Fédération CGT des Cheminots


J'adhère

ArchivesDécembre 2019

Info luttes N°27

2020, NOUS VOILÀ, TOUJOURS MOBILISÉS !

| Action depuis le 5 décembre 2019

Le mouvement reconductible débuté le 05 décembre 2019 est historique, tant dans son intensité que dans sa durée, son exemplarité et sa popularité.

Les manœuvres du Gouvernement et de la direction SNCF pour tenter de diviser les cheminot-e-s, les salarié-e-s n’auront pas entamé notre détermination, qui demeure intacte.

TOUS ENSEMBLE, FAISONS SAUTER LA RÉFORME

Par de nombreux artifices, le Gouvernement tente d’empêcher l’évolution du conflit contre sa réforme des retraites.

A l’instar des salariés de l’Opéra de Paris qui ont refusé de sacrifier les générations suivantes, nombreux sont les salariés qui disent non. Forts du soutien de l’opinion publique qui ne flanche pas, les secteurs en lutte, et plus particulièrement les cheminots, n’ont pas cédé et entament leur 27ème jour de grève.

Les insultes envers la CGT du sous-ministre des Transports masquent mal l’absence d’arguments pour défendre un projet dont tout le monde a compris la philosophie, ouvrant un champ complet de notre protection sociale aux fonds de pension et détruisant le système par répartition, seul garant d’une retraite de haut niveau pour l’ensemble des salariés.

Il est maintenant l’heure d’accélérer et d’élargir la mobilisation… Les établissements fermés pour les fêtes vont rouvrir, les cheminots partis en congés vont rentrer.

Pas un train ne doit sortir des ateliers, pas un billet ne doit être vendu, pas une circulation ne doit être effectuée, pas une brigade ne doit sortir, pas un seul acte administratif ne doit être effectué…

Avec l’ensemble des professions, construisons dans l’action le prochain rendez-vous interprofessionnel le 9 janvier 2020. Soyons plus nombreux que le 17 décembre, faisons sauter la réforme !

9 JANVIER : CHAQUE RENCONTRE FERA LE NOMBRE !

La mobilisation du 9 janvier sera déterminante dans le processus revendicatif engagé depuis le 5 décembre !

La réussite de cette journée d’action interprofessionnelle dépendra de notre capacité à amplifier le rapport de force et à convaincre les cheminots un par un à y participer.

Nous devons multiplier les initiatives locales avec un seul objectif : rencontrer le maximum de cheminots en un minimum de temps (les collègues grévistes, non-grévistes, ayant suspendu le mouvement, les retours de congés…).

Pour cela, nous avons besoin de tous nos syndiqués, militants, élus, RPX et membres de commission.

Les directions de syndicat doivent les solliciter personnellement par téléphone pour les impliquer dans un plan de travail hors norme.

Dès le 2 janvier, dans toutes les structures de la Fédération CGT des cheminots jusqu’à nos syndicats de proximité, nous devons impulser des tournées dans les chantiers, les dépôts, les résidences, les ateliers, les bureaux, les brigades et les directions d’établissement pour les inviter aux assemblées générales.

Les dates et les lieux des AG doivent être préalablement annoncés afin qu’elles soient massives et représentatives des cheminots.

Profitons de ces moments pour interpeller les directions d’établissement sur l’avenir de la SNCF et sur les promesses gouvernementales de 2018.

Parallèlement, mettons en place un dispositif particulier pour faire déposer les D2I aux cheminots concernés.

Organisons avec le plus grand nombre l’ensemble de ces dispositifs pour amplifier le rapport de force.

Ensemble, construisons un 9 janvier de haut niveau !

UN SOUTIEN À LA MOBILISATION ENCORE MAJORITAIRE !

Au 26ème jour de mobilisation, la popularité du mouvement entamé depuis le 05 décembre 2019 ne faiblit pas autant que pourrait l’espérer le Gouvernement. Et pourtant, rien n’aura été épargné aux grévistes, que ce soit les déclarations mensongères de quelques ministres et députés LREM ou les reportages orientés de certains médias.

La Fédération, appuyée par la Confédération, a pris l’initiative d’éditer, dans un premier temps, 20 000 badges et 80 000 autocollants « Pour ma retraite, je soutiens l’action ».

Cette initiative a pour objectif de matérialiser sur l’ensemble du territoire le soutien aux mobilisations, de démultiplier les contacts avec la population, de dynamiser la solidarité financière et de rendre encore plus visible la popularité du mouvement.

Ce matériel, disponible dans les secteurs fédéraux et les Unions Départementales, doit contribuer à développer les initiatives pour amplifier et élargir la mobilisation.

INITIATIVES ET MANIFESTATIONS PRÉVUES DANS LES PROCHAINS JOURS (NON EXHAUSTIVES)

31/12/2019

UD 30 : Nîmes – 9h00 – parking carrefour Nîmes – initiative revendicative CGT

UD 61 : L’Aigle – 7h30 – RDV à l’UL – installation d’un stand sur le marché de l’Aigle pour distribution du tract départemental + signature ADP

UD 67 :  Strasbourg – 14h00 – 68 route de l’hôpital – rassemblement devant la permanence du député de LREM Sylvain Waserman

UD 87 : Limoges – 10h30 – carrefour Tourny manifestation jusqu’à la gare

UD 92 : Malakoff – RDV à l’UL à 17h00 – rencontre et préparation de carte de vœu pour l’Élysée

02/01/2020

UD 13 : Marseille – 18h00 – aux Réformés – descente aux flambeaux de la Canebière – Initiative départementale

UD 31 : Collage – rendez-vous 18h30 à la Bourse du travail

UD 79 : Finances Publiques 79 – appel à la grève le 2 janvier 2020 : blocage de l’arrêté comptable

UD 86 : Poitiers – 17h30 – Place Alphonse Lepetit pour une manifestation nocturne et distribution de vin chaud

UD 87 : Limoges – 10h30 – carrefour Tourny Limoges manifestation jusqu’à ENEDIS

UD 92 : Malakoff – RDV à l’UL à 17h00- rencontre et préparation de carte de vœu pour l’Élysée

03/01/2020

UD 42 :  St-Etienne – 10h30 – Manifestation Place du peuple jusqu’à la préfecture

UD 46 : Cahors – 14h00 – Bourse du travail – AG Educ et cheminots

UD 56 :  Vannes et Lorient – Rassemblements et tractations – Opération banderole sur ponts

UD 66 : 10h00 : Tractage Carrefour Claira

UD 69 Lyon – 11h30 – Action à la CCI (Chambre de commerce et de l’Industrie) située à La Bourse

UD 83 : Meeting en intersyndicale avec FSU SOLIDAIRES ET FO : parvis de la gare de Toulon

04/01/2020

UD 10 : Saint Parres aux Tertres, rond-point Be Green, 10h00-12h00, distribution appel à la manif du 9 janvier

Troyes, 10h00-12h00, rond-point Mitterrand, distribution tracts appel pour le 9 janvier en intersyndicale

UD 12 : distribution de tracts au rond-point de chomette à 11 h

UD 43 : distribution de tracts au rond-point des 3 pierres entrée de la 4 voies

UD 61 :  Flers – 10h00 – sur le parking d’Intermarché en face de Leclerc

UD 66 : Opération tractage péage Sud

UD 78 : UL Poissy – information-débats

UD 90 :  Belfort – 14h00 – rassemblement devant la préfecture et tractage rue piétonne Belfort

06/01/2020

UD 66 :  Tractage place Catalogne à 7h30

AG des syndicats à 17h00 à la Garrigole

UD 87 : Limoges – 10h30 carrefour Tourny Limoges manifestation

UD 90 :  9h00 — distribution de tracts au marché

07/01/2020

UD 10 : Troyes, lycées et restau U, distribution à destination des jeunes

UD 12 :  diffusion du film la sociale en intersyndicale le soir

UD 13 :  Marseille – 18h00 – apéro de lutte à la friche de la belle de mai pour préparer la journée d’action nationale Intersyndicale du 9 janvier

UD 31 :  Déploiement massif diffusion de tracts dans les zones d’activités

UD 58 :   Nevers – 7h15 à 8h30 – rondpoint Pont Cizeau et St Eloi

Distribution Nevers – 16h00 à 17h00 – rond-point Grand Champs et Coulanges

UD 61 :  Argentan – Distribution du tract sur le marché + zone extension et verrerie de l’orne.

UD 69 :  Saint-Fons – 8h30 – Distribution de tracts

Rilleux-la Pape – 8h30 – Distribution de tracts

Villefranche-sur-Saône – 8h30 – Distribution de tracts

Agglomération Villefranche-Beaujolais-Saône – 8h30 – Distribution de tracts

10/01/2020

UD 66 :  Soirée des luttes et de la solidarité aux grévistes.

LA LUTTE SE POURSUIT EN 2020 POUR GAGNER !

Téléchargements

Info luttes n°26

ILS N'ONT ENCORE RIEN VU !

| Action depuis le 5 décembre 2019

Les insultes, les mensonges et les allégations portés à l’encontre de la CGT n’y changeront rien !

Cette réforme est mauvaise.

Ces attaques incessantes visent en fait tous ceux qui sont hostiles au projet gouvernemental.

Nous allons poursuivre l’action, monter en charge et taper fort !

 LE NOUVEAU MONDE D’EMMANUEL THATCHER

Contrairement aux tentatives d’enfumage du Gouvernement, le droit à la retraite est un concept simple : c’est le droit d’arrêter de travailler à un âge donné en conservant les moyens de vivre dignement et sans dégradation de son niveau de vie.

Le Gouvernement souhaite annihiler durablement le système de retraite français pour abaisser les niveaux de pension, imposer l’allongement de la durée de travail, supprimer les dispositifs de solidarité et satisfaire le patronat et sa branche assurances.

Pour la CGT, le système de retraite doit permettre de vivre de sa retraite :

  • Financièrement sans avoir à reprendre un travail ;
  • Physiquement par un âge adapté en fonction des contraintes d’exercice des métiers subies, afin de pouvoir vivre pleinement sa retraite longtemps et dans le meilleur état de santé possible (loisirs, voyages….).

C’est le choix de société que fait la CGT depuis toujours, et c’est en cela qu’elle porte une vision politique sur les retraites !

LE GOUVERNEMENT ET SES AVANCÉES « EN MARCHE » ARRIÈRE

Le projet du Gouvernement va à rebours de ce choix de société :

  • Il ne donne aucune vision du niveau de pension à un âge donné. Le niveau de cotisations est figé, les exonérations maintenues, ce sera donc le niveau de pension qui s’adaptera pour répondre à l’exigence d’équilibre économique ;
  • En ne répondant pas aux besoins en termes de pension, il va obliger les salariés à travailler pendant leur retraite et à succomber à la capitalisation individuelle ;
  • Il vise un abaissement global des pensions en imposant un calcul sur la carrière complète, sans pouvoir exclure les périodes défavorables ;
  • Il pénalise les femmes en accroissant les différentiels de pensions, notamment en termes de « bonifications » par enfant, de réversion ou de prise en compte des impacts sur les carrières ;
  • Il pénalise les jeunes en réduisant les droits acquis pour une majorité des « jobs » étudiants ;
  • Il pénalise les privés d’emploi en abaissant les droits acquis au niveau des Allocations de Retour à l’Emploi ;
  • Il fait payer aux salariés du régime général, plutôt qu’à l’ensemble de la collectivité fiscale, la contribution au paiement des pensions des régimes démographiquement déficitaires, en envisageant la suppression des régimes spéciaux.

Le fait que le Gouvernement présente comme une avancée l’exclusion d’une partie des salariés de son projet de régime universel est :

  • Un aveu quant à la nocivité du système projeté ;
  • Une provocation pour les salariés mobilisés à qui le Gouvernement demande de sacrifier les générations futures ;
  • Une fragilisation accrue des droits spécifiques existants par la baisse du nombre de cotisants ;
  • Un écran de fumée car c’est le dogme de l’équilibre économique du système qui justifiera rapidement toutes les attaques à venir.
LES CHEMINOTS SAVENT CE QUE VALENT LES PROMESSES DU GOUVERNEMENT !

Lors du conflit de 2018 contre la déstructuration du système ferroviaire, Elisabeth BORNE, Ministre des transports, Edouard PHILIPPE, Premier ministre suppléant les carences de sa Ministre des transports et Jean-Baptiste DJEBBARI, alors député et rapporteur du projet de loi, s’étaient engagés auprès des cheminots, à grands renforts médiatiques, à ce que leur régime spécial de retraite soit maintenu, même en cas de changement d’employeur ferroviaire.

Aujourd’hui, plus de 40 000 cheminots nés après 1980 et promis au régime universel macronien, savent ce que valent les engagements de ce Gouvernement !

LE SYSTÈME ACTUEL EST UN IDÉAL À PARFAIRE !

Pour parfaire le système de retraite et réduire les inégalités, la CGT revendique notamment :

  • L’extension du régime spécial à l’ensemble de la branche ferroviaire ;
  • Le bénéfice de bonifications de 5 ans pour l’ensemble des cheminots de la branche exerçant un métier reconnu à pénibilité avérée ;
  • L’attribution d’une bonification de 2 ans par enfant pour le calcul de la retraite des cheminotes ;
  • La prise en compte pour le calcul de la retraite, de l’ensemble des éléments de rémunération ;
  • La revalorisation des salaires et des taux de cotisations sociales pour financer la réponse aux besoins des cheminots.

La mobilisation débutée le 5 décembre dernier, est aujourd’hui encore de très haut niveau, elle est aujourd’hui comme hier, indispensable pour imposer le retrait du projet de destruction du système de retraite, et elle est appelée à s’amplifier dans les jours à venir avec des perspectives revendicatives de très haut niveau ! 

BONNE ANNÉE PRÉSIDENT !

Alors que les observateurs, les chroniqueurs et analystes de tous bords sont suspendus aux vœux du Président, nos concitoyens, les grévistes, ceux qui les soutiennent, attendent du Gouvernement qu’il entende enfin le mécontentement et comprenne le refus massif de son projet.

Dans un contexte explosif, il est donc de notre responsabilité d’enfoncer le clou et d’amplifier la grève professionnellement et interprofessionnellement.

Le conflit débuté le 5 décembre entre ainsi dans une nouvelle phase.

Alors que nous maintenons la pression pendant cette période de fin d’année, nous devons déjà préparer les jours à venir, participer aux initiatives annoncées dans les territoires et s’assurer de la réussite d’un puissant 9 janvier.

  • Des Assemblées Générales doivent se tenir dans tous les chantiers d’ici la fin de semaine ;
  • Engageons un processus de dépôt massif de DII pour les cheminots qui y sont soumis ;
  • Contactons chaque collègue un à un quels que soient le collège et le métier et poursuivons le travail de conviction.

Notre force, c’est notre détermination !

La meilleure résolution que nous puissions prendre pour cette nouvelle année est de tout mettre en œuvre pour faire plier le Gouvernement !

 NOUS POUVONS Y ARRIVER !

ALLONS-Y !          

224 cheminotes et cheminots ont adhéré à la CGT depuis le début du conflit. Toi aussi, renforce ton outil de lutte, organise-toi, rejoins la CGT !

Téléchargements

Info Luttes N°25

Préparons le grèveillon et les suites !

| Action depuis le 5 décembre 2019

Les manifestations et rassemblements du 28 décembre qui se sont tenus partout en France ont, une nouvelle fois, démontré la détermination des salariés à poursuivre et ancrer l’action dans la durée.

Bravo à eux !

PÉTAGE DE PLOMBS AU MINISTÈRE DES TRANSPORTS

A peine revenue de son noël marocain, Elisabeth Borne s’est empressée d’être ce qu’elle a toujours été : méprisante, provocatrice et déterminée à se payer les cheminots.

Son secrétaire d’Etat aux Transports lui a emboité le pas en ciblant la CGT.

Cela devient une obsession !

En effet, la CGT exige toujours le retrait de la réforme des retraites, tout comme une majorité de la population qui montre, soit par son engagement dans le conflit, soit par son soutien au mouvement, qu’elle est hostile au projet gouvernemental.

Lorsque la tension monte, il est temps de prendre du repos !

Mme Borne et M. Djebbari seraient dont bien inspirés de s’appliquer « une trêve » ! Pour notre part, nous ne lâcherons rien !

CONTINUER À CONVAINCRE L’OPINION PUBLIQUE

Les versements dans les caisses de solidarité continuent d’affluer. C’est la preuve d’un soutien massif de la population au mouvement exemplaire que nous menons.

Nous devons aller encore plus loin.

Dans quelques jours, des badges et des autocollants seront disponibles dans les syndicats CGT. Ils constitueront un support, avec les communications CGT, permettant d’aller à la rencontre de nos concitoyens dans tous les lieux publics. Ils seront aussi l’occasion d’accentuer le soutien financier aux grévistes, avec ce message « POUR MA RETRAITE, JE SOUTIENS L’ACTION ! ».

Le Gouvernement n’aura pas réussi à convaincre sur le fond de sa réforme. C’est un ÉCHEC ! Il va donc tenter de discréditer l’action et essayer de s’en sortir par un florilège d’exceptions au régime projeté. Leur réforme est en fait un régime « pluriversel » !

Il n’a aucun sens.  

Gagnons maintenant les esprits à imposer le maintien du système actuel en l’améliorant par de nouvelles sources de financement, par la réduction du chômage, l’égalité salariale, des cotisations patronales supplémentaires, etc.

Pour cela, les salariés doivent rentrer plus massivement dans la grève.

INITIATIVES INTERPROS À VENIR (non exhaustif)

D’ores et déjà, des initiatives revendicatives se concrétiseront dans les jours à venir, après les brillantes manifestations du 28 décembre.

  • UD FD 03

    • 30/12/2019:  Montluçon, à l’Union Locale, place Jean Dormoy à 09h00, préparation soupe populaire, offerte à 12h00 place Piquand. Après-midi, atelier banderoles
  • UD FD 11

    • 30/12/2019: Narbonne – 18h00 – devant la sous-préfecture – manifestation jusqu’à la permanence du député Alain Péréa – quai Vallière
  • UD FD 12

    • 04/01/2020: distribution de tracts au rond-point de chomette à 11h00
    • 07/01/2020: diffusion du film La Sociale en intersyndicale le soir
  • UD FD 13

    • 02/01/2020: Marseille – 18h00 – aux Réformés – descente aux flambeaux de la Canebière – Initiative départementale
  • UD FD 31

    • 30/12/2019: UL Comminges – tractage bassin d’emploi de Boussens (BASF, Lafarge, Continental)
    • 02/01/2020: collage UD/ Ul rendez-vous 18h30 à la Bourse du travail
    • 03/01/2020: action cheminote
    • 07/01/2020: déploiement massif – diffusion de tracts dans les zones d’activités
  • UD FD 41

    • 30/12/2019: Blois – 10h00 – Leclerc
  • UD FD 42

    • 03/01/2020: St-Etienne – 10h30 – manifestation Place du peuple jusqu’à la préfecture
  • UD FD 43

    • 04/01/2019: distribution de tracts au rond-point des 3 pierres, entrée de la 4 voies
  • UD FD 46

    • 03/01/2019: Cahors – 14h00 – Bourse du travail – AG Educ et cheminots
  • UD FD 49

    • 02/01/2020: Rassemblement unitaire départemental (en cours de préparation)
  • UD FD 54

    • 30/12/2019: Nancy – 14h30 – Place Maginot – le Nouvel An des Grévistes, concert gratuit et revendicatif
  • UD FD 56

    • 03/01/2019: Vannes et Lorient – Rassemblement et tractation – Opération banderole sur ponts
  • UD FD 58

    • 07/01/2020: Nevers – 7h15 à 8h30 – rond-point Pont Cizeau et St Eloi – Distribution
    • 07/01/2020: Nevers – 16h00 à 17h00 – rond-point Grand Champs et Coulanges -Distribution
  • UD FD 61

    • 30/12/2019: L’Aigle – 15h30 – RDV à l’UL – collage d’affiches
    • 31/12/2019: L’Aigle – 07h30 – RDV à l’UL – installation d’un stand sur le marché de l’Aigle pour distribution du tract départemental + signature ADP
    • 04/01/2020: Flers – 10h00 – sur le parking d’Intermarché en face de Leclerc
    • 07/01/2020: Argentan – distribution du tract le mardi 7 décembre : sur le marché + zone extension et verrerie de l’orne
  • UD FD 64

    • 30/12/2019: Orthez – UL Mourenx/Orthez – distribution rond-point Leclerc
  • UD FD 66

    • 31/12/2019: Perpignan – 11h00 – rassemblement sur le parvis de la Gare
    • 03/01/2020: tractage Carrefour Claira à 10h00
    • 04/01/2020: opération tractage péage Sud
    • 06/01/2020: tractage place Catalogne à 7h30
    • 06/01/2020: AG des syndicats à 17h00 à la Garrigole

  • UD FD 69

    • 03/01/2019: Lyon – 11h30 – action à la CCI (Chambre de commerce et de l’Industrie) située à La Bourse
  • UD FD 77

    • 30/12/2019: hôpital de Marne-la-Vallée – 13h00 à 15h00 – distribution intersyndicale et appel au rassemblement
  • UD FD 78

    • 31/12/2019: Poissy – 9h30 – UL de Poissy – Réunion info-débats
    • 04/01/2020: UL Poissy – information-débats
  • UD FD 79

    • 02/01/2020: Finances Publiques 79 – appel à la grève le 2 Janvier 2020 : blocage de l’arrêté comptable
  • UD FD 83

    • 31/12/2019: déploiement en intersyndicale dans les trois supermarchés carrefour de l’aire toulonnaise (Ollioules, Toulon, La Valette) : tractage et débrayage des salariés de carrefour
    • 03/01/2020 : meeting en intersyndicale avec FSU SOLIDAIRES ET FO : parvis de la gare de Toulon
  • UD FD 86

    • 02/01/2019 : Poitiers – 17h30 – place Alphonse Lepetit pour une manifestation nocturne et distribution de vin chaud
  • UD FD 91

    • 30/12/2019 : AG interprofessionnelle à 11h30 à la maison des syndicats d’Evry

UN 28 DÉCEMBRE PAS COMME LES AUTRES !

Téléchargements

INFO LUTTES N°24

NOËL SANS TRÊVE, NOUVEL AN EN GRÈVE !

| Action depuis le 5 décembre 2019

Ce 28 décembre, des dizaines de milliers de personnes ont pris part aux manifestations et rassemblements qui ont été organisés dans l’ensemble des départements.

La population reste majoritairement opposée à la réforme.

Faisons plier le Gouvernement !

LA STRATÉGIE DU SILENCE ET DU MENSONGE

Le Gouvernement et la direction SNCF entrent dans une nouvelle phase stratégique.

Avec l’aide de certains médias qui vont volontairement placer sous l’étouffoir la lutte interprofessionnelle en cours, ils vont tenter de minimiser la grève, de la faire oublier et de faire passer les salariés grévistes pour des irresponsables marginalisés et hors-sol.

La période du nouvel an va être l’occasion de faire comme si les jours passés depuis le 5 décembre n’étaient qu’un lointain souvenir et comme si la réforme était dorénavant largement validée par la population.

NOUS NE TOMBERONS PAS DANS LE PANNEAU !

  1. Les raisons qui nous ont menés à entrer en grève demeurent.
  2. Les grévistes exigent le retrait du projet de réforme par points et l’ouverture de négociations afin d’améliorer le système actuel.
  3. Les cheminots exigent le maintien et l’élargissement du régime spécial à l’ensemble de la branche ferroviaire.
  4. L’opinion publique reste majoritairement hostile à la réforme.

Face au silence assourdissant qui va être orchestré par le Gouvernement et ses béquilles médiatiques, opposons le bruit, la colère, la détermination, la fierté et l’exigence d’être entendus !

La bataille que nous menons est extrêmement rude mais elle doit absolument se poursuivre.

Mieux, elle doit s’amplifier !

L’HEURE EST AU RENFORCEMENT DU MOUVEMENT SOCIAL

C’est pourquoi, des appels interprofessionnels doivent se démultiplier partout.

Rien n’a changé, la réforme concerne tous les salariés public/privé, les retraités, la jeunesse.

Le flot d’exceptions, profession par profession, annoncé par le Gouvernement, est un leurre. Il vise à diviser et démontre par ailleurs que le projet est mauvais, inefficace et porte en lui la régression sociale. Ces annonces sonnent comme un aveu.

A la SNCF, invitons nos collègues à rester ou à entrer de nouveau dans la grève !

Passons le cap des prochains jours et préparons les prochaines échéances.

Organisons-nous dans chaque chantier avec les cheminots disponibles afin de tenir des permanences, des espaces de débats, de rencontres, des moments conviviaux et festifs, des opérations de conviction auprès des populations.

LE GOUVERNEMENT ET SES PORTE-FLINGUES PASSENT DE LA MÉDIOCRITÉ…

Après avoir échoué à convaincre les français du bienfondé de sa remise en cause de notre système de retraite,

Après avoir échoué à faire croire aux français que la Sécurité Sociale créée et défendue par la CGT était archaïque,

Après avoir permis aux français de comprendre la nocivité de ce projet pour les jeunes, les femmes, l’ensemble des salariés,

Après avoir été battu sur le fond de son projet régressif, le Gouvernement va tenter de jeter le discrédit sur l’action en cours.

… À LA CALOMNIE !

Aux interventions inconsistantes sur le fond des parlementaires et ministres LREM, succèdent leurs déclarations calomnieuses et haineuses à l’encontre des salariés mobilisés.

Les agents de l’énergie sont accusés de couper le courant à mauvais escient. Un député LREM des Landes, « ambassadeur » de la réforme des retraites, accusait avant-hier les grévistes d’avoir coupé l’alimentation électrique de l’hôpital de Dax. Accusation démentie par le directeur de l’hôpital qui affirme n’avoir trouvé aucune trace de coupure ces quinze derniers jours.

Les cheminots sont accusés par la Ministre Borne de priver les français de vacances, avant qu’elle-même ne s’envole pour le Maroc.

Edouard PHILIPPE, Elisabeth BORNE et Jean-Baptiste DJEBBARI accusent la CGT et les cheminots de ne pas croire leurs promesses. Pourtant, en 2018, ce sont ces trois-là qui ont promis aux cheminots que leur régime spécial de retraite serait maintenu, même en cas de changement d’entreprise.

Inventer de fausses maladies pour vendre de mauvais remèdes au moyen de mensonges à un nom : le charlatanisme !

UNE MOBILISATION ENTIÉREMENT ORIENTÉE VERS LE BIEN-COMMUN ET LA SOLIDARITÉ

Malgré la période de fêtes de fin d’année, les salariés français n’ont pas renoncé à la lutte. Le mouvement demeure puissant et les cheminots y tiennent toute leur place. Avec d’autres salariés et militants de la CGT, ils consacrent ces périodes de fêtes à la solidarité :

  • 23 décembre : vente de boissons chaudes et collations au profit du Secours Populaire à Nancy.
  • 24 décembre : blocage des compteurs électriques, en position heures creuses, durant les fêtes pour 500 000 foyers d’Île-de-France.
  • 27 décembre : distribution de cadeaux par le Père Noël CGT aux enfants hospitalisés à l’Hôpital des Enfants de Toulouse
  • 27 décembre : repas de Noël à Amiens avec fanfare et débats.
  • 27 décembre : repas des Fêtes en gare de Narbonne ouvert à l’ensemble de la population.
  • 28 décembre : distribution de vêtements au profit du Secours Populaire à Rennes.
  • 30 décembre : don du sang par les cheminots grévistes de Toulouse.
  • 30 décembre : concert des grévistes du Nouvel An gratuit à Nancy.

Les cheminots et les autres salariés en lutte n’ont pas de leçon de solidarité à recevoir de ceux qui soutiennent l’accaparation des richesses !

Si le Gouvernement et ses soutiens sont aujourd’hui contraints de recourir aux formes les plus délétères de propagande, c’est parce que le mouvement d’ampleur se poursuit malgré les périodes de fêtes. Les chiffres du plan de transport SNCF en attestent !

PLAN DE TRANSPORT SNCF DES 28 ET 29 DÉCEMBRE

SNCF

  • 1 Transilien sur 5
  • 3 TER sur 10
  • 6 TGV sur 10
  • 3 Intercités sur 10

Pour être plus fort, adhérez à la CGT !

Téléchargements

Info luttes n°23

Le 28 et les jours d'après… pour le retrait!

| Action depuis le 5 décembre 2019

Au 23e jour de grève, les cheminots continuent d’agir avec détermination et fierté aux côtés des autres salariés.

Préparons le 28 décembre et les jours d’après pour gagner… le retrait !

Appelons les cheminots disponibles à entrer dans la grève !  La victoire nous attend !

Macron déteste-t-il ses concitoyens ?

Il ne supporte pas, avec son gouvernement et ses amis, que l’on résiste à sa politique « antisociale ».

Depuis son arrivée au pouvoir il y a 2 ans et demi, il casse méthodiquement tout ce qui représente l’ossature sociale de notre pays. Code du Travail, Sécurité sociale, Services Publics et maintenant les retraites. Tout y passe !

Seuls ses amis fortunés peuvent compter sur lui avec la quasi suppression de l’ISF, le CICE et les multiples exonérations de cotisations. D’ailleurs, le MEDEF reste bien silencieux dans la période et est encore une fois le complice du « Président de la République ».

Face à un gouvernement aux abois, accentuons la mobilisation !

Depuis quelques jours, dans une stratégie de division, le gouvernement tente d’affaiblir le mouvement social en tentant d’isoler certaines professions. D’ailleurs, les mesures annoncées dans le cadre de ces discussions démontrent que le système universel proposé est mauvais sur le fond. Il n’est d’ailleurs plus universel au-delà de n’être plus solidaire.

Le temps est venu au 23e jour de grève de retirer cette réforme systémique des retraites !

Elever le rapport de forces : la condition pour gagner !

  • Réussir le 28 décembre et l’ensemble des initiatives et luttes que nous avons décidées ;
  • Travaillons dans les prochains jours à gagner de nouveaux grévistes à la SNCF et dans l’interprofessionnel. Il nous faut donner de la force à la grève et bloquer l’économie !
  • Continuer à informer la population sur cette réforme pour maintenir le soutien de l’opinion publique qui met le pouvoir de plus en plus en difficulté ;
  • Solliciter la solidarité financière pour tenir la distance et permettre d’aider concrètement les camarades les plus en difficulté.

 Pour matérialiser cette stratégie de déploiement, la CGT va mettre à votre disposition dans les prochains jours un badge et un autocollant à diffuser largement auprès de la population !

Initiatives et manifestations prévues le 28 décembre 2019 (non exhaustives)
  • Manifestation départementale en Intersyndicale (CGT-FO-FSU-Solidaires) à Tergnier 10h ;
  • Romilly sur Seine, Bourse du travail, 10h30, manifestation intersyndicale départementale ;
  • Action de tractage route de Montauban et avenue de Toulouse et après midi rdv 9 h 30 et à 12 h soupe militante
  • Aubagne: Initiative zone commerciale Auchan
  • Salon de Provence Initiative zone commerciale Casino
  • La Valentine Initiative zone commerciale Géant Casino
  • Martigues Initiative zone commerciale Auchan
  • Angoulême – Interpellation des députés LREM avec demande de rencontre intersyndicale et rassemblement devant les permanences (dans la matinée)
  • Sain-Brieuc 11H rassemblement intersyndial sur le parvis de la Gare SNCF
  • Verneuil sur Avre – par l’UL de l’Aigle (61) – distribution de plus de 2000 tracts sur le marché de Verneuil sur Avre dans l’Eure
  • Chartres – 14h – Place de Châtelet – Manifestation
  • Initiative interpro : rassemblement/Apéritif pour inauguration du parvis de la gare Matabiau rendez-vous à 11h aux couleurs de votre syndicat
  • Gare de Rennes – RDV 11 h – Rassemblement avec les cheminots grévistes CGT et Sud-Rail qui seront présents dès 9 heures pour débattre avec les voyageurs et faire une collecte de solidarité pour le secours populaire.
  • Grenoble – 14h00- parvis de la gare SNCF en soutien aux cheminots en grève
  • St-Etienne – Place du peuple avec éventuelle manifestation jusqu’à la préfecture
  • Rassemblement information au Puy en Velay devant la mairie à 10 h
  • Information au marché à Brioude à 10 h
  • Rassemblement samedi 28 décembre à 11h30 sous la statue de Napoléon à
  • Nancy, Place de la République, 13h30, Manifestation départementale intersyndicale
  • Nevers – 10h30 – Manifestation départ Palais Ducal, arrivée Préfecture
  • Beauvais – 10h – manifestation départementale intersyndicale interprofessionnelle
  • L’Aigle – 08h30 – Marché Verneuil – diffusion de tracts
  • Flers – 10h – sur le parking d’intermarché en face de Leclerc
  • Manifestation Boulogne. Rassemblement à 9 h 30 Chambre du commerce
  • 11h00 : rassemblement sur l’esplanade de la gare, en soutien au secteur cheminots avec casse-croûte sur place.
  • Le Grau – Banquet des luttes
  • Perpignan – 11h30- rassemblement place de la République devant la permanence du député (10h Ag des cheminots et prise de parole Intersyndicale à 11 h 30)
  • Strasbourg : rassemblement et manifestation, place de la gare à 14 heures
  • Mulhouse : rassemblement 11h devant la gare puis manifestation
  • Mans – 14h – place de la Préfecture – rassemblement suivi d’une manifestation qui se terminera devant la permanence d’un député de la majorité
  • Matin – Distribution de tracts au péage de Cluses
  • Annecy – 14h – préfecture d’Annecy – Manifestation
  • Paris – Gare du Nord – 13 H Manifestation interprofessionnelle, à l’appel des UD Parisiennes CGT – FO – Solidaires – Jeunes – FSU
  • Rouen – 14h30 – RDV à l’Hôtel de Ville
  • Rassemblement 10 h 30 place de la Brèche Niort tractage + cartes pétitions à envoyer à Macron manifestation si possible
  • Amiens – 14h – manif interprofessionnelle
  • Draguignan : Retraite aux flambeaux sous préfecture de Draguignan à 17H
  • Rassemblement avec repas de lutte sur le parvis de la gare centre d’Avignon de 11h à 14 h
  • Chasseneuil du Poitou 11h Rond-point Leroy Merlin Distribution de tracts sur la Zone Commerciale
  • 15 h carrefour Tourny Limoges
  • Tractage et caisse de grève Marché de Juvisy et Etampes (matin)
  • Pantin -17h -salle Jacques-Brel – Agents RATP du centre bus de Flandres – réveillon de soutien

IL FAUT ÉLARGIR, CONVAINCRE POUR GAGNER !

Téléchargements

INFO LUTTES N°22

Le 28 décembre, tous ensemble !

| Action depuis le 5 décembre 2019

Le puissant mouvement social contre la réforme systémique des retraites que tente d’imposer le Gouvernement entame sa quatrième semaine. Face à un pouvoir qui joue le pourrissement en utilisant la période des fêtes, la mobilisation se confirme, au fil des jours, avec force et conviction.

Le 28 décembre, à l’appui de nombreuses initiatives de lutte sur le territoire, souvent de manière unitaire, la confédération CGT appelle les travailleurs, la jeunesse, les retraités et les privés d’emploi à un temps fort de mobilisation dans tout le pays.

Rester unis, convaincre et agir, c’est la meilleure réponse face à un gouvernement qui pratique des discussions de « marchand de tapis » depuis plusieurs jours, en cachette, avec certaines professions (aiguilleurs du ciel, policiers, pompiers, routiers, etc.), avec un seul objectif : éviter l’embrasement de la lutte et l’élargissement de la grève. Le pouvoir n’est pas serein !

S’appuyant sur quelques mesures d’accompagnement de la réforme déjà annoncées, Macron, sa majorité et ses amis, maintiennent leur objectif principal à travers cette réforme sociétale : affaiblir les pensions de l’ensemble des salariés actifs et retraités.

Dans ce contexte, la CGT se félicite du niveau d’engagement dans la mobilisation. Bien que certains dirigeants d’autres confédérations appellent à la trêve, leurs adhérents, notamment à la SNCF, continuent de participer à l’action, quotidiennement et de manière unitaire, avec la CGT, dans beaucoup de régions.

Le Gouvernement doit retirer sa réforme !

Selon les sondages Harris qui sont effectués tous les deux jours :

  • L’opinion favorable et le soutien au mouvement n’a jamais été en deçà de 65 % ;
  • 45 % des sondés ne souhaitent pas de trêve pour Noël ;
  • Seuls 13 % des sondés comprennent le projet de réforme du Gouvernement ;
  • 44 % des sondés font confiance aux syndicats pour proposer des projets de réforme (+ 7 % par rapport au 5 décembre), et 28 % font confiance au Gouvernement (- 5 % par rapport au 5 décembre).

La CGT est déterminée, avec l’ensemble de ses forces, et appelle, pour répondre aux manœuvres de division, à rester unis et déterminés en travaillant tous ensemble à élargir la participation aux initiatives de lutte du 28 décembre.

 On ne lâche rien !

INTELLECTUELS ET ARTISTES, ENCORE ET TOUJOURS SOLIDAIRES DE NOTRE LUTTE !

Après l’appel aux soutiens financiers des grévistes, de grands noms de la culture envoient un nouveau message de soutien, un engagement très politique face « à la guerre sociale que mènent froidement cette présidence et ce gouvernement ».

Parmi ces noms, le réalisateur aux deux palmes d’or Ken Loach, les actrices et acteurs populaires Josiane Balasko et Corinne Masiero, François Morel, les cinéastes Robert Guédiguian (Gloria Mundi, Marius et Jeannette…), Alain Guiraudie (L’Inconnu du lac, …), Stéphane Brizé (La Loi du marché, …), les écrivaines et écrivains Annie Ernaux, Bernard Chambaz, Nicolas Mathieu, les chroniqueuses et chroniqueurs Nicole Ferroni, Guillaume Meurice, les dessinatrices et dessinateurs Adèle, Babouse, Jul, …

L’engagement des artistes, ce sont aussi les musiciens et danseurs grévistes de l’Opéra National de Paris qui ont offert un extrait du Lac des Cygnes de Tchaikovsky sur les marches de l’Opéra Garnier. Ces mobilisations témoignent de l’attachement à une vision de la société où la vie devient l’essentiel.

SOLIDARITÉ

Nombre de nos concitoyens, notamment les retraités, dans le cadre de leur soutien à l’action, souhaitent apporter une aide financière aux grévistes pour leur permettre de poursuivre le combat. La CGT appelle à constituer des caisses de solidarité locales afin de venir en aide de manière réactive aux cheminots grévistes en difficulté.

PLAN DE TRANSPORT DU JEUDI 26 DÉCEMBRE
  • Grandes Lignes :
    • TGV : 1 sur 2 en moyenne ;
    • Intercités : 1 sur 4 ;
    • International : trafic toujours perturbé.
  • Transports régionaux : 4 TER sur 10 en moyenne.
  • Région parisienne : 1 Transilien sur 5 en moyenne.
INITIATIVES DU 28 DÉCEMBRE (liste non exhaustive)
  • Tergnier (Aisne) : manifestation à 10h00, départ devant la gare.
  • Romilly-sur-Seine (Aube) : manifestation intersyndicale à 10h30, à la Bourse du travail.
  • Charente : rassemblement devant les permanences LREM du département.
  • Chartres (Eure-et-Loir) : manifestation à 14h00, place du Châtelet.
  • Grenoble (Isère) : manifestation à 14h00, sur le parvis de la gare.
  • Saint-Étienne (Loire) : rassemblement place du Peuple.
  • Puy-en-Velay (Haute-Loire) : rassemblement à 10h00, devant la mairie.
  • Brioude (Haute-Loire) : information à 10h00, sur le marché.
  • Nancy (Meurthe-et-Moselle) : manifestation à 13h30, place de la République.
  • Nevers (Nièvre) : manifestation à 10h30, du palais ducal à la préfecture.
  • Annecy (Haute-Savoie) : manifestation à 14h00, à la préfecture.
  • Cluses (Haute-Savoie) : distribution de tracts dans la matinée, au péage.
  • Paris : manifestation interprofessionnelle unitaire (appel des UD CGT, FO, Solidaires, Jeunes, FSU) à 13h00, de la Gare du Nord à Châtelet.
  • Draguignan (Var) : retraite aux flambeaux à 17h00, à la sous-préfecture.
  • Chasseneuil-du-Poitou (Vienne) : distribution de tracts à 11h00, dans la zone commerciale.

Pour être plus fort, adhérez à la CGT !

Téléchargements

LA RÉALITÉ DES CHEMINOTES

Femmes et retraites

| Tract

Les inégalités salariales et les inégalités professionnelles pèsent sur la carrière des femmes et, à terme, sur leur retraite.

Rapport de situation comparée 2018

Les écarts de rémunération en défaveur des femmes au Cadre Permanent sont tous supérieurs à 4,5 %. De la qualification A (6,7 %) à H (4,5 %), allant jusqu’à 8 % pour les qualifications D et 12,8 % pour les TA, des écarts que l’on retrouve sur les niveaux.

Dans la population contractuelle, les écarts affichés sont plus faibles (sans la moindre explication).

Les tranches de rémunération pour lesquelles les femmes sont les plus représentées sont toutes celles en dessous de 2 000 €.

Sur l’ensemble des filières, pour chaque collège, les écarts sont tous défavorables aux femmes, jusqu’à 1000 € au collège Cadre pour le personnel paramédical (95 % de femmes).

Les femmes sont moins payées parce qu’elles n’exercent pas les mêmes métiers. Elles sont majoritaires dans les métiers sans Eléments Variables de Solde, parce que la mixité professionnelle ne se réalise pas, pas seulement par manque de candidatures mais aussi par manque de volonté de chacune des directions des activités.

La pénibilité des métiers où les femmes sont les plus nombreuses n’est pas reconnue. Par exemple, pour les commerciaux des gares, alors même que ces métiers en contact permanent avec des voyageurs subissent des pressions constantes et qu’ils nécessitent des compétences professionnelles qui ne sont pas prises en compte pour la reconnaissance de la pénibilité.

L’index Egalité Salariale, avec une note de 78 sur 100, confirme que la situation n’est pas flatteuse et un gros point noir sur les retours de congés de maternité et / ou parentaux.

A la SNCF comme ailleurs, les femmes se voient reprocher leur maternité : refus de promotion, remise en cause de leurs compétences professionnelles, primes et autres dispositifs individuels amputés, postes non-proposés, pressions à des renoncements pour être cadre.

Le Gouvernement annonce des mesures pour les familles nombreuses, mais elles ne vont pas relancer la natalité en France (passée sous le seuil du renouvellement de la population). Ce sont justement les maternités ou le soupçon de maternité qui pénalisent les femmes tout au long de leur carrière professionnelle.

Le Gouvernement, dans son projet de réforme, supprime :

  • La Majoration de Durée d’Assurance (MDA), qui permet aux mères de valider 2 ans de cotisations par enfant dans le privé et 1 an dans le public. Ce dispositif permet à la fois de valider des années et d’améliorer considérablement le montant de la pension en partant avec une carrière complète.
  • La majoration de pension de 10 % pour le père et la mère des familles de 3 enfants ou plus.

A la place, une majoration de pension de 5 % par enfant sera attribuée, mais pour l’un des deux conjoint·e·s au choix. Les projections démontrent que cela pénaliserait la majorité des mères, même si ce sont elles qui prennent la bonification. Mais la bonification peut aussi être divisée en deux, ou prise exclusivement par le père. Certaines femmes pourront donc ne plus avoir aucune compensation de leur maternité, ralentissements et interruptions de carrière, alors que les écarts avec les carrières des hommes restent très importants.

La retraite

Les cotisants sont âgés en moyenne de 40 ans et 4 mois. 108 462 hommes âgés en moyenne de 40 ans et 10 mois et 30 607 femmes âgées de 38 ans et 7 mois.

L’âge moyen de départ en retraite est de 58 ans et 2 mois (la CPR ne distingue pas les femmes des hommes sur cet indicateur).

Attribution en 2018 des pensions de droits directs :

27 825 € en moyenne (F+H), soit 25 278 € pour les femmes et 28 266 € pour les hommes. Un écart défavorable aux femmes de 2 988 € (249 mensuels).

Ensemble des pensions au 31 décembre 2018 :

25 349 € en moyenne (F+H), soit 21 788 € pour les femmes et 25 818 € pour les hommes. Un écart défavorable aux femmes de 4 030 € (335 mensuels).

79 475 femmes sont pensionnées de droit dérivé (pension de réversion) et sont âgées en moyenne de 81 ans et 10 mois. Elles touchent en moyenne 880,30 €. Pour nombre d’entre elles, il s’agit de leur seul revenu.

Avec le système à points, selon l’évaluation des économistes, la baisse du montant de la retraite des femmes pourrait être de 20 à 25 %.

Réaliser enfin l’égalité salariale permettrait non seulement de mettre fin à une injustice flagrante, mais aussi de dégager les ressources nécessaires pour financer notre système de retraite. Augmenter les salaires des femmes, c’est augmenter les cotisations, et donc le financement des retraites !

La CGT propose :

  • Le retrait immédiat du projet gouvernemental de réforme des retraites ;
  • L’instauration d’une sur-cotisation patronale Retraite pour toutes les entreprises qui ne respectent pas l’égalité salariale ;
  • L’ouverture immédiate de négociations pour la revalorisation des métiers dans lesquels les femmes sont concentrées et la reconnaissance de la pénibilité ;
  • Le paiement de la cotisation retraite de l’employeur à temps plein pour tous les temps partiels de moins de 24h, de façon à garantir des droits pour les salarié·e·s et pénaliser les employeurs qui abusent des temps partiels courts ;
  • L’amélioration des régimes par annuités avec un socle commun de droits : droits familiaux, pension de réversion sans critères d’âge ou de ressources, minimum SMIC…
  • L’attribution d’une bonification de 2 ans par enfant pour le calcul de la retraite des cheminotes ;
  • L’abaissement du temps de travail pour permettre aux femmes comme aux hommes de s’occuper des enfants ;
  • Le retour à la prise en compte des meilleures années pour le calcul de la retraite (les 6 derniers mois pour les cheminot·e·s) :
  • La lutte contre le sous-emploi des femmes, les temps partiels et la précarité, et la mise en place d’un service public de la petite enfance pour permettre aux femmes de continuer à travailler.

La Fédération CGT reste déterminée à se battre pour un autre projet des retraites et appelle les cheminot·e·s à poursuivre et à renforcer la grève !

Téléchargements

Info luttes n°21

Joyeuses fêtes à toutes et tous !

| Action depuis le 5 décembre 2019

Voilà maintenant 20 jours que les cheminots ont engagé une action de haut niveau pour exiger le retrait de la réforme systémique des retraites que veut nous imposer le gouvernement.

Cette mobilisation converge avec celles de nombreux salariés du privé et du public, actifs et retraités.

Malgré les mensonges, les campagnes médiatiques partisanes, l’opinion publique continue à rejeter cette réforme et soutient ce mouvement social.

Dans cette période difficile mais aussi passionnante, la Fédération CGT des Cheminots tient à féliciter l’engagement des cheminots dans cette mobilisation importante pour notre avenir.

Elle vous souhaite de passer un moment de convivialité et de bonheur auprès de vos familles et de vos proches.

BONNES FÊTES À TOUS ET ON NE LÂCHE RIEN !

Laurent Brun, rédacteur en chef du journal l’Humanité du 24 décembre 2019

«Une trêve ; cela a un sens précis. Nous, cheminots, souhaitons qu’une chose, c’est d’arrêter le plus vite possible. Mais pour cela, il faut que le gouvernement retire son projet ! »

Laurent BRUN, Secrétaire Général de la Fédération CGT des Cheminots, revient sur la lutte interprofessionnelle en cours. Une occasion de rappeler les revendications, la détermination de la CGT et de démystifier la propagande du gouvernement et du patronat.

Procurez-vous ce numéro spécial de soutien à la grève contre « la réforme » des retraites www.humanite.fr

Samedi 28 décembre, temps fort de mobilisation et d’actions dans tout le pays

Suite à l’appel de la confédération, sur tout le territoire, des initiatives se construisent, grévistes, salariés en congés sont invités à participer en famille aux manifestations et rassemblements.

Plan de transport de ce mardi 24 décembre 2019

En région parisienne, la circulation des trains de banlieue est interrompue le 24 décembre à partir de 18h pour ne reprendre que le 25 décembre dans l’après-midi.

Grandes Lignes : 2 TGV/5 et 2 OUIGO/5 ; 1 Intercités/5

Transports régionaux en moyenne, 1 TER sur 4.

Le Noël des grévistes placé sous les valeurs de solidarité et de fraternité

A l’initiative des cheminots ou des Unions Locales de la CGT, de nombreuses actions se déroulent du 23 au 26 décembre : collecte de jouets pour le Secours Populaire, soupe populaire, concerts gratuits, repas de Noël… De nombreux cheminots ont aussi interpellé les députés de LREM.

Contre le hold-up des actionnaires, des vendeurs de capitalisation, notre grève est celle de la solidarité intergénérationnelle et interprofessionnelle.

Nous voulons vivre des richesses créées par notre travail.

Concert de soutien aux grévistes à la gare d’Austerliz le 23 décembre 2019

217 cheminotes et cheminots ont rejoint la CGT depuis le début du conflit !

Téléchargements

Infos luttes n°20

Pour nos retraites solidaires : pas de trêve pour les grèves et les mobilisations

| Action depuis le 5 décembre 2019

Communiqué de presse confédéral

Le Premier ministre a reçu les confédérations syndicales, la semaine dernière, pour faire le point sur la situation sociale et son projet de réforme des retraites.;

S’il s’est déclaré « ouvert à la discussion », il s’obstine à présenter sa pseudo-réforme comme un progrès social malgré l’opposition massive de la majorité des Français et le soutien majoritaire aux grévistes.

Le Gouvernement reste sur une logique de passage en force et multiplie les provocations, les menaces et le mépris, face aux travailleurs et travailleuses engagés dans la grève reconductible.

Que dire des déclarations démagogues du président de la République annonçant, lors de son déplacement en Afrique, qu’il renonce à son régime de retraite à l’issue de son mandat. Comme si sa réalité était celle d’un salarié au Smic ou d’un cheminot !

Les salariés sont déterminés à obtenir le retrait de cette réforme instaurant un régime par points et l’individualisation des pensions ne faisant que des perdants. Sur la base de notre système actuel, l’un des meilleurs au monde, la CGT a fait de multiples propositions pour renforcer et financer les solidarités intergénérationnelles notamment vis-à-vis de la jeunesse et des femmes.

Même si de nombreuses professions voient leur activité stoppée pendant les fêtes (éducation, industries, services, etc.), la détermination reste intacte pour préparer une rentrée offensive et combative à l’occasion de la journée interprofessionnelle et unitaire de grève, le 9 janvier.

Dans de nombreux secteurs professionnels du privé comme du public, le conflit se poursuit. Pour tous, la détermination est intacte. La CGT organise chaque jour, partout en France, des actions, des rassemblements et des manifestations durant les fêtes.

Elle appelle les travailleurs et travailleuses, la jeunesse, les retraités et les privés d’emplois à faire du samedi 28 décembre un temps fort de mobilisation et d’actions dans tout le pays.

Le mécontentement grandit, la pression contre le Gouvernement et le patronat s’étend, y compris durant les congés scolaires.

Le Gouvernement doit entendre et retirer son projet actuel. Il porte l’entière responsabilité du conflit qui touche le pays. Nous exigeons l’ouverture de négociations portant sur l’amélioration des régimes actuels.

PAS DE TRÊVE POUR LE GOUVERNEMENT ?

Le 18 décembre dernier, le Gouvernement a convoqué l’ensemble des organisations syndicales pour une pseudo-négociation sur le nouveau régime systémique de retraite à points proposé par ce dernier. Cette réunion ne visait qu’un seul objectif, diviser les organisations syndicales et donc fragiliser le soutien de l’opinion publique au mouvement social et atténuer ses fortes inquiétudes sur le projet de refonte des retraites.

Opération loupée !

La CFDT confédérale appelle à la trêve, mais n’est quasiment jamais rentrée dans la mobilisation, à l’exception du 17 décembre autour du report de l’âge pivot de 62 à 64 ans, tout en acceptant l’ensemble des reculs de la réforme.

L’UNSA confédérale appelle également à une trêve autour d’« avancées significatives » sur leurs exigences. Ces mesures ne sont que des annonces d’accompagnement, d’acceptation de la casse du régime solidaire, des régimes spéciaux et d’une baisse importante des pensions pour l’ensemble des salariés du privé et du public de ce pays.

Et à la SNCF ?

La CFDT cheminots appelle toujours à l’action.

A l’UNSA, 17 de leurs unions régionales appellent également à poursuivre l’action pendant les fêtes, comme à la RATP.

Ce ne sont pas les propos de notre nouveau président de la SNCF, qui en appelle à la reprise du travail, qui y changent quelque chose !

Le Gouvernement doit retirer sa réforme !

L’ensemble des membres de la majorité présidentielle est parti en vacances « déguster la langouste ». Ça suffit, il existe dans ce pays un conflit majeur qui doit être résolu immédiatement. Pas de trêve dans l’action !

Des médias au service du pouvoir !

La plupart des médias porte quotidiennement les arguments du pouvoir et se positionne en soutien de la réforme.

BFM a été jusqu’à utiliser le mensonge pour commenter un sondage du Journal du Dimanche en classant les 20 % de Français qui éprouvaient de la sympathie envers le mouvement social dans les « sans opinion » ! Ce qui, bien entendu, change tout un sondage où, en réalité, ce sont 51 % des interrogés qui soutiennent la mobilisation.

Renforcer notre action et nos contacts avec les citoyens

Il nous faut, dans le même temps, accentuer notre information, nos échanges avec la population sur le fond de la réforme des retraites et sur la réalité du mouvement social.

Gagnons une forte implication des cheminots dans les initiatives décidées localement dans le cadre de la journée interprofessionnelle d’action du 28 décembre prochain.

On ne lâche rien !

DES ARTISTES S’ENGAGENT POUR SOUTENIR NOTRE GRÈVE

Dans un texte publié sur le blog de Médiapart, 50 artistes développent une autre vision de la société, où l’humain doit prendre le pas sur les intérêts égoïstes de la finance !

Les grévistes « défendent un de nos biens communs, un système de retraites qui, loin d’avoir été octroyé par les patrons, est le fruit des luttes de nos aînés. Le Gouvernement veut aujourd’hui faire table rase de ce pan de l’histoire sociale du pays. »

Jean-Marc Salmon, chercheur en sciences sociales à l’origine de la caisse de soutien de 2018 ; Yvan Le Bolloc’h, comédien ; Alain Serres, écrivain pour la jeunesse, éditeur ; Étienne Balibar, philosophe ; Corinne Masiero, comédienne ; Jean-Marie Bigard, humoriste ; Bruno Gaccio, auteur ; Christian Salmon, écrivain et chercheur ; Shirley et Dino, humoristes ; Tardi, dessinateur ; Michel Broué, mathématicien ; Dan Franck, écrivain, scénariste ; Leyla Dakhli, historienne ; Fanny Cottençon, actrice ; …

Elles et ils en appellent au soutien financier et à l’élargissement du mouvement.

Cette liste s’ajoute à l’appel du 5 décembre 2019 des 180 intellectuels et artistes, symbolisé par le « soutien total et solidaire au mouvement social pour les retraites » de l’actrice Ariane Ascaride.

LAURENT BRUN RÉDACTEUR EN CHEF DU QUOTIDIEN L’HUMANITÉ

Pour un réveillon de lutte, le quotidien L’Humanité invite Laurent Brun, secrétaire général de la fédération CGT des cheminots, à être rédacteur en chef d’un jour pour un « Numéro de Noël contre la Réforme des retraites » à paraître le 24 décembre. Bonne lecture !

PLANS DE TRANSPORT CE LUNDI 23 DÉCEMBRE

RATP

  • RER : 1/2, uniquement aux heures de pointe
  • Métro :
    • Lignes 4, 7, 8, 9, 10 : 1/3 en heure de pointe
    • Lignes 2 et 11 : uniquement la pointe du matin
    • Ligne 3 : circulation partielle, 1/5
    • Lignes fermées : 3b, 5, 7b, 12, 13

SNCF

    • Transilien : 1/5
    • TER : 4/10 (essentiellement par autocar)
    • TGV : 2/5
    • Intercités : 1/4

 

Communiqué intersyndical : CGT Nord Pas-de-Calais – Sud Rail –  UNSA Ferroviaire


Lille, le 20 décembre 2019

Rien à lâcher, rien à négocier

Après 15 jours de grève, les cheminots restent clairs dans leurs revendications et au-delà, c’est bien l’ensemble des salariés en grève qui refuse en bloc cette réforme.

Le gouvernement après un projet de réforme entaché de conflit d’intérêt, la démission de Delevoye mis sous enquête judiciaire, un amateurisme du premier ministre, poursuit sa trajectoire d’unification par le bas de tous les régimes de retraites.

Il confirme aujourd’hui que les quelques petites miettes laissées dans la négociation seront reprises d’une manière ou de l’autre, et que tout reposera sur la productivité de tous les salariés.

Dans son soucis permanent d’équilibre financier et en excluant d’emblée d’autres propositions comme l’augmentation des cotisations patronales ou le recours aux réserves existantes, la seule solution proposée pour financer la pénibilité, les aménagements de fin de carrière et tout le reste, ça sera l’allongement des carrières.

Pour financer le reste, ce sera soit un âge d’équilibre au-delà des 64, soit une augmentation des malus. Si les salariés veulent du « plus », il faut qu’ils se le financent en ne dépassant pas 14% du PIB.
Plus nous serons nombreux, plus la part de gâteau sera petite !

Pas de trêve dans la grève !

Les Syndicats régionaux de cheminots CGT, SUD-Rail, UNSA refusent que des négociations se passent nationalement sans l’accord de cheminots grévistes.

Ils refusent que ceux acceptant cette réforme, dans les grandes lignes, comme la CFDT ou le MEDEF parlent au nom des grévistes.

Nos organisations syndicales, présentes dès le premier jour dans le mouvement et avec toujours le même mot d’ordre, appellent les cheminots à poursuivre régionalement la mobilisation quel que soit les messages relayés dans la presse et à participer aux Assemblées Générales.

Tous les cheminot-e-s, au statut, contractuel, nouvel embauché, comme ancien, quelle que soit l’année de naissance, roulant, sédentaire, exécution, cadre ou maitrise, doivent tous obtenir les mêmes conditions de retraites.
Ils veulent une trêve ? Une seule solution, le retrait du projet de réforme et de vraies négociations dans l’entreprise.

Téléchargements

Info Luttes N°19

Macron renonce à sa retraite... Pas nous !

| Action depuis le 5 décembre 2019

Macron sort de son silence depuis la Côte d’Ivoire. En festoyant avec les soldats mobilisés dont il a maintenu, avec celui de la police, le régime spécial de retraite, le Président appelle à une trêve, sans rien lâcher sur le fond.

Personne ne sera dupe de ces petites manœuvres.

Le président MACRON vient d’annoncer renoncer à son régime spécial de retraite. Un régime où il suffit de « cotiser » 5 ans pour bénéficier d’une retraite de 6 220 euros brut… Sans doute n’en a-t-il pas besoin pour assurer ses vieux jours. Sa carrière passée chez la banque Rothschild, avec 375 000 euros de revenus annuels déclarés, lui a-t-elle permis de capitaliser pour son bonheur égoïste ?

Cette annonce n’occulte pas le recul social sans précédent de la retraite par points. Seul le patronat est entendu afin de réduire la part des cotisations, donc des salaires, et où les banques et assurances pourront trouver un marché pour les complémentaires par capitalisation.

Les « négociations » qui seront annoncées la semaine prochaine ne portent que sur l’accompagnement à apporter à cette réforme, et n’abordent en aucun cas la possibilité d’améliorer le système existant et son financement.

Pour la CGT, le retrait de cette mauvaise réforme demeure un préalable à l’ouverture de négociations.

129 ASSEMBLÉES GÉNÉRALES ORGANISÉES LE LUNDI 23 DÉCEMBRE

Les cheminots s’organisent pour durer en attendant que le Gouvernement, et dorénavant le président de la République, entendent la très large majorité de la population et retire son projet de réforme Delevoye.

CHIFFRE DU JOUR

51 % des Français soutiennent la grève (Journal du Dimanche). Malgré la déferlante médiatique, l’opinion publique soutient les grévistes. Tous jugent inacceptable l’attitude du Gouvernement coincé entre les mensonges sur son projet de réforme et ses liens avec les milieux de la finance.

PLANS DE TRANSPORT CE DIMANCHE 22 DÉCEMBRE

SNCF :

  • TGV : 1 /2
  • Ouigo : 4/5
  • Transilien : 1/5
  • Intercités : 1 /4
  • TER : 3 /10

RATP :

  • RER A : Fermeture de la ligne à l’exception du tronçon Nanterre-Cergy
  • RER B : 1/3
  • Métro : Toutes les lignes fermées, sauf les lignes automatisées 1 et 14.

Les plans de transports proposés aussi bien par la SNCF que la RATP, démontrent que la mobilisation ne fléchit pas, bien au contraire. Les grévistes sont déterminés à poursuivre la grève jusqu’au retrait de la réforme.

UN NOËL DES LUTTES
  • 23 décembre: Saint-Etienne – 10h30 : Rassemblement interprofessionnel avec les cheminots – Parvis de la gare de Châteaucreux
  • 23 décembre: Poissy – 12h30 : Noël des luttes – Parvis de la gare de Poissy
  • 23 décembre: Paris Austerlitz – 18h00 : Concert intersyndical de luttes CGT – FO – Solidaires
  • 24 décembre: Limoges – 10h30 : Rassemblement devant la préfecture avec la revendication : « pour Noël, offrons-nous des retraites ».
  • 24 décembre: Marseille – 12h00 : Repas de lutte des grévistes – 12 rue St Cassien – Porte 2C aux « Barricades du Port » du GPMM
  • 27 décembre: Angoulême – 12h00 : Rassemblement en soutien aux cheminots sous la forme d’un pique-nique revendicatif – Parvis de la Gare
  • 28 décembre : Manifestations sur l’ensemble du territoire

APPEL DES ORGANISATIONS SYNDICALES DE LA RÉGION DE PARIS NORD

CGT – FO – UNSA – SUD-Rail

Paris, le 21 décembre 2019

POUR NOS RETRAITES, POUR NOS CONDITIONS DE TRAVAIL ET DE VIE, NOS EMPLOIS, NOS SALAIRES…

UNIS POUR GAGNER !

Les Organisations Syndicales Régionales CGT/FO/UNSA et SUD – RAIL de la région de Paris Nord, réunies en intersyndicale ce vendredi 20 décembre, au 16ème jour de grève, ont partagé la nécessité de s’organiser pour tenir dans la durée !

Elles appellent les cheminots à rester mobilisés et à se remobiliser pour les autres !

Dans l’unité, exigeons du gouvernement l’abandon de son projet de réforme des retraites à points et la prise en compte de nos revendications !

A NE PAS RATER :

Repas de noël des grévistes les 26 ou 27 décembre selon le lieu,

Manifestations interprofessionnelles en territoire le samedi 28 décembre.

CONTINUER POUR GAGNER !

Le message est clair : le Gouvernement ne veut pas répondre aux exigences des salariés, il ne veut pas assurer l’avenir du système des retraites digne pour tous les salariés, il reste dans sa logique de passage en force et compte sur le pourrissement du conflit. Sa stratégie sera perdante !

Pour cela, il déchaine  la pression médiatique contre les grévistes pour tenter, sans succès, de retourner l’opinion publique contre eux, et il use de toutes les manœuvres pour parvenir à fracturer l’unité des syndicats. Cette fracture n’aura pas lieu sur la région de Paris Nord,  nos quatre organisations  syndicales le réaffirment,  pas d’aménagement  de peine, ensemble jusqu’au retrait et pour la satisfaction de nos revendications !

LES GRÉVISTES A L’HONNEUR !

Parce que notre lutte est exemplaire et légitime, tous les grévistes sont conviés à un repas de Noel des grévistes sur différents sites de la région de PNO, à un moment fraternel et d’échanges les 26 ou 27 décembre selon le lieu. Pour plus de précision, voir l’assemblée générale de votre site.

LE SAMEDI 28 DÉCEMBRE TOUS EN MANIF !

Dans la continuité  des temps  forts  interprofessionnels,  des manifestations sont organisées le samedi 28 décembre en territoire par les Unions Départementales.

Nos organisations syndicales appellent toutes et tous les cheminot(e)s. disponibles de notre région à y prendre part !

ENSEMBLE, MAINTENONS LA PRESSION !


APPEL DES ORGANISATIONS SYNDICALES DE LA RÉGION DE PARIS RIVE GAUCHE

CGT – UNSA – SUD-Rail

AUX CHEMINOTES ET CHEMINOTS DE PARIS RIVE GAUCHE

PAS DE TRÊVE !

DIRECTION SNCF ET GOUVERNEMENT RESPONSABLES !

Le 19 décembre, les annonces du Premier ministres Philippe n’ont pas convaincu. Le pseudo-calendrier de discussions et les quelques éléments avancés ne sont pas de nature à apaiser les craintes quant à l’avenir des retraites. Trop de questions restent en suspens.

Après 15 jours de conflit dans l’entreprise, le nombre de grévistes est historiquement haut. Dans tous les métiers, toutes les fonctions, le nombre de cheminots engagés dans l’action doit interpeller la Direction et le Président Farandou en premier lieu.

Le soutien au mouvement de grèves et manifestations reste très majoritaire. Les stratégies du Gouvernement ne suffisent pas à diviser la population. Le secrétaire d’état aux transports Djebbari stigmatise une nouvelle fois la profession en multipliant les communications catastrophiques. Personne n’est dupe de ces manœuvres !

Pour le Secteur Fédéral CGT cheminots PRG, l’Union Régionale UNSA Ferroviaire PRG, le Syndicat SUD-Rail PRG, il n’est pas envisageable de suspendre un mouvement historique contre une réforme qui pénalisera toute la population.

Il est également urgent que les directions SNCF ouvrent les portes en grand des discussions sur les points des préavis nationaux et locaux, sous peine de voir la grève se poursuivre quelle que soit l’issue du sujet Retraites.

NOUS APPELONS toutes les cheminotes et cheminots de PARIS RIVE GAUCHE :

  • A rester dans le mouvement ou le renforcer dans le cadre le plus collectif et intelligemment possible ;
  • A participer aux Assemblées Générales ou points d’informations qui se tiendront dans les 15 prochains jours sur les 12 sites d’AG de Paris Rive Gauche ;
  • A participer aux initiatives locales et nationales à venir, notamment à la manifestation Ile-de-France du SAMEDI 28 décembre 2019 à PARIS, comme partout dans le pays, lors de la nouvelle journée nationale de mobilisation interprofessionnelle.

RIEN N’EST JOUÉ, TOUT RESTE À GAGNER !

ON CONTINUE !

Téléchargements

Solidarité grévistes cheminots - grève retraites

L'édito

Lexique

Contact

J'adhère

Bandeaux publicitaires

  • Les pétitions, ça ce signe ici.