Fédération CGT des Cheminots


J'adhère

LA CGT SE TIENT AUX CÔTÉS DES CHEMINOTS DE LA SUGE

Ermont Eaubonne

| Fédération

Le 30 juin dernier, les cheminots de la surveillance générale étaient sollicités pour intervenir en gare de Ermont Eaubonne suite à la présence d’un individu manifestement menaçant.

À la vue des agents, l’individu prenait la fuite. À l’approche d’un groupe d’enfants, il brandissait une arme blanche.

Les cheminots de la SUGE, dans le cadre de leurs prérogatives et des dispositions prévues par la loi, ont fait usage de leur arme à feu.

L’individu est décédé des suites de ses blessures.

Cette situation dramatique met à nouveau en exergue les conditions de travail souvent difficiles dans lesquelles évoluent les cheminots, et notamment ceux chargés d’assurer la protection des personnes et des biens et la continuité du service public ferroviaire.

Les enquêtes en cours devront faire toute la lumière sur les circonstances de ce drame.

Dans l’attente de ces conclusions, la Fédération CGT invite la direction SNCF à les accompagner tant juridiquement que psychologiquement.

Téléchargements

LA DIRECTION FERAIT MIEUX DE TROUVER UN ARCHITECTE !

Plan FRET

| Le transport de marchandises

 La Direction de FRET SNCF a présenté, aux élus du CSE le 30 septembre 2021, sa « Trajectoire Économique Actualisée FRET SNCF 2025 ». Quatrième plan FRET en 4 ans qui, malgré les effets d’annonce, ne prévoit rien de concret pour développer l’activité de l’opérateur historique et traduit surtout une politique commerciale passive et dénuée d’ambition ! Le Directeur de FRET SNCF ne s’en cache pas : « nous jouons petits bras ». 

 Une politique commerciale de repli ! 

Outre la poursuite d’une politique d’attrition des moyens de production au motif d’améliorer la compétitivité de Fret SNCF, ce plan ne comporte ni renforcement des moyens commerciaux, ni remise en cause des choix organisationnels précédents qui ont conduit à éloigner le rail des zones de production de marchandises. Aucune démarche de prospection des chargeurs n’est donc prévue. Dans ces conditions, ce plan Fret, comme les précédents, ne permettra pas l’augmentation des volumes de marchandises transportées par Fret SNCF. 

A l’opposé, la Fédération CGT des Cheminots revendique une politique commerciale offensive s’appuyant notamment sur des services commerciaux implantés en proximité et dotés de moyens humains en cohérence. Il s’agit de doter ces services de proximité de cheminots maîtrisant à la fois le tissu économique local (entreprises, nature des marchandises à capter…) et dimensionnement du réseau ferré (sites embranchés ou non, …) pour prospecter et construire des offres commerciales adaptées. 

Pour la direction, capter les aides d’État au Wagon Isolé oui, relancer l’outil de production non ! 

Afin de bénéficier au maximum des aides financières octroyées par l’État, la direction « relance » le Wagon Isolé. Elle l’accusait pourtant il n’y a pas si longtemps de tous les maux. Mais cette relance ne s’accompagne d’aucun investissement visant à rouvrir, moderniser ou développer nos triages. Ce sont pourtant des outils incontournables pour une véritable politique de relance du WI. Ils sont essentiels à la robustesse et à la souplesse des offres recherchées par les chargeurs ! 

 Pour bénéficier aussi de ces aides, les autres Entreprises Ferroviaires (EF) se sont lancées dans ce type de trafic rendant la relance des triages d’autant plus indispensable pour Fret SNCF. 

Aussi, ce n’est ni le report modal route/rail, ni les cheminots (emploi/conditions de travail) qui bénéficieraient de l’aide au WI perçue par Fret SNCF, mais les chargeurs qui, d’après la direction de FRET, « font pression sur les prix pour avoir une rétrocession de l’aide au WI ». La direction annonce la couleur, il va falloir poursuivre les efforts pour être compétitif. 

Une direction qui en dit peu, mais des dispositions qui en disent long ! 

La direction s’enferme dans son mutisme en ce qui concerne l’évolution des effectifs sur les prochaines années, annonçant juste que 70 millions sont provisionnés pour « l’aide au départ et à la formation » et couplés aux dispositions du RH0910… 

A plusieurs reprises, la CGT a interpellé la direction de FRET SNCF sur le nombre de suppressions d’emplois qu’elle projette dans les fonctions supports et transverses. La réponse laconique de la direction est aussi invariable qu’imprécise : « des centaines de postes de cheminots ». 

En effet, la direction dit être toujours en attente de la mise en place du logiciel ORP, véritable outil de réduction du personnel, pour faire ses annonces. À ce jour, son développement aurait pris beaucoup de retard et son coût a explosé. 

Pour la CGT, il est incompréhensible que la direction conserve ses vieilles méthodes axées sur l’amélioration des résultats économiques par les suppressions de postes et la réduction d’emplois. 

Comment FRET SNCF pourrait faire plus de trains, impliquant plus de manoeuvres et avec une plus grande réactivité, en ayant de moins en moins d’engins moteurs, ne gérant plus la location des wagons (abandon du wagon connecté qui a coûté des millions d’euros) et moins de cheminots sur le terrain ? Il y a aujourd’hui 4 900 cheminots (effectif disponible) et cela pose déjà énormément de problèmes pour assurer la production en qualité et dans les règles. 

En conclusion et à ce stade, seules les propositions concrètes de la Fédération CGT des Cheminots, reprises dans « Ensemble pour le Fret, les 13 révolutions », sont en capacité de véritablement organiser la relance du Fret SNCF !

Propositions permettant notamment : 

  • Le développement du chiffre d’affaires par des obligations de report modal ; 
  • La conquête de nouveaux marchés, des politiques publiques offensives, etc ; 
  • De faire circuler 300 trains supplémentaires d’ici 2030. Dans notre logique, les effectifs sont en priorité tournés vers la production et la force commerciale ; 
  • Une production intégrée, donc efficace, grâce aux mutualisations et aux complémentarités entre activités, ainsi qu’à la suppression des coûts d’interface ; 
  • La suppression du coût du capital : dans une logique de service public, le groupe n’a pas à prélever de dividendes ou de redevance, il n’a pas à prêter d’argent à des taux supérieurs à ceux auxquels il emprunte, il n’a pas à « revendre » l’énergie plus chère que le prix auquel il l’achète… 

Le Fret ferroviaire a besoin d’être révolutionné, « Ensemble pour le Fret » le propose, à nous tous d’en disposer ! 

ENSEMBLE, PLUS FORT ! 

 

Téléchargements

LA CGT CHEMINOTS RELANCE LE PERPIGNAN RUNGIS !

Communiqué aux cheminots

| Espace presse

Ce sont près de 500 cheminots qui ont inauguré le retour du train des primeurs, ce jour, à Perpignan. Cette victoire est celle des cheminots avec la seule CGT. 

TOUT EST POSSIBLE, ENSEMBLE ! 

Après plus de 3 ans de lutte acharnée, la Fédération CGT des Cheminots savoure cette victoire ! 

Quand d’autres enterraient de manière hâtive cette relation ferroviaire, la CGT décidait d’organiser la riposte avec les cheminots, certaines associations et partis politiques progressistes. 

La Fédération CGT des Cheminots réaffirme que c’est par le rapport de force, la lutte, l’action par la grève, qu’il est possible de contrer le cours du récit libéral qui veut en finir avec le service public ferroviaire. 

Le retour de cette circulation légitime notre volonté d’aller plus loin afin de démultiplier les trains de marchandises sur l’ensemble du territoire. 

 OUI, le Fret SNCF a de l’avenir ! 

OUI, il est possible et nécessaire de développer le service public SNCF voyageurs et marchandises ! 

 Nous savons comment faire ! 

Forts des propositions formulées par la CGT, notamment dans ses 2 projets phares « Ensemble pour le fer » et « Ensemble pour le fret », nous devons maintenant hausser le ton et monter d’un cran ! 

Sur les transports marchandises et voyageurs, sur nos salaires, nos droits sociaux et nos conditions de travail, préparons-nous d’ores et déjà à de nouvelles luttes, y compris par la grève ! 

 Ensemble, nous pouvons gagner ! 

Téléchargements

LE 29 OCTOBRE, CAP À MARSEILLE !

Appel aux cheminots

| CAP MARSEILLE LE 29 OCTOBRE 2021

Depuis 2018 et la loi « Pacte ferroviaire », la bataille se poursuit sur la durée pour mettre en échec la concurrence et le dumping social. 

Agissons contre la privatisation ! 

 La loi du 27 juin 2018 reposait sur trois axes principaux : l’ouverture à la concurrence du transport de voyageurs, l’arrêt des recrutements au Statut, la transformation des 3 EPIC en 5 sociétés anonymes. 

Le Gouvernement et la direction de la SNCF agissent de concert pour mettre en oeuvre la loi dite « pacte ferroviaire ». 

Nous voyons se mettre en place un processus de privatisation qui se précise de plus en plus. 

Depuis quelques mois, il se traduit par des budgets rabougris, par une accélération des restructurations des établissements et la volonté de la direction de mettre en place des filiales. 

LA DIRECTION FAIT UN CHOIX POLITIQUE 

Si elle s’appuie sur les exigences de certaines autorités organisatrices pour justifier la création de filiales dans le cadre des appels d’offres au TER, concernant les TET, elle fait seule le choix de créer sa filiale « Ouigo vitesse classique ». 

Alors que certains pays en Europe comme l’Angleterre, font marche arrière, convaincus des effets néfastes de la libéralisation du rail, le Gouvernement français, suivi par la direction du GPU poursuit sa destruction de l’outil public SNCF et des droits sociaux de tous les cheminots quel que soit le métier : 

  • Poursuite de la casse de FRET SNCF ; 
  • Lancement d’appels d’offres et filialisation au TER et dans les TET ; 
  • Organisation de la concurrence TGV en Europe et mise en oeuvre de « l’open access » avec l’arrivée programmée de Thello (filiale de Trenitalia) sur l’axe Paris-Lyon (le plus rentable !) ; 
  • Appels d’offres sur les charges du domaine Matériel avec l’objectif de céder 30 % des opérations mi-vie du TER au privé ; 
  • Appels d’offres Gares & Connexions (téléaffichage en gare par exemple) ; 
  • Transformation « d’OPTIM’S services » en GIE pour prester pour n’importe quelle entreprise ferroviaire ; 
  • Maintenir Demain à l’Equipement pour organiser à plus grande échelle les transferts de charges au privé. 

FAISONS MONTER LA PRESSION 

La Fédération CGT des Cheminots appuyée par de nombreuses luttes locales, impulse depuis plusieurs mois, au niveau national, différentes actions pour dénoncer l’atomisation de la SNCF, la mise en concurrence, le dumping social, le transfert des personnels. Nous ne nous contentons pas de contester, plusieurs projets ont été travaillés pour développer le service public ferroviaire FRET et voyageurs. 

Après sa réélection à la tête de la région PACA en juin dernier, le président du Conseil Régional a annoncé en septembre sa décision d’attribuer le lot Marseille-Nice (10 % de l’offre régionale et 34 % des recettes) à Transdev. Cette trajectoire sera soumise au vote du Conseil Régional le 29 octobre prochain. 

Sur le lot des lignes « Azur » (23 % de l’offre régionale), c’est l’offre de la SNCF qui aura recours à une filiale dédiée qui sera proposée à l’assemblée plénière. 

Les cheminots de PACA se sont massivement mobilisés par la grève le 14 octobre dernier à l’appel de la CGT. 

La Fédération CGT appelle tous les cheminots à participer au rassemblement – manifestation à caractère national le 29 octobre prochain à Marseille ! 

Pour en savoir plus sur nos projets, téléchargez :

Les 21 conditions pour développer le transport voyageurs

Ensemble pour le Fret

Téléchargements

PERPIGNAN RUNGIS, ENFIN LA REPRISE !

Rassemblement inauguration CGT

| Le transport de marchandises

 C’est une bataille sans relâche de la CGT et des cheminots, qui aura permis de remettre sur les rails le Perpignan – Rungis. 

Le 21 octobre 2021, après 3 ans de lutte, le Train des Primeurs roulera au départ de Perpignan. 

 C’était attendu, c’est officiel, le Train des Primeurs reprend du service, une lutte gagnante qui démontre que rien n’est joué d’avance. 

Depuis la suppression du train Perpignan – Rungis, la CGT et les cheminots n’ont jamais baissé les bras. 

Plusieurs Actions revendicatives ont été menées sur la relance du Train des Primeurs et plus largement sur le développement du Service Public du Transport Ferroviaire de Marchandises. 

La relance de ce train n’est qu’une première victoire et elle doit nous servir pour le projet CGT sur le plan du développement du Fret Ferroviaire. 

Le 21 octobre 2021 soyons nombreux au MIN St Charles de Perpignan, pour rendre visible notre détermination à gagner. 

1 000 PERPIGNAN – RUNGIS EN 2050 ! 

La CGT propose 13 révolutions dans son plan de développement pour le Fret SNCF « Ensemble pour le Fret ». Avec un objectif de 25% de part modale pour le Fret ferroviaire à horizon 2050, ce qui permettrait de lutter sérieusement en faveur des enjeux environnementaux. 

 LE 21 OCTOBRE 2021 

 Rassemblement à 11h30 au MIN Saint Charles de Perpignan pour la relance du Train des Primeurs. 

Téléchargements

ACCIDENT FERROVIAIRE SAINT-JEAN-DE-LUZ – CIBOURE

Communiqué aux cheminots

| Espace presse

 Ce 12 octobre peu avant 5 heures, 4 personnes ont été percutées par un TER à proximité de la gare de Saint-Jean-de-Luz – Ciboure. 

Trois d’entre elles sont décédées, la quatrième victime est dans un état grave. 

Ces quatre victimes seraient, selon les premières constatations, des réfugiés fuyant leur pays et tentant de rejoindre la gare dans un brouillard épais. 

À l’heure où la stigmatisation, la haine de l’autre, la division, le racisme et l’obscurantisme emplissent l’espace médiatique, ce drame nous rappelle que chaque jour, des femmes, des hommes, parfois des enfants, perdent la vie pour fuir les persécutions, les guerres, la famine, les régimes totalitaires, les crises politiques, économiques, sociales et climatiques. 

La Fédération salue les cheminotes et les cheminots qui sont intervenus dans les plus brefs délais sur les lieux de cette catastrophe afin de porter secours aux victimes. Cela honore une nouvelle fois notre corporation. 

Téléchargements

UNE GRÈVE QUI EN APPELLE D’AUTRES !

Action interprofessionnelle du 5 octobre 2021

| Fédération

Ce 05 octobre, 1 cheminot sur 5 a répondu à l’appel de la Fédération CGT et de ses syndicats à agir par la grève dans le cadre de la journée d’action interprofessionnelle unitaire sur l’ensemble du territoire.

La colère liée au démantèlement de la SNCF, à l’abaissement des droits sociaux des cheminots du public comme du privé, s’est exprimée avec détermination, mais va devoir franchir un nouveau palier dans les semaines et mois à venir.

En effet, les conséquences de la réforme de 2018 se font concrètes sur divers sujets. Ainsi, la Fédération CGT appelle les cheminots à être extrêmement vigilants et à se tenir prêts à agir de nouveau sur :

  • L’obtention d’un statut social de haut niveau pour tous les cheminots ;
  • L’augmentation générale des salaires et des embauches supplémentaires dans chaque chantier pour assurer la production ferroviaire ;
  • La réouverture des négociations sur l’ensemble de la CCN ;
  • L’amélioration et l’extension des droits, notamment ceux liés aux Facilités de Circulation pour les actifs, les retraités, les ayants droit ;
  • Une opposition franche et massive à la concurrence qui nous concerne TOUS, en commençant par combattre la filialisation et les externalisations.

Nous devons poursuivre le combat contre toute tentative de privatisation partielle ou totale du chemin de fer public !

C’est pourquoi il convient d’ores et déjà de mettre en débat partout les actions à mettre en oeuvre afin de s’opposer aux stratégies du Gouvernement et de la direction et imposer nos justes revendications !

Par conséquent, la Fédération CGT appelle les cheminotes et les cheminots à s’inscrire dans l’initiative nationale qui se tiendra le 29 octobre à Marseille, pour poursuivre le combat contre la casse de l’entreprise publique SNCF, contre la concurrence dans le ferroviaire et entre les cheminots !

Téléchargements

30 ans de libéralisation : ça suffit !

Communiqué - Initiative syndicale européenne du 07 octobre 2021

| Tract

L’Union européenne a décidé de faire de 2021 l’« Année européenne du rail », une année destinée à célébrer le rôle essentiel du rail en tant que moyen de transport écologiquement durable et équitable. Dans les faits, les paquets ferroviaires successifs ont mis à mal les chemins de fer publics.

C’est dans ce contexte que la Fédération européenne des travailleurs des transports (ETF) et les organisations syndicales adhérentes ont fait le choix de l’« Année européenne des travailleurs du rail ».
Jusqu’au 07 octobre 2021, le Connecting Europe Express (CEE) traverse l’Europe, de Lisbonne à Paris. Tout au long du trajet, l’ETF et les syndicats participent à des événements pour accueillir le train et démontrer le rôle indispensable des cheminots dans le système ferroviaire européen.

Les directives européennes pèsent sur le ferroviaire

Le premier acte européen concernant le chemin de fer est la rédaction de la directive 91-440 en 1991. Elle prévoit la séparation comptable entre gestionnaire de l’infrastructure et exploitant. En France, le texte est traduit par la réforme de 1997 qui crée RFF. L’obligation de désendettement des compagnies historiques n’est – elle – pas appliquée dans notre pays. Plusieurs « paquets » législatifs ont ensuite été soumis au Parlement Européen :
• Premier et deuxième paquets (2001-2004) : ouverture à la concurrence du transport de marchandises ;
• Troisième et quatrième paquets (2004-2016) : ouverture à la concurrence du transport de voyageurs.

Ces « paquets » contiennent un ensemble de règles pour permettre la concurrence.

Nos droits sociaux sont aussi dans le viseur européen

Au nom du principe de « concurrence libre et non faussée » contenu dans les traités européens, l’Union a édicté des règles qui forment le socle des réformes régressives nationalement. À l’inverse, aucune directive ou règlement européen ne protège le droit de grève, la sécurité sociale, le temps de travail ou les règles d’hygiène et de sécurité dans les entreprises.

L’Union européenne n’est pas condamnée au dumping social

L’Europe pourrait être un outil de coopération. Dans le domaine ferroviaire, la Banque Centrale, qui a déversé plus de 2 000 milliards d’euros sur les marchés financiers ces dernières années, pourrait au contraire financer les investissements massifs nécessaires pour régénérer les infrastructures partout dans les pays membres de l’U.E. Il en va de même s’agissant des coopérations entre entreprises historiques pour assurer un vrai droit au transport pour les citoyens et un réel report modal des marchandises sur les trains.

Une réforme de 2018 et ses conséquences, directement liées à l’Europe libérale

C’est à l’appui des décisions européennes que le gouvernement français a engagé la réforme de 2018 dite « du pacte ferroviaire ». À cette époque, les cheminots engageaient une longue lutte contre ce projet. Ils posaient alors les questions suivantes : « Qui veut la peau de la SNCF ? » et « Pourquoi en finir avec le train public ? » Ces interrogations semblent aujourd’hui trouver réponse dans la casse sans précédent de l’entreprise publique SNCF. Ouverture à la concurrence à grand renfort d’argent public, probabilité d’une réduction de l’offre ferroviaire dans certains territoires, découpe du réseau par lots, démantèlement du statut social des cheminots, etc. Toutes ces mesures relèvent d’un même projet idéologique dont les victimes principales sont les usagers et les cheminots. À ce jour, le seul résultat tangible de cette stratégie, c’est le recul notable dans les territoires des services publics en général et du service public ferroviaire en particulier.

Certains pays font marche arrière

Après le constat d’échec de la privatisation du service public ferroviaire en Angleterre, le gouvernement a choisi de renationaliser ses concessions. Nous sommes directement concernés par l’expérience anglaise car la plupart des compagnies qui ont été impliquées dans la déliquescence du rail anglais et finalement expulsées, s’annoncent futures concurrentes de la SNCF en France ! En 2020, 56 % des Anglais se déclaraient favorables à une nationalisation totale. Les chemins de fer de l’est de l’Angleterre (opérateur Virgin) ont été renationalisés en 2018. En 2020, c’est le réseau du nord exploité par Arriva, filiale de la Deutsch Bahn, qui a été repris par l’État en janvier, puis en octobre 2020, celui du Pays de Galles, jusqu’alors aux mains de Keolis. Enfin, début 2021, l’Écosse a annoncé la reprise publique de la concession qui avait été confiée à Abellio.

D’autres solutions existent, elles font l’objet de nombreuses parutions de la fédération CGT des cheminots à retrouver sur le site www.cheminotcgt.fr ou auprès de militants CGT locaux.

Ainsi, ETF, ses membres et donc la fédération CGT des cheminots appellent toutes celles et tous ceux qui combattent les directives et réformes ultralibérales dynamitant les chemins de fer publics en Europe à se rassembler le :
Jeudi 07 octobre 2021
à 11h00
Rue d’Alsace,  Gare de l’Est, à Paris
À l’occasion de l’arrivée du train le Connecting Europe Express

Téléchargements

Un statut social pour toutes et tous !

Adresse du congrès de l’UFCM-CGT aux maîtrises et cadres

| Tract

Chères et chers collègues,
Nous, 300 agent·e·s de Maîtrise et Cadres, syndiqué·e·s à la CGT, sommes actuellement réuni·e·s en Congrès de notre Union Fédérale CGT des Cheminots, à Nancy, les 28, 29 et 30 septembre 2021.
Nous avons analysé les situations suivantes :
• Restructurations incessantes de nos Etablissements par produit qui vident le sens de nos métiers ;
• Les encadrant·e·s, agent·e·s exerçant des fonctions managériales, perdent les moyens (effectifs, pôle d’appui, …) et leur pouvoir d’agir (fausse autonomie, objectifs contraignants) ;
• Les Expert·e·s et Technicienn·e·s sont remplacé·e·s par des prestataires, qui eux aussi sont exploité·e·s ;
• Les ingénieries dérivent vers des objectifs uniquement financiers, tournant le dos aux progrès ferroviaires ;
• Les services d’appui s’éloignent des lieux de production ;
• Les externalisations entraînent une perte de maîtrise technique.

Dans le même temps, nos parcours professionnels nous échappent. Nous dénonçons l’arbitraire. Nous refusons de porter l’arbitraire de l’employeur·se.
Nos salaires stagnent et la part variable devient de plus en plus importante. L’ancienneté des cadres est remise en cause !
Nos conditions de vie se dégradent : temps de travail, charge de travail, flex-office…
Ensemble, exigeons un statut social parce que nous sommes attaché·e·s au travail bien fait.

Nous revendiquons :
Un Statut social qui soit une garantie contre les discriminations directes et indirectes lors des parcours professionnels et déroulements de carrière.

Un Statut social qui garantisse des conditions de vie et de travail, en présentiel ou télétravail, qui respecte notre engagement :
• Respect du droit à la déconnexion sous la responsabilité de l’employeur·se ;
• Décompte horaires et respect de la réglementation de la durée légale ;
• Un bureau personnel pour tous.

Un Statut social qui impose des moyens humains, matériels et financiers qui concourent à l’application de nos missions :
• Des effectifs suffisants ;
• Des appuis efficaces en proximité ;
• Une véritable autonomie dans la négociation des moyens

Statut social qui garantisse un salaire en rapport avec nos qualifications et nos responsabilités :
• La reconnaissance par le salaire : de l’expérience, des qualifications et des diplômes ;
• Un déroulement de carrière automatique, y compris pour les cadres ;
• La reconnaissance de l’ancienneté.

Il nous faut une grille salariale pour tou·te·s, de l’exécution aux cadres supérieur·e·s, quel que soit le contrat de travail ou l’entreprise.

Un Statut social qui garantisse un véritable parcours professionnel et qui redonne du sens à nos métiers :
• Des lignes hiérarchiques par métier ;
• Une délégation de pouvoir clairement définie ;
• Des technicien·ne·s et des expert·e·s reconnu·e·s ayant un réel pouvoir d’agir ;
• Des formations qualifiantes à la main de la / du salarié·e.

Nous sommes au service de la production ferroviaire, de sa qualité et de ses progrès futurs.

Ensemble, nous pouvons tout !
Nous vous invitons à rejoindre les 6 383 Maîtrises et Cadres syndiqué·e·s à la CGT.
Votre avis, votre expertise, vos espoirs, feront la CGT.
Dans les semaines et mois à venir, des négociations structurantes se dérouleront. La CGT les placera sous le contrôle des cheminot·e·s.
Seuls la mobilisation, le partage des idées, le débat entre cheminot·e·s, pourront changer les projets de la direction et du patronat pour un véritable service public ferroviaire qui réponde aux besoins de la Nation.

Agent·e·s de Maîtrise, Technicien·ne·s, Expert·e·s et Cadres
Tous et toutes cheminot·e·s à part entière
Tous et toutes ensemble, prenons la voie du progrès !

Téléchargements

Le 05 octobre 2021, soyons mobilisés pour nos salaires et nos emplois !

Action du 05 octobre 2021

| Tract

En cette rentrée, l’emploi demeure, avec les salaires, une des préoccupations essentielles des salariés dans le monde du travail.
Le 05 octobre prochain, engageons-nous, dans notre intérêt, par la grève et notre participation aux manifestations !

En pleine crise sanitaire, Gouvernement et Patronat réactivent leurs mauvais coups !

La précarité est en forte hausse et malgré une opposition unanime, le gouvernement poursuit la mise en œuvre de la réforme de l’assurance chômage que la CGT continue de combattre. Le 05 octobre est une échéance incontournable de ce combat !
Le retour de la réforme des retraites que nous avons combattue revient à l’ordre du jour. Le Gouvernement et le patronat veulent imposer de nouveaux reculs sur les retraites, notamment l’âge de départ. Le 05 octobre est une échéance incontournable pour les faire renoncer !
A l’opposé des mesures relatives au chômage partiel instituées par le gouvernement pendant la crise COVID qui ont provoqué la plupart du temps des baisses de rémunération importantes pour les salariés, dont les cheminots, la CGT a fait le choix de maintenir 100% de la rémunération des personnels des CASI/CSE/CCGPF qu’elle a en gestion. Le 05 octobre, engagez-vous aux cotés de la CGT !

Ouverture à la concurrence du ferroviaire : prenons part à la lutte aux cotés des cheminots !

L’ouverture à la concurrence généralisée du ferroviaire avec, dans l’actualité, l’annonce de l’attribution de la ligne Marseille /Nice à Transdev aura, si elle est menée à son terme, des conséquences pour les usagers et les cheminots. Il en sera de même pour toutes les lignes attribuées à une filiale SNCF de droit privé !
Ces décisions auront également des répercussions sur le CASI PACA ; sur ses installations (IST) et sur les personnels concernés. Alors, préserver et développer le service public ferroviaire SNCF, c’est aussi défendre l’emploi des personnels CASI/CSE/CCGPF et leur avenir !
Le Collectif National CGT des Personnels CASI/CSE/CCGPF encourage les salariés à rester aux cotés des cheminots. Le 05 octobre, c’est l’occasion d’exprimer, ensemble, salariés CASI/CSE/CCGPF et cheminots, le rejet de la concurrence !

Gagnons l’augmentation de nos salaires !

A la SNCF, les salaires sont gelés depuis 6 ans ; les personnels CASI/CSE/CCGPF le subissent également. Il a pour conséquence un tassement de notre grille salariale depuis plusieurs années avec des coefficients de début de grille inférieurs au SMIC.
Le Collectif National CGT Personnels CASI/CSE/CCGPF revendique :
• La réécriture de notre CCN ;
• Des mesures bas salaires ;
• La revalorisation du point permettant d’éviter le tassement de la grille ;
• Le SMIC à 2 000 € brut.

Des négociations salariales devraient s’ouvrir en novembre 2021 à la SNCF, soyons aux cotés des cheminots dans notre intérêt commun ! Le 05 octobre, agissons par la grève et participons massivement aux manifestations interprofessionnelles !

Pour toutes ces raisons, le Collectif National CGT des Personnels CASI/CSE/CCGPF appelle l’ensemble des Personnels CASI/CSE/CCGPF à se mobiliser, dans le cadre de la convergence des luttes avec les cheminots pour construire le rapport de forces nécessaire permettant de changer les projets néfastes du Gouvernement et de la direction SNCF.

PERSONNELS CASI/CSE/CCGPF – CHEMINOTS,
TOUS ENSEMBLE LE 05 OCTOBRE 2021 EN GRÈVE ET EN MANIFESTATION !

Téléchargements

Renforce-toi, adhère à la CGT !

La vraie info - Le JT des cheminots

Dans les médias

21 octobre 2021

Perpignan : la CGT fête le retour du train des primeurs, « une victoire qui en appelle d’autres »

Lire la suite

Voir les autres articles

L'édito

Liste des actualités

Lexique

Contacts

J'adhère

Bandeaux publicitaires

  • Les pétitions, ça ce signe ici.