Fédération CGT des Cheminots


J'adhère

Communiqués de presse

LA PRIORITÉ AUX TRANSPORTS DU QUOTIDIEN LA CGT EST CONTRE LE CDG EXPRESS !

| Dossier NON au CDG Express

Ce matin, plusieurs dizaines de militants des syndicats de la SNCF, de la RATP, d’ADP, avec l’Union Interfédérale des Transports CGT et l’Union Régionale IDF CGT ont informé les usagers de la ligne B du Transilien en leur distribuant plus de 10 000 tracts dans un climat serein pour donner la priorité aux transports du quotidien, contre le projet du CDG Express, dans les gares de Paris Nord, Stade de France, Aulnay et Mitry-Mory.

Toute cette semaine, la CGT informe également les salariés de la SNCF, de la RATP et d’ADP sur les enjeux auxquels nous sommes confrontés dans notre quotidien. Les manques de moyens humains pour entretenir les rames de banlieue et pour assurer la maintenance de l’infrastructure ferroviaire ou encore la quasi disparition de la vente au guichet sur les lignes de banlieue amplifiant le phénomène d’abandon de proximité et de service public, non seulement des usagers, mais également de ceux qui chaque jour tentent d’assurer un service public de qualité.

Cet acharnement du Gouvernement à réaliser le CDG Express est à mettre en lien avec sa volonté de privatiser Aéroports de Paris (ADP) à laquelle la CGT est résolument opposée. Nous sommes dans une opération financière au service d’intérêts privés, quand on sait que la société Vinci est sur les rangs pour s’accaparer ADP (une société qui bénéficie déjà de larges rentes des autoroutes, des lignes à grande vitesse…) pour lui offrir une ligne dédiée à son business !

La réalisation du CDG Express priverait aussi les capacités de développement des trafics du Fret avec le triage du Bourget. Un non-sens économique et environnemental dans une période où les enjeux autour du climat sont prégnants dans la société. Rappelons qu’en Ile-de-France, la part modale du Fret Ferroviaire est inférieure à la moyenne nationale avec seulement 3 % de parts modales.

Il n’est pas inutile de rappeler que la future ligne 17 du métro du Grand Paris desservira également l’aéroport. Les 9 millions d’usagers du quotidien des transports franciliens doivent bénéficier de transports de qualité. Il est hors de question d’accepter des renoncements ou des reports de travaux comme cela pourrait se produire pour les usagers des lignes B, P et K, mais aussi pour ceux des autres lignes Transilien.

A titre d’exemple, c’est la modernisation des postes d’aiguillage de Brétigny-sur- Orge qui est sans cesse retardé, alors qu’initialement ces travaux étaient prévus en 2015. C’est également l’affaissement de la voie ferroviaire à Choisy-le-Roi provoqué par la dégradation des berges du lie de la Seine se situant parallèlement à celle-ci. La politique du curative qui prend le pas sur le préventif conduit à l’ensemble des désordres de toutes l’Ile-de-France.

Le CDG Express amplifiera ce phénomène car les ressources financières, les ressources disponibles d’engins spécialisés à la maintenance de l’infrastructure ferroviaire et les moyens des personnels techniques seront engagés prioritairement pour la réalisation du CDG Express, la filière de la maintenance ferroviaire étant extrêmement tendue.

La CGT a des propositions qui répondent aux objectifs de transition écologique, dans l’intérêt général et la réponse aux besoins du plus grand nombre.

Ainsi, pour la CGT, accroître le report modal et augmenter le débit et la fluidité des circulations du Transilien impose le doublement du tunnel Châtelet–Gare du Nord des lignes des RER B et D. Les prévisions de fréquentation journalière de ces 2 lignes en 2025 sont de l’ordre de 2 millions d’usagers contre 1,5 million actuellement.

Répondre durablement aux usagers du quotidien et à ceux de l’aéroport, c’est : ▪Réaliser la boucle du RER B entre les deux branches de la ligne entre Mitry-Claye et l’aéroport CDG ;

▪ Améliorer le cadencement de la ligne K ;
▪ Investir dans du matériel deux niveaux afin d’augmenter la capacité d’accueil et accélérer leur livraison ;
▪ Créer un atelier pour la maintenance du matériel à Mitry composé de 4 voies sur fosses ;
▪ Renforcer les personnels de maintenance RATP et SNCF ;
▪ Préserver la capacité des points de garage des rames terminus ;
▪ Réhumaniser les gares et les trains afin d’assurer la vente des titres de transports pour tous, l’accueil des usagers et leur sûreté.

Contact presse :
uit@cgt.fr
Frédéric LE MERRER
01 55 82 80 47

Téléchargements

Sénat : nouvelle attaque contre le droit de grève des salariés des transports publics

| Espace presse

Le travail parlementaire sur le projet de loi d’orientation des mobilités (LOM) vient à peine de débuter au Sénat que déjà la droite sénatoriale attaque de nouveau le droit de grève !

Jamais évoqué lors des échanges préalables avec les organisations patronales et syndicales représentatives de la profession ni avec les directions d’entreprises, un amendement déposé, notamment par M. Karoutchi (groupe LRI), a été adopté en commission le 5 mars qui vient allonger le délai de prévenance, passant de 48 heures à 72 heures pour les salariés souhaitant faire grève.

À l’heure où les besoins de mobilité se développent de manière exponentielle, où l’enjeu du développement des transports collectifs revêt une dimension centrale dans le cadre d’un développement humain durable, où les services publics doivent être les leviers d’un mieux vivre pour tous et dans la proximité des usagers, la droite parlementaire, dogmatique politiquement, violente socialement et partiale dans ses propositions fait de la question du délai de prévenance un marqueur de sa vision étriquée des relations sociales.

Non content d’utiliser un cavalier législatif dans la Loi d’Orientation des Mobilités, les arguments apportés pour tenter de la justifier sont faux, populistes et mensongers. Selon elle : « il apparait que ce délai de 48 heures est trop court pour permettre une organisation optimum du service en cas de perturbation »…

Avant cette loi en vigueur depuis 2007, l’organisation des transports, en cas de mouvement social, était assurée, rien ne la justifiait donc. Depuis, cette mesure des 48 heures sert de délai pour les directions d’entreprises pour faire pression, toujours de manière officieuse, mais néanmoins réelle, sur les salariés souhaitant avoir recours collectivement à leur droit constitutionnel de faire grève.

La CGT mettra tout en oeuvre pour empêcher de nouvelles restrictions à l’exercice du droit de grève, dans un contexte où les libertés publiques sont de plus en plus remises en cause.

Téléchargements

Nous le réaffirmons, les urgences sont ailleurs

La CGT est contre le CDG Express

| Dossier NON au CDG Express

Le Gouvernement persiste. Le préfet de région, Monsieur Cadot, dans une interview accordée dans un hebdomadaire paraissant le dimanche, confirme la réalisation du CDG express et sa livraison pour le début de l’année 2024, année des Jeux olympiques.

La CGT s’oppose à ce projet, car les urgences sont ailleurs. Avant d’imaginer une liaison qui relie l’aéroport CDG à Paris et face à la hausse de fréquentation des trains, il est nécessaire de répondre aux attentes des usagers qui s’impatientent et qui souffrent en raison de l’absence d’investissement ces 25 dernières années pour l’amélioration de leurs conditions de transports du quotidien. Par effet de ricochet, les salariés qui réalisent des prouesses pour tenter de répondre aux enjeux de service public de transports quotidiennement, dans des conditions souvent difficile, subissent de plein fouet les retards d’investissements dans l’infrastructure ferroviaire et dans la modernisation des matériels banlieues. Ils subissent également les incessantes
réorganisations des activités, que ce soit à la SNCF, à la RATP ou à ADP. Les collectifs de travail se fragilisent, ce qui entraine une dégradation des services que sont en droit d’attendre les usagers.

Il en est ainsi de la présence humaine dans les gares et les trains pour délivrer les titres de transports, notamment pour ceux qui ne sont pas porteurs du passe Navigo.
Les politiques conduites par les directions d’entreprises de la SNCF, de la RATP ou celle d’ADP, consistent à amplifier les externalisations pour réaliser les opérations de maintenance de la voie et des caténaires, fragilisant ainsi la qualité des opérations.
La maintenance du matériel : le parc des rames banlieue disponible pour la réalisation des services quotidien des lignes est insuffisant. Le moindre imprévu, conjugué à un manque d’emploi à la maintenance, fragilise, contrairement aux idées reçues, la robustesse de la production.

Malgré les promesses du Gouvernement à propos des impacts du CDG Express sur les lignes B, P et K du RER, dans sa phase travaux ou dans sa phase opérationnelle, notre expertise syndicale, trop souvent mise de côté, confirme que la souplesse de production ne sera absolument pas permise.
Le CDG Express circulera majoritairement sur les lignes B et K, mais également sur une ligne traversée par des TER et des trains du Fret. Celles-ci sont essentielles dans un contexte d’urgence environnementale pour combattre la pollution, le réchauffement climatique et les congestions des routes.

La CGT a des propositions qui répondent aux objectifs de transition écologique, dans l’intérêt général et la réponse aux besoins du plus grand nombre.

Ainsi, pour la CGT, accroître le report modal et augmenter le débit et la fluidité des circulations du Transilien impose le doublement du tunnel Châtelet–Gare du Nord des lignes des RER B et D. Les prévisions de fréquentation journalière de ces 2 lignes en 2025 sont de l’ordre de 2 millions d’usagers contre 1,5 million actuellement.

Répondre durablement aux usagers du quotidien et à ceux de l’aéroport, c’est :
Réaliser la boucle du RER B entre les deux branches de la ligne entre Mitry-Claye et l’aéroport CDG ;
Améliorer le cadencement de la ligne K ;
Investir dans du matériel deux niveaux afin d’augmenter la capacité d’accueil et accélérer leur livraison ;
Créer un atelier pour la maintenance du matériel à Mitry composé de 4 voies sur fosses ;
Renforcer les personnels de maintenance RATP et SNCF ;
Préserver la capacité des points de garage des rames terminus ;
Réhumaniser les gares et les trains afin d’assurer la vente des titres de transports pour tous, l’accueil des usagers et leur sûreté.

Pour la CGT, la priorité doit être axée sur la réalisation des travaux de modernisation des lignes existantes et celles programmées dans le cadre du Grand Paris Express.

Mardi 12 mars en matinée, la CGT s’adressera aux usagers, en leur distribuant en gare de Paris Nord, Stade de France, Aulnay et en gare de Mitry-Claye un tract demandant au gouvernement de prioriser les transports du quotidien et l’arrêt du CDG Express.

Montreuil le 11 mars 2019

Contact presse : UIT CGT
Frédéric LE MERRER
01 55 82 80 47

Téléchargements

LA SNCF CONDAMNÉE POUR DÉLIT D’ENTRAVE !

Comité d'entreprise européen

| Espace presse

Dans une procédure initiée par la CGT et portée par le CEE, la SNCF a été condamnée pour non-respect des prérogatives des élus du personnel et entrave au fonctionnement du Comité d’Entreprise Européen (CEE).

Lorsque la SNCF décide de vendre sa filiale de transports et de logistique de véhicules automobiles (STVA) en 2017, la direction de l’entreprise considère qu’elle n’a pas à informer les élus du personnel.

Fondée en 1950, STVA est devenue « un des leaders de la logistique de véhicules automobiles finis » en Europe, générant un chiffre d’affaires de 312 millions d’euros en 2016. Réalisant le transport de près de 3 millions de véhicules par an dont un tiers par le rail, l’entreprise emploie 2.150 salariés sur 31 sites dans 8 pays Européens.

Si le montant de la vente au profit du groupe Renault pour un peu plus de 160 millions d’euros peut paraître sous-évalué, c’est l’avenir de plus de 2 000 salariés du groupe SNCF qui préoccupe les élus de la CGT rejoints par l’ensemble des syndicats représentatifs du Comité d’Entreprise Européen.

Sur interpellation des représentants du personnel, la direction de la SNCF peu encline à se soucier du sort de ses salariés refuse alors d’informer et consulter les élus du comité.

C’est à ce titre que le CEE a engagé une démarche juridique.

Le lundi 22 Février 2019, le tribunal a rendu sa décision et condamné la SNCF pour entrave au comité dans l’information et la consultation.

Avec cette décision, la SNCF devra à l’avenir changer d’attitude et procéder aux informations et consultations en temps utile comme le prévoient les textes législatifs français et européens.

La Fédération CGT des Cheminots continuera de se battre afin de faire respecter les droits des salariés, les prérogatives de leurs élus dans chaque instance représentative du personnel.

CONTACT SERVICE PRESSE COMMUNICATION
Cédric ROBERT
Tél : 01 55 82 84 32
Contacter le service presse

Téléchargements

ET EN PLUS, C’EST AVEC NOTRE ARGENT !

Scandale CDG Express

| Dossier NON au CDG Express

Le projet CDG Express est un train direct reliant la gare de l’Est à l’aéroport Roissy Charles de Gaulle et réservé aux seuls utilisateurs de celui-ci pour un prix unique de 24 €.

Ce projet provoque légitimement la colère des élus politiques et des usagers.

Alors que le transport du quotidien est à la limite de l’asphyxie en Ile-de-France, que les pannes, les retards, les annulations se multiplient sur l’ensemble du réseau RER, le Gouvernement fait le choix d’investir massivement dans une ligne ferroviaire élitiste, avec les deniers publics.

Le montage financier est ainsi fait que c’est l’Etat qui emprunte auprès des banques 1,7 milliard et c’est encore lui qui serait garant des pertes d’exploitation jusqu’en 2030.

C’est enfin Aéroport de Paris et la SNCF qui apportent les 400 millions d’euros manquants pour boucler le budget de l’opération qui atteint 2,1 milliards.

Ce projet est piloté par ADP et SNCF Réseau pour l’infrastructure et Kéolis RATP DEV pour l’exploitation et la maintenance des trains.

Alors que les usagers et les cheminots vivent au quotidien les effets des sous investissements successifs notamment sur la ligne B du RER, le Gouvernement joue au Monopoly et souhaite lancer les premiers travaux d’infrastructures sans attendre le rapport définitif des concertations menées, tout cela sans l’avis des élus locaux, des associations d’usagers, des organisations syndicales.

Au-delà de la méthode proprement scandaleuse, la CGT des Cheminots estime que cet argent doit être réorienté vers le transport ferroviaire du quotidien répondant aux intérêts du plus grand nombre.

Ainsi, pour la CGT, accroître le report modal et augmenter le débit et la fluidité des circulations du Transilien, impose le doublement du tunnel Châtelet – Gare du Nord des lignes du RER B et D. Les prévisions de fréquentation journalière de ces 2 lignes en 2025 sont de l’ordre de 2 millions d’usagers contre 1,5 million actuellement.

Répondre durablement aux usagers du quotidien et à ceux de l’aéroport, c’est :

  • Réaliser la boucle du RER B entre les deux branches de la ligne entre Mitry-Claye et l’aéroport CDG ;
  • Améliorer le cadencement de la ligne K ;
  • Investir dans du matériel deux niveaux afin d’augmenter la capacité d’accueil ;
  • Créer un atelier SNCF pour la maintenance du matériel à Mitry ;
  • Réhumaniser les gares et les trains, renforcer les personnels de maintenance RATP et SNCF.

La Fédération CGT des Cheminots constate, une nouvelle fois, que ce Gouvernement fait le choix de l’intérêt particulier au détriment du plus grand nombre, qu’il veut en finir avec le transport public de masse, à l’image de la réforme qu’il conduit s’agissant de la privatisation de la SNCF.

La Fédération CGT des Cheminots entend bien être un des éléments du rempart aux décisions politiques qui constituent, selon elle, une série d’erreurs qui insulte l’avenir.

CONTACT SERVICE PRESSE COMMUNICATION
Cédric ROBERT
Tél : 01 55 82 84 32
Contacter le service presse

Téléchargements

EN CE MOMENT, DES CHEMINOTS MEURENT

| Espace presse

La Fédération CGT des cheminots est scandalisée par la situation tragique que vivent les cheminots grévistes maliens depuis de nombreux mois.

Elle alerte sur le scandale sanitaire et social que cette situation engendre.

Selon nos informations, l’Etat malien a cédé en 2003 l’ensemble de l’infrastructure ferroviaire, du matériel roulant, du personnel cheminot à des sociétés privées peu scrupuleuses, et encore moins soucieuses de maintenir un bon service ferroviaire.

En 2015, l’Etat malien a finalement fait le choix de reprendre la gestion de l’activité ferroviaire. Cette situation a toutefois conduit à ce que, pendant 12 ans, l’état du réseau, du matériel, se soit détérioré au point que certaines lignes soient devenues inexploitables. Une partie du matériel roulant est restée à l’arrêt, sans entretien, et donc aujourd’hui hors d’usage.

Ce désengagement, en plus d’avoir rendu l’activité ferroviaire inopérante, conduit à une situation sociale et sanitaire désastreuse.

En effet, depuis plus de 11 mois maintenant, les cheminots maliens n’ont pas été payés, entraînant pour la majorité d’entre eux l’impossibilité de se nourrir, de se soigner, de vivre dignement.

Nos collègues maliens ont entamé une grève de la faim pour exiger leur dû vis-à-vis du gouvernement. C’est notamment vrai à Bamako, Kita, Toukoto et Kayes.

C’est avec une vive et profonde émotion que la Fédération CGT des cheminots a appris que cette situation a conduit au décès de 7 d’entre eux à ce jour, ainsi que des bébés.

La Fédération CGT tient à faire part de son soutien sans faille aux cheminots maliens et à leurs familles. La CGT, impliquée depuis toujours dans le syndicalisme international, s’engage à faire vivre la solidarité entre les peuples, les salariés.

C’est pourquoi, elle lance une large souscription financière et appelle les cheminots de France à y contribuer.

Les dons sont à adresser, dans un premier temps, à l’ordre de la Fédération CGT des cheminots qui transmettra au syndicat des travailleurs du rail (Sytrail/UNTM).

CONTACT
SERVICE PRESSE
COMMUNICATION
Cédric ROBERT
Tél : 01 55 82 84 32
com@cheminotcgt.fr

Téléchargements

Baisse des péages autoroutiers… L’enfumage !

| Espace presse

Pour tenter d’éteindre l’incendie social, la ministre des Transports Elisabeth Borne a demandé aux sociétés concessionnaires autoroutières (SCA) de faire « un geste commercial » pour le pouvoir d’achat des usagers en parallèle de la hausse annuelle prévue le 1er février prochain
Dans leur « grande générosité », les SCA ont annoncé le 17 janvier une réduction de 30% pour les automobilistes qui font au moins dix allers-retours par mois en empruntant le réseau autoroutier.

Mais la hausse moyenne annuelle de 1,8% à 1,9% prévue dans les contrats signés par les SCA et l’Etat aura bel et bien lieu.

Avant 2006, les principaux réseaux d’autoroute étaient publics. Les péages servaient à financer l’exploitation, le remboursement de la construction et le développement du réseau. L’Etat ayant vendu ses parts à des entreprises privées, les contrats avec Eiffage, Vinci et Abertis qui à l’origine s’étalaient sur 20 à 25 ans ont depuis été prolongés et les concessions des principales sociétés autoroutières (APRR, ASF, Cofiroute et Sanef) courent au moins jusqu’à 2032.
Les tarifs des péages sont fixés chaque année (au 1er février) par ces sociétés d’autoroutes, selon des conditions définies par le décret n°95–81 du 24 janvier 1995 relatif aux péages autoroutiers. Ils doivent tenir compte de l’inflation, des investissements (réalisés ou à venir) et de la redevance domaniale versée à l’État (pour la « location » des autoroutes).

Le prix des péages a augmenté de 20% en dix ans tandis que l’inflation n’a augmenté « que » de 11,4%. Où va la différence ?

Les bénéfices de ces SCA, en constante augmentation, ont bondi de 25 % en 2016 (+ 2,8 milliards d’€) et ces mêmes sociétés d’autoroute ont reversé plus de 4,7 milliards d’€ de dividendes à leurs actionnaires.
Ces profits se font directement sur le dos des usagers et des salariés :
En réduisant des effectifs, tout en percevant le CICE (Crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi)
En faisant appel à leurs propres filiales pour la réalisation de travaux sur leurs réseaux (Vinci ou Eiffage sont aussi et surtout de grands groupes de construction.
Par l’augmentation des tarifs des péages, qui représentent 97% des entrées d’argent.

Comment sortir de ce piège autoroutier ?

L’article 38 de l’accord de 2006 prévoit pourtant qu’au nom de l’intérêt général, « l’État aura le droit de racheter la concession au 1er janvier de chaque année, moyennant un préavis d’un an », et le versement d’indemnités aux sociétés autoroutières.
En cas de rachat, les pouvoirs publics pourraient reprendre la main sur les infrastructures autoroutières, en attendant de renégocier avec d’éventuels concessionnaires.

Pour la CGT, des solutions existent pour redonner du pouvoir d’achat et répondre aux besoins de mobilité

Il s’agit de renationaliser les autoroutes concédées afin que cette manne financière revienne dans le giron de l’Etat et que les profits soient utilisés pour l’intérêt général, notamment en répondant aux enjeux sociaux et environnementaux, à l’entretien des infrastructures de transport.
Il s’agit de conduire une nouvelle politique d’aménagement du territoire en stoppant l’étalement urbain responsable de congestion et de pollution qui amplifie les mobilités autour des métropoles, en réindustrialisant dans les territoires, et en priorisant des solutions de transport collectif dans une logique de service public.
Il s’agit de mettre à contribution les entreprises car les infrastructures de transports sont structurantes économiquement pour les échanges des biens et des personnes.

Il y a urgence ! La priorité, c’est de répondre à l’intérêt général,
Pas aux actionnaires des sociétés concessionnaires d’autoroutes qui disposent de véritables rentes en percevant les péages.

CONTACT
SERVICE PRESSE
COMMUNICATION
Cédric ROBERT
Tél : 01 55 82 84 32
com@cheminotcgt.fr

Téléchargements

HALTE A L’ATTAQUE DES CHEMINOTS !

| Espace presse

La Fédération CGT des Cheminots découvre avec consternation qu’un reportage télévisuel sur la catastrophe de Millas est programmé ce soir et que celui-ci verse dans la désinformation pour faire du sensationnalisme.

Le fait que le train était conduit par la stagiaire en formation est présenté comme une révélation, alors qu’il s’agit de la pratique normale de l’apprentissage du métier, conforme à la législation.

Cela n’indique en rien que les cheminots aient commis la moindre faute et procède probablement d’une instrumentalisation des médias pour détourner l’attention des fautes réellement commises par d’autres parties.

La Fédération CGT des Cheminots appelle la direction de l’entreprise SNCF à confirmer le caractère normal de la situation et dénonce l’attitude des médias qui relaient des éléments partiels sans attendre les conclusions de l’enquête.

CONTACT
SERVICE PRESSE
COMMUNICATION
Cédric ROBERT
Tél : 01 55 82 84 32
com@cheminotcgt.fr

Téléchargements

LA FÉDÉRATION CGT CHEMINOTS APPELLE À LA GRÈVE

Appel à la grève

| Espace presse

Les syndicats de la Fédération CGT des cheminots réunis en Conseil National le 06 décembre 2018 décident d’appeler à la grève le 14 décembre 2018

Ils constatent que les mouvements sociaux actuels posent les questions de salaires et pensions, de protection sociale, d’environnement et de service public en territoire. Autant de sujets qui étaient portés par la grève des cheminots d’avril à juillet 2018.

La colère n’est pas retombée à la SNCF et rejoint la colère de la population sur la méthode du Gouvernement et sur le fond de sa politique de casse sociale.

La grève du 14 décembre 2018 sera donc l’occasion pour les cheminots de montrer cette colère contre une réforme qu’ils continuent de rejeter.

Face à la fermeture massive des gares, aux restructurations incessantes, à l’externalisation de nos charges de travail, aux menaces qui se précisent sur les lignes de proximité, aux blocages patronaux sur les négociations de la CCN, à la casse du Statut, à la poursuite du gel des salaires et pensions, les conditions sont réunies pour contester les premières conséquences de la réforme et dénoncer les mensonges gouvernementaux.

La Fédération CGT dépose ce jour un préavis de grève et appelle à l’organisation d’assemblées générales dans tous les sites le 14 décembre afin de débattre de la situation et des attentes des salariés.

Le préavis déposé permettra de coordonner très rapidement de nouvelles séquences de grève si c’est la volonté des cheminots.

Par ailleurs, les syndicats CGT cheminots exigent la libération et l’abandon des poursuites contre les lycéens qui se sont mobilisés ces derniers jours. L’attitude des pouvoirs publics est inqualifiable. Le traitement réservé aux jeunes, y compris mineurs, est inacceptable.

CONTACT
SERVICE PRESSE
COMMUNICATION
Cédric ROBERT
Tél : 01 55 82 84 32
com@cheminotcgt.fr

Conférence de presse du Comité de vigilance ferroviaire

Introduction faite le 4 décembre 2018

| Espace presse

Mesdames et Messieurs,

Bonjour à toutes et à tous et merci d’avoir répondu à notre invitation.

1)Présentation du comité de vigilance :

Le comité de vigilance sur le service public ferroviaire a été créé le 3 octobre 2018.
2 réunions se sont tenues pour échanger sur la réforme du système ferroviaire et ses conséquences, sur les attentes vis-à-vis du service public.

Un plan de travail a été établi sur les prochains mois pour étudier 3 thèmes en particulier en plus de l’actualité:

• Les territoires et le service public ferroviaire ;
• L’environnement et le service public ferroviaire ;
• La politique de l’Union Européenne en matière ferroviaire.

Participent de façon régulière : 10 Partis politiques, 2 associations d’usagers à caractère national et plusieurs associations à caractère régional, des personnalités civiles et la CGT.
Le comité de vigilance recense un grand nombre de mobilisations locales des usagers, élus et cheminots ces 3 derniers mois pour la préservation des lignes, des gares et des dessertes.
Certaines de ces manifestations sont relayées via un blog créé pour l’occasion il y a quelques semaines.
La réforme est donc loin d’avoir apportée des solutions aux problématiques que connaît le mode ferroviaire, au contraire.
L’un des objectifs du comité de vigilance est de donner une visibilité nationale à ce mécontentement, aux exigences des usagers du service public et aux éventuelles contrepropositions qui pourraient faire consensus entre les participants.
Il s’agit de mettre en lumière la réalité de la réforme du système ferroviaire en regard des nombreuses promesses mensongères que le Gouvernement a véhiculé pendant le conflit des cheminots pour éviter que l’opinion publique ne bascule totalement en leur faveur.

2) Le contexte :

Des exigences environnementales ont été exprimées dans les manifestations sur le réchauffement climatique. Elles se confrontent avec une absence totale de politique gouvernementale de report modal de la route sur le rail, que ce soit en matière de transport de voyageurs que de marchandises. Le transport est portant un gros pourvoyeur d’émission de gaz à effet de serre.
Des exigences sociales sont exprimées en ce moment sur l’avenir des territoires, et aussi sur la vie chère. Elles se confrontent avec l’abandon de la logique de mutualisation liée au service public, la politique de marge qui incite à la hausse des tarifs, et l’abandon de dessertes et de lignes dans les zones jugées non rentables.
Ce contexte appelle d’autres réponses que la piètre réforme libérale du système ferroviaire qui a été votée par les parlementaires LREM et de droite en juin 2018.

3) Point sur la réforme en elle-même :

– Les éléments qui restent à écrire (décrets, ordonnances) – les organisations syndicales ont été reçues par le Ministère le 5 octobre. Comme à son habitude celui-ci écoute mais ne tient aucun compte de l’avis des représentants du personnel.

o Décret « transférabilité du personnel… ». La négociation avec le patronat est totalement stérile. Les organisations syndicales qui se sont engagées dans l’accompagnement sur ce dossier constatent le refus de toute concession de la part du patronat et du Gouvernement. Une réunion de branche a lieu aujourd’hui, une autre est prévue le 11 décembre.

o Ordonnances à 6 mois

• sur l’ouverture à la concurrence (modalités de transfert aux Autorités Organisatrices des matériels roulants et des ateliers, tarification, billettiques, régulation, etc…). C’est la priorité absolue du Gouvernement (la seule ?) : permettre rapidement que les premiers appels d’offres puissent être travaillés.
• sur la négociation collective.

o Autres ordonnances :

• à 9 mois sur les péages et la révision des contrats de performance ;
• à 12 mois sur le groupe ferroviaire unifié (organisation, missions, gestion des gares, gouvernance du groupe, conditions d’indépendance de SNCF Réseau, etc…)

– Le complément de la politique des transports dans la LOM

o Financements des infrastructures revus à la baisse par rapport aux annonces lors du conflit (56 milliards sur 10 ans, contre 60 milliards dans le scénario 2 Duron ; pour le ferroviaire les montants sont stables à environ 3,6 milliards mais financés en majorité sur fonds propres de la SNCF).
o Politique publique axée essentiellement sur l’automobilité (marche, vélo, trottinette, covoiturage…) ; nouvelles technologies à l’appui de cette constitution d’un « GAFA des transports » ;

Impact de sa mise en place depuis le vote :
– La préparation au passage en Société par Actions de droit privé : hausse du CA de 20 % et hausse de la marge opérationnelle de 50 % d’ici 2026. Donc pression sur la croissance externe, les prix et la masse salariale.
– La préparation à l’ouverture à la concurrence : Plus aucune solidarité ou mutualisation financière, adaptation du prix au marché et adaptation des coûts au prix pour maintenir la marge en jouant sur la qualité.

o TGV – segmentation entre INOUI de luxe et OUIGO low cost ; suppression des dessertes de villes moyennes jugées non rentables.
o TER – segmentation de l’offre entre Proxy, chrono, et City, donc casse de l’égalité de traitement entre les usagers.

– La préparation de la filiale « gares » :

o Guichets massivement fermés pour avoir à terme une filiale gestionnaire des espaces commerciaux et simple « donneuse d’ordres » sur le service minimum propreté – sécurité – réparation. Exemple : 70 km de ligne dans le Cantal sans un guichet depuis le 1er décembre, les agents circulation qui faisaient auparavant la vente sont toujours sur place donc cela ne génère aucune économie !

– Préparation de la filiale FRET

o Plan d’affaires en préparation prévoyant 1 % d’augmentation du CA par an… Donc probable poursuite de la régression lente des trafics

– La trajectoire économique

o Désengagement financier de l’Etat et report sur les collectivités (budget 2019 de SNCF Réseau : l’Etat devait financer à hauteur de 958m€, il n’apporte que 503m€, et ce sont les autres collectivités qui compensent).

o Productivité massive :

• Annonce de Pepy de suppression de 15 % des effectifs d’ici 2016 !
• Budget 2019 de SNCF Réseau : 733 emplois supplémentaires sont nécessaires pour respecter le plan de charge sur les travaux et 233 pour la maintenance, mais au final aucun ne seront créés et on supprimera même 285 postes.

– La reprise de la dette :

o Montage d’une « caisse de la dette publique » pour constitution d’un système de « dette miroir » qui aboutit au maintien du poids financier sous le double effet de l’accroissement de la dette globale et de la hausse des taux d’intérêts. Mécanisme pour préserver les intérêts des investisseurs.
o Toujours pas d’équilibre financier du système

– Gouvernance : Direction centrale de la SNCF fragilisée par l’annonce de départ du Président, tiraillement des activités dont chacune veut défendre son intérêt propre.

CONCLUSION
Un premier bilan d’étape de la réforme à 6 mois qui est mauvais, qui ne correspond pas aux promesses du Gouvernement et qui aggrave la situation des usagers, des territoires et des cheminots.

Téléchargements

Vidéos

Conférence de presse qui s’est tenue mercredi 7 mars 2018

Conférence de presse qui s’est tenue mercredi 7 mars 2018

 

Toutes les vidéos

Liste des actualités

Lexique

Contact presse

J'adhère

Bandeaux publicitaires

  • Les pétitions, ça ce signe ici.