Fédération CGT des Cheminots


J'adhère

ArchivesNovembre 2019

FONCTIONS TRANSVERSES PLUS DE POLYVALENCE POUR MOINS DE SALAIRE

| Action à partir du 5 décembre 2019

L’UTP, le patronat de la branche ferroviaire, a communiqué son projet de « classification des emplois et de rémunération » pour la Convention Collective Nationale.

Le patronat a l’intention d’accentuer la polyvalence, tout en tirant la rémunération vers le bas.

Tous les cheminots de la branche ferroviaire, contractuels et statutaires, sont concernés.

Depuis 2018, les dispositions statutaires liées à la rémunération et à la progression professionnelle peuvent être modifiées unilatéralement par la Direction SNCF.

Pour les Fonctions Supports (FS), c’est une véritable coupe franche dans la reconnaissance des métiers et la rémunération. En l’état actuel des propositions de l’UTP, la CCN ne comporte que 16 emplois-types (ET) contre plus de 80 métiers référencés aujourd’hui à la SNCF : agent d’entretien, opérateur environnement du travail, gestionnaire Ressources/Support/Finance, « chargé de » R/S/F, spécialiste en R/S/F, responsable de R/S/F, responsable formation, Directeur ressources et support.

L’immobilier est sorti des Fonctions Supports. Quant aux métiers « environnement du travail », ils sont repris sous l’emploi-type « opérateur ».

L’UTP a classé ses emplois-types sans reconnaître les différences de compétences requises pour chaque spécialité (exemple : un gestionnaire en ressources humaines est classé comme un gestionnaire comptabilité-finance, etc.). L’apparition de l’emploi-type « chargé de… », qui n’est par définition pas un métier, déroule, quant à lui, le tapis rouge à la polyvalence et préfigure une rémunération à la tâche. Quant aux managers de proximité, ils disparaissent.

Opérateur Environnement du Travail

Situation actuelle à la SNCF

Propositions de l’UTP

Déroulement de carrière

De la PR 5 de la qualification B, à la PR 19 de la qualification D
Déroulement de carrière automatique pour partie, suivant les dispositions statutaires.

De la Classe 2 (2ème classe du collège exécution) à la Classe 4 (1ère classe du collège maîtrise)
Déroulement de carrière non automatique et unique-ment selon la volonté de la Direction.

Définition du métier

Cet ET regroupe la totalité des métiers de l’environnement du travail, du collège exécution et Maîtrise de niveau 1 (qualif D).

Réalise des opérations d’asset-management (Facility Management) et les services d’appui (en particulier la reprographie).

 

Gestionnaire support/ressources humaines/finance

Situation actuelle à la SNCF

Propositionsdel’UTP

Déroulement de carrière

De la PR 5 de la qualification B, à la PR 19 de la qualification D Déroulement de carrière automatique pour partie suivant les dispositions statutaires.

De la Classe 2 (2ème classe du collège exécution) à la Classe 4 (1ère classe du collège maîtrise) Déroulement de carrière non automatique et unique-ment selon la volonté de la Direction.

Définition du métier

Gestionnaire GA/GU (RH), gestionnaire de stock (achats), gestionnaire logistique (ET), coordinateur formation, assistant comptable (FI),…

Sous la supervision de son responsable hiérarchique, assure l’exercice des missions/tâches qui lui sont confiées.

Rémunération en début de carrière SNCF : Traitement PR 5 Echelon 1 + Indemnité de Résidence 1 + Prime de travail moyenne mensuelle code 33 + (Prime de fin d’année/12).

Fin de carrière : calculée pour 37 ans d’an-cienneté ; Rémunération SNCF fin de car-rière : Traitement PR 19 Echelon 10 + In-demnité de Résidence 1 + Prime de travail moyenne mensuelle code 33 + (Prime de fin d’année/12).

 

 

Responsable support/ressources/ finances

Situation actuelle à la SNCF

Propositions de l’UTP

Déroulement de carrière

De la PR 26 de la qualification G à la PR 35 de la qualification H. Déroulement de carrière automatique pour partie suivant les dispositions statutaires.

De la Classe 7 (2ème classe du collège cadre) à la Classe 8 (3ème classe du collège cadre) Déroulement de carrière non automatique et unique-ment selon la volonté de la Direction.

Définition du métier

Mise en œuvre des moyens qualitatifs et quantitatifs dans l’application des prérogatives de la Di-rection de l’Etablissement dans le cadre de la politique menée par l’entreprise. (RRH, Dirigeants d’Unité, …)

Pilote la déclinaison de la stratégie dans son entité ou sur un domaine technique spécifique. Participe à l’élaboration de la politique de l’entreprise dans le domaine d’application, met en œuvre, en liaison avec ses collaborateurs, les activités nécessaires à la réalisation de cette politique, peut assurer un encadrement hiérarchique.

 

Responsable formation

Situation actuelle à la SNCF

Propositions de l’UTP

Déroulement de carrière

De la PR 26 de la qualification G à la PR 35 de la qualification H. Déroulement de carrière automatique pour partie suivant les dispositions statutaires.

De la Classe 7 (2ème classe du collège cadre) à la Classe 8 (3ème classe du collège cadre) Déroulement de carrière non automatique et unique-ment selon la volonté de la Direction.

Définition du métier

En coopération avec le Correspondant Formation en établissement, organise la formation professionnelle, participe à son élaboration, participe à la conception du Schéma Prévisionnel Formation et du Bilan Formation. Dirige l’équipe formatrice.

Participe à l’élaboration de la politique de l’entre-prise dans le domaine de la formation. Met en œuvre, en liaison avec ses collaborateurs, les activités nécessaires à la réalisation de cette poli-tique, peut assurer un encadrement hiérarchique.

Nota Bene : le métier de formateur ne figure dans aucune des listes d’emploi-type de l’UTP.

 

Rémunération en début de carrière SNCF : Traitement PR 26 Echelon 1 + Indemnité de Résidence 1 + Prime de travail moyenne mensuelle code 33 + (Prime de fin d’année/12).

Fin de carrière : calculée pour 37 ans d’ancienneté ; Rémunération SNCF fin de carrière : Traitement PR 35 Echelon 10 + Indemnité de Résidence 1 + Prime de travail moyenne mensuelle code 33 + (Prime de fin d’an-née/12).

 

 

 

Directeur des ressources support/ressources/ finances

Situation actuelle à la SNCF

Propositions de l’UTP

Déroulement de carrière

De la PR 30 de la qualification H soit 3 873 €, à Cadre Supérieur (négociation salariale gré à gré) : Déroulement de carrière automatique pour partie suivant les dispositions statutaires (QH) et négociations salariales de gré à gré à partir de CS.

De la Classe 8 (3ème classe du collège cadre) soit 3 475 € mensuel brut, à la Classe 9 (Cadre Supp), soit 4 667 €.
Déroulement de carrière non automatique et unique-ment selon la volonté de la Direction.

Définition du métier

S’assure de la mise en place et de l’application de la politique d’entreprise avec les moyens qui lui sont impartis. Coordonne l’équipe dirigeante sur son périmètre.

Elabore et propose à la direction générale la politique de l’entreprise et les moyens à mettre en place dans le domaine d’application du poste occupé. Anime, coordonne et met en œuvre l’activité dans son périmètre.

Les revendications CGT :

La rémunération et le déroulement de carrière repris dans le projet de l’UTP relèvent d’une véritable provocation ou d’un profond mépris. Le projet de l’UTP sous-qualifie et méprise la technicité des métiers des fonctions trans-verses.

Les niveaux de rémunération et le déroulement de carrière que souhaite inscrire l’UTP dans la convention collective nationale sont même plus bas que ceux de la SNCF, pour-tant insuffisants.

Alors que les cheminots des métiers des fonctions transverses revendiquent une meilleure reconnaissance, nul doute que toutes les entreprises ferroviaires, et notamment la SNCF, s’aligneront sur le moins disant social inscrit dans la CCN.

Le patronat refuse de reconnaître les diplômes obtenus par les salariés lors de leur embauche ou en cours de carrière s’ils ne lui sont pas immédiatement utilisables ou profitables.

Pour la CGT, tous les diplômes doivent être reconnus et les salariés positionnés ou repositionnés dans la grille de rémunération en adéquation avec le niveau du diplôme.

La CGT revendique une méthode de classification avec une description fine et exhaustive des emplois.

Elle permet les parcours professionnels, interdit une polyvalence accrue et garantit une équité entre les différents emplois.

Pour interdire toute forme de dumping social dans la branche ferroviaire, cette classification est fortement normative et ne permet aucune interprétation.

EN MATIÈRE DE RÉMUNÉRATION, LA CGT REVENDIQUE :

▪ Une nouvelle grille de rémunération pour l’ensemble des cheminots de la branche ferroviaire, avec 9 classes (3 Exécution, 2 Maîtrises, 2 Cadres, 2 Cadres Supérieurs) ;
▪ Un déroulement de carrière automatique sur les 38 positions de rémunération de la grille avec un délai maximum de 4 ans sur la même position ;
▪ La reconnaissance de la technicité des cheminots ;
▪ La mise en place d’un treizième mois de branche ;
▪ Une majoration par ancienneté atteignant 32,9% pour 37 années de carrière.

Niveau de recrutement

Métiers

Rémunération à l’embauche selon la classe d’entrée Sur la base SMIC à 1800€

Rémunération fin de carrière
Base SMIC 1800 + évolution automatique + majoration d’ancienneté de 32.9%

BAC

Secrétaire, assistant, agent reprographie, hôte d’accueil, standardiste, …

Exécution 2 : 2 387

Maîtrise 1 : 5 127

BAC+2

Gestionnaire administratif du personnel, gestionnaire logistique, comptable, acheteur, …

Maîtrise 1 : 3 857

Cadre 1 : 6 817

Master

Qualiticien achats, contrôleur de gestion, appui métier, responsable d’équipe, …

Maîtrise 2 : 4 493

Cadre 2 : 7 662

Master 2

Expert-comptable, responsable Ressources Humaines, responsable sécurité bâtiment, responsable communication, …

Cadre 1 : 5 129

Cadre supérieur 1 : 8 507

Nos propositions permettent l’équité entre les salariés de la branche et empêchent un dumping social qui tirerait vers le bas les conditions de vie et de travail de tous les salariés. C’est aussi la garantie d’établir un niveau d’embauche et une évolution de carrière qui reconnaissent le travail des agents des fonctions transverses et garantissent la qualité du service rendu aux entreprises de la Branche ferroviaire.

Ensemble, portons des revendications justes !

Seule notre mobilisation forcera le patronat à revoir sa copie concernant les métiers des Fonctions Transverses et leurs spécialités !

LE 5 DÉCEMBRE, POUR DÉFENDRE NOS MÉTIERS ET GAGNER UNE CONVENTION COLLECTIVE NA-TIONALE DE HAUT NIVEAU, AGISSONS PAR LA GRÈVE !

Téléchargements

VERS UN DÉCLASSEMENT DES MÉTIERS DE L’ÉQUIPEMENT ?

Classification et rémunération

| Action à partir du 5 décembre 2019

L’UTP, le patronat de la branche ferroviaire, a communiqué son projet de « classification des emplois et de rémunération » pour la Convention Collective Nationale.

Le patronat a l’intention d’accentuer la polyvalence, tout en tirant la rémunération vers le bas.

Tous les cheminots de la branche ferroviaire, contractuels et statutaires, sont concernés. Depuis 2018, les dispositions statutaires liées à la rémunération et à la progression professionnelle peuvent être modifiées unilatéralement par la Direction SNCF.

Opérateur de production (sauf Service Electrique)

Situation actuelle à la SNCF pour les agents au statut

Projet de l’UTP dans le cadre de la CCN

Déroulement de carrière

De la qualification A (sans diplôme) à la qualification C 2 PR15.

(Sur la base d’un recrutement sans diplôme et d’un déroulement moyen sachant que la grille permet de dérouler jusqu’à la qualification D PR19)

Déroulement de carrière automatique pour partie suivant les dispositions statutaires.

De la classe 2 de la grille UTP (deuxième Classe du Collège exécution) à la classe 4 (1ère Classe du collège Maitrise).

Déroulement de carrière non automatique et uniquement selon les choix de la direction.

Définition du métier

Assure la surveillance, la maintenance préventive et corrective des installations ainsi que la modernisation de celles-ci (rails, traverses, ballast, systèmes mécaniques de commande et d’enclenchement, des installations caténaires, des travaux de soudage, détection de défauts de rail, haute tension, conduite des installations de traction, conduite d’engins, construction…)

Assure, dans le respect des procédures de sécurité, la bonne exécution de la maintenance et des travaux, mais aussi de la surveillance, des infrastructures terrestres et aériennes de transport guidé. Il/Elle peut assurer la conduite d’engins dans le cadre de services de travaux.

Rémunération en début de carrière SNCF : Traitement PR 2 Echelon 1 + Indemnité de Résidence 1 + Prime de travail moyenne mensuelle code 52 + (Prime de fin d’année/12).

Rémunération SNCF fin de carrière : calculée pour 37 ans d’ancienneté Traitement PR 15 Echelon 10 + Prime de travail moyenne mensuelle code 52 + (Prime de fin d’année/12).

Opérateur Service Electrique

Situation actuelle à la SNCF pour les agents au statut

Projet de l’UTP dans le cadre de la CCN

Déroulement de carrière

Diplôme BEP/CAP

De la qualification B 1 PR4 à la qualification D 2 PR19

Déroulement de carrière automatique pour partie suivant les dispositions statutaires.

De la classe 2 de la grille UTP (deuxième Classe du Collège exécution) à la classe 4 (1ère Classe du collège Maitrise).

Déroulement de carrière non automatique et uniquement selon les choix de la direction.

Définition du métier

L’opérateur de production signalisation énergie (SEG) réalise sur les installations d’un secteur SE ou d’un secteur ST (signalisation et télécoms sur LGV), la maintenance préventive et corrective de la partie électrique des installations de signalisation, voire de télécoms dans le cas des secteurs ST LGV. Il participe aux travaux de création ou de modifications des installations de Signalisation Electrique et la surveillance des travaux.

Assure, dans le respect des procédures de sécurité, la bonne exécution de la maintenance et des travaux, mais aussi la surveillance des systèmes télécoms et/ou des systèmes informatiques du réseau ferré.

Rémunération en début de carrière SNCF : Traitement PR 4 Echelon 1 + Indemnité de Résidence 1 + Prime de travail moyenne mensuelle code 52 + (Prime de fin d’année/12).

Rémunération SNCF fin de carrière : calculée pour 37 ans d’ancienneté Traitement PR 19 Echelon 10 + Prime de travail moyenne mensuelle code 52 + (Prime de fin d’année/12).

Rémunération en début de carrière SNCF : Traitement PR 4 Echelon 1 + Indemnité de Résidence 1 + Prime de travail moyenne mensuelle code 52 + (Prime de fin d’année/12).

Rémunération SNCF fin de carrière : calculée pour 37 ans d’ancienneté Traitement PR 19 Echelon 10 + Prime de travail moyenne mensuelle code 52 + (Prime de fin d’année/12).

Technicien de production et opérationnel

Situation actuelle à la SNCF pour les agents statutaires

Projet de l’UTP dans le cadre de la CCN

Déroulement de carrière

Diplôme : Bac+2 ou Bac+3

De la qualification D1PR13 (D 1 PR14 pour BAC+3) à la qualification E 2 PR23

(sortie de cursus à E 1 PR16 pour Bac+2 et E 1 PR17 pour BAC+3)

Déroulement de carrière automatique pour partie suivant les dispositions statutaires.

De la classe 4 (1ère Classe du collège Maitrise) à la classe 5 (2ème classe Maitrise)

Déroulement de carrière non automatique et uniquement selon les choix de la direction

Définition du métier

Il organise la sécurité des chantiers, la protection du personnel, coordonne le travail d’un groupe d’agents. Effectue des tâches de contrôle, de gestion, d’organisation et de surveillance nécessitant une grande maîtrise des processus techniques.

Pour les infrastructures terrestres et aériennes de transport guidé, apporte son expertise, dans le respect des procédures de sécurité, dans le domaine du contrôle technique et contribue/participe à la gestion opérationnelle. Il/Elle peut contribuer/participer à l’élaboration de la programmation ou des plannings de maintenance et travaux, et à leur réalisation. Il/Elle peut exercer des missions de maîtrise d’oeuvre travaux. Réalise, le cas échéant, des opérations de maintenance préventive et corrective et assure la surveillance d’équipements complexes.

Rémunération en début de carrière SNCF : Traitement PR 13 Echelon 1 + Indemnité de Résidence 1 + Prime de travail moyenne mensuelle code 52 + (Prime de fin d’année/12).

Rémunération SNCF fin de carrière : calculée pour 37 ans d’ancienneté Traitement PR 23 Echelon 10 + Prime de travail moyenne mensuelle code 52 + (Prime de fin d’année/12).

Propositions UTP : le déclassement des métiers et des rémunérations basses

Le système des critères classants choisi par l’UTP repose sur la notion d’employabilité et s’appuie sur la polyvalence des salariés. Exit des métiers identifiés et référencés comme actuellement à la SNCF : Voie, caténaire, Creq, EALE.

Il s’agit pour l’UTP de faire des économies en termes d’emplois sans tenir compte de l’évolution du travail ni de la technicité laissant craindre entre autres conséquences une perte importante des savoir-faire, une dégradation des conditions de travail et de la sécurité.

De plus, le patronat veut imposer un déroulement de carrière non automatique et uniquement selon les choix de la direction et refuse de reconnaître les diplômes obtenus par les salariés lors de leur embauche ou en cours de carrière s’ils ne lui sont pas immédiatement utilisables ou profitables.

L’impact de cette politique pour les cheminots de l’Equipement sera négatif en termes de rémunération, de conditions de travail et de vie.

Propositions CGT

Pour la CGT, tous les diplômes doivent être reconnus et les salariés positionnés ou repositionnés dans la grille de rémunération en adéquation avec le niveau du diplôme.

La sécurité des installations nécessite une forte technicité. Celle-ci doit être validée par des formations régulières et qualifiantes. Ce haut niveau de technicité doit permettre une rémunération à la hauteur des compétences..

Pour ce faire, la CGT revendique une méthode de classification avec une description fine et exhaustive des métiers.

Elle permet les parcours professionnels, interdit une polyvalence accrue et garantit une équité entre les différents métiers.

Pour interdire toutes formes de dumping social dans la branche ferroviaire, cette classification est fortement normative et ne permet aucune interprétation.

EN MATIÈRE DE RÉMUNÉRATION, LA FÉDÉRATION CGT DES CHEMINOTS REVENDIQUE :

Une nouvelle grille de rémunération pour l’ensemble des cheminots de la branche ferroviaire, avec 9 classes (3 Exécution (E1, E2, E3), 2 Maîtrises (M1, M2), 2 Cadres (C1, C2), 2 Cadres Supérieurs (CS1, CS2)) ;

▪ Un smic à 1800 euros brut ;

Un déroulement de carrière automatique sur les 38 positions de rémunération qui composent ces 9 classes avec un délai maximum de 4 ans sur la même position (sur la base d’une carrière de 32 années pour les métiers à pénibilité avérée avec une majoration par ancienneté atteignant 31,04 %) ;

La reconnaissance de la technicité des cheminots de l’Equipement ;

La mise en place d’un treizième mois de branche ;

Une majoration par ancienneté atteignant 32,9 % pour 37 années de carrière.

PROPOSITIONS CGT FAITES SUR LA BASE D’UN SMIC À 1800 EUROS :

Définition du métier :
Opérateur de production (sauf Service Electrique)

Niveau de recrutement

Déroulement de carrière

Rémunération mensuelle brute sur 12 mois

Assure la surveillance, l’entretien, la modernisation, la conduite (à compléter)

Diplôme ou sans

De E1 à E3 sur la grille CGT

La rémunération de départ :
1950 €
(13ème mois compris)

Rémunération minimum en fin de carrière:
4221€
(13ème mois compris)

 

Définition du métier : Opérateur Service Electrique

Niveau de recrutement

Déroulement de carrière

Rémunération mensuelle brute sur 12 mois

Les opérateurs assurent la surveillance, l’entretien et la modernisation des installations de signalisation électrique (systèmes de détection et d’espacement des trains, systèmes d’enclenchement, contrôle des signaux et des aiguillages, passages à niveau). Garants de la sécurité des installations, ils supervisent les travaux réalisés par des entreprises extérieures.

Ils peuvent aussi contribuer aux travaux de renouvellement ou de création d’installations.

Ils assurent l’astreinte en roulement et sont ainsi amenés à intervenir n’importe quand en cas de dysfonctionnement d’une installation.

Diplôme et promotion interne

De E2 à M 2 sur la grille CGT

La rémunération de départ :
2 386,80€
(13ème mois compris)

Rémunération minimum en fin de carrière:
5054,34€
(13ème mois compris)

 

Définition du métier : Technicien de production et opérationnel

Niveau de recrutement

Déroulement de carrière

Rémunération mensuelle brute sur 12 mois

Ils organisent la sécurité des chantiers, la protection du personnel et coordonnent le travail d’un groupe d’agents. Ils effectuent des tâches de contrôle, de gestion, d’organisation et de surveillance nécessitant une grande maîtrise des processus techniques.

Diplôme BAC+2

De M1 à M 2 sur la grille CGT

La rémunération de départ :

3560,40€

(13ème mois compris)

Rémunération minimum en fin de carrière:
6720,39€
(13ème mois compris)

LE 05 DÉCEMBRE 2019, ENSEMBLE, GAGNONS SUR NOS REVENDICATIONS

Téléchargements

LES MAÎTRISES ET CADRES ONT DES REVENDICATIONS

Grève à partir du 05 décembre 2019

| Action à partir du 5 décembre 2019

Les sujets de colère ne manquent pas : les retraites, la réforme ferroviaire ont des conséquences directes sur les conditions de vie et de travail des cheminots de tous collèges. Les inquiétudes et les colères s’expriment à la SNCF et ailleurs. Malgré des promesses d’écoute, les orientations du gouvernement restent figées. Pis, il manipule l’opinion pour tenter de diviser le public et le privé, les ouvriers et les cadres.

C’est pourquoi, la CGT appelle les cheminots de tous collèges à cesser le travail à partir du 5 décembre 2019.

Faire du bon travail, c’est possible

Que les blocages viennent des ministères ou des COMEX, les budgets ne correspondent pas aux besoins d’une production de qualité. Les organisations de l’entreprise qui en découlent, vont à contre-courant du bon sens. Moins de cheminots et explosion de la sous-traitance provoquent des gâchis financiers, des pertes de savoirs et du surtravail.

Pourquoi faire faire, quand on sait faire, quand on peut faire, lorsque l’on veut faire ?

Aujourd’hui, les Comex fixent des objectifs d’externalisation. Il ne s’agit pas d’une fatalité mais d’une décision très politicienne… Quel encadrant de proximité préfère gérer des intérimaires ou des contrats de sous-traitance plutôt que de pouvoir agir en direct avec des agents dont les qualifications pourront être construites dans la durée ?

Et les solutions sont locales : dans chaque service que pourrions-nous internaliser pour mieux travailler ? Qui empêche leur mise en oeuvre, aujourd’hui ? Qui décide du budget emploi ? Qui décide du budget financier ?

Mon temps de travail doit me permettre de vivre

Les études de 2016 démontraient que le temps de travail des maîtrises et cadres dépassait allégrement les 35 heures par semaine. 77 % travaillent plus de 39 h, 18 % travaillent plus de 48 heures par semaine.

Comptes-tu tes heures de travail au poste de travail et pendant les repos ?

60 % des agents de maîtrise et des cadres déclarent travailler occasionnellement ou régulièrement pendant leurs repos. Cela a nécessairement des conséquences sur les conditions de vie et les équilibres familiaux.

Le refus de la DRH de mettre en place des compteurs des heures travaillées par l’encadrement est symptomatique de son refus de reconnaître ce malaise. Pour l’UFCM-CGT, il faut comptabiliser l’ensemble des heures de travail. Pour réduire le temps de travail, il faut des recrutements et une meilleure organisation du travail.

Des parcours professionnels indispensables pour le développement des savoirs dans l’entreprise et une juste reconnaissance des qualifications.

Le volet classification et rémunération de la branche ferroviaire se négocie actuellement. La SNCF a des positions plus qu’ambigües puisqu’elle déclare vouloir remettre à plat la grille SNCF avec un système de notations de plus en plus opaque. Le patronat (la SNCF représente 95% des effectifs de la branche) refusait d’intégrer les maîtrises et cadres dans une grille salariale. Depuis, son positionnement évolue avec des discussions autour de 9 niveaux de qualifications comme le propose la CGT.

Cependant, nous sommes loin du consensus tant les niveaux de salaires sont faibles et les règles collectives de déroulement absentes. La CGT revendique la rémunération des qualifications (ensemble des connaissances dans un métier), c’est notre proposition d’une grille de branche.

Les droits collectifs sont-ils un frein ou une garantie pour la reconnaissance de l’investissement ? Pourquoi la direction veut-elle éliminer tous les repères, aussi utiles, pour les contractuels ?

Une grille, avec un contrôle des représentants du personnel, est aussi un levier pour lutter contre les inégalités femmes/hommes.

Les retraites, un enjeu public/privé

L’annonce d’un projet de réforme des retraites à points nous concerne tous. Les agents de maîtrise et cadres seront pleinement frappés, notamment si leur qualification a évolué, puisque c’est l’ensemble de la carrière qui serait pris en compte.

Comment répondre à nos besoins à la retraite ?

Avec un prix d’achat du point et des valeurs de service (valeur à la revente) évoluant en fonction de la conjoncture analysée par quelques spécialistes (espérance de vie, produit intérieur brut…) ?

Ou avec l’obtention d’un revenu de remplacement reposant sur les 6 derniers mois pour le régime spécial ou les dix meilleures années pour le régime général ?

Ce projet n’est pas égalitaire, ni pour les femmes, ni pour les générations car un euro cotisé ne donnera pas les mêmes droits. Il rend incertaine la retraite pour favoriser la capitalisation individuelle et injuste.

La CGT revendique l’élargissement du régime spécial à la Branche (sous condition d’âge pour la retraite afin de financer les droits spécifiques). Pour un départ à 55 ans et 75% du salaire et des mesures de départ anticipé pour compenser la pénibilité (horaires décalés, …)

En 2018, la direction avait analysé un « décrochage managérial ».

En d’autres mots, le refus des choix opérés par le gouvernement avec la duplicité du directoire pour favoriser l’introduction de la concurrence et le moins disant social.

L’encadrement va subir des pressions pour se mettre à l’écart d’un mouvement légitime. Les Comex lui demanderont de porter ses orientations politiques, tout en prétendant qu’elles ne le sont pas. Ils ambitionnent même de placer l’encadrement dans une position de neutralité, ni salarié, ni décideur. L’UFCM-CGT le rappelle, les maîtrises et cadres sont des salariés à part entière avec des revendications partagées avec tout le salariat.

Aujourd’hui comme hier, il est indispensable que les agents de maîtrise et les cadres se mobilisent !

DÈS LE 5 DÉCEMBRE, AGISSONS PAR LA GRÈVE !

Téléchargements

APPEL À LA GRÈVE GESTIONNAIRES DE MOYENS !

Grève à partir du 05 décembre 2019

| Action à partir du 5 décembre 2019

A partir du 5 décembre, les cheminots sont appelés à se mobiliser contre le projet des retraites mais aussi contre la réforme mise en place par la direction et le gouvernement. La politique de l’entreprise va avoir de fortes conséquences sur l’emploi, la rémunération et le parcours professionnel des gestionnaires de moyens.

Créée en 1999 au sein de la Filière Traction, la spécialité GM n’a jamais réellement bénéficié d’un parcours professionnel qualifiant.

Emploi/conditions de travail

  • La CGT revendique des emplois en nombre suffisant dans tous les bureaux de commande pour améliorer les conditions de travail, notamment lors de pics de charge et lors de la préparation et l’adaptation des roulements en fonction des effectifs disponibles. Ce gros travail de préparation, d’adaptation réalisé en commun et en amont avec les services de conception, permet de désamorcer des situations.
  • Depuis la création de cette spécialité, les effectifs ont été en hausse jusqu’en 2018. Désormais, la diminution des effectifs sera la règle avec la politique annoncée de la direction.
  • Il est inadmissible que la direction recrute des gestionnaires de moyens à la qualification D. La direction abaisse la rémunération du poste, tout en maintenant le même niveau de responsabilités sans reconnaître les compétences. Ce recrutement ralentit le déroulement de carrière des qualifications E jusqu’à H.
  • Pour tous les gestionnaires de moyens devant effectuer des relèves, la CGT revendique l’alimentation du compteur TC (Temps Compensé) de 20 minutes par journée de service graphiquée sur le roulement pour compenser le temps de remise de service non compris, actuellement, dans le temps de travail.

Parcours professionnel/déroulement de carrière

  • Depuis 1999, les cheminots de la spécialité GM n’ont jamais bénéficié d’un réel parcours professionnel. Les différents changements de poste se font selon les volontés des cadres dirigeants qui ne prennent pas forcément en compte l’expérience acquise. Ainsi, le parcours professionnel est différent d’une UP, d’un ET à un autre. La CGT revendique la mise en place d’un réel parcours professionnel qualifiant reconnaissant l’expérience acquise, les formations, la progression des qualifications et la technicité des gestionnaires de moyens.
  • Pour le déroulement de carrière, la politique de la direction “Trajectoire GM” vise à former un salarié à son futur poste de travail et non à l’ensemble des métiers de la filière. De ce fait, la formation est bien insuffisante par rapport aux besoins réels. La CGT est fortement intervenue contre la mise en place de ce projet néfaste pour les salariés dans les instances représentatives du personnel.
  • De plus, la fin du recrutement au statut prévue à la fin de l’année 2019 va scléroser le peu de déroulement de carrière.

  • Pour la CGT, les salariés embauchés à la qualification D doivent avec leur expérience professionnelle acquise dérouler sur la qualification E sans passer l’examen.

  • La place des gestionnaires de moyens doit être réaffirmée au sein de la traction. La pyramide hiérarchique doit être la suivante : E= 50% de l’effectif, F = 25% de l’effectif, G = 15% de l’effectif et H = 10% de l’effectif.

Rémunération

  • Comme l’ensemble des cheminots, les gestionnaires de moyens subissent le gel des salaires pour la cinquième année consécutive. A cela s’ajoutent la plus basse prime de travail (code 72) et les éléments variables de solde (EVS) qui n’ont pas été revalorisés.

    La CGT revendique la revalorisation de la prime de travail au niveau national au même niveau du code 9, soit une augmentation d’environ 110.

    A titre de comparaison, les opérateurs de commande des CPST dans les ECT perçoivent la prime “code 25” environ 70€ de plus que les gestionnaires de moyens dans les établissements ou dans les centres opérationnels.

  • La CGT revendique également le paiement de l’indemnité de saisie pour l’ensemble des gestionnaires de moyens. Cette rétribution est pleinement justifiée du fait du travail essentiellement sur un poste informatique.

Avenir des bureaux de commande et du métier

L’éclatement des établissements traction en plusieurs directions de ligne ou le rattachement des UP Voyages par axe vont avoir pour conséquence la centralisation des bureaux de commande. Selon les sites, les mêmes opérateurs vont devoir gérer les contrôleurs et les conducteurs voire les agents d’escale.

Cela ne va pas se faire sans poser bon nombre de problèmes. L’application de l’accord collectif est le même pour tous les agents mais les accords locaux et habitudes de travail sont différents selon les sites. Les tensions vont s’amplifier au fil du temps. La mise en place des plateformes va entraîner une baisse des effectifs.

Ces restructurations vont avoir un impact direct sur les plages d’ouverture des bureaux de commande.

La CGT revendique le renforcement des bureaux de commande dans les UP ou sur les résidences en termes d’emploi.

Dans les prochaines années, un nouvel outil informatique va être mis en place en remplacement de tous les outils actuels (PACIFIC, CARAÏBES, …). Ce logiciel, aux différents noms selon les activités, a pour objectif de restreindre les affectations quotidiennes des rames et des salariés. Il doit permettre d’organiser la production et doit servir d’outil de conception. La direction compte donc réduire les coûts des opérations tout en augmentant l’offre de service.

Pour la CGT, cet outil entraînerait des suppressions d’emplois massives et une déqualification du métier de gestionnaire de moyens sans une réponse aux besoins des gestionnaires de moyens et du Service Public.

Le métier de gestionnaire de moyens doit être reconnu comme tel dans la future CCN.

Pour gagner de bonnes conditions de travail et une revalorisation de la rémunération, rejoins la grève unitaire. Pose ta D2I !

TOUS ENSEMBLE le 5 décembre !

Téléchargements

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE BRANCHE : L’UTP VEUT UNE SUGE LOW COST !

Classification et rémunération surveillance générle

| Action à partir du 5 décembre 2019

L’UTP (Union des Transports Publics), composée des patrons de la branche ferroviaire, vient de publier sa proposition de classification et de rémunération des métiers, dans le cadre de la future Convention Collective Nationale (CCN).

Le document remis par l’UTP démontre son intention d’accentuer la polyvalence tout en tirant la rémunération vers le bas.

Tous les cheminots de la branche ferroviaire, contractuels et statutaires, sont concernés.

Depuis 2018, les dispositions statutaires liées à la rémunération et à la progression professionnelle peuvent être modifiées unilatéralement par la Direction SNCF.

Pour la Sûreté, l’UTP propose 5 emplois-types : Opérateur Sûreté, Technicien Sûreté, Spécialiste Sûreté, Manager de proximité, Responsable Sûreté.

La reconnaissance des spécialités métiers de l’agent SUGE (SEF, conducteur de chien, formateur technique, opérateur PCNS, adjoint au manager, …) n’est pas reprise dans le projet de classification de l’UTP.

Niveau et conditions de recrutement :

Le système de classification des métiers choisi par l’UTP (critères classants) qualifie le poste, pas l’agent. Le niveau de diplôme à l’embauche n’y est pas reconnu.

L’UTP ne reprend pas l’évolution salariale à l’ancienneté et n’envisage pas de 13ème mois de branche.

AGENT SUGE

Situation actuelle à la SNCF

Propositions de l’UTP dans le cadre de la CCN

Déroulement de carrière

De la PR 5 de la qualification B, à la PR 19 de la qualification D
Déroulement selon les dispositions statutaires et sous contrôle social des Organisations Syndicales

De la Classe 2 (deuxième Classe du Collège exécution) à la Classe 4 (1ère Classe du collège Maîtrise). Déroulement de carrière non automatique et unique-ment selon les choix de la direction. Une revalorisation de l’ordre de 6 % est prévu au bout de 15 ans…

Définition  du métier

Les agents opérationnels de la SUGE ont pour prérogative d’assurer l’ensemble des missions de sécurisation, de prévention et de protection des usagers, des cheminots, de l’ensemble du patrimoine au niveau national et du bon fonctionnement de la production ferroviaire.

Agent de la sûreté ferroviaire, emploi d’appui opérationnel qui exerce des missions de sécurisation des personnes et des biens, de protection du personnel et de sauvegarde du patrimoine. Réalise des opérations de contrôle et de sécurité d’un bâtiment ou d’une emprise.

Ecart entre la rémunération actuelle à la SNCF (Indemnité de résidence et PFA incluses et considérant une carrière jusque D19 hors IPA et ICPA) et la proposition de l’UTP :

 

LES REVENDICATIONS CGT

Pour la CGT, la qualification et les compétences appartiennent aux salariés. L’expérience professionnelle et la formation continue au cours d’une carrière doivent être reconnues par le biais d’une évolution de carrière automatique. En ce sens, la CGT est opposée au système des critères classants porté par l’UTP qui ne la prévoit pas.

La CGT porte des propositions dans l’intérêt des cheminots et de l’entreprise :

•La reconnaissance du diplôme lors du recrutement par le niveau de qualification à l’embauche ;
• La reconnaissance de l’expérience acquise en cours de carrière par l’évolution à l’ancienneté ;
• La reconnaissance de la formation qualifiante en cours de carrière ;
• Une nouvelle grille de rémunération pour l’ensemble des cheminots de la branche ferroviaire, avec 9 classes (3 Exécution, 2 Maîtrise, 2 Cadres et 2 Cadres Supérieurs) et 38 positions, avec un déroulement automatique de 4 ans maximum sur chaque position pour 32 années de carrière pour les métiers à pénibilité avérée ;
• La mise en place d’un 13ème mois de branche ainsi qu’une majoration par ancienneté atteignant 31,4%, sur une base de SMIC à 1800 euros.

Définition du métier Agent SUGE

Niveau de recrutement

Déroulement de carrière

Rémunération mensuelle sur 12 mois (13ème mois compris)

En charge de la sécurité et sûreté des salariés, des usagers et du patrimoine de l’entreprise. Les spécialités des métiers d’agent SUGE assurent la sûreté dans les différents domaines, tels que la sûreté financière, numérique, conducteur de Chien de détection explosif ou de défense. L’expertise acquise permet l’assis-tance au DPX en agence ou sur le terrain au sein d’une équipe.

Baccalauréat

De E2 (Exécution 2ème qualification ou classe) à M1 (Maîtrise 1ère qualification ou classe)

Rémunération de départ :
2 585 euros

Rémunération de fin de carrière :
5054 euros

Nos propositions permettent l’équité entre les salariés de la branche et empêchent un dumping social qui tirerait vers le bas les conditions de vie et de travail de tous les salariés. C’est aussi la garantie d’établir un niveau d’embauche et une évolution de carrière qui reconnaissent le travail à la SUGE et garantissent la qualité du service rendu aux entre-prises de la Branche ferroviaire.

Ensemble, portons des revendications justes !

Seule notre mobilisation forcera le patronat à revoir sa copie concernant les métiers de la Surveillance Générale et leurs spécialités !

LE 5 DÉCEMBRE, POUR DÉFENDRE NOS MÉTIERS ET GAGNER UNE CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE HAUT NIVEAU, AGISSONS PAR LA GRÈVE !

Téléchargements

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE BRANCHE : L’UTP VEUT TIRER LES SALAIRES VERS LE BAS

Classification et rémunération

| Action à partir du 5 décembre 2019

L’UTP (Union des Transports Publics) composée des patrons de la branche ferroviaire, vient de publier sa proposition de classification et de rémunération des métiers, dans le cadre de la future Convention Collective Nationale (CCN). Le document remis par l’UTP démontre son intention d’accentuer la polyvalence, tout en tirant la rémunération vers le bas.

Tous les cheminots de la branche ferroviaire, contractuels et statutaires, sont concernés.

Depuis 2018, les dispositions statutaires liées à la rémunération et à la progression professionnelle peuvent être modifiées unilatéralement par la Direction SNCF.

Pour les services médicaux et l’action sociale, l’UTP propose 3 emplois-types : Technicien paramédical, Médecin et Technicien social et familial.

Elle ne reconnaît aucune compétence particulière, aucune spécificité nécessaire à la pratique de ces métiers dans un milieu ferroviaire et limite la définition des métiers du médical et du social à la SNCF à : « Diplôme d’Etat ».

Dans sa classification, les métiers de secrétaire médicale et de secrétaire-assistant-e social-e disparaissent.

Tout porte à penser qu’elle entend transférer les missions des secrétaires aux infirmiers, aux médecins et aux travailleurs sociaux.

Niveau et conditions de recrutement :

Infirmier/Travailleur Social

Situation actuelle à la SNCF

Propositions de l’UTP

Déroulement de carrière

De la PR 14 de la qualification D (sortie de cursus ATT TS à la PR 17 en 3 ans après le commissionnement) jusqu’à la PR 23 de la qualification E (l’accès à la qualification F et le déroulement vers H est soumis à une prise de responsabilités managériales) :

Déroulement de carrière automatique pour partie suivant les dispositions statutaires.

De la Classe 4 (1ère classe du collège maîtrise) à la Classe 6 (1ère classe du collège cadre).

Déroulement de carrière non automatique et uniquement selon les choix de la direction dans la plus grande opacité et sans contrôle social.

Définition du métier

Agent chargé des soins infirmiers dans les services médicaux de soins, de médecine du travail et des services spécialisés dans la maîtrise des particularités du ferroviaire.

Pas de définition :
« diplôme d’Etat »

Rémunération en début de carrière SNCF : Traitement PR 14 Echelon 1 + Indemnité de Résidence 1 + Prime de travail moyenne mensuelle code 33 + (Prime de fin d’année/12).

Fin de carrière : calculée pour 37 ans d’ancienneté ; Rémunération SNCF fin de carrière : Traitement PR 23 Echelon 10 + Indemnité de Résidence + Prime de travail moyenne mensuelle code 33 + (Prime de fin d’année/12). UTP : Déroulement hypothétique de la classe 4 à 6 qui reste à la main de l’employeur

La Fédération CGT des Cheminots revendique :

• La reconnaissance du diplôme lors du recrutement par le niveau de qualification à l’embauche ;
• La reconnaissance de l’expérience acquise en cours de carrière par l’évolution à l’ancienneté ;
• La reconnaissance de la formation qualifiante en cours de carrière ;
• Une nouvelle grille de rémunération pour l’ensemble des cheminots de la branche ferroviaire, avec 9 classes (3 Exécution, 2 maîtrises, 2 cadres et 2 cadres supérieurs) et 38 positions ;
• Un déroulement automatique de 4 ans maximum sur chaque position pour 37 années de carrière pour les sédentaires ;
• La mise en place d’un 13ème mois de branche ;
• Une majoration par ancienneté atteignant 32,9%, le tout sur une base de SMIC à 1800 euros.

PROPOSITIONS CGT :

 

Définition du métier

Niveau de recrutement

Déroulement de carrière

Rémunération mensuelle brute (13ème mois compris)

Secrétaire médicale / Secrétaire-assistant-e

Assure l’accueil physique et téléphonique des cheminots patients et des bénéficiaires. Assure la première prise en charge du cheminot, gère l’urgence et oriente le cheminot. Assure le rôle pivot du cabinet médical ou du Centre d’Action Sociale

BEP /BAC

E2 (exécution 2ème qualification ou classe vers E3 (Exécution 3ème qualification ou classe) ou Maîtrise 1ère qualification

Rémunération de départ :
2 585 €

Rémunération de fin de carrière :
5126 €

Infirmier

Exerce ses compétences professionnelles médicales en les adaptant aux emprises du ferroviaire et aux spécificités des nombreux métiers du ferroviaire. En charge de l’information et de la prévention ferroviaire avec le médecin du travail. Maîtrise la médecine d’aptitude de sécurité ferroviaire au sein de la branche.

Diplôme d’Etat :

BAC +3

M2 (maîtrise qualification ou classe 2) vers C1 (cadre 2)

Rémunération de départ :
4493 €

Rémunération de fin de carrière :
661 €

Travailleur Social

Responsable de la qualité du service social à rendre à tous les cheminots bénéficiaires de la branche ferroviaire au sein d’une équipe, que ce soit en CAS ou dans un établissement spécialisé de l’Action Sociale.

Diplôme d’Etat : Bac +3

M2 (maîtrise niveau 2) vers C1 (cadre niveau 1)

Rémunération de départ :

4493 €

Rémunération de fin de carrière :

7661 €

Nos propositions permettent l’équité entre les salariés de la branche et empêchent un dumping social qui tirerait vers le bas les conditions de vie et de travail de tous les salariés. C’est aussi la garantie de conserver la pérennité de nos Services Médicaux et de notre Action Sociale, ainsi que la qualité du service rendu aux patients et bénéficiaires de la Branche ferroviaire.

Ensemble, portons des revendications justes !

Seule notre mobilisation forcera le patronat à revoir sa copie concernant les métiers du médical et du social !

LE 5 DÉCEMBRE POUR DÉFENDRE NOS MÉTIERS ET GAGNER UNE CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE HAUT NIVEAU, AGISSONS PAR LA GRÈVE !

Téléchargements

RET : L’ENCADREMENT DE PROXIMITÉ SACRIFIÉ !

Classification et rémunération

| Action à partir du 5 décembre 2019

L’UTP, le patronat de la branche ferroviaire, a communiqué son projet de « classification des emplois et de rémunération » pour la Convention Collective Nationale.

Le patronat a l’intention d’accentuer la polyvalence, tout en tirant la rémunération vers le bas.

Tous les cheminots de la branche ferroviaire, contractuels et statutaires, sont concernés.

Depuis 2018, les dispositions statutaires liées à la rémunération et à la progression professionnelle peuvent être modifiées unilatéralement par la Direction SNCF.

RET

Situation actuelle à la SNCF pour les agents statutaires

Propositions de l’UTP

dans le cadre de la CCN

Déroulement

de

carrière

Du niveau de la qualification E PR 16 (après obtention de l’examen TC) au niveau 2 de la qualification F.
Le déroulement de carrière sur les positions de rémunération se fait pour une partie automatique-ment selon les dispositions statutaires et « au choix ». En revanche, l’accession à un niveau et /ou à une qualification sont intégralement au choix de la direction.

De la Classe 4 (1ere Classe du Collège Maîtrise) à la Classe 6 (1ère Classe du collège Cadre).

Déroulement de carrière non automatique et uniquement selon les choix de la direction.

Définition

du

métier

Il manage et organise la production de son entité dont la mission principale est d’assurer l’accompagnement des trains.
Il met en œuvre le management de la sécurité et les plans d’actions spécifiques à son établissement.
De même, il est chargé de la gestion et du développement des ressources humaines.
Il conduit les évolutions d’organisations et de fonctionnement.

De même, il est chargé de la gestion et du développement des ressources humaines.

Il conduit les évolutions d’organisations et de fonctionnement.

Assure l’animation, l’encadrement et le développe-ment des compétences des agents de la relation clients qui lui sont rattachés.

Il participe à la gestion opérationnelle de l’ensemble des missions des métiers de la relation clients, sur un périmètre limité dans le respect de diverses procédures métiers et des règles de sécurité.

Rémunération en début de carrière SNCF : Traitement PR 16 Echelon 1 + Indemnité de Résidence 1 + Prime de travail moyenne mensuelle code 25 + (Prime de fin d’année/12).

Fin de carrière : calculée pour 37 ans d’ancienneté ; Rémunération SNCF fin de carrière : Traitement PR 28 Echelon 10 + Indemnité de Résidence 1 + Prime de travail moyenne mensuelle code 25 + (Prime de fin d’année/12).

Manager de proximité relation client : une polyvalence accrue et un abaissement de la rémunération.

L’UTP souhaite une explosion des tâches dans le seul objectif de réaliser des gains de productivité, quelles que soient les conséquences sur les conditions de travail des cheminots.

Au-delà de ses tâches relatives à l’accompagnement quotidien des ASCT sur les parties sécurité, sûreté ou commerciale, le RET ou le futur manager de proximité relation client, aura des attributions supplémentaires avec la gestion des agents du sol (vendeurs/agents d’Escales), à qui l’UTP octroie des missions LAF (Lutte Anti-Fraude).

En outre, le patronat refuse de reconnaître à l’embauche les diplômes obtenus par les salariés, ni ceux acquis en cours de carrière.

Pour la CGT, tous les diplômes doivent être reconnus et les salariés positionnés ou repositionnés dans la grille de rémunération en adéquation avec le niveau du diplôme.

En matière de classification, afin de lutter contre une polyvalence tous azimuts, la Fédération CGT des Cheminots revendique une méthode de classification reposant sur une description fine et exhaustive des emplois reprenant :

• La filière d’appartenance et spécialité ;
• Le descriptif et contenu des activités constituant le métier ;
• Les compétences à mettre en œuvre (savoirs techniques et théoriques) ;
• Le collège, la qualification et le positionnement dans la grille de rémunération ;
• Les conditions d’exercice du métier et interactions avec d’autres métiers/services ou entités ;
• Formation/Habilitation/diplôme (conditions d’accès) ;
• Parcours professionnel (avant/après) y compris vers d’autres filières.

En matière de rémunération, la Fédération CGT des Cheminots revendique :

• Une nouvelle grille de rémunération pour l’ensemble des cheminots de la branche ferroviaire, avec 9 classes (3 Exécutions, 2 Maîtrises, 2 Cadres, 2 Cadres Supé-rieurs) ;
• Un déroulement de carrière est automatique sur les 38 positions de rémunération qui composent ces 9 classes avec un délai maximum de 4 ans sur la même position ;
• La mise en place d’un 13ème mois de Branche ;
• Une majoration par ancienneté atteignant 32,9 % pour 37 années de carrière.

La CGT revendique que la réussite à la formation TC soit qualifiante.

PROPOSITIONS CGT :

 

 

Définition du métier RET

Niveaux de recrutement

Déroulement de carrière

Rémunération mensuelle brute sur 12 mois

Agent de maîtrise avec des compétences techniques reconnues, management d’équipes restreintes, formations, conseil, contrôle du travail…

 BAC +2 De M1 (Maîtrise classe 5) à C1 (Cadre classe 6) sur la grille CGT Après réussite à la formation TC (BAC +3) la rémunération de départ (M2) : 4 493 € (13ème mois compris) Rémunération en fin de carrière : 7 662 € (13ème mois compris)

Seule la mobilisation massive des cheminots pourra tordre la trajectoire que veut imposer le patronat de la branche ferroviaire.

LE 05 DÉCEMBRE 2019, ENSEMBLE GAGNONS SUR NOS REVENDICATIONS !

Téléchargements

LE MÉTIER D’ASCT ET SA RÉMUNÉRATION EN DANGER,LA MOBILISATION S’IMPOSE !

Classification et rémunération

| Action à partir du 5 décembre 2019

L’UTP, le patronat de la branche ferroviaire, a communiqué son projet de « classification des emplois et de rémunération » pour la Convention Collective Nationale.

Le patronat a l’intention d’accentuer la polyvalence, tout en tirant la rémunération vers le bas.

Tous les cheminots de la branche ferroviaire, contractuels et statutaires, sont concernés.

Depuis 2018, les dispositions statutaires liées à la rémunération et à la progression professionnelle peuvent être modifiées unilatéralement par la Direction SNCF.

ASCT

Situation actuelle à la SNCF pour les agents statutaires

Propositions de l’UTP dans le cadre de la CCN

Déroulement de carrière

Du niveau de la qualification B PR 4 ou avec le statut ATTOP (si BAC) jusqu’au niveau 2 de la qualification D position 19.

Le déroulement de carrière sur les positions de rémunération se fait pour une partie automatiquement selon les dispositions statutaires et « au choix ». En revanche, l’accession à un niveau et /ou à une qualification sont intégralement au choix de la direction.

De la Classe 2 (deuxième Classe du Collège exécution) à la Classe 4 (1ère Classe du collège Maîtrise).

Déroulement de carrière non automatique et uniquement selon les choix de la direction. Une revalorisation de l’ordre de 6 % est prévu au bout de 15 ans…

Définition du métier

Le métier d’ASCT est fondé sur les 4 S (sécurité, sûreté, sauvegarde des recettes et service à bord). Il est régi selon les règles caractérisées par les 21 situations professionnelles décrites dans la VO 493. L’ASCT assure l’accompagnement des trains de voyageurs dans le cadre du service public ferroviaire en effectuant des missions de sécurité des circulations issues des directives réglementées, il assure la sûreté ainsi que les règles de vie à bord. Enfin, il assure la préservation des recettes en effectuant le contrôle des titres de transports.

Assure le service, l’accompagnement et le contrôle des clients dans les trains. Il peut être amené à donner le départ des trains dans le respect de la ponctualité, veille à la sûreté de la clientèle et contribue à la sécurité des circulations et à leur régularité. Participe à la prise en charge des clients de son train et réalise des prestations de la relation client.

Rémunération en début de carrière SNCF : Traitement PR 4 Echelon 1 + Indemnité de Résidence 1 + Prime de travail moyenne mensuelle code 24 + (Prime de fin d’année/12).

Fin de carrière : calculée pour 32 ans d’ancienneté ; Rémunération SNCF fin de carrière : Traitement PR 19 Echelon 10 + Indemnité de résidence 1 + Prime de travail moyenne mensuelle code 24 + (Prime de fin d’année/12).

En attaquant son contenu et notamment la partie sécurité, l’UTP déclasse le métier d’ASCT et abaisse sa rémunération.

La Classe 2, avec 11 points, correspond selon le système des critères classants de l’UTP à 1 558 euros brut par mois, quelle que soit l’activité de rattachement des ASCT (Transilien, TER ou TGV). Pour la CGT, il est clairement inenvisageable que les projets de l’UTP et de la direction SNCF soient adoptés.

En matière de classification, afin de lutter contre une polyvalence tous azimuts, la Fédération CGT des cheminots revendique une méthode de classification reposant sur une description fine et exhaustive des emplois reprenant :

• La filière d’appartenance et spécialité ;
• Le descriptif et contenu des activités constituant le cœur du métier ;
• Les compétences à mettre en œuvre (savoirs techniques et théoriques) ;
• Le collège, la qualification et le positionnement dans la grille de rémunération ;
• Les conditions d’exercice du métier et interactions avec d’autres métiers/services ou entités ;
• Formation/habilitation/diplôme (conditions d’accès) ;
• Parcours professionnel (avant/après) y compris vers d’autres filières ;
• Une réelle reconnaissance du métier d’ASCT en cadrant un temps de travail basé sur 32h par semaine ;
• Une réelle connaissance du métier d’ASCT en favorisant la multi-activité dans des établissements mono-métiers afin de garantir et pérenniser les parcours professionnels pour tous les agents de train ;
• Une formation ASCT transverse fondée sur les 4S ;
• Une réelle reconnaissance du métier d’ASCT en bonifiant 1 année pour 5 années d’exercice, dans le cadre du départ à la retraite.

En matière de rémunération, la Fédération CGT des Cheminots revendique :

• Une nouvelle grille de rémunération pour l’ensemble des cheminots de la branche ferroviaire, avec 9 classes (3 Exécutions, 2 Maîtrises, 2 Cadres, 2 Cadres Supérieurs) ;
• Un déroulement de carrière automatique sur les 38 positions de rémunération qui composent ces 9 classes avec un délai maximum de 4 ans sur la même position (sur la base d’une carrière de 32 années, avec bonifications pour les métiers à pénibilité avérée) ;
• La mise en place d’un 13ème mois de Branche ;
• Une majoration par ancienneté atteignant 31,04 % pour 32 années de carrière.

La CGT revendique que la réussite à la formation ASCT soit qualifiante.

PROPOSITIONS CGT :

Définition du métier ASCT :

Niveaux
de
recrutement :

Déroulement
de carrière :
Rémunération mensuelle brute sur 12 mois :
Agent qualifié assurant un rôle essentiel dans le cadre de la sécurité par le biais d’une formation solide et d’un contrôle régulier. Il assure en outre la régulation de la vie à bord autant pour la sûreté des biens et des personnes, que du service aux usagers.
Il effectue des tâches relatives à la commercialisation des produits ou services et/ou à l’administration des ventes, nécessitant des connaissances tech-niques, une capacité d’initiative et de réflexion élevées.
Enfin, il coordonne le travail de plusieurs agents avec participation effective au travail.
CAP/BEP/BAC

De E3 (Exécution 3ème niveau) à M1 (Maîtrise 1er niveau) sur la grille CGT. L’obtention de l’examen ASCT équivaut à un niveau BAC pour les agents recrutés sans BAC.

Après réussite et obtention de l’examen ASCT la rémunération de départ sera de :
3 221 € (13ème mois compris) Rémunération en fin de carrière :
5 679 € (13ème mois compris)

Seule la mobilisation massive des cheminots pourra tordre la trajectoire que veut imposer le patronat de la branche ferroviaire.

LE 05 DÉCEMBRE 2019, ENSEMBLE GAGNONS SUR NOS REVENDICATIONS !

Téléchargements

LA CGT DES CHEMINOTS EXIGE UN CHANGEMENT DE CAP !

Rencontre ministère des Transports

| Action à partir du 5 décembre 2019

Alors que le nouveau Secrétaire d’État est nommé depuis 3 mois et demi, il n’avait toujours pas daigné recevoir les organisations syndicales cheminotes sur sa vision de la politique des transports publics et de la SNCF. Il semble avoir changé d’avis.

Il y a quelques semaines, celui-ci poussait même le cynisme jusqu’à convoquer les organisations syndicales sur la réforme des retraites, sujet sur lequel il n’a aucun levier, voire aucune compétence.

La Fédération CGT a donc logiquement refusé de participer à ces rencontres, en rappelant que c’est la Confédération qui représentait la CGT sur un sujet qui concerne tous les salariés et les retraités.

Nous avons renouvelé notre exigence d’être reçus sur les questions des transports, et singulièrement sur les sujets liés à l’avenir de l’entreprise publique SNCF.

Après plusieurs semaines, cette demande a fini par être entendue. La CGT des Cheminots est convoquée pour une audience au ministère. C’est le résultat d’une situation sociale explosive et d’actions à l’initiative de la CGT pour interpeller la direction et les pouvoirs publics.

Fidèle à ses prises de positions, la CGT évoquera avec le ministre les effets néfastes de la réforme ferroviaire votée en 2018, les négociations de la CCN ferroviaire bâclée qui n’est actuellement pas de « haut niveau » (incapacité à redévelopper le Fret, les trains de nuit, la menace sur les « petites lignes », la désertification des gares et des trains en contradiction avec l’attente des usagers, etc.).

De même, nous aborderons la problématique du financement du système ferroviaire qui n’est toujours pas réglée et qui fait reposer exclusivement sur la productivité des cheminots le retour à l’équilibre.

Nous exigeons des changements de cap et des mesures politiques concrètes.

Pour cela, nous réaffirmons qu’une audience déclenchée à quelques jours d’un conflit, ne suffira pas.

C’est pourquoi, la Fédération CGT appelle les cheminots à montrer leur détermination à obtenir des réponses aux revendications en s’inscrivant massivement dans la grève à compter du 5 décembre !

CONTACT SERVICE
PRESSE 
COMMUNICATION
Cédric ROBERT
Tél : 01 55 82 84 32
Contact presse

Téléchargements

ON A TOUT À GAGNER

| Action à partir du 5 décembre 2019

La réforme sur les retraites voulue par le Gouvernement se prépare…
Basée sur le rapport Delevoye, elle entend remplacer le système de solidarité actuel par un régime universel par points.
Un nouveau projet de régression sociale orchestré par le Président Macron.

Le Gouvernement a annoncé qu’un euro cotisé ouvrirait à chaque salarié·e les mêmes droits. Derrière cette apparente équité se cache un problème central : le contenu de tes droits n’est absolument pas défini.

Aujourd’hui, le régime de retraite te garantit le maintien de ton niveau de vie, en t’assurant de toucher une pension qui représente en moyenne 61% de ton salaire net moyen.

Avec sa réforme, le Gouvernement propose que la valeur des points acquis, et donc le montant de ta pension, soit déterminé seulement au moment de ton départ en retraite en fonction de :

  • L’espérance de vie ;
  • Du nombre de retraité·e·s ;
  • De la situation économique.

Tu ne connaîtras donc le montant de ta pension qu’au moment de ton départ.

Pension qui ne pourra que baisser !

Car le Gouvernement veut bloquer la part des richesses que nous affectons collectivement à nos retraites au mieux à 14 % du PIB (niveau actuel). Mais avec le Papy-Boom et l’allongement de la durée de vie, le nombre de retraité·e·s augmentera de 35 % d’ici 2050.

Donc, pour que les comptes soient équilibrés, le montant des retraites doit être revu à la baisse. Avec ce système en place, plus besoin de réforme pour baisser nos droits !

Cette baisse programmée des pensions vise à généraliser les retraites par capitalisation. C’est-à-dire que tu épargneras individuellement pour compléter ta retraite, en versant des cotisations dans un fonds qui les gèrera pour toi et les investira sur le marché financier ou immobilier.

Les expériences étrangères et la crise financière ont montré à quel point les retraites par capitalisation sont risquées et peuvent s’évaporer en cas d’effondrement boursier.

D’autant qu’elles contribuent à la financiarisation de l’économie, détruisent des emplois et alimentent la spéculation au détriment de nos entreprises et notre travail.

Qui seront alors les seuls gagnants de cette réforme ?

Les banquiers et les assureurs !!

Petite FAQ :

> Les régimes dits « spéciaux » justifient-ils la réforme ?

Pour exemple, notre régime spécial et ses droits spécifiques ne sont financés que PAR les cheminots.

> L’âge légal de départ va-t-il changer ?

mais l’âge pivot, au-dessous duquel une décote s’applique, sera 64 ans. A la SNCF, pour les cheminots nés à partir de 1978, il faut cotiser 172 trimestres pour une retraite à taux plein, soit 42 années.

> Si le nombre de retraité-e-s augmente et celui des actifs baisse, peut-on encore financer notre système actuel ?

…grâce à de nouvelles ressources, par exemple :

  • La suppression des exonérations de cotisations des entreprises ;
  • Taxer les revenus financiers au même niveau que les cotisations sociales;
  • Augmenter les cotisations de 0,2% par an, augmenter les salaires, etc ;
  • Relancer une véritable politique de l’emploi.

> Qu’est-ce que la « clause du grand-père » qui séduit certaines organisations syndicales ?

C’est n’appliquer le nouveau système par points qu’aux nouveaux entrants sur le marché du travail. Autrement dit, pénaliser la jeunesse et tes enfants !

Le 05 décembre 2019, défend ton droit à une retraite décente avec une pension stable !

Téléchargements

L'édito

Lexique

Contact

J'adhère

Bandeaux publicitaires

  • Les pétitions, ça ce signe ici.