l’accès à ce droit.

Lors de la consultation du CSE SA SNCF sur ce dossier impactant les droits de l’ensemble des cheminots, la délégation CGT a donc présenté et soumis au vote 3 résolutions face à ce projet de réorganisation des APF.
Ces 3 résolutions portées par la CGT et synthétisées ci-dessous ont été votées à la majorité des élus :

  1. La Direction refusant de fournir les éléments obligatoires pour la consultation du dossier « DEMAT FC », les élus du CSE SA SNCF demandent que la justice soit saisie pour statuer sur le report du projet.
  2. Le forcing exercé par la Direction afin que les cheminots des Agences Famille s’orientent vers une reconversion GA Paie est éloquent et traduit le manque d’effectif en APF nié par la Direction jusqu’à ce jour. En conséquence, les élus CSE SA SNCF votent une expertise sur la charge de travail en agences GA PAIE, afin de faire le jour sur les réels besoins.
  3. Lors de la consultation des élus du CSE SA SNCF, ceux-ci constatent que la Direction a d’ores et déjà procédé à la suppression de plus de 10% des effectifs. Les élus du CSE SA SNCF décident de porter le dossier « DEMAT FC » en contentieux pour « Délit d’Entrave ».

Malgré ces trois résolutions votées à la majorité, la Direction a imposé le maintien de la consultation du dossier. Les élus CGT, rejoints par la totalité des Organisations Syndicales représentatives, ont refusé de prendre part au vote.

Enfin ce projet, au-delà de son impact pour l’emploi des Agences Famille en augmentant encore la productivité des gestionnaires administratifs, a une visée politique, dans la lignée des injonctions répétées et obsessionnelles afin d’être en capacité de comptabiliser nos trajets et les catégoriser en « avantages en nature » pour les soumettre à cotisations sociales et à l’impôt.

La Direction doit remiser ses projets néfastes pour les cheminots des APF et en limiter la dématérialisation à la seule demande et donc au libre choix des bénéficiaires.

DÉFENDONS NOS DROITS, NOS EMPLOIS, NOTRE MÉTIER
SIGNEZ MASSIVEMENT LA PÉTITION FC !

TOUS UNIS POUR QUE ÇA CHANGE
LE 8 AVRIL 2021,
TOUTES ET TOUS À PARIS

Téléchargements

LE 8 AVRIL : TOUS UNIS À PARIS POUR QUE ÇA CHANGE !

Appel aux rassemblements

| Fédération

Parce qu’il faut développer les trains publics voyageurs et marchandises, dénoncer et combattre la concurrence, gagner un véritable statut social et dégeler les salaires, la Fédération CGT appelle les cheminotes et les cheminots à agir massivement le 8 avril prochain à Paris. Allons ensemble interpeller le ministère des Transports et la direction SNCF !

Depuis un an, en assurant la continuité de ses missions grâce à l’engagement permanent des cheminots, la SNCF a une nouvelle fois témoigné de son utilité publique dans un contexte de crise sociale et sanitaire sans précédent.

L’ARGENT PUBLIC AU SERVICE PUBLIC

La Fédération CGT des Cheminots considère donc indispensable que l’État donne des moyens à la SNCF pour relancer le Fret, mais aussi les Trains d’Équilibre du Territoire (TET) et les trains de nuit. Elle revendique également des moyens pour soutenir les Trains Express Régionaux (TER) et le Transilien en Île-de-France, avec la SNCF comme opérateur unique.

LA CONCURRENCE N’EST PAS LA SOLUTION, C’EST LE PROBLÈME !

Elle ne sert qu’un seul objectif : favoriser le dumping social entre les salariés des différentes entreprises de la branche, voire au sein même des entreprises, comme cela pourrait être le cas à l’intérieur du groupe SNCF si nous les laissons faire. En effet, la direction SNCF porte la création de filiales pour répondre aux appels d’offres (TER, TET…) dans lesquelles les cheminots de la SNCF pourraient être transférés, suite à la mauvaise loi votée en 2018. La direction met donc en oeuvre l’auto concurrence ! Tout ça pour ça ?

À l’échelle de la branche ferroviaire, le patronat oriente les négociations de la Convention collective nationale avec en permanence cet objectif en tête, quitte à les conduire à l’échec avec l’appui de certaines Organisations Syndicales, comme ce fut le cas début 2020 sur le volet classification/rémunération. C’est donc l’État qui pourrait se substituer à la négociation et ainsi légiférer !

AMÉLIORER LES DROITS DE L’ENSEMBLE DES CHEMINOTS DE LA SNCF & DE LA BRANCHE

L’État doit donc prendre ses responsabilités et contraindre l’UTP à ouvrir de véritables négociations sur ce volet. Le décret à venir doit garantir aux cheminots la reconnaissance de leurs métiers, de leurs diplômes, de leurs qualifications et de leur déroulement de carrière. La Fédération CGT des cheminots a fait des propositions concrètes en ce sens, il doit s’en inspirer !

Quant aux autres droits sociaux et garanties sociales, la Fédération CGT des cheminots revendique la construction d’un STATUT social de haut niveau et de repères collectifs forts, tant pour les nouveaux embauchés depuis 2020, que pour les contractuels relevant du RH 0254 et dont les droits doivent être améliorés au même titre que ceux des cheminots statutaires.

AUGMENTER LES SALAIRES, CONSERVER ET AMÉLIORER LES FACILITÉS DE CIRCULATION

La question salariale est au coeur des préoccupations des cheminots. Depuis la première réforme ferroviaire de 2014, les cheminots subissent le gel de leurs salaires. 2021 doit marquer leur dégel !

Sans attendre, la direction doit ouvrir de véritables négociations salariales et entendre les revendications des cheminots portées par la CGT ; qu’il s’agisse de l’augmentation générale des salaires, de la revalorisation des primes de travail, de l’intégration des EVS ayant trait à la qualification dans la prime de travail, de la refonte du système de primes de traction, de la mise en place d’un véritable 13e mois pour tous.

Concernant les facilités de circulation, exigeons leur maintien, leur développement, l’arrêt de leur dématérialisation et notre refus d’y appliquer une fiscalisation.

C’EST POURQUOI, LE 8 AVRIL, NOUS REMETTRONS ÉGALEMENT À LA DIRECTION SNCF LES PÉTITIONS SALAIRES ET FC INITIÉES PAR LA SEULE CGT DEPUIS PLUSIEURS MOIS !

Faisons comprendre au ministre des Transports et à la direction que le ras-le-bol est à son maximum !

DÉVELOPPER LE TRAIN PUBLIC DE VOYAGEURS ET DE MARCHANDISES

DÉNONCER LA CONCURRENCE

GAGNER DES DROITS SOCIAUX POUR TOUS LES CHEMINOTS

DÉGELER LES SALAIRES


TOUS UNIS POUR QUE ÇA CHANGE !

LE 8 AVRIL 2021, TOUTES ET TOUS À PARIS !

11h 30 au ministère des Transports

(M° Rue du Bac)

14h30 au siège de la SNCF

(RER D St-Denis Stade de France)

Téléchargements

Renforce-toi, adhère à la CGT !

La vraie info - Le JT des cheminots

Dans les médias

09 juin 2021

Une réforme des retraites « ne mettra pas » les cheminots « de bonne humeur », prévient la CGT

Lire la suite

Voir les autres articles

L'édito

Liste des actualités

Lexique

Contacts

J'adhère

Bandeaux publicitaires

  • Les pétitions, ça ce signe ici.