Fédération CGT des Cheminots


Voeux 2018

Plusieurs métiers, une seule profession. Cheminot 2018

J'adhère

Les métiers de l'Exploitation

Présentation

La fonction dite « Exploitation » est incontournable pour garantir la production ferroviaire. Elle rassemble les métiers sédentaires autour desquels s’articulent l’assemblage, la circulation et la « commercialisation » des trains (agents de la filière Transport Mouvement avec la spécialité manœuvre/manutention/conduite de locotracteurs et la filière commerciale Voyageurs et Fret).

Une fonction incontournable !

Le système ferroviaire ne peut fonctionner sans aiguilleurs, régulateurs, agents de formation des trains, agents d’escale dans les gares, agents commerciaux voyageurs et fret.

Les cheminots des différents services travaillent ensemble, en complémentarité, pour garantir un service public de qualité et une production efficace. C’est le sens véritable et incontournable de la fonction Exploitation.

Au quotidien, la direction s’acharne à détruire ces repères en instaurant une culture de production ferroviaire par branche et par activité (Fret, EIC, TER, SNCF Voyages, Gares & Connexions, Transilien, etc.). Cette démarche s’intègre dans un processus d’éclatement de l’entreprise, dont le seul objectif est de préparer l’ouverture à la concurrence en traçant le pointillé pour une future vente à la découpe.

Pour tenter de maintenir la nécessaire coopération entre les services, les périmètres des métiers sont modifiés par l’introduction de la notion de polyvalence au service d’une seule activité, d’un seul « produit ».

Ces modifications arbitraires, associées à une nouvelle formation AMV par branche – inadaptée –, alliées à des formations de maintien ou liées à de nouvelles procédures aléatoires, créent les conditions d’un abaissement du niveau global de la sécurité des personnes et des circulations.

Pour la CGT, les textes réglementaires en matière de sécurité ne s’improvisent pas et ne s’interprètent pas. Ils doivent être compris et appliqués rigoureusement sur l’ensemble du territoire.

Escale vers la destruction !

Dans les escales Voyageurs, le constat est alarmant, la direction désorganise le travail, isole les agents.

Nous assistons, depuis plusieurs mois, à un transfert de tâches essentielles. La prise en charge des PMR (personne à mobilité réduite) est transférée à d’autres opérateurs ou aux vendeurs des zones diffuses et les opérations d’autorisation de départs de train sont basculées aux ASCT (agent du service commercial train) ou aux ADC (agent de conduite), en fonction du type de matériel. Dans le même temps, les missions d’accueil embarquement, qui sont assurées en partie par des vendeurs par manque d’effectif, se transforment en accueil filtrage en bout de quai, alors que ce dispositif doit intégrer des missions de sûreté incombant à la Suge, et de préservation des recettes, du ressort des ASCT.

À cela s’ajoute, une réduction drastique des moyens par l’adaptation des investissements en fonction du trafic des différentes gares. Contrairement aux annonces de développement d’une présence humaine dans les gares, la direction diminue le nombre d’heures d’accueil !

Pourtant, les agents d’escale représentent bien souvent le seul contact humain que les usagers retrouvent au départ ou au terme de leur voyage.

Cette recherche éperdue de réduction des coûts aboutit à accentuer la souffrance au travail et pose de nouvelles problématiques quant au sens et à la valeur des métiers des agents des services de l’Escale.

La CGT est favorable à la mise en place d’organisations permettant d’améliorer la qualité du service public. L’Escale est l’interface entre les différents acteurs qui participent à la production des trains, elle doit être dotée de moyens suffisants pour répondre aux attentes des usagers et les fondamentaux de sécurité ne doivent pas être bradés.

Les emplois de l’Exploitation ont été lourdement impactés par le budget 2014.

Après les coupes sévères déjà opérées, le bilan 2014 affiche 1 039 suppressions d’emplois sur le périmètre Voyageur, 856 au Fret et 145 à la DCF. L’ensemble des suppressions annoncées au Fret impactent également d’autres métiers, comme ceux de la Traction.

Des réductions massives d’effectifs frappent les CLD (centre ligne directe), les gares et les boutiques, les agences commerciales Voyageurs, les BCC (bureau de centralisation comptable) et caisses. Les escales, à leur tour, se retrouvent au centre du cyclone.

La direction assume et confirme une réduction importante d’effectifs dans son réseau commercial pour les années futures. L’avenir du service public ferroviaire serait constitué uniquement d’Internet et de gares déshumanisées.

La CGT s’oppose à ces choix et à ce plan social infondé. Elle a alerté les usagers, associations d’usagers, élus, qui s’élèvent contre cette désertification programmée du territoire.

Actualités

Publications

En images

Lexique

Contacts

J'adhère

Bandeaux publicitaires

  • Les pétitions, ça ce signe ici.