Fédération CGT des Cheminots


J'adhère

Communiqués de presse

PAS DE RENCONTRE FANTÔME POUR LA CGT !

Dialogue social

| Espace presse

La Fédération CGT des Cheminots apprend avec consternation dans les médias que les fédérations syndicales de cheminots seraient convoquées à une réunion avec le Ministère des Transports.

A ce stade, nous n’avons reçu aucune convocation, ce qui confirme, s’il le fallait, le mépris et l’amateurisme du Ministère.

La Fédération CGT des Cheminots réaffirme sa volonté d’être reçue par le nouveau Secrétaire d’Etat pour une présentation de la ligne générale qu’il souhaite appliquer à la politique des transports de la Nation et pour que la CGT lui fasse part de ses revendications concernant les graves impasses dans lesquelles se trouvent le mode ferroviaire, le service public et l’entreprise SNCF.

Nous ne comprenons pas la communication du Ministère qui martèle l’existence d’un dialogue social avec les fédérations. Cela confine à la mythomanie.

CONTACT SERVICE
PRESSE 
COMMUNICATION
Cédric ROBERT
Tél : 01 55 82 84 32
Contact presse

Téléchargements

MONSIEUR FARANDOU, RÉOUVREZ LES GARES ET LES GUICHETS !

Rassemblement gares/guichets

| Espace presse

700 cheminots ont répondu présent à l’appel de la Fédération CGT ce 5 novembre face à la Gare du Nord.
Au climat social extrêmement tendu à la SNCF, viennent s’ajouter les restructurations, notamment concernant les gares et les guichets.
Il faut changer de cap !

Après avoir réuni 500 cheminots jeudi 31 octobre au coeur de Rungis pour la relance du train des primeurs, la Fédération CGT a permis le rassemblement de plusieurs centaines de cheminots venus de toute la France ce jour.

Rejoints par des élus et des associations d’usagers, les cheminots ont exigé la réhumanisation des gares et des trains ainsi que la réouverture des guichets sur l’ensemble du territoire.

En effet, la stratégie jusqu’au-boutiste de l’ex-président a conduit à refermer des guichets en masse et à supprimer plus de 900 postes de vendeurs depuis début 2019.

En parallèle, il a fait le choix de transformer les gares en véritables centres commerciaux afin de faire rentrer du «cash».

Les usagers et les cheminots contestent avec force ces décisions qui concourent à faire reculer le service public ferroviaire, notamment dans les zones rurales.

Le nouveau président de la SNCF promet un changement de cap. Nous jugerons sur les actes.

Il annonce un objectif de réduction des files d’attente d’ici à l’été prochain. La CGT cheminots considère qu’il faut être plus offensif ! Ainsi, la direction SNCF doit dès maintenant utiliser les ressources internes existantes, puisque nombre de cheminots ayant perdu leur poste suite à des restructurations ont été placés dans des « pôles emplois » internes.

Il faut également lancer immédiatement une campagne de recrutements avant la fin de l’année afin de couvrir les besoins.

Enfin, la direction doit présenter aux usagers et aux cheminots un plan précis, chiffré, d’envergure nationale, sur la réhumanisation des gares et la réouverture des guichets.

La Fédération CGT salue les cheminots qui s’investissent massivement dans les actions qu’elle propose.

Dans une entreprise qui subit les assauts incessants du Gouvernement et la direction SNCF, ils sont encore et toujours debout pour défendre ce qu’ils considèrent être juste : l’intérêt général !

A chaque étape franchie, les cheminots participent de la construction du rapport de forces qui doit nous conduire vers une action majoritaire sur les sujets d’entreprise et nos conditions sociales.

« Je ne perds jamais. Soit je gagne, soit j’apprends. »

Nelson MANDELA.

Téléchargements

LE 05 NOVEMBRE 2019 LES CHEMINOTS SERONT GARE DU NORD

Service Public Ferroviaire SNCF

| Espace presse

Mesdames, Messieurs,

La Fédération CGT appelle les Cheminots à se rassembler nationalement devant la Gare du Nord, à 13h00, le 05 novembre prochain.

En effet, dans un contexte social brûlant au sein de la SNCF, la direction fait le choix de poursuivre la casse de l’entreprise publique et attaque sur tous les fronts.

Parmi eux, la fermeture massive des gares et des guichets, qui a fait la une des médias au début de l’été, est significative de la destruction opérée par la direction et le Gouvernement à travers sa réforme ferroviaire.

Il faut, au bas mot et dans un premier temps, rouvrir 1 000 guichets sur le territoire afin de répondre aux attentes légitimes des usagers.

C’est pourquoi, un rassemblement se tiendra à 13h00 devant la gare du nord le 5 novembre en présence, notamment, de Laurent BRUN, Secrétaire Général de la Fédération CGT des Cheminots.

Nous vous invitons donc à participer à cette initiative dès 13h00.

Comptant sur votre présence,

Bien cordialement.

Cédric ROBERT, Secrétaire Fédéral CGT des Cheminots

CONTACT SERVICE
PRESSE 
COMMUNICATION
Cédric ROBERT
Tél : 01 55 82 84 32
Contact presse

Téléchargements

LES CHEMINOTS EN MASSE, GARE DU NORD, LE 05 NOVEMBRE !

Service Public Ferrovaire SNCF

| Espace presse

Alors qu’une tension palpable s’installe dans la durée au sein de la SNCF, la direction continue de jeter de l’huile sur le feu en cassant le service public ferroviaire.

Parmi les attaques : la fermeture massive des gares et des guichets.

Dans les gares, en Ile-De-France et en régions, les conditions de vie et de travail sont intolérables. Cependant, alors que la Direction compte accélérer cette trajectoire, la colère des cheminots monte et s’exprime dans de nombreuses régions.

Tout se met en place pour qu’il n’y ait bientôt plus de cheminots dans les gares.

Les incessantes réorganisations, les suppressions d’emplois, les mobilités contraintes, l’ultra polyvalence et la précarisation, conduisent à une véritable souffrance au travail.

La gare est davantage devenue un centre commercial qu’un espace avec les moyens nécessaires à une production ferroviaire de qualité.

D’ailleurs, « le pacte ferroviaire » consacre cet objectif de faire de « l’argent » avec le patrimoine ferroviaire et d’externaliser massivement.

Les espaces destinés aux guichets et aux Escales dans les gares, sont réduits afin de laisser la place aux commerces.

La Direction et le Gouvernement utilisent également l’abaissement des normes de sécurité ferroviaire pour réduire les effectifs.

Il s’agit de supprimer un maximum de missions réalisées par les cheminots de l’Escale et d’externaliser celles qui restent, accélérant ainsi la déshumanisation des gares.

En l’espace de 7 mois, plus de 900 emplois ont été supprimés aux guichets, alors que les usagers refusent d’être contraints à utiliser uniquement le digital.

Les files d’attente aux guichets s’allongent. Les vendeurs restants subissent l’incompréhension légitime et la colère des usagers.

Sous-effectifs, précarisation de l’emploi (CDD et intérimaires), impossibilité de vendre certains billets, matériel obsolète, mépris des compétences par la Direction… conduisent rapidement à une perte de sens du travail.

Tous les cheminots ont donc intérêt à s’unir pour lutter contre la déshumanisation des gares, l’externalisation, les suppressions d’emplois et l’horizon que dessine la Direction.

C’est pourquoi, il faut exiger, immédiatement, la réouverture de 1 000 guichets sur le territoire.

La Fédération CGT appelle donc les cheminots à se rassembler massivement à 13h00, le 05 novembre, devant la Gare du Nord à Paris, afin d’exiger le maintien et la réouverture des gares et des guichets.

CONTACT SERVICE
PRESSE
COMMUNICATION
Cédric ROBERT
Tél : 01 55 82 84 32
Contact presse

Téléchargements

PERPIGNAN-RUNGIS : LA BATAILLE DURERA !

Train Perpignan-Rungis

| Espace presse

Ce sont près de 500 cheminots qui ont répondu à l’appel de la seule Fédération CGT des Cheminots ce 31 octobre dans l’enceinte du MIN* de Rungis, pour la relance du train des primeurs.

Les cheminots et leur Fédération CGT, rejoints par des élus, des responsables politiques, des associations ont, à nouveau, réaffirmé l’impérieuse nécessité de relancer le « Perpignan-Rungis » à l’heure où la multiplication des camions sur nos routes vient en contradiction avec l’urgence climatique.

Le choix incompréhensible de stopper cette circulation vient en effet percuter les « bonnes intentions » du Gouvernement en matière environnementale, de même qu’il vient confirmer la stratégie mortifère de la direction SNCF concernant l’avenir du Fret SNCF.

La promesse faite par Mme BORNE doit être tenue, même si le redémarrage de ce train au 1er novembre a du plomb dans l’aile !

M.DJEBBARI serait donc inspiré de s’atteler au règlement de ce dossier qui est de sa responsabilité, plutôt que de s’intéresser à la future réforme des retraites pour laquelle il n’a, semble-t-il, ni les compétences, ni les leviers.

La direction SNCF, quant-à-elle, a le devoir de maintenir et développer le transport public de marchandises par fer. Elle doit donc être offensive sur le sujet et proposer des solutions qui conviennent aux chargeurs.

A l’heure où M. PEPY va quitter l’entreprise, avec comme philosophie l’adage « après moi le déluge », son successeur est prévenu : le climat social est délétère et les cheminots sont plus que jamais déterminés.

L’héritage laissé par le futur ex-président est lourd, M.FARANDOU, fera seul le choix d’accepter ou non, tel quel, le cadeau empoisonné.

Quoi qu’il en soit, les cheminots avec la CGT ne paieront pas les droits de succession !

*MIN : Marché d’Intérêt National

Téléchargements

LE 31 OCTOBRE, PLUSIEURS CENTAINES DE CHEMINOTS ATTENDUS À RUNGIS !

Fret ferroviaire

| Espace presse

Le 31 octobre à 14h00, les cheminots seront au cœur de Rungis afin d’exiger la relance du train des primeurs tel que promis par le Gouvernement.

Le Secrétaire d’Etat aux transports serait inspiré de répondre aux revendications portées par les cheminots dans une entreprise SNCF traversée par une vague de contestations significative.

Les cheminots ont raison d’exiger des réponses quant à leur avenir, à celui de la SNCF, à l’heure où la mise en oeuvre de la réforme de 2018 vient rappeler à quel point elle est contraire à l’intérêt général.

De même, M. DJEBBARI a l’obligation de tenir la promesse de Mme BORNE quant à la relance du Perpignan-Rungis.

Alors que la ministre E. BORNE s’était engagée à ce que la circulation reprenne le 1er novembre, FRET SNCF semble vouloir traîner et a annoncé ne plus vouloir assurer ce train des primeurs ! Pourtant, les sillons sont disponibles, les wagons sont rénovés. Il manque le transporteur : la SNCF !

La direction de la SNCF se retranche derrière la vétusté du parc wagon, cependant c’est bien la politique mise en oeuvre depuis la libéralisation du transport ferroviaire de marchandises qui est en cause !

Dans sa recherche effrénée de réduction des coûts, la direction a détruit des milliers d’emplois et n’a pas fait les investissements nécessaires pour l’avenir de l’activité. La Fédération CGT des cheminots est intervenue de nombreuses fois sur l’absence de politique de recherche et de développement à FRET SNCF. L’urgence n’est pas aux « wagons connectés », mais aux wagons réfrigérés !

La CGT exige :

  • La relance effective du train primeurs Perpignan-Rungis, et plus largement du FRET SNCF ;
  • Le report vers le rail public d’une partie des primeurs en circulation entre les ports et les marchés d’intérêt national (MIN).

C’est pourquoi, la Fédération CGT appelle les cheminots à s’inscrire dans un rassemblement au MIN de Rungis le 31 octobre 2019 à 14h00.

CONTACT SERVICE
PRESSE
COMMUNICATION
Cédric ROBERT
Tél : 01 55 82 84 32
Contact presse

Téléchargements

INSUPPORTABLE. DÉFINITIVEMENT.

Sécurité ferroviaire

| Espace presse

En fin de règne, le président PEPY n’a pas pu s’empêcher de tacler, une nouvelle fois, les cheminots.

Fébrilité ou irresponsabilité ? C’est en tous cas insupportable ! Il part dans quelques jours. C’est tant mieux. Il ne manquera à personne !

En effet, celui-ci a déclaré le 25 octobre au matin, qu’il n’y avait aucune différence de niveau de sécurité entre configuration avec contrôleur ou sans contrôleur à bord des trains.

Cette déclaration fait suite à la parution du rapport interne concernant l’accident en Champagne-Ardenne.

Les cheminots concernés apprécieront la saillie médiatique du président sortant, à la hauteur de ce qu’il a toujours été : le dilapideur du service public, plus prompt à insulter les cheminots qu’à les défendre.

Le rapport, quant-à lui, est loin d’être neutre puisque rédigé par la direction de l’entreprise.

Il reconnaît toutefois des défaillances dans la chaîne de sécurité et admet qu’il convient de revoir certains éléments techniques. Cela vient donc légitimer l’action des cheminots, qui ont eu raison d’agir.

Par contre, le rapport ne comporte pas une ligne sur la prise en charge des voyageurs en cas d’accident ou d’incident !

La direction refuse de reconnaître que la présence humaine de cheminots à bord est indispensable en termes de sécurité, de sûreté et de service à bord, alors même qu’une majorité de français ont exprimé leur souhait, dans un sondage récent, d’une présence accrue dans les trains.

Ainsi, la direction SNCF veut poursuivre dans une voie qui vise à réduire les effectifs, à faire porter une charge supplémentaire aux conducteurs, tout en ignorant les besoins exprimés par les voyageurs.

Ce rapport, s’il reconnaît certains dysfonctionnements dénoncés par les cheminots, ne tire finalement que très peu de leçons de l’accident et des suites qui lui ont été données par les cheminots. C’est irresponsable et provocateur !

Les cheminots ont démontré leur capacité à se mobiliser massivement. La direction joue avec le feu. Elle ne pourra plus être surprise des réactions qu’elle provoquera si elle devait s’embourber dans des choix contraires au service public ferroviaire, aux cheminots et à l’intérêt général !

CONTACT SERVICE
PRESSE
COMMUNICATION
Cédric ROBERT
Tél : 01 55 82 84 32
Contact presse

Téléchargements

FAUT-IL EN FINIR AVEC LE SERVICE PUBLIC FERROVIAIRE ?

Communiqué de presse

| Espace presse

La Cour des comptes vient de commettre un énième rapport sur la SNCF et les cheminots.

Cet acharnement politique frise l’indécence et confirme la stratégie du Gouvernement : en finir avec le train public.

Ce nouveau rapport est comme à son habitude, à charge.

D’ailleurs, doit-on attendre autre chose de la Cour des comptes, véritable cabinet conseil en casse sociale auprès du Gouvernement ?

Et si nous nous interrogions à notre tour sur ce que coûte cette officine en termes d’argent public ? Cette institution constitue en fait le seul tribunal devant lequel on ne peut jamais se défendre.

Pour le reste, il s’agit d’égrener les mêmes poncifs sur le coût prétendu des TER, de leur exploitation, le peu de travail fourni par les cheminots, l’inutilité de certaines relations, de certaines gares, de certains emplois.

La stratégie de la sulfateuse érigée en principe incontournable se poursuit donc alors même qu’un véritable débat public s’instaure sur les moyens alloués à la sécurité ferroviaire.

Tout y passe : le temps de travail des cheminots, les salaires, l’ouverture à la concurrence, la cession des infrastructures aux régions, les modes alternatifs routiers…

Bref, rien de bien nouveau sous le soleil si ce n’est la volonté exacerbée et réaffirmée d’aller à rebours du sens de l’histoire.

En effet, la Fédération CGT des Cheminots redit que l’avenir est aux transports collectifs sur l’ensemble du territoire, tant en zone urbaine qu’en zone rurale.

Pour que ces transports collectifs par fer puissent répondre aux besoins des populations, ils doivent être sous maîtrise publique nationale, organisés de manière intégrée dans le cadre d’une entreprise publique unifiée !

Si la Cour des comptes est constante dans sa démarche, la Fédération CGT des Cheminots restera quant-à elle cohérente et déterminée à développer le service public ferroviaire qui, comme d’autres activités d’intérêt général, n’est pas un « coût » pour la Nation, mais au contraire, un véritable investissement collectif au service du plus grand nombre !

CONTACT SERVICE
PRESSE
COMMUNICATION
Cédric ROBERT
Tél : 01 55 82 84 32
Envoyer un message

Téléchargements

LA CGT DES CHEMINOTS NE SE RENDRA PLUS SUR CNEWS

| Espace presse

La Fédération CGT des Cheminots ne peut cautionner le choix fait par le groupe canal +, et plus particulièrement la chaîne CNEWS, de maintenir Eric Zemmour à l’antenne.

Ce personnage condamné pour incitation à la haine porte des messages contraires aux valeurs fondamentales de la Fédération CGT des Cheminots.

Il sert une idéologie qui vise à déchirer la société, à opposer nos concitoyens entre eux.

Nous considérons que la xénophobie, le racisme, l’homophobie, la haine de l’autre, le révisionnisme, doivent être combattus sans relâche.

La banalisation de ces propos sur les antennes ne sert pas le nécessaire débat contradictoire et démocratique, mais au contraire, nourrit des thèses dont l’Histoire nous a appris ce qu’elles pouvaient comporter d’effroyable.

La Fédération CGT des Cheminots sait aussi que la plupart des salariés de CNEWS ne cautionnent pas le maintien à l’antenne d’Eric ZEMMOUR. Nous les soutenons !

Par conséquent, la Fédération CGT des Cheminots ne se rendra plus sur les plateaux de CNEWS tant que Monsieur ZEMMOUR sera présent à l’antenne. Elle invite par ailleurs l’ensemble de ses représentants régionaux et locaux à en faire de même.

CONTACT SERVICE
PRESSE
COMMUNICATION
Cédric ROBERT
Tél : 01 55 82 84 32
com@cheminotcgt.fr

Téléchargements

VOUS ÉVACUEZ LA SÉCURITÉ, VOUS AUREZ UN CONFLIT GÉNÉRALISÉ !

| Espace presse

Les cheminots qui ont fait valoir leur droit de retrait sont légitimes à exiger plus de sécurité ferroviaire.

Le droit de retrait aurait dû être réglé en quelques heures si le Gouvernement ne s’en était pas mêlé mais Edouard PHILIPPE veut le pourrissement et use de provocations pour cela.

Le président PEPY et le Premier ministre ont fait le choix de se mettre en scène afin de proférer des menaces absurdes à l’encontre des cheminots.

On aurait préféré les voir aux côtés des usagers et du conducteur blessés dans l’accident survenu en Champagne-Ardenne.

Le Gouvernement et la direction font le choix irresponsable de détourner l’attention afin d’éluder les vrais sujets. Ils porteront SEULS la responsabilité des conséquences de leurs actes.

Ce Gouvernement craint les cheminots. Il cherche à les épuiser à chaque conflit plutôt que d’en sortir rapidement par la négociation.

Les cheminots et leur Fédération CGT ne tomberont pas dans le piège tendu.

Le Gouvernement et la direction appellent les cheminots à faire usage de leur droit de grève.

Dont acte !

La Fédération CGT appelle officiellement, ce soir, les cheminots de tous services à entrer massivement et majoritairement dans l’action de grève du 5 décembre 2019 sur les sujets d’entreprise, notamment la sécurité, ainsi que leurs conditions sociales.

CONTACT SERVICE
PRESSE
COMMUNICATION
Cédric ROBERT
Tél : 01 55 82 84 32
com@cheminotcgt.fr

Téléchargements

Vidéos

Conférence de presse qui s’est tenue mercredi 7 mars 2018

Conférence de presse qui s’est tenue mercredi 7 mars 2018

 

Toutes les vidéos

Liste des actualités

Lexique

Contact presse

J'adhère

Bandeaux publicitaires

  • Les pétitions, ça ce signe ici.