Fédération CGT des Cheminots


Voeux 2018


J'adhère

Plan d'urgence ferroviaire

Urgence sur nos droits !

Il y a urgence à se mobiliser contre la stratégie de la direction SNCF qui vise à réduire nos droits et à éclater le service public ferroviaire.

Je signe cette pétition :

• POUR le retour à une entreprise publique unique et intégrée : La SNCF ;
• POUR le maintien et le développement du statut et de notre régime spécial ;
• POUR l’amélioration de nos conditions de travail et le développement de l’emploi et CONTRE la casse des métiers de cheminots ;
• POUR une augmentation générale des salaires et des pensions ;
• POUR une amélioration des droits des cheminots contractuels en matière de protection sociale, de déroulement de carrière, de conditions de travail ;
• POUR le maintien et le développement des FC, des logements en direction des cheminots et leurs familles ;
• POUR le maintien, l’amélioration et le développement de notre protection sociale (médecine, action sociale, CPR…).

Signez et faites signer la pétition !


Surveillance Générale

La direction sacrifie la formation TIS

Dans une note interne du 26 octobre 2017, la Direction de la Sûreté précise aux DZS les modalités venant modifier le RA 298 (Formation continue TIS des agents du service). Cette note, à effet immédiat, vient revoir à la baisse le nombre d'heures annuelles de formation par agent, passant ainsi de 40 heures minimum à 10 heures minimum, avec une programmation de seulement deux séances obligatoires. Autrement dit, la formation de 40 heures a minima se transforme en 40 heures maximum avec un seuil obligatoire de 10 heures.
Désormais, il sera de la seule responsabilité des moniteurs TIS d'évaluer le niveau de chaque agent et d'identifier, le cas échéant, des besoins de formation complémentaires dans la limite de 30 heures annuelles maximum (la question étant de savoir si dans la période, l'agent sera retiré de l'opérationnel avec retrait de l'ICPA).
En s'attaquant frontalement à la Formation TIS, la direction de la sûreté vient, en toute obéissance, répondre à l'ARAFER dans sa demande de réduire le coût horaire de l'agent SUGE. La direction, fidèle à sa logique comptable, s'inscrit dans une quête effrénée d'économies, dictées par la réforme du ferroviaire et la nouvelle structuration de l'entreprise que dirigeants et organisations syndicales complices et signataires expliquaient, pourtant, inoffensive et sans conséquence.
Cette décision, unilatérale, de la Direction de la Sûreté est inacceptable, dangereuse et méprisante envers les cheminots de la SUGE et de leur engagement quotidien. Qui plus est, cette mesure remet indéniablement en cause et en péril un pan entier du professionnalisme et de la crédibilité de notre service. La formation TIS, propre à l'exercice de notre métier, demeure un des seuls remparts nous séparant du métier des agents de sécurité privée (ADS), alors que les activités SNCF organisent délibérément et de manière déloyale la mise en concurrence du service de la SUGE avec les sociétés de gardiennage se développant partout sur le territoire.
Diviser par quatre le nombre d'heures de formation TIS va impacter gravement la sécurité des cheminots, des usagers tout comme l'intégrité physique des cheminots de la SUGE pour qui la responsabilité pénale serait engagée si un déficit de maitrise des techniques d'intervention venait à être constaté (lors d'une interpellation par exemple). C'est sans oublier aussi que cette nouvelle disposition fera peser un niveau de responsabilité particulièrement élevé sur l'ensemble des moniteurs TIS de France à qui il revient d'autoriser un agent SUGE à exercer son métier.

Par ma signature, j'exige une formation continue TIS de haut niveau, avec un minimum de 40 heures annuelles pour chaque agent, afin d'assurer au mieux et dans des conditions de sécurité maximum mon rôle et ma mission de service public.

Signez et faites signer la pétition !


UFCM CGT

Pour un encadrement réellement reconnu !

Dans le cadre de la négociation sur le forfait-jours, deux études ont été réalisées durant l’automne 2016 ; la première par la Direction des Audits et des Risques (DAR) sous la responsabilité de la Direction de l’entreprise, la seconde par le cabinet SECAFI à la demande de l’unanimité des élu-e-s du CCGPF.
Ces deux études font apparaître que le temps de travail légal des cadres et agents de maîtrise est dépassé systématiquement (sans être reconnu).

LE CONSTAT EST SANS APPEL !

  • 75% des cheminots de l’encadrement dépassent les 39h hebdomadaires ;
  • Près de 20% sont au-delà de la limite hebdomadaire européenne fixée à 48h !
  • 70% des agents travaillent pendant
    leurs repos !
  • Près de 20% des agents au régime des sièges ont des difficultés à prendre
    les journées courtes !
  • 57% des cheminots estiment leur charge de travail tendue ! 13 % la jugent excessive !
  • De nombreux agents de l’encadrement se retrouvent au 31 décembre avec plus de 20 congés annuels et plus de 10 RQ non pris !
  • Les comptes temps explosent !
  • De nombreux agents reçoivent ou envoient des mails en pleine nuit (22h – 4h), jusqu’à ¼ des agents dans certains métiers !

QU’AMÈNE LE FORFAIT-JOURS POUR EVITER CES EXCÈS ? RIEN !

Cette situation de dépassement du temps de travail légal et conventionnel est dénoncée depuis longtemps par l’UFCM-CGT auprès d’une Direction qui s’obstine à ignorer ses responsabilités, la réalité et les conséquences sur la santé et la sécurité des cheminot-e-s et des circulations.
Loin d’en prendre la mesure et de prendre les décisions adéquates, les dirigeants des COMEX (maintenant appelés « Le Club ») ont préféré échapper à leurs responsabilités.
Alors que la Direction a des obligations de résultats en termes de santé et sécurité des cheminots, toute sa stratégie de la dernière période a consisté à reporter l’exposition juridique, liée au manque de moyens, sur la relation N/N+1. Situation d’autant plus inacceptable que les DET, DUO, DPX, Chefs de service et de département, au coeur de cette relation, n’ont aucune marge de manoeuvre sur le sujet.

Par conséquent, l’Union Fédérale des Cadres et agents de Maîtrise (UFCM-CGT) considère l’accord forfait-jours comme un forfait commis contre l’encadrement de la SNCF !

Tenir un poste d’encadrement ne doit pas entraîner une dégradation des conditions de vie et de travail des agents de maîtrise et des cadres.

Pour ces raisons, l’UFCM-CGT vous invite à ne pas signer votre convention individuelle et vous propose de signer cette pétition.

Les personnels signataires exigent :

  • L’application des 35 heures par une mesure horaire du travail et la mise en place d’un véritable dispositif d’alerte, la reconnaissance des heures supplémentaires et leur récupération, le respect des Cadres d’Organisation tous collèges ;
  • Une organisation collective du travail à partir de tableaux de service à horaires variables négociés ;
  • La garantie de l’équilibre vie personnelle et vie professionnelle par l’effectivité des temps de repos ;
  • La mise en place du droit à la déconnexion ;
  • L’adaptation de la charge de travail ;
  • Des solutions contre la surcharge de travail à partir de l’analyse des besoins en proximité en termes d’emploi, d’organisation collective de travail … (internalisation, appuis en proximité, mise en place d’assistants, taille et périmètre des collectifs…) ;
  • Une véritable reconnaissance professionnelle par la qualification hiérarchique et le salaire.

Signez et faites signer la pétition !


CREQ - CRLO - APLG

UNE LICENCE = UN CONDUCTEUR

Notre démarche s’adresse à l’ensemble des conducteurs qui, aujourd’hui, ne sontpas considérés par l’entreprise comme de véritables conducteurs au titre de la directive 2007/59/CE. Qu’ils soient de Réseau ou de Mobilités, l’ensemble des conducteurs doivent être intégrés dans le grand métier Conduite, porté par la CGT!

Je signe cette pétition :

• POUR obtenir une égalité de traitement de tous les titulaires de la licence de conduite en matière de salaire et de déroulement de carrière

• POUR l’arrêt de l’externalisation dangereuse des charges de conduite

• POUR l’intégration de tous les CREQ,CRLO et APLG dans un grand métier Conduite

• POUR un arrêt de la conduite autonome sur les chantiers de l’Infra.

Signez et faites signer la pétition !


CGT GOODYEAR AMIENS NORD

L'appel des Goodyear

Jeudi 4 février, ont eu lieu partout en France des rassemblements de soutien aux huit salariés de Goodyear condamnés à de la prison ferme et, plus largement, de protestation contre les multiples atteintes aux libertés syndicales.

Les libertés syndicales ne vont pas bien en France. Depuis l’affaire des cinq militants CGT qui étaient poursuivis pour avoir refusé un prélèvement ADN, on assiste à une multiplication d’atteintes au droit syndical (licenciement pour avoir monté une section CGT chez Vuitton, licenciement pour avoir fait grève à la Stef, menaces contre les Bourses du travail... (lire le dossier Pas de conquêtes sociales sans libertés syndicales). Cette escalade a connu son apogée le 12 janvier dernier avec la condamnations de 8 salariés de Goodyear à deux ans de prison dont neuf mois ferme, une première dans le droit français. Pour protester contre cette condamnation, signez la pétition pour demander leur relaxe qui a déjà réuni plus de 150 000 signatures.

Pétition unitaire

Cheminots de EALE

Nous, cheminots des EALE, interpellons la direction de l’infrastructure sur l’ensemble des points suivants :

Je signe cette pétition :

• POUR la durée d’exercice du métier de Régulateur Sous-Stations qui ne doit pas excéder cinq années pour ceux qui le souhaitent, pour permettre aux agents un déroulement de carrière sur d’autres postes ;
• POUR le temps de séjour des agents (Maintenance, GT et CSS) sur le premier niveau de leur qualification ne doit pas excéder cinq ans ;
• POUR le passage à la qualification F qui doit s’effectuer au plus tard au bout de dix années de tenue de poste à E pour les RSS ;
• POUR la tenue d’un poste de réserve dans les CSS qui doit être considéré comme un deuxième poste sur la qualification E ;
• POUR que des passerelles soient mises en place pour les agents qui souhaitent quitter les EALE ;
• POUR les postes des Groupes Techniques, des équipes MSI (Maintenance du Système Informatique des CSS informatisés), des Equipes Télécommande qui doivent être au minimum sur la qualification D ; • POUR les agents sur la qualification B qui sont sur des postes d’accueil et à ce titre ils ne doivent pas monter d’astreinte. Ceux habilités qui sont chargés des consignations et des travaux doivent être nommés à la qualification C ; • POUR les EALE qui doivent être maintenus dans leur propre UP en y conservant la maintenance, la régulation et le groupe technique ; • POUR les sous-effectifs qui doivent être comblés pour respecter les Cadres d’Organisation.

Signez et faites signer la pétition !


Retraités, futurs retraités

Préservons et améliorons nos droits !

Les pensions sont gelées depuis le 1er avril 2013 et jusqu'au 1er octobre 2015. La politique menée par le Gouvernement n'épargne pas les retraités qui voient leur pouvoir d'achat attaqué durement par l'inflation des prix sur les dépenses obligatoires (santé, logement, énergie…) et par plusieurs mesures fiscales (création de la CASA, fiscalisation de la majoration enfants, suppression de la demi-part fiscale,
augmentation de la CSG, de la CRDS, de la CASA et de la cotisation maladie par modification des références pour leurs calculs, hausse de la TVA passant de 19,60% à 20%).

Par ailleurs, en supprimant le forfait optique de 100 €, la Direction de la CPR SNCF remet en cause, à terme, les Prestations Spécifiques Non Pérennes mises en oeuvre depuis 2006.

Après le rassemblement du 12 mars dernier à Paris, où 4500 retraités et actifs ont exigé le maintien du versement de leur pension au trimestre, les retraités signataires exigent :

• la non promulgation du décret fixant la mensualisation des pensions au 1er janvier 2016 et le maintien du versement trimestriel à échoir sans fractionnement ;
• la mise en place du groupe de travail concernant les basses pensions de réversion ;
• l'arrêt du gel des pensions et l'amélioration du pouvoir d'achat ;
• la prise en compte des trimestres pour les ex-apprentis dans le calcul de la retraite ;
• le maintien des prestations non pérennes (exemple : le forfait optique à 100 €).

Signez et faites signer la pétition !


25 juin 2015

Augmenter les salaires, les minima sociaux, les pensions, c’est urgent, nécessaire et juste

La répartition des richesses en France est de plus en plus inégale : les salaires, les pensions, les minimas sociaux stagnent. La protection sociale est malmenée par une politique de bas salaires, de chômage et de cadeaux aux entreprises notamment par une exonération croissante des cotisations sociales qui diminue les ressources de notre protection sociale.  Les conséquences des politiques menées sont graves :

• nos salaires, nos pensions, nos ressources sont trop bas pour vivre correctement ; 
• les diplômes et les qualifications ne sont pas suffisamment reconnus et rémunérés ; 
• notre protection sociale couvre de moins en moins nos besoins face aux aléas de la vie. 

C’est cela la crise

Augmenter les salaires, les pensions, les minima sociaux, c’est indispensable pour bien vivre. C’est un élément essentiel pour relancer la consommation des ménages, renforcer notre système de protection sociale et sortir de la crise économique et sociale que connait le pays depuis plusieurs années.  Remettre la sécurité sociale au coeur d’une politique sociale, c’est protéger notre santé, notre retraite, notre famille. C’est permettre de vivre dignement et en bonne santé à tout âge. 

Pétition

Moi, salarié-e, retraité-e, étudiant-e, chômeur-se :
• je demande l’augmentation du Smic, du point d’indice des fonctionnaires et des minimas sociaux de 10 % au 1er juillet 2015 ;
• je soutiens la proposition de la CGT pour la tenue d’une conférence sociale sur les salaires, convoquée par le gouvernement avant mi-juillet 2015 sur :

⁃ la revalorisation des salaires et pensions ;
⁃ l’égalité salariale femmes - hommes ;
⁃ la reconnaissance des qualifications. 

Signez et faites signer la pétition !


Sûreté ferroviaire

Mon métier, j'y tiens !

Suite à la réforme du ferroviaire, la sûreté ferroviaire, bien que reversée dans l’EPIC de tête, n’est plus considérée comme transverse.

Au travers de cette pétition, j'exige :

• Une SUGE mutualisée à l’ensemble des EPIC;
• Des recrutements à hauteur des besoins et non pas des services limités proposés aux activités en fonction de l’effectif disponible ;
• Le respect de l’accord de 2005 : IPA-ICPA indemnités fixes mensuelles sans proratisation et intégrées dans le calcul de la prime de travail ;
• Un déroulement de carrière de l’agent SUGE : niveau 2 de la qualification B dès l’obtention du constat et l’accès automatique à la qualification D hors compte pour les agents ayant 25 ans d’ancienneté dans le service, le maintien des contenus métiers dans la composition d’équipes : un agent opérationnel chef d’équipe de qualification D, un chef de missions à la qualification C, au moins un agent de qualification C en province et 2 en IDF par équipe. Equipes de 4 agents minimum en grosse agglomération et 3 partout ailleurs ;
• Pénibilité : la prise en compte de la pénibilité (agent de plus de 50 ans : division par 2 des horaires de nuits et de matinées, pas de programmation de repos secs, temps partiel validé, port de la tenue…), le maintien du paiement des IPA pour les agents au taux 1 de la pénibilité, dans le cadre d’une reconversion jusqu’à la cessation d’activité ;
• La formation à l’Université Sûreté ne peut engager des frais personnels et doivent être intégralement pris en charge par l’entreprise. Le logement doit pouvoir se faire à proximité du lieu de formation.

Signez et faites signer la pétition !


LES CE ET LE CCE EN DANGER !

Quel avenir pour le personnel ?

Le collectif national CGT des Personnels CE/CCE et du CCE, les cheminots interpellent le gouvernement et la direction SNCF sur l'avenir des CE dans le cadre de la réforme du système ferroviaire.

Je signe cette pétition :

POUR la création de Comités Territoriaux du Groupe Public Ferroviaire ayant les prérogatives économiques et de gestion des Activités Sociales et Culturelles des instances CE/CCE actuelles;
POUR le maintien des Activités Sociales et Culturelles nationales et en proximité ;
POUR une dotation Activités Sociales égale à 3% de la masse salariale brute des cheminots actifs et 1% de la masse salariale des pensions de retraités ;
POUR un financement spécifique (hors budget Activités Sociales) afin que la gestion de la restauration permette une égalité de traitement des cheminots sur l'ensemble du territoire ;
POUR la création de nouvelles structures de restauration d'entreprise et de maisons de vacances Enfance / Jeunesse et Famille ;
POUR la garantie du maintien de nos emplois sur nos territoires.

Signez et faites signer la pétition !


Fermeture du Théâtre traversière à Paris

LA SNCF S’ATTAQUE AUSSI A LA CULTURE !

La SNCF a décidé de dénoncer le bail qui la liait au nouveau propriétaire du théâtre Traversière à paris, dans le 12ème arrondissement.

Ainsi, la direction SNCF souhaite que le théâtre Traversière ferme ses portes le 31 juillet 2015.

Le théâtre Traversière, geré par le Comité d'Entreprise, c’est l’accès à la culture pour les Cheminots à des tarifs abordables, c'est 15000 spectateurs par an.

La seule alternative proposée se résume en un lieu inadapté, d’une capacité d'accueil de 50% inférieure à Traversière, dans lequel aucun concert ne peut être programmé en raison du règlement de copropriété qui comprend des logements. Cette solution rend donc ce lieu inexploitable et ne permet pas de poursuivre l'activité de Traversière.

Ce choix inacceptable de la direction SNCF pourrait avoir des conséquences importantes sur l’accès à la culture dans l’entreprise et au-delà.

Par conséquent, les signataires de la présente pétition demandent :
la construction d’un nouvel espace de culture mutualisé et géré par les Comités d'Entreprise cheminots dans paris intra-muros sur un terrain de la SNCF.

Tant que cette nouvelle structure n'aura pas été réalisée, les signataires demandent le prolongement du bail du Théâtre Traversière.

Signez et faites signer la pétition !


Représentativité

La démocratie doit être respectée à SNCF réseau

Pour la direction, sur le périmètre de SNCF Réseau et pour la période allant du 1er juillet 2015 aux prochaines élections professionnelles, ne pourront participer aux négociations que les Organisations Syndicales qui ont été désignées représentatives par… les 1500 cheminots de RFF par leurs élections professionnelles !

Ce seraient donc ces seules Organisations Syndicales qui seraient consultées sur les conditions d'emploi, de déroulement de carrière, de formation, de salaires, pour plus de 50 000 cheminots, alors que la représentativité syndicale est toute autre sur ce périmètre.

Si l'ensemble de la population cheminote est en attente d'une véritable réunification du GI, la présence à la négociation d'OS imprégnées des préoccupations des agents est indispensable. Les sujétions particulières des cheminots de l'Infra doivent être confiées à des élus de l'Infra : travail de nuit, 3x8, exposition aux risques ferroviaires et aux intempéries, intensification de la production, astreinte, travaux pénibles et dangereux…

Nous, signataires de la présente pétition, exigeons de la direction du GPF qu'elle revoie les conditions d'organisation des prochaines négociations, en intégrant aussi les Organisations Syndicales élues par les cheminots de la DCF, des EIC, des Infrapôles, des Infralog, des EIV, de l'Ingénierie, de la Direction de l'Infra SNCF…

Signez et faites signer la pétition !


Pétition fédérale, activités sociales, CE Gares & Connexions

Non à la suppression des activités sociales de proximité.

Le 4 septembre 2014, le CE de Gares & Connexions a présenté un budget activités sociales ne prévoyant aucun reversement financier aux Comités d’établissements régionaux (CER), afin que les cheminots concernés puissent continuer à bénéficier des activités sociales de proximité (bibliothèques, centres de loisirs, activités sportives, culturelles, sorties à thème, relais enfants, arbres de Noël, restaurations d’entreprise…)..

L’action fédérale a pour mission de promouvoir, conformément aux décisions des congrès fédéraux, les orientations qu’elle propose dans les domaines économiques et sociaux.

Sans ce versement, les cheminots concernés ne pourront plus avoir accès à ces activités sociales dans leur région.

LA CGT A VOTÉ CONTRE !

NOUS, CHEMINOTS, EXIGEONS :

  • La décentralisation des activités sociales au plus près de nos lieux de vie et de travail.
  • Le maintien des activités sociales de proximité par le reversement d’une contribution du CE Gares & Connexions aux CER.

Signez et faites signer la pétition !


Pétition nationale

Salariés des transports et infrastructures

Ensemble, signons pour :

  • Exiger des augmentations générales de salaires.
  • Stopper les suppressions et la précarisation des emplois.
  • Gagner des embauches pérennes dans tous les secteurs et améliorer les conditions de travail et de vie.
  • Mettre un frein à la sous-traitance, mettre fin au dumping social et à la politique du bas coût (low cost), stopper l’abandon des missions publiques, les mises en concessions.
  • Gagner une véritable complémentarité entre les modes de transports dans un concept de multimodalité, un renforcement de la maîtrise publique et du service public.
  • Exiger des moyens de financements publics pour la régénération, la modernisation et le développement des infrastructures.
  • Exiger le retrait des lois limitant le droit de grève et combattre toutes les atteintes aux libertés syndicales.

Sans oublier d’exiger un grand débat public sur la réforme des territoires voulue par le gouvernement, les transports et les infrastructures risquant d'être fortement impactés.

L’heure est au rassemblement et à la mobilisation pour ancrer un mouvement dans le temps.

Signez et faites signer la pétition !


Pétition : La Fédération CGT des Cheminots et la CNL

Refus des hausses de loyer exorbitantes !

Avec le renchérissement des loyers subi depuis plusieurs années, le logement est devenu le premier poste de dépenses des ménages.

Les lois qui se sont succédées (Méhaignerie/Mermaz, Boutin) et celle en préparation par le Gouvernement Hollande, n’ont et ne vont qu’aggraver la situation des ménages. Ajoutons à cela de juillet 2012 à juillet 2013 : la hausse des tarifs de l’électricité + 7,5 %, du gaz + 2,8 % ; le passage de la TVA de 5,5 % à 10 %…

La direction de la SNCF porte une lourde responsabilité dans la situation de ses salariés et d’autres en matière de logement par l’intermédiaire de sa filiale ICF Habitat-Novedis.

La volonté de rentabiliser à outrance le patrimoine logement, issu de l’histoire et de luttes menées par les cheminots, conduit à une hausse disproportionnée du niveau des loyers, à des pressions exercées envers des retraités pour quitter leur logement ainsi qu’à la vente de logements encore occupés par des locataires.
Pour exemple, les loyers pratiqués par ICF Habitat-Novedis ont augmenté de 4,49 % en 3 ans, alors que dans la même période les salaires des cheminotes et des cheminots n’ont progressé que d’1,8 %.

Face à cette situation qui peut engendrer de la précarité en matière de logement, au désengagement financier de l’État avec la baisse continue du budget alloué au logement social (construction, entretien, réhabilitation) et à l’absence de revalorisation des aides personnelles au logement (APL/AL) :

Avec la Fédération CGT des cheminots et la CNL, nous exigeons :

  • Une augmentation des loyers inférieure ou égale à l’augmentation générale des salaires.
  • L’arrêt de la vente du patrimoine.
  • La maîtrise des charges récupérables.
  • La réalisation des travaux nécessaires et demandés par les amicales de locataires.

Signez et faites signer la pétition !

Actualités

Lexique

Contacts

J'adhère

Bandeaux publicitaires

  • Les pétitions, ça ce signe ici.