Fédération CGT des Cheminots


J'adhère

DÉCONFINEMENT DANS LES TRANSPORTS FERRÉS : MAIS QUE CHERCHE LE GOUVERNEMENT ?

COVID-19

Édito

Le 13 avril 2020, le président de la République annonçait le déconfinement à partir du 11 mai.

Le 29 avril, le Premier ministre précisait les activités concernées et les contraintes qui continueront à s’appliquer.

La méthode est toujours la même : ils décident sans écouter, puis c’est aux autres d’assumer.

La CGT dénonce cette irresponsabilité des pouvoirs publics !

Le Gouvernement a annoncé la reprise généralisée du travail le 11 mai 2020, ainsi que la relance des transports collectifs.

En parallèle, il annonce l’obligation de respecter la distanciation, de porter un masque, de limiter les trajets à 100 km, d’avoir une réservation quel que soit le train et demande que priorité soit donnée aux travailleurs aux heures de pointe.

La plupart de ces mesures est, dans les faits, inapplicable. Pour les autres, il faudrait des moyens énormes (et plus de 10 jours de délais) afin de pouvoir les appliquer.

Le Gouvernement atteint les limites de l’exercice solitaire du pouvoir. Il est inacceptable qu’il ne change pas de méthode dans le cadre d’une crise sanitaire ! […]

Télécharger le communiqué de presse complet

 

ENSEMBLE, RESPONSABLES ET COMBATIFS !

COVID-19

Édito

En pleine crise sanitaire, tous les accès de fièvre ne sont pas dus au COVID-19 : les profits que les entreprises s’apprêtent à verser aux actionnaires du CAC 40 (53 milliards d’euros, +6 % depuis 2019) font chauffer les thermomètres ! « Socialiser les pertes et privatiser les gains » : ce principe libéral continue de rimer avec austérité, dumping social et casse des services publics.

Invitation à la bienséance pour les uns ; ordonnances et régressions sociales pour les autres !

MESURES GOUVERNEMENTALES : RIEN CONTRE LE CAPITAL

« L’invitation » de Bruno Le Maire aux entreprises qui ont accès au chômage partiel, c’est-à-dire qui ont leurs salariés payés par l’Etat, « à ne pas verser de dividendes » semble bien timide, pour ne pas dire incantatoire. En même temps, il n’hésite pas à affirmer que « tous les moyens » à disposition seront utilisés « pour protéger les grandes entreprises françaises » !

La « concorde exceptionnelle » face à la crise que le Premier ministre appelle de ses vœux, continue donc de rimer avec intérêts particuliers plutôt qu’avec intérêt général !

En effet, le Gouvernement n’a pas tardé à dégainer des ordonnances pour augmenter la durée maximale de travail hebdomadaire et rogner sur les congés payés des travailleurs.

Ces dispositions permettent, par exemple, à tout employeur d’imposer ou de modifier unilatéralement les dates des jours de réduction du temps de travail, des jours de repos prévus en dérogeant aux délais de prévenance et aux modalités d’utilisation définies par le Code du travail ou les accords collectifs. Elles permettent également de déroger aux repos hebdomadaire et dominical, à la durée du temps de travail.

Jamais à court de bonnes idées, le ministre de l’Action et des Comptes publics, Gérald Darmanin, lance, quant à lui, une cagnotte, ou plutôt un « grand appel à la solidarité nationale » dans la lutte contre le coronavirus. Pas de rétablissement de l’ISF, d’augmentation d’impôts sur les grandes fortunes, ou d’arrêt de l’optimisation fiscale en vue ! De l’argent pour le capital et pas pour le travail, en propre comme en figuré !

Face à l’urgence que convoque la situation sanitaire, les salariés font face !

Infirmières, aides-soignantes, urgentistes sont en première ligne avec des protections trop souvent dérisoires ! À défaut de liberté et d’égalité, c’est la fraternité qui s’invite aux fenêtres chaque soir pour applaudir ces héros. Caissières, assistantes maternelles, personnels de nettoyage, employés à la collecte des déchets ménagers, salariés des transports… et cheminots luttent également aux avant-postes !

La dignité, l’abnégation et l’engagement sans faille dont ils font preuve dans la lutte contre le coronavirus sont les seuls à même d’emporter la victoire ! Il ne saurait être question qu’une fois acquise, celle-ci leur soit confisquée par des mesures de régression sociale !

[Lire la suite]

LA SANTÉ DES CITOYENS ET DES CHEMINOTS D’ABORD!

Édito

La Fédération CGT des Cheminots a établi un canal de discussion quotidienne avec la Direction SNCF afin de faire prendre les mesures de protection des cheminots, tout en assurant la continuité du Service Public Ferroviaire. Dans le même temps, la CGT a organisé ses syndicats pour être aux côtés des cheminots et les aider à défendre leurs droits et leur santé, ce qui a permis de faire remonter beaucoup de problèmes et de les régler en grande partie.

Derrière les personnels de santé et les caissiers de supermarchés, les cheminots sont en première ligne face au coronavirus pour assurer le transport des usagers et l’acheminement des marchandises vitales.

Malgré l’accélération de la crise depuis une semaine, et les risques qu’ils subissent du fait du contact avec la population, les cheminots font preuve d’un professionnalisme à toute épreuve.

Afin de relayer leurs craintes et leurs questions, la Fédération CGT des cheminots s’est organisée dès le lundi 16 mars pour pouvoir continuer à fonctionner malgré les fermetures de bâtiments administratifs.

BRAVO AUX CHEMINOTS !

Malgré le flottement dans la hiérarchie sur la conduite à tenir, les cheminots ont eu un comportement exemplaire.

Ils se sont protégés eux-mêmes en faisant intervenir leurs syndicats CGT ou en faisant parfois valoir leur droit de retrait, mais sans jamais arrêter l’acheminement des usagers ou remettre en cause la sécurité des circulations. Ils ont démontré qu’ils sont les vrais experts du ferroviaire en proposant des organisations du travail adaptées (réserves à la maison, astreintes, réorganisation des roulements, télétravail, etc.).

Bravo à nous tous !

RÉACTIVITÉ FACE À L’ÉPIDÉMIE

La Fédération CGT a rédigé une consigne syndicale à l’attention des cheminots afin de leur donner l’ensemble des leviers pour garantir leur santé. Alors que les pouvoirs publics n’avaient pas pris de mesures importantes jusque-là, l’explosion des cas et des décès en Italie a changé la donne la semaine dernière. Avant même les mesures officielles de confinement, la CGT est intervenue pour exiger la limitation des contacts avec les usagers (arrêt du contrôle, du filtrage, fermeture des gares, etc.) et des mesures spécifiques de protection (gels, masques, gants, nettoyage du matériel et les locaux…). Après l’annonce du Président de la République, nous sommes intervenus pour faire stopper tous les services et toutes les productions n’étant pas indispensables. […]

Téléchargez le tract aux cheminots complet

C’EST LE BON MOMENT

Édito

La détermination est toujours là !

Le Gouvernement vacille, bafouille, cumule les inepties, il ne reste que les députés LREM pour croire au bien-fondé de cette réforme !

Les salariés, jeunes, retraités privés d’emploi doivent rester mobilisés !

La journée de grève interprofessionnelle du 20 février a de nouveau démontré que nous ne sommes pas au bout du processus et que rien n’est joué !

Des milliers de manifestants, dont la plupart étaient en grève, étaient dans la rue aujourd’hui. La population, qui soutient le mouvement, veut se faire entendre sur les bancs de l’Assemblée où les débats sont fébriles.

Gouvernement et direction d’entreprise doivent comprendre que nous ne laisserons pas nos retraites au capital !

Nous ne porterons pas la régression sociale !

Nous ne validerons pas le retour à un pacte social d’avant 1945 !

Nous ne voulons pas d’une SNCF d’avant 1937 !

DES NÉGOCIATIONS MAINTENANT !

Dans sa quête de restaurer le dialogue social, le président Farandou doit ouvrir les négociations sur les salaires, la ré-internalisation de charges, la fin de la mise en place de l’EAS, les conditions de travail, les réorganisations (qui sont que le prolongement de la privatisation de la SNCF), la réelle prise en compte de la compétence des cheminots et de la valeur de leur métier. C’est ce que nous exigeons, car tout cela doit être NÉGOCIÉ.

Si nous devions nous réjouir de certaines ambitions du président de la SNCF, celles concernant l’avenir du Fret nous iraient bien si elles allaient dans le sens du développement de l’activité de transport de marchandises sans qu’elle soit confrontée à la seule équation économique !

Alors, mieux vaut tard que jamais si, aujourd’hui, quelques-uns s’aperçoivent enfin que la préservation de la planète passe par le développement du ferroviaire, que le wagon isolé pourrait être la solution et que la fédération CGT des cheminots avait raison !

Pesons sur le débat démocratique !

Édito

Tous les subterfuges du Gouvernement auront fait long feu. Les semaines et les mois défilent. Les voix se démultiplient afin de dénoncer cette réforme scandaleuse qui vise à abaisser les droits de tous. La séquence qui s’ouvre doit nous permettre d’être au centre du jeu afin de poursuivre le combat.

Tous en grève les 13 et 20 février !

NOUS AVONS RAISON DE NOUS BATTRE !

Poursuivre la lutte engagée est indispensable. Continuer de porter le retrait de ce projet et l’ouverture de véritables négociations afin d’améliorer le système actuel est cohérent.

C’est pour ces raisons que l’intersyndicale, unie depuis le début du conflit, va organiser dans les prochaines semaines sa propre conférence de financement afin de présenter les pistes permettant de répondre à notre objectif commun : gagner le progrès social sur la base du régime intergénérationnel et solidaire actuel, le seul régime véritablement universel.

En outre, afin de poursuivre le travail de conviction et confirmer de manière effective le soutien de l’opinion publique à l’action en cours, la CGT lancera prochainement une carte-pétition qui confirmera ce que nous savons mais que le Gouvernement semble ne pas voir : personne ne veut de sa réforme !

Poursuivre la lutte engagée, c’est aussi continuer de peser sur les débats de manière visible et massive ! L’intersyndicale appelle donc l’ensemble des salariés, retraités, privés d’emploi, jeunes, lycéens et étudiants à s’engager dans les rendez-vous à venir !

TOUS EN GRÈVE ET DANS LES MANIFESTATIONS LES 13 ET 20 FÉVRIER 2020 !

1 français sur 2 favorable au retrait total !

Édito

Voilà maintenant 2 mois que les salariés luttent contre l’inacceptable réforme des retraites que souhaite imposer le Gouvernement.

La nouvelle journée interprofessionnelle unitaire du 6 février confirme l’opposition de l’opinion publique à ce mauvais projet de société.

Cela doit donc nous conforter à aller plus loin dans la bataille.

En avant !

NOUS NE NOUS LAISSERONS PAS FAIRE !

Alors que cette nouvelle journée de grève et de manifestation décidée par l’intersyndicale est une nouvelle fois un succès, le mouvement entamé le 5 décembre 2019 est d’ores et déjà rentré dans l’histoire par sa durée et son intensité.

La bataille idéologique est gagnée. C’est un revers cinglant pour le Gouvernement. […]

La situation dans l’entreprise SNCF nécessite qu’en complément de la bataille sur les retraites, les cheminots soient déterminés à agir sur tous les fronts !

CHEMINOTES, CHEMINOTS, L’AVENIR NOUS APPARTIENT !

TRAÇONS TOUT DROIT ! FIERS ET SOLIDES !

[En savoir + Consultez l’Info luttes n° 63]

 

1 français sur 2 favorable au retrait total !
Sondage Yougov pour le Huffington Post – 05.02.2020.

Le 6 février en manif et en grève !

Édito

Le conflit interprofessionnel et unitaire entamé il y a près de deux mois entre dans une nouvelle phase.
Il n’en est pas moins utile et efficace !
De multiples corporations entrent dans la lutte de manière visible.
Les cheminots poursuivent le combat et seront de nouveau dans les rues le 6 février!

LA COURSE DE FOND SE POURSUIT !

22 000 amendements ont d’ores et déjà été déposés par les parlementaires dans le cadre du projet de loi sur la réforme des retraites.
L’examen de la loi a débuté ce 3 février en commission, à l’Assemblée Nationale.

L’ouverture des discussions doit s’accompagner d’un rapport de forces significatif.

L’ensemble du processus parlementaire doit être placé sous la pression sociale.
Ce texte « à trous » qui constitue le projet du Gouvernement continue à provoquer crispation, colère, voire indignation tant il est régressif.
En outre, la stratégie du Gouvernement visant à le compléter par 29 ordonnances démontre, une nouvelle fois, que ce projet est non seulement néfaste, mais qu’il est également construit afin d’échapper aux débats démocratiques dans bon nombre de ses aspects.
Depuis la parution du rapport Delevoye, nous affirmons que ce projet est contraire à l’intérêt des salariés et des générations futures.
La période qui s’ouvre doit donc être celle de toutes les initiatives revendicatives permettant de jeter cette réforme à la benne.

LA CGT À L’OFFENSIVE !

Faire basculer définitivement cette réforme dans les poubelles de l’histoire nécessite la poursuite du mouvement entamé le 5 décembre. Cela passe par une progression massive du nombre de grévistes, y compris à la SNCF et plus largement dans la branche ferroviaire. Cela passe également par une présence monstre dans les manifestations !

Nous sommes convaincus que le recul du Gouvernement passera par la mobilisation !

N’hésitons pas ! Soyons nous-mêmes ! Fiers, debout, déterminés !

Le 6 Février 2020, on fait monter la température!

ILS ONT TORT TOUT SEULS, NOUS AVONS RAISON ENSEMBLE !

Édito

Ce 29 janvier 2020, a été une nouvelle journée de mobilisation réussie à l’appel de la CGT, FO, FSU, Solidaires et des organisations de jeunesse.

Plus de 245 manifestations recensées sur le territoire, des salariés en grève dans plusieurs branches, 61 % de la population favorable au mouvement en cours, 70 % pour le retrait de la réforme : le désaveu est cinglant.

Les nouvelles séquences interprofessionnelles à venir devront être puissantes. Les débats parlementaires devront être placés sous la pression sociale.

Drôle de conception de la démocratie

Le Gouvernement se targue et crie à tue-tête son profond respect de la démocratie, du dialogue, de la concertation, notamment quant à son projet de réforme des retraites, mais dans leurs pratiques la réalité en est bien loin. […]

Démocratie disent-ils… Présenter et soumettre au vote des députés un projet de loi partiel, qui sera ensuite complété par 29 ordonnances, est-ce bien ça la démocratie ? Un tel vote des députés serait tout simplement la signature d’un chèque en blanc au Gouvernement.

Le mépris est poussé à son paroxysme quand, dans le cadre du débat parlementaire qui s’ouvre, les organisations syndicales sont invitées à une audition de la commission des affaires sociales de l’Assemblée nationale, présidée par LaREM, audition sur la réforme des retraites, où d’emblée, il est précisé que les organisations syndicales n’auront que 10 minutes de parole pour un sujet dont on discute depuis près de deux ans…

Démocratie, alors que ce Gouvernement reste sourd aux multiples institutions qui se positionnent contre ce projet pour des raisons multiples et diverses, le Conseil d’État lui-même émet des réserves sur les lacunes du projet.

Se dire démocratique et faire fi de la mobilisation depuis le 5 décembre, mouvement soutenu par 61 % de la population, 71 % de celle-ci demandant le retrait et refusant ce projet néfaste de réforme des retraites ?

Oui, drôle de conception de la démocratie qu’a ce Gouvernement, plus prompt à la répression des manifestants ou opposants que prêt au débat contradictoire !

Des initiatives cheminotes sur le territoire !

Les cheminot·e·s toujours en action ! Alors que la direction, le Gouvernement et les médias voudraient enterrer la contestation contre le projet de réforme des retraites, les cheminot.e.s sont toujours mobilisé.e.s sous diverses formes sur l’ensemble du territoire pour exiger de retrouver un vrai sens du travail, du service public ferroviaire et le retrait du projet gouvernemental.

 

29 janvier : dans les gares et dans les rues !

Édito

Le Gouvernement mise sur un «essoufflement» du mouvement contre sa réforme des retraites pour tenter d’accélérer son passage en force.

La réalité de la mobilisation se traduit par une opinion publique constante depuis le début du conflit (6 français sur 10 exigent le retrait de la réforme, 7 sur 10 soutiennent le mouvement).
Adossés à cette réalité, les salariés, les cheminots, entre autres, abordent le 54e jour de grève.

Différents secteurs professionnels (énergie, enseignants, agro-alimentaire, avocats, dockers,…) intensifient les actions.
Les manifestations en territoire, particulièrement celles qualifiées de « temps fort » par l’intersyndicale ne désemplissent pas.

CONTINUONS DE CONVAINCRE !

Le 29 janvier de nouveau mobilisés, réforme du régime des retraites, champ professionnel, tout reste à gagner !

Tout est lié, la prise en compte de nos revendications sur nos métiers, nos rémunérations feront notre pension de demain pour bien vivre notre seconde vie !

Vous nous prenez notre travail, reprenez-vos tenues !

Le 29 janvier la Fédération CGT des Cheminots appelle tous les cheminots à déposer devant leur gare leurs vêtements de travail, leurs EPI, geste symbolique mais significatif d’une exigence de retrouver un vrai sens au travail, à son contenu, en lien avec les enjeux du service public.

FIERS DE NOTRE TRAVAIL, POUR NOS MÉTIERS ET NOS RETRAITES : ON FERRAILLE!
TOUS EN GRÈVE LE 29 JANVIER !

La mobilisation du 24 janvier confirme l’exigence du retrait de la réforme !

Édito

Alors que le Gouvernement, depuis le 5 décembre, active tous les leviers possibles pour affaiblir le mouvement social en maniant, avec l’aide et l’appui de la plupart des médias, le mensonge, la division, la répression : rien n’y fait !

L’opinion publique reste massivement hostile à cette réforme des retraites en exigeant son retrait à 61 %. Cette majorité de français de tout âge, de toute catégorie, soutient majoritairement le mouvement social depuis le début malgré toutes les manœuvres du pouvoir.

Ce 24 janvier, la mobilisation se traduit par une nouvelle démonstration de force dans notre entreprise, dans notre pays !

Avec 1 cheminot sur 4 en grève à la SNCF au 51e jour de grève, la détermination des cheminots ne faiblit pas et reste intacte contre la casse de notre système de retraite solidaire, notre régime spécial et notre entreprise de service public. L’exigence de négociation sur nos revendications s’exprime fortement. Le président Farandou, présent à Rennes hier, a pu le vérifier, face à de nombreux cheminots actifs et retraités qui étaient venus l’interpeller sur le sujet (image ci-contre).

Les retraités ont également massivement agi ce jour, rejetant fermement cette réforme par l’impact qu’elle aurait sur leur pouvoir d’achat déjà fortement amputé par le quasi blocage des pensions et l’explosion de la fiscalisation et des prix depuis 5 ans. Avec 350 manifestations sur le territoire, la mobilisation interprofessionnelle s’amplifie dans le public comme dans le privé, avec de nombreux appels à la grève.

Cette réforme, on n’en veut pas ! Il faut le retrait!

La vraie info - Le JT des cheminots

Dans les médias

25 mai 2020

A partir de septembre, les conducteurs de train seront seuls à bord de la ligne Belfort-Besançon

Dans une lettre ouverte, la CGT s'indigne de la mise en place d'une nouvelle organisation sur la ligne TER Belfort-Montbéliard-Besançon à partir du 1er septembre. Les contrôleurs SNCF disparaîtront des wagons et les conducteurs de trains seront seuls à bord.[…]

Lire la suite

Voir les autres articles

Les éditos

Actualités

Lexique

Contacts

J'adhère

Bandeaux publicitaires

  • Les pétitions, ça ce signe ici.