Fédération CGT des Cheminots


J'adhère

Appel à l’action le 14 décembre 2018

Communiqué commun des Fédérations CGT Agroalimentaire et Forestière, des Cheminots, Commerce et Services, des Industries chimiques, des Mines-Energie, des Ports et Docks, des Transports

| Communiqué

Les Fédérations CGT des Activités Postales et de Télécommunications, Agroalimentaire et Forestière, des Cheminots, Commerce et Services, des Industries chimiques, de la Métallurgie, des Mines-Énergie, des Ports et Docks, des Transports se sont réunies pour analyser la situation sociale.

De manière visible, l’actualité est marquée par la mobilisation des Gilets Jaunes, dont les Fédérations CGT respectent l’indépendance, tout en souhaitant que des discussions et des échanges puissent se tenir partout pour que chacun contribue dans son domaine d’action à développer le rapport de force sur les revendications sociales et économiques.

Les Fédérations constatent également que, même si elles sont moins visibles médiatiquement, les grèves locales dans les entreprises témoignent elles aussi d’un ras-le-bol grandissant des salariés contre la politique injuste menée par le Gouvernement et l’austérité imposée par le patronat dans les entreprises.

Les questions des salaires, des conditions de travail, de la précarité, de l’avenir des secteurs publics ou de l’industrie, du développement des services publics et de l’activité économique en territoire pour répondre aux besoins des populations et « vivre et travailler au pays », sont bien souvent au coeur de ces grèves locales qui tendent à se multiplier.

Les Fédérations affirment leur engagement à répondre à l’appel confédéral en organisant une journée de grève massive le 14 décembre dans les entreprises de leurs champs.

Elles appellent les salariés à participer massivement à toutes les initiatives et appels à la grève impulsés par la CGT dans tous les territoires pour élever le rapport de force.

Alors que le patronat et le Gouvernement traitent depuis plusieurs mois toutes les revendications par le mépris, jouent le pourrissement des conflits par des concertations sans contenu ni réponse, tentent de diviser et abusent de la répression, nous avons tous la responsabilité d’arrêter cette spirale infernale.
Les salariés doivent exprimer leur colère sur leur situation sociale et faire monter l’exigence de hausse des salaires, de création d’emplois de qualité, de sauvegarde de la protection sociale et de réponse aux revendications spécifiques portées dans chaque entreprise.

Les Fédérations appellent leurs syndicats locaux à s’impliquer dans la journée de grève interprofessionnelle du 14 décembre, à se coordonner en territoire pour rendre les revendications visibles dans des manifestations ou autres actions.

Les Fédérations seront attentives au niveau de la mobilisation du 14 décembre dont dépendra la suite du processus.

Téléchargements

FORMATION AuM : LA DIRECTION DOIT ENTENDRE LES CTT

Autorisations de départ

| ASCT

Prenant prétexte d’une harmonisation des procédures européennes, le Gouvernement, à travers l’EPSF, et la direction SNCF ont décidé de supprimer les autorisations de départ pour les remplacer par une autorisation de mouvement.

Une fois de plus, la mise en œuvre de cette évolution majeure est faite dans la précipitation plaçant les acteurs de la sécurité dans une situation intenable.

La suppression des autorisations de départ est sur la table en France depuis près de 7 ans. Mais c’est seulement depuis le début de l’année que ce sujet est devenu prioritaire, avec comme objectif d’aboutir au 15 décembre 2019 à la mise en place des autorisations de mouvement.

Toutes les procédures se construisent dans une précipitation et une impréparation inquiétante pour la sécurité des circulations. La mise en route du train constitue une période clé où les risques ferroviaires sont très élevés.

Pourquoi les premiers dirigeants de l’entreprise campent sur une position dogmatique ?

A quelques semaines du 15 décembre, l’encadrement Traction chargé de former les ADC n’a pas à sa disposition l’ensemble de la réglementation, des LILI et des CLE.

Les ADC sortent des JFC fort mécontents avec le sentiment de n’avoir pas ou peu de réponses à leurs questionnements et inquiétudes.

D’ailleurs, la direction de la Traction reconnaît implicitement que les outils de formation à disposition des CTTL ne sont pas suffisants. Le 25 septembre dernier, elle a reconnu, lors d’une réunion avec les Organisations Syndicales, que la formation ne serait pas suffisante pour former les agents de conduite.

Pour la CGT, la direction de la Traction ne peut pas laisser l’encadrement Traction chercher seul des palliatifs.

Là où il y a un volume encore important d’encadrement Traction, un déploiement massif sur le terrain est prévu au 15 décembre, mais comment cela se fera dans les petites structures ? Le peu d’encadrement Traction présent dans une direction de ligne devra-t-il passer 24h/24 sur le lieu de prise de service ?

La direction place les CTT dans une situation contradictoire en leur demandant de former des ADC avec des supports pédagogiques ne répondant pas aux besoins des agents.

Cette situation crée des tensions entre formateurs et stagiaires face aux fortes inquiétudes.

Aujourd’hui, la pression repose sur les CTT afin de valider des formations dont ils savent pertinemment que les procédures présentées ne peuvent pas être assimilées.

Pour s’en convaincre, il n’y a qu’à regarder le résultat de l’évaluation de niveau 2 réalisée au cours de la JFC. L’absence de documents tels que les LILI ou les CLE est fort préjudiciable.

Pour la fédération CGT des cheminots et son UFCM, il est impensable de continuer les formations dans la situation actuelle sans que la sécurité des circulations n’en soit à terme impactée.

Avant d’imaginer toute nouvelle organisation, le réseau doit être adapté. Nos voisins européens, souvent cités en exemple, ont réalisé en amont les travaux pour permettre aux ADC de se mettre en mouvement en tout point du réseau en pouvant observer la signalisation ou à défaut en ayant à sa disposition un dispositif lui indiquant si le signal de sortie est ouvert ou non.

Pour la fédération CGT des cheminots, la sécurité ne peut souffrir d’à peu près. Aujourd’hui, si la direction précipite une telle évolution ce n’est pas pour harmoniser les procédures, car aucun règlement ne nous l’imposait, mais bel et bien pour supprimer du personnel au sol et faciliter l’ouverture à la concurrence. Elle rejette ainsi la responsabilité sur les ADC et sur les CTT qui les auront validés et qui auront à les certifier.

Refusons ensemble d’assumer ces responsabilités tant que l’intégralité de la réglementation et des documents (LILI, CLE, CLO,…) ne sera pas disponible et que les conditions de sécurité ne seront pas réunies.

Exigeons ensemble le maintien de la présence humaine dans les gares et les trains afin de rendre le service public ferroviaire attendu par la population.

Téléchargements

LA MISE EN MOUVEMENT DES TRAINS EST UNE GRAVE ATTEINTE AU MÉTIER D’ASCT

Autorisation de mise en mouvement

| ASCT

S’appuyant sur une recommandation de l’EPSF (Établissement Public de Sécurité Ferroviaire), la direction a décidé de mettre en place l’AUM (autorisation de mise en mouvement). Au regard des faits, la CGT affirme que ce n’est pas un simple changement d’appellation mais une attaque en règle contre notre métier d’ASCT.

Nous avons été formés et nous sommes au quotidien extrêmement vigilants à respecter scrupuleusement les procédures et l’ordre de succession des séquences décrites par la VO 250. Jusqu’ici, soit un agent de quai donnait l’autorisation de départ au conducteur après avoir eu les informations nécessaires de la part de l’ASCT ou ce même ASCT avait en charge cette opération, notamment dans les établissements de pleine ligne ou en l’absence de l’agent circulation.

Dégradation de la sécurité !

Or, sous couvert d’une harmonisation européenne, l’EPSF change les règles du processus « Départ des trains ». Désormais, la responsabilité de l’autorisation de mouvement des trains reposera uniquement sur l’agent de conduite qui deviendra le seul et unique maillon de la chaîne sécurité. Ainsi, les boucles de sécurité qui sont issues de procédures mises en place suite à des Rex, à des incidents voire des accidents, sont mises à mal. Par cette décision, la Direction acte le principe du risque calculé au détriment de la sécurité des circulations.

Quelles conséquences pour les ASCT ?

La direction ne dit pas tout ! En effet, se saisissant de manière très opportune de cette situation nouvelle, elle en profite pour faire coup double :

  • premièrement, elle entérine un véritable plan social, puisqu’il s’agit de supprimer jusqu’à 5000 d’emplois. Celui-ci conduit à une réduction drastique de la masse salariale et des « coûts de production » satisfaisant au passage l’UTP (Medef du rail). En effet, ces derniers y voient un coût moins élevé pour les entreprises ferroviaires privées « entrantes sur le marché du rail ».
  • deuxièmement, cette décision agira sur le contenu de nos métiers et notamment le nôtre celui d’ASCT. En effet, lors des négociations sur la classification des métiers dans le cadre de la CCN, les représentants de l’UTP, direction SNCF en tête, ont affirmé vouloir déclassifier les métiers du ferroviaire dont celui d’ASCT notamment sur le volet rémunération.

Ainsi, l’application de la mise en mouvement des trains en lieu et place de l’autorisation de départ, la déclassification annoncée et voulue de notre métier, l’expansion de l’EAS accompagnant des projets dangereux ne respectant de surcroît nullement le dictionnaire des filières (temps de travail en gare dans une journée de roulement ASCT), amènent à diminuer considérablement le contenu de notre métier d’ASCT.

En ce sens, le risque de voir la direction parachever son oeuvre en baissant la rémunération des ASCT est bien réel, à commencer par la perte du code prime 24 lié comme chacun le sait à des tâches sécurité. Pour rappel, celui-ci vient d’une âpre lutte des ASCT à la fin des années 1990 pour reconnaître les différents aspects du métier dont la sécurité. Ainsi, sa disparition serait une perte sèche de 300 euros net par mois comptant également pour la retraite.

Position de la CGT :

Nous ne pouvons laisser la direction vider le contenu de notre métier et de nos missions à bord en réduisant le rôle des ASCT au minimum dans la production du service public ferroviaire.

En supprimant l’autorisation de départ, la Direction menace la sécurité des circulations et des voyageurs.

La CGT exige le maintien de la procédure de sécurité d’autorisation de départ réalisée au travers de la parfaite imbrication des métiers tant pour les cheminots de l’escale et des postes d’aiguillage, les ADC et les ASCT.

Face à cette situation, la CGT appelle les ASCT à s’emparer de ce sujet gravissime et construire ensemble le rapport de forces nécessaire pour le retrait de ce projet et ainsi imposer une autre voie.

Téléchargements

ALERTE À L’ENCADREMENT SÛRETÉ

| Maîtrise et cadres UFCM

La Fédération CGT des cheminots et son Union Fédérale des Cadres et Maîtrises font le constat d’une montée notoire des Risques Psycho-Sociaux à l’encadrement de la Sûreté.

Que ce soit en opérationnel ou administratif, l’encadrement de la Sûreté nous alerte sur leur souffrance au travail.

La cause de ce mal-être vient principalement de la politique menée par les dirigeants de la Direction de la Sûreté et quelques serviteurs zélés qui relayent dans les DZS un climat électrique.

Le management par la peur : mise au placard, cadres « blacklistés », autant de manière de faire qui amènent un désengagement et une démotivation des cheminots encadrants.

Les conséquences s’en ressentent jusque sur le terrain. Les managers de proximité sont en première ligne. De par leurs fonctions, ils sont tenus d’appliquer des mesures qu’ils n’approuvent pas. Le relationnel avec les agents s’en trouve fortement détérioré.

En sus, la dégradation des conditions de travail et la crainte face à SNCF 2020, mais aussi de voir arriver une réglementation du travail dangereuse pour l’équilibre et la santé des cheminots de la SUGE motivent des vagues de démissions dans tous les collèges.

Les élus CGT du CSE SNCF ont interpellé le DRH de la Sûreté par le biais d’une déclaration spécifique SUGE le 17 septembre 2019. Nos propos ont porté sur la présentation de la dernière mouture du futur RH 0657 mais aussi sur le nombre de démissions en IDF comme en province.

La Direction a refusé de donner les chiffres mais s’est empressée de diffuser un « vrai/faux » particulièrement mensonger sur le sujet.

Il y a bien un flot de démissions à la Sûreté, sans compter ces demandes de mutations vers d’autres services.

Les raisons évoquées :

Le management contre-productif de la part des dirigeant·e·s de la Sûreté ;

Sentiment de ne pas pouvoir faire un bon travail face à un système de contractualisation qui assiège la Sûreté face aux exigences des Activités ;

L’inquiétude sur l’avenir du service, avec des choix de la direction qui semblent plutôt l’hypothéquer ;

Les mauvaises conditions de travail ne permettant plus l’équilibre vie personnelle/vie professionnelle (non-respect des temps de repos, horaires imposés, impossibilité de récupérer par des journées courtes le temps déjà effectué, mise en place du forfait – jours, absence du droit à la déconnexion) ;

• L’absence de véritables parcours professionnels.

La Fédération CGT des cheminots porte des revendications spécifiques à l’encadrement maîtrise et cadre quant à leurs conditions de travail, à savoir :

Mise en place d’un outil de décompte des heures travaillées ;

• Mise en place de dispositifs d’alerte à partir de ce décompte ;

• Mise en place de dispositifs de déconnexion sous la responsabilité de l’employeur ;

Instauration des plages horaires de prise et fin de service variables pour les salariés dont les métiers le permettent ;

Reconnaissance des qualifications par le salaire et non par des primes individualisées non soumises à cotisations.

La Fédération CGT cheminots a engagé un travail de rencontres et de débats sur le terrain, avec l’encadrement de la Direction de la Sûreté, des PCNS, de l’UDSUR et des Agences.

L’objectif étant, avant tout, d’échanger sur la base des revendications CGT mais aussi écouter les maîtrises et cadres sur leur quotidien au travail et recueillir leurs propositions que la CGT pourrait faire siennes.

Nous souhaitons casser l’isolement des cadres de la Sûreté, mais également faire savoir qu’aucun collège n’est épargné.

La CGT n’entend pas laisser se détériorer davantage les conditions de vie et de travail des maîtrises et cadres de la Sûreté. Nous ne pouvons pas laisser faire !

Il y a urgence à agir ensemble !

Téléchargements

LES SERVICES MÉDICAUX MENACÉS !

| Services communs

La mise en place d’une complémentaire santé obligatoire mettrait en danger la pérennité de notre médecine de soin interne.

La Direction de la SNCF, soutenue par la CFDT et l’UNSA, veut imposer une complémentaire santé obligatoire aux cheminots du Cadre Permanent.

Cela représenterait une dépense de plusieurs millions d’euros chaque année et une dépense supplémentaire pour les cheminots.

La Direction annonce en parallèle, qu’elle ne financerait plus notre médecine de soin interne, y compris la médecine « spécialistes ».

En effet, la direction évoque le conventionnement de médecins spécialistes « de ville » en lieu et place de ceux exerçant dans nos cabinets médicaux.

Les cheminots qui n’ont pas à avancer de frais de santé, et qui bénéficient de délais préférentiels et d’une médecine de proximité de qualité, pourraient dès lors perdre ce droit statutaire et voir leurs frais de santé augmenter significativement.

De plus, la suppression de tout un pan de notre médecine aurait des conséquences dramatiques en termes d’emploi chez les secrétaires médicales, les infirmier-e-s et les médecins.

D’autant que selon la Direction, dans le cadre du renouvellement de l’agrément de santé, la DIRECCTE (Direction Régionale des Entreprises, de la Concurrence, de la Consommation, du Travail et de l’Emploi) imposerait à la SNCF d’avoir des portefeuilles de 2500 à 3000 agents par médecin (Temps Plein) contre une moyenne aujourd’hui, d’environ 1800 à 2000.

La Direction en profite pour cesser de remplacer les médecins du travail et imposer partout les VIP (Visite d’Information et de Prévention) assurées par les infirmier-e-s.

Pour la CGT, la mise en place d’une complémentaire santé obligatoire retire aux cheminots la liberté d’adhérer ou non à une mutuelle de leur choix.

DES PROPOSITIONS ALTERNATIVES À L’IDÉOLOGIE PATRONALE

La CGT revendique le maintien et la pérennisation de la médecine de soin dans l’entreprise et l’élargissement de son financement en l’ouvrant d’une part à tous les cheminots de l’entreprise, qu’ils soient au Cadre Permanent ou au RH 0254 (contractuels), mais aussi à l’ensemble des salariés de la Branche Ferroviaire

Cela garantirait la pérennité de notre médecine de soin et de spécialistes et nécessiterait même son expansion.

C’est également ce que confirme l’IGAS (Inspection Générale des Affaires Sociales) dans son rapport de septembre 2019, dont l’un des scénarios envisagés propose l’extension du régime spécial de protection sociale des cheminots au Statut à tous les salariés de la branche ferroviaire, géré par la CPR, avec le maintien des droits spécifiques.

La CGT revendique :

Le maintien et l’ouverture de la médecine de soin SNCF aux salariés de la Branche ;

Le développement des structures médicales avec du matériel à la pointe du progrès ;

Le recrutement en suffisance et à statut cadre permanent de personnel médical, afin de couvrir les charges de travail ;

La reconnaissance des qualifications ;

L’accès aux consultations pour les cheminots retraités et les ayants-droit dans le réseau de soins SNCF, avec une prise en charge totale sans avance de frais.

La mobilisation des cheminots est nécessaire pour imposer un autre choix.

Se syndiquer à la CGT, c’est déjà une première étape de mobilisation.

Téléchargements

AU BOUT DU FIL COMME EN GARE, DES CHEMINOTS QUI GAGNENT !

Vendeurs et télévendeurs

| Exploitation

Alors que la technicité et les contraintes Métier des cheminots de la vente n’ont de cesse d’augmenter, la Direction continue de mépriser les conditions d’emploi des cheminots.

Dans de nombreuses régions, ils se sont donc mobilisés pour refuser cette trajectoire et pour imposer leurs revendications.

La coupe est pleine ! Les cheminots de la vente subissent depuis trop longtemps la dégradation de leurs conditions de vie et de travail et les frustrations professionnelles.

Face au « pacte ferroviaire » et aux projets de la Direction qui visent à utiliser les cheminots comme des variables économiques, il y a urgence. Seule la mobilisation des cheminots imposera une autre perspective.

ENTRE RENONCEMENTS ET EXTERNALISATIONS

La gratuité du 3635, mais surtout les suppressions de guichets, entraînent une explosion des appels et des délais d’attente dans les RCAD (Relation Clients A Distance).

L’hypervision nationale ne parvient pas à colmater les brèches. Elle se contente de prioriser certaines typologies d’appel, creusant les iniquités dans la prise en charge des usagers.

La Direction orchestre un sous-effectif chronique dans les RCAD afin de ménager un espace croissant au « débord », externalisé ensuite vers des sociétés dont les salariés n’ont ni la formation, ni l’expérience ferroviaires nécessaires.

Alors qu’en 2017, 15 % des appels « loisirs » et « Pro » étaient externalisés, 30 % sont externalisés en 2019.

Même les activités back-office n’échappent pas à cette stratégie destructrice de service et d’emplois.

Afin de supprimer davantage d’emplois, la Direction a automatisé une grande partie des réclamations en dépit de la colère des usagers désabusés par un traitement automatique souvent ubuesque.

Dans le même temps, dans les gares, malgré des files d’attente devant les guichets qui s’allongent, la Direction poursuit sa stratégie d’externalisation.

Elle accélère même le pas en renvoyant les usagers vers les buralistes, ou en supprimant les espaces de vente pour y installer des commerces.

Pour faciliter l’ouverture à la concurrence, la Direction sépare la vente de la billetterie régionale, de la vente grande ligne.

Il s’agit de mettre en place des guichets mono-activité, voire mono-produit, pour brader la vente par activité.

LES CONDITIONS DE TRAVAIL COMME OUTIL DE POLYVALENCE

Les suppressions d’emplois, les mobilités contraintes, les sous-effectifs chroniques, la précarisation (CDD et intérim), le mépris de la Direction pour l’organisation du temps de travail (pauses, roulements, repos…), la politique tarifaire injuste et conflictuelle et l’effacement des parcours professionnels mènent à des conditions de vie et de travail intolérables.

Si cette dégradation est le fruit d’une politique de renoncement pour réaliser des gains de productivité, elle est également utilisée comme un levier managérial afin d’instaurer un climat délétère propice à l’acceptation de reculs sociaux.

C’est ainsi que la Direction tente d’imposer aux vendeurs une polyvalence accrue gommant leurs technicités Métier pour ne pas rémunérer leurs compétences.

DES COMPÉTENCES MEPRISÉES, DES PERSPECTIVES RABOTÉES

Back office, front office, réseaux sociaux, etc., les compétences des télévendeurs comme ceux des vendeurs se sont développées sans que la Direction ne les reconnaisse.

Les parcours professionnels sont réduits, voire inexistants.

Pour la CGT, cette absence d’horizon n’est pas tolérable. Nous revendiquons un véritable parcours professionnel avec un déroulement de carrière clair et la reconnaissance des compétences des métiers de la vente.

La CGT exige la ré-internalisation du « débord » dans les centres RCAD, ainsi que le recrutement de cheminots.

Nous exigeons un recrutement massif de cheminots pour répondre aux exigences de qualité du service public, mais également pour améliorer les conditions de travail.

Des emplois pérennes doivent être proposés aux cheminots en contrats précaires (CDD, Intérim) ou en recherche de poste (EIM).

Nous revendiquons la réouverture de guichets dans les gares et les boutiques et le maintien des agences groupes.

AU 3635 ET AUX GUICHETS, LES CHEMINOTS SE MOBILISENT ET GAGNENT !

Partout en France, les cheminots s’organisent avec la CGT pour gagner sur leurs revendications.

A Sedan mais aussi en Ile de France, et dans beaucoup d’autres régions, de nombreux guichets ont été maintenus grâce à la mobilisation des cheminots de la vente.

Les mobilisations massives permettent également de gagner de nouveaux droits, d’écrire de meilleurs parcours professionnels, de gagner de meilleures conditions de vie et de travail.

Au RCAD de Béziers, les cheminots se sont mobilisés à plusieurs reprises ces derniers mois avec plus de 90 % de grévistes. Ils ont imposé à la Direction la requalification de CDD en contrats pérennes.

Face à un tel rapport de force, la Direction sera inévitablement contrainte de revoir à court terme les parcours professionnels et les déroulements de carrière ainsi que l’organisation du travail sur le chantier.

Ainsi, l’horizon que dessinent le « pacte ferroviaire » et les intentions de la Direction n’a rien d’inéluctable. Ce sont les cheminots de la vente qui détermineront leurs conditions de vie et de travail en construisant avec la CGT les conditions d’une lutte gagnante.

ENSEMBLE,

AGISSONS POUR GAGNER !

Téléchargements

L’APPRENTISSAGE ET L’ALTERNANCE, UN BESOIN VITAL POUR L’ENTREPRISE

| Matériel

L’entreprise use et abuse de plus en plus du recours aux contrats précaires, CDD, intérimaires, pour répondre à la production intensive qu’elle prône au Matériel et dans un souci permanent de baisse des coûts.

Pour la CGT, il faut anticiper la transmission des savoirs et des compétences en fixant des objectifs ambitieux de formation d’apprentis et d’alternants au Matériel.

En quelques semaines et deux sollicitations (bilatérale le 5 septembre/DCI le 9/09), la direction du MATERIEL a prétendu être à nouveau attractive et submergée de demandes d’embauches.

Une rentrée automnale presque extraordinaire pour l’entreprise SNCF qui tranche avec la désorganisation chronique des ateliers de maintenance qu’elle organise et les différents problèmes qu’elle rencontre avec le Matériel Roulant.

La Direction affiche un aplomb dédaigneux lorsqu’elle évoque l’accroissement temporaire des charges dans les ateliers de maintenance. C’est le seul motif qu’elle peut avancer pour avoir recours aux salariés intérimaires. Cela lui permet de réaliser une maintenance à bas coût, seul objectif recherché par nos dirigeants.

Au même titre que les intérimaires ou les Contrats à durée déterminée, les apprentis et les alternants du Domaine MATERIEL souffrent d’une exploitation de leur statut de salariés précaires, poussés par l’obligation de résultats dans leur scolarité mais aussi par l’entreprise pour obtenir de leur part une forte productivité.

L’apprenti, c’est avant tout une graine en germe, d’un futur cheminot consciencieux, réfléchi, technique et organisé. Il connaît bien son environnement, l’atelier et toutes les règles qui régissent sa sécurité. C’est parce qu’il en a appris les rouages depuis son arrivée dans l’entreprise. C’est aussi celui en qui tous les cheminots ont confiance car il a gagné le respect de ses pairs par sa bonne tenue et son écoute attentive.

Pourtant, durant son apprentissage du métier ferroviaire, qu’il a mûrement choisi, il va connaître un véritable parcours du combattant du fait des dégradations commises par l’entreprise SNCF au nom de la rentabilité. Elle porte un nom, c’est la « productivité ».

C’est le même parcours qui attend l’alternant. Et c’est un véritable gâchis car il y a un potentiel énorme chez ces jeunes qui ne peuvent plus se contenter d’une simple lettre de recommandation de leur établissement.

La SNCF les met à contribution afin de résoudre les dysfonctionnements de ses réorganisations. Elle demande à ces jeunes cheminots malléables d’accepter les cadences élevées, les postes multiples et une production accrue.

Les alternants de la SNCF formés, compétents, qualifiés et efficaces, ne peuvent servir plus longtemps de « bouche-trous » à nos établissements de maintenance. Ils ont eux aussi droit à l’emploi au Statut dès la fin de leur contrat d’alternance.

Les propositions de la CGT sont sur la table :

  • L’alternance répond à une demande de formation et de mise en place d’un jeune salarié dans l’emploi et apporte des compétences supplémentaires aux salariés. Elle doit offrir et respecter des règles de fonctionnement d’entreprise mettant en oeuvre la sécurité physique et mentale des salariés, ainsi qu’une qualité de vie et de travail améliorée ;
  • L’alternance doit être ouverte à l’ensemble des métiers de la maintenance ferroviaire ;
  • Elle doit préparer et former ces jeunes salariés aux métiers cheminots ;
  • Elle ne doit pas être utilisée de façon à couvrir les emplois occupés par des cheminots ;
  • L’alternance à la SNCF doit déboucher automatiquement sur une embauche au Statut après réussite des examens car la SNCF a le devoir de recruter les alternants qu’elle forme ;
  • Afin éviter l’échec des apprentis et réussir une entrée positive dans le monde du travail, la CGT préconise une intégration dans une équipe équilibrée en nombre, avec un tuteur unique pour chaque apprenti ;
  • L’interdiction absolue de travailler seul sur le matériel roulant sans le soutien d’au minimum un cheminot ou de son tuteur ;
  • L’absence de notion de rentabilité dans son parcours professionnel d’équipe ;
  • Un cadrage pour les tuteurs afin de mieux appréhender le partage nécessaire avec l’apprenti.

La CGT soutient celles et ceux qui donnent tout pour obtenir un diplôme, un emploi et une nouvelle vie.

La CGT revendique :

✓ L’embauche de tous les apprentis ayant réussi aux examens ;

L’embauche des alternants ayant réussi aux examens et souhaitant continuer à travailler au MATERIEL ;

L’embauche des intérimaires qui le souhaitent ;

Le remplacement de tous les départs en retraite par des embauches.

Il est donc possible, voire nécessaire, d’embaucher dans notre entreprise et d’offrir cette possibilité aux apprentis, aux alternants et aux salariés précaires à la recherche d’un emploi stable.

La CGT exige que l’entreprise utilise cette main d’oeuvre qualifiée, motivée et désireuse d’apprendre pour les besoins de renouvellement et d’extension des postes de travail.

Téléchargements

LA PRÉCARITÉ PERDURE AU MATÉRIEL

Intérimaires

| Matériel

Toujours présents dans le Domaine MATÉRIEL, les intérimaires souffrent d’une exploitation de leur statut de salariés précaires « bons à tout faire » par une entreprise peu scrupuleuse, qui fragilise le statut cheminot et met en péril la transmission des savoirs et savoir-faire.

La CGT s’interroge toujours sur le niveau des charges de travail et de la désorganisation chronique des ateliers, qu’ils soient TI ou TM. La Direction affiche un aplomb dédaigneux lorsqu’elle évoque l’accroissement des charges temporaires, seul motif qu’elle peut avancer pour avoir recours aux salariés intérimaires. Cela permet de réaliser une maintenance à bas coût, seul objectif recherché par nos dirigeants.

Faisant fi de la sécurité des personnels et des matériels, « les missions » s’organisent avec une ardeur que l’on ne retrouve pas dans le règlement des problèmes chroniques d’organisation de la production.

La spécificité des métiers du MATÉRIEL oblige à une formation contraignante et techniquement aboutie pour le ferroviaire.

Les accidents ferroviaires de ces dernières années sont autant de signaux que l’entreprise doit prendre en compte pour offrir une stabilité et une pérennité de l’emploi cheminot au statut du cadre permanent.

Les déroulements de carrière ainsi que les parcours professionnels sont freinés par l’utilisation de salariés précaires qui occupent des postes au dictionnaire des filières. Ces postes doivent permettre une évolution professionnelle dans l’entreprise SNCF mais ne bénéficient ni aux intérimaires qui les occupent, ni aux cheminots.

Les dégâts sur les conditions de vie et de travail des salariés frisent l’indécence sociale. Il n’est pas rare de côtoyer un salarié intérimaire qui n’a pas pris de « congés » ou de repos depuis plusieurs mois, en se reposant sur le fait qu’une hypothétique embauche peut survenir à la fin de sa énième mission.

Ce leurre du sacro-saint CDI n’est qu’un artifice pour augmenter la productivité de salariés souvent en proie à des difficultés financières, tout comme les cheminots au statut qui connaissent aussi une période difficile, tant sur les conditions de travail que sur les dégradations de leur qualité de vie.

Cette utilisation malhonnête de l’intérim prive la Caisse de Retraite et de Prévoyance des cotisations de ce personnel.

La CGT réagit vivement avec, et pour, les salariés précaires issus de l’intérim ou de CDD. Elle s’inquiète aussi de l’avenir de l’apprentissage dans le domaine MATÉRIEL et de l’alternance qui sont utilisés aux mêmes fins, à savoir une productivité galopante et vorace.

La CGT revendique l’embauche de tous les intérimaires qui le souhaitent. Elle rappelle qu’un départ en retraite équivaut à une embauche. Il est donc possible, voire nécessaire, d’embaucher dans notre entreprise et d’offrir cette possibilité aux intérimaires à la recherche d’un vrai contrat.

Téléchargements

LES ÉLUS DU CCGPF DÉCLENCHENT UN DROIT D’ALERTE ÉCONOMIQUE

Réforme ferroviaire

| Fédération

Réunis ce jour, 25 septembre 2019, en plénière du Comité Central de la SNCF, la CGT des cheminots et les élus du CCGPF* ont déclenché l’ouverture d’une procédure d’alerte économique sur les conséquences de la mise en place de la « nouvelle SNCF ».

La réforme 2018 pour un nouveau pacte ferroviaire contre laquelle 90 % des cheminots se sont battus n’est pas encore mise en place.

Un processus d’information/consultation de tous les CSE a débuté depuis le mois de juin, y compris pour l’instance centrale (CCGPF) qui a eu lieu ce jour. La CGT et les autres organisations syndicales ont adopté une position commune de rejet de la mise en place de la nouvelle SNCF au 1er janvier 2020 et soulevé un nombre important d’incohérences et d’absences de réponses de la part de la direction de l’entreprise.

Fort d’une expertise économique votée à l’unanimité, l’ensemble des élus ont mis au pied du mur une direction d’entreprise incapable d’apporter des réponses fiables.

Une procédure de droit d’alerte économique du Comité Central de l’Entreprise a donc été ouverte. Elle vise à obtenir des réponses claires de la direction sur une situation que les élus du CCGPF jugent préoccupante, notamment concernant :

  • La création des sociétés anonymes en lieu et place des EPIC ;
  • L’ouverture à la concurrence et ses conséquences sur l’activité ;
  • L’avenir de Fret SNCF et sa filialisation ;
  • La filialisation de Gares et Connexions et son modèle de production ;
  • La trajectoire financière de SNCF Réseau ;
  • La sécurité ferroviaire ;
  • Les conséquences sur l’emploi et les conditions de travail des cheminots ;
  • L’avenir du Réseau et particulièrement des lignes 7 à 9 dites « petites lignes ».

Ce droit d’alerte économique, inédit car celui-ci concerne l’ensemble des activités du Groupe Public Ferroviaire, se fait l’écho des inquiétudes des cheminots, confrontés à des années de restructurations et de mauvais choix stratégiques de l’entreprise.

La CGT réaffirme que la réforme pour un nouveau pacte ferroviaire ne vise qu’à privatiser la SNCF à court terme, à rogner les droits des cheminots à seule fin financière, ce qui aura, sans aucun doute, de lourdes conséquences sur le service public ferroviaire.

La Fédération CGT des Cheminots appelle d’ores et déjà à agir sur les sites ferroviaires, dans la semaine du 30 septembre au 04 octobre 2019 sur l’emploi, les salaires et nos conditions de travail.

Téléchargements

CONSTRUISONS LES SUITES !!!

Action interprofessionnelle du 24 septembre 2019

| Fédération

La CGT a appelé l’ensemble des salariés au plan interprofessionnel à se mobiliser ce jour par la grève et en participant aux manifestations en territoires, pour développer notre système de retraite actuel, l’emploi et les salaires.

La Fédération CGT s’est inscrite dans ce processus pour d’une part contester la réforme du ferroviaire et ses conséquences, ainsi que pour sauver notre protection sociale.

Le projet de réforme des retraites, engagé par le Président de la République et son gouvernement sur la base du rapport « Delevoye », est un enjeu majeur pour l’ensemble des salariés du public ou du privé.

Il ne s’agit pas seulement d’une réforme des régimes spéciaux, dont celui des cheminots, mais bien d’un choix de société qui détruit les solidarités au profit d’individualisations (système à points) et à terme de la mise en place d’un système de retraite par capitalisation.

La CGT propose des solutions pour financer le régime de retraite par répartition de tous les salariés (développer l’emploi stable, augmenter les salaires, établir l’égalité salariale dans les entreprises…).

Les cheminotes et les cheminots, avec la CGT, estiment que « l’équité », « l’égalité » ne peuvent s’entendre que lorsqu’elles améliorent les conditions de vie et de travail de l’ensemble des salariés. C’est le sens de l’histoire sociale.

Force est de constater que les choix opérés par le gouvernement sont à l’opposé de cette conception.

Nous revendiquons :

  • L’extension du régime spécial à l’ensemble de la branche ferroviaire ;
  • L’ouverture des droits à une retraite à taux plein à 55 ans et 50 ans pour l’ensemble des cheminots exerçant un métier reconnu à pénibilité avérée ;
  • L’attribution d’une bonification de 2 ans par enfant pour le calcul de la retraite des cheminotes ;
  • Une pension d’un montant égal à 75 % à celui correspondant à la dernière position occupée pendant au moins 6 mois ;
  • Une pension d’un montant minimum égal au SMIC, lequel doit être au minimum à 1 800 euros ;
  • La prise en compte pour le calcul de la retraite de l’ensemble des éléments de rémunération ;
  • La revalorisation des salaires et des taux de cotisations sociales, pour financer la réponse aux besoins des cheminots.

Lucides et mobilisés

A la mi-journée, plus d’un cheminot sur quatre tous collèges et tous services se sont mobilisés à l’appel de la Fédération CGT des Cheminots et de Solidaires.

Près de 25 000 cheminots ont agi ce jour, soit 10 000 de plus que lors de la manifestation nationale des cheminots actifs et retraités du 04 juin dernier à l’appel des quatre organisations syndicales représentatives à la SNCF.

Le gouvernement adopte la politique du « chausse-pied » pour faire passer ses réformes régressives.

C’est ce qu’il tente de faire sur les retraites, c’est ce qu’il a fait concernant l’avenir de la SNCF et des cheminots en 2018.

Pour la CGT, cette bataille se poursuit. Si les premières conséquences se font sentir (fermetures de guichets, de gares, de lignes, restructurations en tous genres, suppressions d’emplois…), les cheminots, avec la CGT, agissent du local au national.

Gouvernement et direction de la SNCF ne peuvent plus se réfugier derrière un simulacre de concertations. Nous exigeons l’ouverture de négociations à même de répondre aux revendications portées par la CGT.

C’est pourquoi, la Fédération CGT des Cheminots continuera de travailler sans relâche à l’élargissement de la mobilisation en combattant la division, le chacun pour soi, le rejet de l’autre et la stigmatisation de certaines professions, sur la base de propositions offensives, réalistes et efficaces qui sont connues de tous.

La Fédération CGT des Cheminots appelle d’ores et déjà à agir sur les sites ferroviaires, dans la semaine du 30 septembre au 04 octobre 2019 sur l’emploi, les salaires et nos conditions de travail, autant de leviers qui participent au financement de notre régime de retraite et à l’amélioration du service public SNCF.

Téléchargements

La vraie info - Le JT des cheminots

Dans les médias

05 octobre 2019

Pays de Retz. La fin des guichets en gare, c’est pour la fin du mois

Le guichet de Pornic, le dernier encore géré par la SNCF dans le Pays de Retz, fermera officiellement le 31 octobre. C’est l’office de tourisme intercommunal qui prendra la relève.[…]

Lire la suite

Voir les autres articles

L'édito

Liste des actualités

Lexique

Contacts

J'adhère

Bandeaux publicitaires

  • Les pétitions, ça ce signe ici.