Fédération CGT des Cheminots


LA PROTECTION DES AGENTS SUGE DOIT ÊTRE GARANTIE !

SUGE

| Services communs

À l’occasion des réunions de concertation concernant la déclinaison du GRH0955 « Prévention des atteintes et accompagnement des agents » avec la direction de la sûreté ferroviaire, la CGT réaffirme l’urgence de prendre les mesures nécessaires visant à améliorer la prévention et à garantir la protection des agent·e·s de la sûreté.

Depuis de nombreuses années, la CGT exigeait la mise en place de mesures spécifiques, prenant en compte les particularités métiers, et ainsi garantir une protection de haut niveau pour les agent·e·s de la surveillance générale en lieu et place des accords régionaux dont ils ne bénéficient plus, suite à décision unilatérale de la direction de la sûreté. La CGT a enfin été entendue, et des cycles de rencontres avec la direction ont démarré en janvier 2023. 

Pour la CGT, il est nécessaire d’être doté d’une réglementation de travail participant à garantir de bonnes conditions de travail aux cheminot·e·s de la SUGE, à savoir le GRH0955 ainsi que le GRH0657. 

Le GRH0955 est un texte commun au GPU et les discussions doivent porter sur les particularités des métiers de la SUGE en vue d’en améliorer les dispositions. La prévention, l’accompagnement humain, médical et juridique sont à prendre en compte dans l’élaboration du texte. La CGT sera vigilante à la stricte application de la future directive nationale GRH0955 car nous rappelons qu’actuellement, certaines dispositions du GRH0955 ne sont pas appliquées (actions de prévention, organisation de la sûreté, champ d’application, …). 

Dans quelques mois, en plus de leurs missions quotidiennes, les agent·e·s de la surveillance générale seront fortement exposés pour assurer la sécurité des usagers lors d’événements de grande ampleur (coupe du monde de rugby 2023, Jeux olympiques d’été 2024) dans un contexte difficile (insécurité, risques d’attentats, risques sanitaires, …). Ils doivent absolument bénéficier d’un accord préventeur et protecteur de haut niveau. 

Dans ce contexte, il est plus que jamais urgent de garantir la protection des agent·e·s, afin que ceux-ci bénéficient d’un accompagnement juridique et social et du maintien du salaire ainsi que des indemnités, quelle que soit la durée de l’arrêt de travail, y compris en cas d’inaptitude. 

La CGT revendique, en complément du GRH 0955, la mise en place de mesures protectrices pour les agent·e·s : 

  • Faciliter le dégagement de la production pour une meilleure prise en charge du dossier ; 
  • Accompagnement de l’agent·e dès la démarche du dépôt de plainte ; 
  • Proposer systématiquement le recours à l’action sociale SNCF, et notamment au pôle de soutien psychologique ; 
  • Un champ d’application étendu à chaque agression ayant entraîné une blessure de l’agent·e en service et ayant fait l’objet d’un dépôt de plainte ; 
  • Proposer un reclassement, en fonction de la gravité et selon les souhaits de l’agent·e, avec le maintien des indemnités de port d’arme et complémentaires de port d’arme ; 
  • Garantir le maintien des EVS (heures de nuit, dimanches et fêtes, …) en cas d’incapacité de travail ou de service restreint ; 
  • Dans le cas d’un reclassement pour inaptitude définitive conséquente à agression, nous exigeons le maintien de l’IPA/CPA ; 
  • L’extension des actions de prise en charge (agent·e·s blessés sans que l’intervention ne donne lieu à un dépôt de plainte, morsure par un animal ou un tiers…). 

Depuis plusieurs années, la CGT revendique des droits spécifiques au regard des particularités des métiers de la sûreté ferroviaire, pour garantir la protection et accompagner l’agent·e SUGE en cas d’agression. Cet accord doit protéger les agent·e·s mais également leurs familles. 

LA CGT EXIGE UN TEXTE PRÉVENTEUR ET PROTECTEUR POUR TOUS LES AGENT·E·S DE LA SURVEILLANCE GÉNÉRALE ! 

Téléchargements

SUGE : DES ANNONCES 2.0 POINTÉ

| Services communs

Après avoir séché le rassemblement des agents de son établissement le 19 mars dernier, le directeur de la Sûreté s’improvise désormais « youtubeur » pour faire des annonces courageuses !

Après le rassemblement historique du 19 mars 2024 qui a réuni plus de 1 000 agents à Paris devant le bâtiment de la direction de la Sûreté, les réponses fournies le 4 avril en vidéo par la direction ne répondent pas aux attentes des cheminots de la SUGE !

Cette intervention, déconnectée de la réalité, fait surtout apparaître une direction méprisante et qui joue la montre.

Les annonces faites ne prennent pas en compte les revendications des cheminots et ressemblent plus à une aumône. En effet, le directeur, dans sa grande bonté, propose 2 € sur les remboursements de repas. Il propose également d’intégrer « la prime de patrouille » dans les éléments qui seront pris en compte en cas d’indemnisation des agents qui ont subi une agression.

Pour la CGT, cette annonce, présentée comme une avancée, n’est juste qu’une mise en application de notre réglementation ! En effet, le GRH00955 stipule déjà qu’en cas d’atteinte ayant donné lieu à une plainte et à une déclaration d’accident de travail : « l’entreprise attribue à l’agent une gratification spécifique agression qui correspond à la perte de rémunération (indemnités et gratifications diverses) pendant l’arrêt de travail et jusqu’à sa consolidation ».

Un joli tour de passe-passe donc, qui ne coûte pas grand-chose financièrement et qui en dit long sur les réelles intentions de notre direction de faire le nécessaire pour reconnaître les spécialités de nos métiers.

Ne soyons pas dupes, sans une nouvelle intervention des agents de la SUGE, rien ne sera possible !

Pour rappel, la CGT revendique :

  • La reconnaissance de la technicité des métiers des agents de la SUGE à travers un parcours professionnel à partir de la classe 3 ;
  • L’augmentation et l’intégration des indemnités de port d’arme dans la prime de travail spécifique SUGE (code prime 11) ;
  • La sécurisation des indemnités de port d’arme en cas de reconversion subie ou choisie.

LA CGT VA CRÉER LES CONDITIONS D’UNE NOUVELLE INTERPELLATION DE LA DIRECTION POUR EXIGER DES RÉPONSES AUX REVENDICATIONS ET APPELLE LES AGENTS DE LA SUGE À SE TENIR PRÊTS À AGIR.

 

Téléchargements

IPA / ICPA MAJORÉES ET LIQUIDABLES, C’EST POSSIBLE

Surveillance générale

| Services communs

Après l’important mouvement de grève et de manifestation du 19 mars dernier, la direction doit reconnaître les spécificités des agents SUGE.
Cette reconnaissance doit se concrétiser par des mesures pérennes et liquidables. La CGT revendique l’augmentation des indemnités de port d’arme et leur intégration dans la prime de travail. Cette mesure doit s’accompagner d’une augmentation similaire pour les agents contractuels.

Les cheminots de la SUGE subissent, comme leurs collègues, les effets des différentes réformes du ferroviaire ainsi que de celles des retraites qui ont impacté leurs conditions sociales et de travail. Les importantes réorganisations de ces dernières années ont considérablement dégradé leurs métiers, au point de voir aujourd’hui une augmentation du nombre de démissions et une mobilisation historique le 19 mars dernier, avec 1 cheminot sur 2 en grève et 1 000 d’entre eux rassemblés devant la DDS.

UNE RÉMUNÉRATION EN BERNE
L’inflation sur ces 10 dernières années dépasse les 20 % alors que, dans le même temps, les revalorisations générales de salaire à la SNCF n’ont été que de 3,8 % sur la même période. Cette perte de rémunération se cumule avec des déroulements de carrière péjorés.
Pour être très concret, le délai de séjour moyen sur les différentes classes et les différents collèges ne cesse d’augmenter. Alors qu’il fallait 97 mois en 2011 pour passer de la classe 2 à la classe 3 (qualification B sur C), il en faut actuellement 117.
De plus, la direction a toujours joué sur les mots entre « chef d’équipe » ou « chef de mission » pour maintenir le déroulement de carrière des agents au plus bas !
Ce phénomène a des conséquences importantes sur le niveau des pensions au moment du départ à la retraite.

L’INTÉGRATION DE L’INDEMNITÉ DE PORT D’ARME DANS LE SALAIRE LIQUIDABLE TOUT DE SUITE !
En décembre 2010, dans le cadre d’une audience, la CGT obtenait la création du code prime spécifique 11 pour la SUGE et l’intégration d’une partie des indemnités de port d’arme dans la prime de travail avec un abondement de l’entreprise.
Ce dispositif existe ! Il est donc temps de le réactiver afin d’augmenter de manière durable le salaire des agents de la SUGE et que celle-ci compte pour leur retraite.

Il est temps que la direction prenne la mesure de cette colère. La CGT exige :

  • que la direction reconnaisse la technicité de nos métiers à travers un parcours professionnel à partir de la classe 3 ;
  • l’augmentation et l’intégration des indemnités de port d’arme dans la prime de travail spécifique SUGE (code prime 11) ;
  • la sécurisation des indemnités de port d’arme en cas de reconversion subie ou choisie.

La CGT appelle les cheminots de la SUGE à se tenir prêts à agir de nouveau dans les semaines qui viennent !

⇒ Retrouvez toutes les informations et le développement de nos revendications sur www.renforcement-cheminotcgt.fr

Téléchargements

LES CHEMINOTS DE LA SUGE FONT UNE DÉMONSTRATION DE FORCE !

Surveillance Générale SNCF

| Services communs

C’est à l’appel de la CGT que, ce 19 mars, près d’un millier de cheminotes et cheminots de la Surveillance Générale se sont rassemblés à Paris et ont démontré leur capacité à agir !

Après des initiatives régionales significatives, cette réussite doit contraindre la direction à répondre à nos revendications  !

Depuis plusieurs années, la Direction de la sûreté a laissé la situation de l’emploi, des salaires et des parcours professionnels se dégrader au point d’ôter toute attractivité aux métiers de la sûreté ferroviaire. Aujourd’hui 20 % des agents recrutés démissionnent dans les 6 mois qui suivent.

La réalité est cruelle et la direction est seule responsable de la situation !

La course à la productivité et les désorganisations successives impactent les conditions de travail et la qualité de vie des cheminots de la SUGE.

Les suppressions de postes, la déshumanisation des gares, les carences en matière d’effectifs, les parcours professionnels insuffisants sont une conséquence de la politique de maîtrise des coûts salariaux et des structures. Depuis des années la direction de la sûreté demande toujours plus d’activités avec de moins en moins d’agents et de moyens.

La situation devient intenable et les mobilisations des agents SUGE se multiplient dans toutes les DZS de France où des DCI sont déposées.

C’est en ce sens que la CGT, seule, puis finalement rejointe par d’autres organisations syndicales, a appelé tous les cheminots de la SUGE à se rassembler massivement pour :

  • L’amélioration des conditions de travail et de vie des agents ;
  • La reconnaissance du parcours professionnel des agents de la SUGE à travers le déroulement de carrière, la pénibilité et les mesures de fin de carrière ;
  • La revalorisation conséquente des indemnités de port d’armes (IPA/ICPA), et l’intégration de celles-ci dans la prime de travail, comptant pour notre retraite et des mesures équivalentes pour les cheminots contractuels ;
  • Le retrait immédiat de la journée de formation militaire « FA3R » ;
  • L’arrêt de la contractualisation  ;
  • L’augmentation des effectifs au sein des équipes de la sûreté ferroviaire ;
  • L’augmentation des effectifs cyno-défense ;
  • La reconnaissance des qualifications spécifiques des agents SUGE telles que la cyno-détection, la cyno-défense, la formation TIS/TIR, la Surveillance Économique et Financière.

Au cours de l’audience qui a précédé le rassemblement, la direction a joué la montre et n’a apporté aucune réponse concrète permettant, à ce stade, de satisfaire les revendications légitimement portées !

C’est inacceptable autant qu’irresponsable !

Elle a balayé d’un revers de main les exigences des cheminots de la SUGE portées par la CGT. Ceux-ci ne méritent pas un tel mépris de la part de la direction de la sûreté.

La Fédération CGT salue l’engagement des cheminotes et des cheminots de la SUGE, venus en masse à Paris et les appelle à rester mobilisés !

Elle les appelle également à s’organiser avec la CGT et à se rapprocher des militants locaux afin de décider collectivement des formes d’actions nécessaires pour gagner !

NON LA SUGE N’EST PAS PRÊTE À SUBIR !
ELLE EST RÉSOLUMENT PRÊTE À AGIR !

Retrouvez toutes les informations et le développement de nos revendications sur
www.renforcement-cheminotcgt.fr

Téléchargements

POUR DES GARES PLUS HUMAINES, LES CHEMINOTS RENCONTRENT LES USAGERS

Action du 13 mars

| Services communs

Une volonté politique du tout digital contraire aux valeurs du Service public !

La SNCF pousse les usagers vers des outils digitaux pour optimiser ses tarifs et le remplissage de ses trains. Les logiciels et algorithmes qui organisent désormais la distribution des billets sont paramétrés pour générer un maximum de profit, quitte à priver les usagers de solutions de transport.

En effet, les réservations longues distances, plus chères, sont privilégiées par rapport aux trajets plus courts, pour lesquels les trains sont affichés complets.
Dans le même temps, La SNCF met à disposition de ses vendeurs et vendeuses, un outil de vente inachevé, qui ne sera totalement opérationnel qu’en 2025.
Cet outil multiplie les opérations pour finaliser les ventes ou refaire des billets, ce qui allonge les temps de transaction et les temps d’attente en gare.

Les voyages deviennent un véritable parcours du combattant !

En effet, chaque Région veut décider de sa propre politique tarifaire : jungle dans les tarifs, expansion du low-cost, billets non remboursables, suppression des correspondances avec un report systématique en cas de retard de train… Bref, comme le dénonce la CGT, l’ouverture à la concurrence et la libéralisation des chemins de fer s’opèrent au détriment des usagers et des cheminots !

Une dégradation de la prise en charge liée au manque de personnel et à l’abus de contrats précaires !

Après avoir vécu la suppression de 1 200 emplois au service des voyageurs en 3 ans, les cheminots comme les usagers subissent de nombreuses fermetures de gares et de guichets. Les voyageurs sont donc les laissés pour compte d’une politique dévastatrice et rétrograde, comme l’a dénoncé le défenseur des droits de l’Homme en 2021.
La SNCF poursuit sa casse des conditions sociales des cheminots et sa logique de précarisation des emplois en usant de CDD, intérimaires et autres contrats aidés pour les seniors. Dans les centres d’appels, environ 30 % de la charge de travail des appels sont dirigés vers des centres externes à la SNCF !
Enfin, la SNCF expose ses salariés aux risques psychosociaux lorsqu’elle met en place des organisations du travail où la vente est assurée en mobilité, comme en Ile-de-France, ou encore quand les espaces de vente deviennent de simples caisses en libre-service.

LA CGT revendique :

  • Une entreprise unique, publique pour assurer un service de qualité !
  • Une tarification plus simple et homogène sur le territoire,
  • L’abandon de l’ouverture à la concurrence qui ne sert ni l’intérêt des usagers, ni celui des cheminots,
  • Un taux de TVA applicable aux billets de 5.5 % au lieu des 10 %,
  • Une prise en charge des frais de transport domicile/travail pris à 100 % par l’employeur,
  • La réhumanisation des gares avec des cheminots formés aux exigences du Service Public ferroviaire,
  • La ré internalisation des charges de travail à la SNCF.

ENSEMBLE, EXIGEONS DES MOYENS HUMAINS, TECHNIQUES ET FINANCIERS POUR UN SERVICE PUBLIC SNCF DE QUALITÉ !

Téléchargements

UN MÉTIER EN SOUFFRANCE

Secrétaires médicaux

| Services communs

En fin d’année 2023, la direction annonçait le déploiement de la spécialisation des secrétaires médicaux.
Pour ceux déjà en poste, les entretiens exploratoires ont été mis en place en début d’année.
Des entretiens pour définir quels agents occuperont les postes de GMT (Guichet de Médecine du Travail), de AST (Assistant·e en Santé au Travail), ou ceux qui resteront secrétaires médicaux en soins. La direction profite bien entendu de cette réorganisation pour supprimer des postes.

Pour la CGT, la situation est inacceptable.

Lors des instances du personnel qui se sont déroulées en début d’année, la direction a clairement décliné son objectif : la suppression de certains postes de secrétaires médicaux au nom de la productivité ! Alors qu’actuellement, seuls 42 postes sur 50 sont tenus, abstraction faite par la direction des postes supprimés, l’employeur a exposé son intention de surcharger les secrétaires médicaux !

Après leur avoir infligé la charge des postes vacants, on projette désormais de leur imposer de nouvelles missions d’AST ou GMT supplémentaires à leur fiche de poste, ce qui équivaudrait à une charge de travail de 4 postes pour une seule personne !

La direction nous précise qu’en cas d’absence d’un·e secrétaire, le poste restera vacant ou sera remplacé par un·e secrétaire alternant·e. Ces choix sont directement générateurs de RPS.

Les temps partiels sont également dans le viseur de la direction. Certaines directions n’hésitent pas à culpabiliser les parents qui posent des VT les mercredis en s’appuyant sur le collectif de travail comme outil de pression, voire de maltraitance, en leur faisant porter la responsabilité de la perte de production !

De plus, nous rappelons que les secrétaires de soins et de laboratoire ont un déroulement de carrière bloqué à la classe 3. Pourtant, elles et ils ont récupéré les tâches des postes supprimés et non-remplacés.

Pour la CGT, cette situation est intolérable !

Nous exigeons :

  • L’arrêt des suppressions de postes de secrétaires et l’embauche pour éviter « les postes vacants » dans les services médicaux et les laboratoires ;
  • La description complète dans les fiches de postes des secrétaires de l’ensemble des missions administratives ;
  • L’attribution de la prime de saisie pour tou·te·s les secrétaires ;
  • Une réelle compensation des temps partiels par métier et non par établissement ;
  • Le déroulement de la classe 3 à 4 pour les postes de secrétaires médicaux à l’ancienneté ;
  • La prise en charge de la totalité des frais engendrés par la formation : hébergement, déplacement, garde d’enfants.

La CGT continue de porter les revendications des cheminot·e·s des Services Médicaux et d’en exiger la place centrale dans l’entreprise. Toutes et Tous cheminot·e·s !

Téléchargements

LE 19 MARS LES CHEMINOTS DE LA SUGE PASSENT À L’ACTION !

Rassemblement national

| Services communs

Parcours professionnel inexistant, externalisation d’une partie de la formation vers un prestataire au « méthodes militaires », neutralisation des congés d’été suite au JO 2024, suppression de la présence SUGE dans plusieurs créneaux horaires, sont autant d’exemples de ce que fait quotidiennement supporter la direction de la Sûreté aux cheminots de la SUGE.

Depuis plusieurs années, la Direction de la sûreté a laissé la situation de l’emploi, des salaires et des parcours professionnels se dégrader au point d’ôter toute attractivité aux métiers de la Sûreté Ferroviaire. Aujourd’hui 20 % des agents recrutés démissionnent dans les 6 mois suivants et plusieurs centaines de cheminots de la SUGE ont quitté la SNCF pour la police municipale.
La course à la productivité et les mauvaises organisations décidées par la direction impactent les conditions de travail et la qualité de vie des cheminots de la SUGE, tous services confondus.
Les suppressions de postes, la déshumanisation des gares, les carences en matière d’effectifs, les parcours professionnels insuffisants sont une conséquence de la politique de maîtrise des coûts salariaux et des structures. Depuis des années la direction de la sûreté demande toujours plus d’activités avec de moins en moins d’agents et de moyens.
La situation devient intenable et les mobilisations des agents SUGE se multiplient dans toutes les DZS de France où des DCI sont déposées.

La direction doit agir et répondre aux revendications légitimes des agents de la SUGE.

C’est en ce sens que la CGT appelle tous les cheminots de la SUGE à se rassembler massivement le mardi 19 mars 2024 devant le siège de la sûreté, à 11h30, pour obtenir satisfaction sur :

  • L’amélioration des conditions de travail et de vie des agents ;
  • La reconnaissance du parcours professionnel des agents de la SUGE à travers le déroulement de carrière, la pénibilité et les mesures de fin de carrière ;
  • La revalorisation conséquente des indemnités de port d’armes (IPA/ICPA), et l’intégration de celles-ci dans la prime de travail, comptant pour notre retraite et des mesures équivalentes pour les cheminots contractuels ;
  • Le retrait immédiat de la journée de formation militaire « FA3R » ;
  • L’arrêt de la contractualisation ;
  • L’augmentation des effectifs au sein des équipes de la sûreté ferroviaire ;
  • L’augmentation des effectifs cyno-défense ;
  • La reconnaissance des qualifications spécifiques des agents SUGE telles que la cyno-détection, la cyno-défense, la formation TIS/TIR, la Surveillance Économique et Financière.

Toutes ces revendications légitimes doivent enfin être entendues pour redonner du sens, de la reconnaissance et de l’attrait au métier.

LE 19 MARS, SOYONS NOMBREUX À 11H30 DEVANT LA DIRECTION DE LA SÛRETÉ POUR GAGNER !

Téléchargements

REQUALIFIONS D’URGENCE LE MÉTIER D’INFIRMIER·E

Services médicaux

| Services communs

À l’occasion des derniers CSE et CSSCT d’Optim’Services, la direction réaffirme ses intentions de destruction des cabinets médicaux et continue à dévaloriser les métiers des services médicaux, tout en dégradant les conditions de travail de ceux-ci ; des intentions claires et sans complexe déclinées par la direction lors de ces instances.

Depuis quelques années, la Direction a rétrogradé le métier d’infirmier·e. En effet, leur parcours professionnel leur permettait d’accéder à la classe 6, or il est maintenant impossible pour eux-elles d’y accéder. Le message de la direction est clair : « pour progresser il faut changer de métier ! ».

Pourtant, la charge de travail ne cesse de s’accroître et ce métier, si essentiel pour la santé des cheminot·e·s, a beaucoup évolué. Les multiples lois modifiant l’encadrement du suivi de la santé des salarié·e·s ont augmenté les compétences et la charge de travail des infirmier·e·s en santé au travail. Au sein des services médicaux, ils-elles sont formés à l’entretien de santé au travail, réalisent ce suivi sous protocole et en collaboration avec le-la médecin du travail dans le cadre des visites d’information et de prévention.

La direction continue de fixer des objectifs directement en lien avec les activités suivantes : prévention, formations SST, COSI, environnement-hygiène, ISIS, soins, assistant·e·s de santé au travail, secrétariat. De plus, ils-elles remplacent ponctuellement les secrétaires médicales victimes, aussi, de suppressions de postes imposées par la direction.

Les dernières réorganisations décidées par la direction, inadaptées à l’activité des cabinets médicaux, ont eu des conséquences graves sur le personnel paramédical et médical. Les salarié·e·s sont confrontés à des incertitudes quant au maintien de leur activité dans les prochains mois suite aux annonces de fermeture de certains cabinets médicaux.

Dans ce contexte, la direction d’Optim’Services a décidé unilatéralement que l’effectif nécessaire serait de 1 infirmier·e pour 1 000 salarié·e·s, ce qui est clairement insuffisant au regard de la charge de travail. Au travers d’une stratégie uniquement économique, elle n’en finit plus de déstructurer les cabinets médicaux.

Cette politique de gestion de l’emploi désastreuse provoque un stress permanent, la charge de travail est en inadéquation avec les moyens et les responsabilités donnés. Les infirmier·e·s sont dans l’obligation de renoncer aux activités qui constituent le coeur de leur métier au profit de la multiplication des tâches par manque de personnel.

Non-productifs et coûteux sont les arguments avancés pour remettre en question le respect des contrats de travail en leur imposant des heures supplémentaires ou complémentaires non-payées.

Conséquences de ces mauvaises mesures : la direction fait face à une vague de démissions inédites, empêchant même le fonctionnement de base des cabinets médicaux et la réalisation du suivi de la santé des cheminot·e·s.

Pour la CGT, la situation est inacceptable ! Le métier d’infirmier·e doit être reconnu et valorisé !

La CGT exige :

  • Le recrutement d’Infirmier·e·s et de secrétaires médicaux·les en rapport avec la charge de travail ;
  • L’amélioration du parcours professionnel des infirmier·e·s a la classe 6 ;
  • L’arrêt des fermetures des cabinets médicaux ;
  • La comptabilisation du temps de trajet comme travail effectif pour tous déplacements ;
  • L’organisation d’un temps de travail spécifiquement alloué à la réalisation des missions particulières et prise en compte de la totalité du temps nécessaire, y compris dans la préparation de ces missions ;
  • La revalorisation pérenne de la prime de travail à hauteur de 20 % et l’intégration équivalente de cette revalorisation dans le salaire des cheminot·e·s contractuels.

La CGT qui est à l’initiative de nombreuses luttes locales (pétitions, rassemblement…), continue de porter les revendications des cheminot·e·s des Services Médicaux et d’en exiger la place centrale dans l’entreprise.

Toutes et Tous Cheminot·e·s !

Téléchargements

LES AGENCES PAIE ET FAMILLE UN SERVICE ESSENTIEL POUR LES CHEMINOT·E·S

| Services communs

Les cheminot·e·s des Agences Paie et Famille sont des professionnel·le·s de la réglementation RH. Ils et elles sont qualifié·e·s pour gérer nos droits, notre rémunération et notre situation administrative au sein de l’entreprise.
Pourtant, nos agences continuent de faire l’objet de réorganisations successives. Elles sont menées par la Direction d’Optim’Services qui vise uniquement la réduction des effectifs pour plus de productivité.

Les agents des APF gèrent au quotidien la rémunération des agents ainsi que leur situation administrative. Ils et elles sont les principaux interlocuteurs des cheminot·e·s pour chaque question relative aux situations administratives, familiales et à l’utilisation des facilités de circulation.

Leur rôle est primordial pour le maintien d’une unité sociale au sein de la SNCF. Pourtant, depuis plusieurs années, les cheminot·e·s des APF ont pu constater la dégradation de leurs conditions de travail, qui impacte la qualité de service et les délais de traitement des dossiers à destination des cheminot·e·s. Les multiples réorganisations (mutualisation des APF, suppression d’effectifs), les nombreux changements de logiciels (HRA, AVAYA ; KISIO, OPTIMUM, NOGS) ont largement détérioré le travail en lui-même et, de fait, la capacité des agents à assurer le meilleur service possible aux cheminot·e·s.

La baisse des effectifs au sein des APF, environ -30 % en 3 ans, se poursuit. À l’inverse, la charge de travail, elle, ne faiblit pas ! La direction d’Optim Services impose une extrême polyvalence aux gestionnaires comme aux encadrants et animateurs métiers, ce qui détériore gravement les conditions de vie et de travail des cheminot·e·s de tous collèges confondus et engendre une aggravation des RPS (Risques Psycho-Sociaux).

La Direction d’Optim Services, à travers une stratégie uniquement économique, n’en finit plus de déstructurer ces agences. Chaque responsable d’APF doit s’adapter localement aux exigences budgétaires au gré des « innovations en organisation du travail » toutes basées sur la productivité : spécialisation du travail, automatisation des gestes métier, digitalisation, dématérialisation des FC. Cette organisation du travail permet à la direction de ne pas remplacer les départs à la retraite et de poursuivre les suppressions de postes.

La CGT revendique :

  • Le retour des effectifs administratifs et des compétences RH en proximité dans les établissements ;
  • La ré-internalisation de l’accueil téléphonique et des missions privatisées chez Kisio ;
  • Le retour à la gestion par portefeuille-agents ;
  • L’arrêt du travail par thème/module ;
  • Un réel « pesage » de la charge de travail (prise en compte des temps partiels, temps partiels thérapeutiques…).
  • La revalorisation pérenne de la prime de travail à hauteur de 20 % et l’intégration équivalente de cette revalorisation dans le salaire des cheminots contractuels.

LA CGT RAPPELLE LE RÔLE PRIMORDIAL DES AGENCES PAIE ET FAMILLE EN INTERNE AU SEIN DE LA SNCF ET CONTINUE DE PORTER LEURS REVENDICATIONS.

Téléchargements

LES AGENTS SUGE SONT DES CHEMINOTS, PAS DES MILITAIRES !

Surveillance Générale

| Services communs

À l’occasion des réunions d’échanges sur les parcours professionnels concernant les agents SUGE, la direction avait émis l’hypothèse d’externaliser une partie de la formation des agents vers un organisme de formation privée aux méthodes d’enseignement militaires.

La direction a décidé unilatéralement de sa mise en place dès le début d’année 2024.

La Fédération CGT des cheminots s’oppose et alerte sur ce projet néfaste pour les agents SUGE.

Depuis de nombreuses années, la Fédération CGT des cheminots dénonce les mauvaises orientations prises par l’entreprise concernant la sûreté ferroviaire. En effet, malgré les alertes répétées de la CGT dans les différentes instances, la direction de la Sûreté diminue les heures de formation TIS (techniques d’intervention SUGE) au profit de la productivité.

La CGT revendique un entraînement régulier et de qualité pour faire face aux différents scénarios rencontrés par les agents SUGE au quotidien.

Malgré nos alertes, la direction, au fil des années, a réduit ces formations de 40 heures à 12 heures. Il en a découlé une perte de savoir-faire due à une pratique plus espacée. Les agents demandent toujours une pratique plus régulière et plus adaptée aux situations de terrain rencontrées qui sont de plus en plus compliquées à gérer.

Aujourd’hui, la direction de la Sûreté franchit une nouvelle étape en actant l’externalisation de la formation « chef de mission » vers une entreprise de formation privée « FA3R » qui décline une formation aux méthodes militaires en immersion sur une journée.

Lors de cette journée, l’entreprise FA3R décline « une culture de l’armée en s’appuyant sur des formateurs qui ont un ADN militaire » !

Nous rappelons à la direction de la Sûreté que les agents SUGE sont des cheminots, et non des militaires !

Lors de la présentation aux différentes OS en décembre 2023, la direction parlait simplement d’un projet. Finalement, cette formation est mise en place sans l’avis des instances représentatives, en refusant de nous expliquer comment et dans quelles conditions cette entreprise a été choisie !

De plus, la direction de la Sûreté annonce que l’accès au métier « chef d’équipe opérationnel » ne sera accessible qu’après avoir suivi cette formation.

Après avoir détruit le dictionnaire de filières, cette formation servira une nouvelle fois de levier managérial axé sur la détection…

L’objectif de la direction de la Sûreté est clair : elle veut externaliser la formation des agents SUGE et continuer la casse des métiers de la sûreté.

La Fédération CGT des cheminots s’oppose à ce projet et revendique :

  • Le retrait immédiat de la journée de formation militaire « FA3R » ;
  • L’augmentation des heures de formation TIS ;
  • Le renforcement de la formation métiers ;
  • L’arrêt de la contractualisation ;
  • L’augmentation des effectifs au sein des équipes de la sûreté ferroviaire ;
  • L’augmentation des effectifs cyno-défense ;

La CGT rappelle le rôle primordial de la formation en interne au sein des services de la sûreté. Non à cette formation externe et oui à l’augmentation en interne de nos heures de formation avec nos moniteurs TIS pour mieux répondre aux besoins des cheminots de la SUGE !

Téléchargements

Renforce-toi, adhère à la CGT !

La vraie info - Le JT des cheminots

Dans les médias

27 mai 2024

Cessation progressive d’activité à la Sncf : les cheminots ouvrent la voie

Lire la suite

Voir les autres articles

Liste des actualités

Lexique

Contacts

J'adhère

Bandeaux publicitaires

  • Les pétitions, ça ce signe ici.