Fédération CGT des Cheminots


LE CCGPF ET LES CASI, UNE CHANCE UNIQUE POUR LES CHEMINOTS !

| Fédération

Le CCGPF et les CASI sont les outils de la mutualisation et de la solidarité, ils sont uniques en leur genre. Cette conception de solidarité entre générations de cheminots permet un accès aux loisirs et aux vacances à de nombreux cheminots et leurs enfants.

Depuis le début de l’année, plus de 15 000 familles de cheminot, dont 7 800 cet été, sont parties avec le CCGPF, et plus de 20 000 enfants sont partis en colonie avec le CCGPF et les CASI.

L’accès à la culture, aux loisirs et aux vacances est menacé par l’inflation et plus globalement par l’offensive libérale sur le droit aux vacances pour tous ! Pour la CGT, le droit aux vacances est un droit essentiel.

Selon le baromètre Ipsos/Secours populaire de septembre 2022, 47 % des personnes interrogées rencontraient des difficultés à partir en vacances au moins une fois par an.

Nous constatons une augmentation significative des demandes de séjour via le CCGPF. Si toutes ne peuvent être satisfaites, c’est essentiellement dû au manque de moyens alloués par la SNCF. Pour autant, les élus CGT continueront d’augmenter la capacité d’hébergement, soit par une nouvelle acquisition de village soit en développent celles existantes.

On estime que plus d’un enfant sur dix ne part jamais en vacances. Dans le détail, 50 % des enfants des familles modestes ne partent jamais en vacances, 34 % des enfants d’ouvriers et employés, contre 5 % des enfants de cadres supérieurs.

LA JEUNESSE : UNE PRIORITÉ !

Face à ces inégalités, la CGT a toujours donné la priorité à la jeunesse dans le cadre de la gestion des activités sociales. Pour un grand nombre de cheminots, seuls le CCGPF et les CASI permettent d’offrir des vacances à leurs enfants. Pour chaque demande d’inscription en colonie au CCGPF, une offre de séjour est systématiquement proposée avec un contenu éducatif et une diversité d’activités inégalés. Les séjours du CCGPF sont entièrement réalisés par les services, de la conception du séjour au transport des enfants sur les centres ! Les séjours sont organisés autour d’une dominante, culturelle ou sportive. Le but des séjours est de permettre l’épanouissement de l’enfant ou de l’adolescent dans un cadre collectif. C’est là tout le fondement du projet éducatif porté par la CGT. Les séjours linguistiques et les voyages à l’étranger ont pour objectif également de favoriser l’ouverture sur le monde, à travers la rencontre avec d’autres cultures. Cela contribue à remettre en cause les théories de repli sur soi, de haine et de racisme. On est loin de la démarche des enseignes du secteur marchand, qui investissent en force dans ce « marché » juteux, pour transformer enfants et adolescents en clients.

La CGT porte trop souvent seule la nécessité de préserver et développer le tourisme social, en opposition au secteur marchand qui prône l’individualisme et le chacun pour soi.

La fédération CGT portera toujours la nécessité de mutualisation des activités sociales. Le nombre croissant de cheminots et d’enfants de cheminot pouvant avoir accès aux vacances grâce à cette conception démontre son efficacité. Le développement des activités sociales passera par l’augmentation des dotations allouées par la SNCF.

La CGT revendique une dotation équivalant à 3 % de la masse salariale pour les actifs et 1 % pour les retraités !

Vive le CCGPF et les CASI !

Téléchargements

FACILITÉS DE CIRCULATION : ON NE LÂCHE RIEN !

| Fédération

La Fédération et son UFR ont été reçues dans la cadre d’une audience le 9 avril pour aborder le sujet des facilités de circulation et de leur dématérialisation.

Depuis de nombreux mois, la Fédération et son UFR ont multiplié les audiences et DCI sur le sujet des facilités de circulation, et tout particulièrement concernant la dématérialisation à marche forcée pour les ayants droit des retraités.

Après avoir obtenu l’édition de près de 25 000 cartes papier, valables 3 ans et utilisables avec les fichets papier pour les ayants droit retraités, la direction annonce et s’engage sur :

  • La réédition de cartes papier lorsque les cartes valables 3 ans arriveront au terme de leur validité ;
  • La possibilité d’émettre de nouvelles cartes valables 1 an, sur simple demande en remplissant le formulaire accompagné d’une photo d’identité pour les ayants droit en difficulté avec les outils numériques ;
  • Confirmation que tous les guichets et le 3635 sont en capacité de délivrer des titres aux cheminots et aux ayants droit ;
  • Absence de contingentement pour les tarifs cheminots en dehors d’Eurostar/Thalys ;
  • Pour les ayants droit atteignant l’âge de 21 ans, une alerte par mail sera émise 3 mois avant (actuellement, les droits sont coupés sans préavis).

Au-delà du seul sujet de la dématérialisation, la Fédération a rappelé les nombreux sujets et revendications qui restent sans réponse satisfaisante, à savoir :

  • L’édition de contremarques pour l’accès aux gares, tout particulièrement en Île-de-France pour les ayants droit ;
  • La non-fiscalisation des FC pour les retraités ;
  • L’accès à tous les moyens de substitution ;
  • Le retour à la gratuité totale pour tous les trains ;
  • L’accès aux facilités internationales (FIP) pour tous les opérateurs.
  • Concernant la mise en place de l’organisme de gestion opérationnelle des FC institué par l’accord classifications/rémunérations piloté par l’UTP au niveau de la Branche, la direction de l’entreprise nous indique que le sujet est au point mort …

LA FÉDÉRATION CGT DES CHEMINOTS ET SON UFR PRENNENT ACTE DE CES AVANCÉES POUR MAINTENIR L’ACCÈS AUX FACILITÉS DE CIRCULATION DES AYANTS DROIT, ET ENTENDENT POURSUIVRE LES ACTIONS ET MOBILISATIONS DES ACTIFS ET RETRAITÉS POUR ARRACHER DE NOUVELLES MESURES.

Téléchargements

CPA : LA CGT FAIT BOUGER LES LIGNES !

| Fédération
AVANT LES NÉGOS APRÈS LES NÉGOS
  • 12 mois pour tous
    Rémunération : 60 % sur l’ensemble de la période. Non prise en charge des cotisations retraites sur la partie non travaillée.
  • 18 mois pour tous
    Rémunération :
    75 % sur les périodes travaillées et non travaillées. Prise en charge totale des cotisations patronales et salariales retraite correspondant à la part non travaillée.
  • 12 à 15 mois
    (Avec au moins 20 ans d’exercice d’un métier à pénibilité avérée).
    Rémunération :
    75 % sur l’ensemble de la période.
  • Jusqu’ à 24 mois maxi (Avec au moins 20 ans d’exercice d’un métier à pénibilité avérée).
    Rémunération :
    100 % période travaillée
    75 % période non travaillée.
  • 12 à 18 mois
    (avec au moins 25 ans d’exercice d’un métier à pénibilité avérée).
    Rémunération :
    75 % sur l’ensemble de la période.
  • Jusqu’à 30 mois maxi
    (avec au moins 25 ans d’exercice d’un métier à pénibilité avérée).
    Rémunération :
    100 % période travaillée
    75 % période non travaillée.
  • 24 mois maxi pour les ASCT
    (avec au moins 12 ans d’exercice avec RHR).
    Rémunération :
    75 % sur l’ensemble de la période.
  • 36 mois maxi ASCT
    (avec au moins 12 ans d’exercice avec RHR).
    Rémunération :
    100 % période travaillée
    75 % période non travaillée.
  • TEMPS PARTIEL DE FIN DE CARRIÈRE
    Avoir dépassé l’âge d’ouverture des droits au début du temps partiel et accord de la direction : 91,4% du temps de travail
    Rémunération : au prorata du temps de travail
  • TEMPS PARTIEL DE FIN DE CARRIÈRE
    Sur une durée de 12 ou 24 mois pour tous. Jusqu’à 36 mois si emploi a pénibilité pendant au moins 20 ans entre 50 et 80 % du temps de travail.
    Conditions : liquider sa retraite à l’issue du temps partiel et ne pas être roulant.

    Majoration salariale de 10 %.

LES ÉVOLUTIONS PAR RAPPORT AUX DISPOSITIFS ACTUELS

L’ensemble des dispositifs du projet d’accord est ouvert aux cheminots contractuels et statutaires.
Le champ d’application du projet d’accord intègre les 5 sociétés composant le GPU SNCF, le GIE SNCF OPTIM.
Les salariés des filiales SNCF Voyageurs, créées en réponse aux appels d’offres dans le cadre de l’ouverture à la concurrence détenues majoritairement par SNCF Voyageurs, bénéficient des dispositions de l’accord. Une filiale n’entrant pas dans le champ d’application peut demander à relever de l’accord.

LES DÉTAILS DE LA NÉGO

POUR LES ADC :

  • Jusqu’à 24 mois maxi si l’agent statutaire occupe ou a occupé un poste d’ADC pendant au moins 20 ans.
  • Jusqu’à 30 mois maxi si l’agent statutaire occupe ou aoccupé un poste d’ADC pendant au moins 25 ans.
  • Jusqu’à 30 mois maxi si l’agent contractuel occupe ou a occupé un poste d’ADC à la SNCF pendant au moins 12 ans.

⇒ Rémunération : 100 % période travaillée/75% période non travaillée.

Pour l’ensemble des dispositifs :
Prise en charge totale des cotisations patronales et salariales retraite correspondant à la part non travaillée.

DE NOUVEL LES MESURES SALARIALES POUR LES CHEMINOTS

Le projet d’accord inclut des mesures salariales notamment pour les cheminots en « fin de carrière ».

a) Sur l’ancienneté
  • Pour les cheminots statutaires :
    → Création d’un échelon 12 d’ancienneté pour les cheminots sédentaires et ASCT après 3 ans sur l’échelon 11.
    → Création d’un échelon 10 d’ancienneté pour les ADC après 3 ans sur l’échelon 9.
  •  Pour les cheminots contractuels :
    → Création d’un niveau d’ancienneté supplémentaire à 36 ans d’ancienneté, majoration 21,6 % (au lieu de 19,8 % à 33 ans) pour les classes 1 à 6 et majoration à 10,8 % pour les classes 7 à 8 (au lieu de 9,9 % à 33 ans).

 

b) Sur l’évolution salariale en fin de parcours professionnel
  • Pour les cheminots statutaires :
    → Création d’un niveau supplémentaire (avec 2 PR) pour les classes 3 à 7 et TA, TB.
    → Déroulement soumis à condition :

    • Pas d’objection du service ;
    • Être âgé d’au moins 50 ans (45 ans pour les ADC) ;
    • Être positionné sur la dernière PR du dernier niveau depuis 4 ans.

→ Le passage sur les PR des niveaux de fin de parcours est automatique avec un délai de séjour de 4 ans sur la PR précédente. Il est traité lors des commissions de notation.

  • Pour les cheminots contractuels :
    → Augmentation individuelle spécifique de 3 % l’année de leurs 60 ans.

 

c) Parcours professionnels vers des emplois à moindre pénibilité

Afin d’accompagner les cheminots dans une mobilité choisie d’un métier à pénibilité vers un métier à moindre pénibilité, le projet d’accord reprend un seuil d’indemnité fixe dégressif sur 3 ans. (3 000 euros la première année, 2 520 euros la deuxième année, 2000 euros la troisième année) et répartie mensuellement.

À condition :

  • d’avoir été sur un emploi à pénibilité avérée durant au moins 20 ans ;
  • et de subir une perte d’EVS liée à ce métier à pénibilité avérée.

Les sociétés composant le GPU SNCF ou GIE peuvent majorer les indemnités ou/et modifier les conditions ou le périmètre d’éligibilité à l’avantage des
cheminots.

La Fédération CGT des Cheminots porte depuis plusieurs mois, et souvent bien seule, des propositions concrètes permettant ainsi de rouvrir des négociations qui n’étaient pas prévues. Elle estime que les mesures négociées au cours de cette table ronde vont dans le sens de l’amélioration des dispositifs existants et apportent de nouveaux droits.

C’est bien le rapport de force construit par la CGT et ses syndicats depuis des mois en proximité, dans les Etablissements et dans les métiers, qui permettent ces avancées.

C’est sur la base de ces négociations que la Fédération CGT des cheminots et sa Commission Exécutive Fédérale, se prononceront sur les annonces formulées et décideront des suites à donner à cet accord.

Téléchargements

CADRE SOCIAL DES FILIALES : COPIE À REVOIR !

Accord filiales

| Fédération

La direction a convoqué une table-ronde nationale Groupe qui se voulait conclusive sur le futur cadre social des filiales le 25 mars 2024.
Face à un projet unitaire complet et aux échanges nourris, la direction a annoncé se donner quelques jours de réflexion pour décider des suites à donner aux discussions.

L’ouverture de cette négociation par une déclaration unitaire de toutes les fédérations a donné le ton des premiers échanges. Quelques jours avant, un courrier unitaire accompagné de propositions de réécriture d’accords existants et du Statut avait été transmis à la direction.

Ce projet unitaire permet de garantir tous les droits repris dans l’ensemble des accords collectifs, mais aussi de revenir sur les récentes évolutions du Statut visant à réduire les capacités d’intervention des cheminots dans un contexte de remise en cause de leurs droits.

MAINTENIR LES DROITS DE TOUS LES CHEMINOTS !

La direction entendait circonscrire les discussions aux seules filiales créées en réponse aux appels d’offres. Pour autant, l’ensemble des fédérations a porté la nécessité d’élargir le périmètre des discussions.

À 9 mois du transfert annoncé des cheminots de Fret dans deux filiales, le refus de l’inclure dans le périmètre de l’accord est inacceptable, et ce alors que Gouvernement et direction s’obstinent à décliner le plan de discontinuité et la liquidation de Fret SNCF.

De la même manière, les propositions unitaires qui ont été portées permettent de garantir la continuité des droits des cheminots dans les groupements d’entreprises, mais aussi plus largement dans les filiales que pourrait créer la SNCF, comme OUIGO Vitesse classique, ou encore d’autres activités.

L’UNITÉ SOCIALE DES CHEMINOTS

Les propositions portées par l’intersyndicale garantissent la pérennité du Comité Central du Groupe Public Ferroviaire dans l’ensemble de ses prérogatives, y compris pour les activités sociales à caractère national, mais aussi nos activités sociales de proximité proposées par les CASI.
Pour la CGT, cette table-ronde, annoncée comme conclusive, n’a pas permis d’acter des avancées sur l’ensemble des sujets portés unitairement, à savoir le champ d’application, la garantie de l’application de l’ensemble du Statut, le maintien des accords Groupe et référentiels RH d’entreprise ou métiers. Les débats ont aussi montré les manques ou incohérences d’un texte ne garantissant pas la continuité des droits des cheminots.

LA FÉDÉRATION CGT DES CHEMINOTS ENTEND POURSUIVRE ET INTENSIFIER LA BATAILLE CONTRE LA CONCURRENCE ENGAGÉE DEPUIS 2018, NOTAMMENT PAR LE MAINTIEN DES DROITS DE TOUS LES CHEMINOTS.

Téléchargements

APRÈS LE 8 MARS, LA LUTTE POUR LES DROITS DES FEMMES DOIT CONTINUER…

Égalité/Mixité

| Fédération

Suite aux audiences déposées, la CGT a été reçue par l’UTP (union des patrons du ferroviaire) et la direction SNCF pour rappeler l’importance des droits des femmes. Patrons et Direction affichent un féminisme de façade, pendant que les cheminotes subissent les restructurations et les désorganisations du travail.

La politique d’égalité entre les femmes et les hommes s’inscrit dans une logique de communication et non dans une réelle transformation de l’entreprise. Entre les inégalités salariales et la dégradation des conditions de travail, la réalité au travail est beaucoup moins prometteuse…

DES INÉGALITÉS SALARIALES CACHÉES

Les bilans sociaux, les rapports de situation comparée ne permettent pas d’établir les réelles inégalités salariales. Les statistiques et les chiffres avancés par la Direction ne sont pas suffisamment exploitables pour permettre un examen comparatif de salaires entre les femmes et les hommes sur des postes équivalents. De plus, les chiffres fournis sont souvent pondérés. Pour le dire autrement, les éléments qui démontrent des discriminations objectives sont neutralisés dans la construction des statistiques.

La CGT a demandé notamment que soit reprise l’ancienneté des agents en plus du genre et de la classe par CSE dans le rapport de situation comparée. Les dérives constatées nécessitent un contrôle social.

Depuis la mise en place de la transposition de l’accord ClassificationsRémunérations dans l’entreprise, l’opacité s’intensifie sur les rémunérations pour les contractuels. Les remontées des contrats de travail des cheminotes et des cheminots mettent en exergue les différences de salaire entre les femmes et les hommes. Chez les jeunes cadres, les différences sont aussi très marquées.

Sur l’index égalité 2023, les scores affichés par la direction SNCF atteignent 94 points sur 100. Pour la CGT, ces résultats ne reflètent évidemment pas la réalité que les cheminotes et les cheminots vivent dans leur quotidien. Dans de nombreuses entreprises du ferroviaire (y compris à la SNCF), les scores sont très honorables, alors que le quotidien des femmes est un enfer.

L’ORGANISATION DU TRAVAIL DÉPASSÉE

La multiplication des restructurations et l’augmentation de la productivité continuent d’aggraver le quotidien des cheminots. Le travail de nuit et les roulements des conducteurs collés à celui des rames ne font que dégrader les conditions de travail.

Les organisations du travail n’évoluent pas : absence de toilettes, de vestiaires, de vêtements de travail… Sur certains chantiers, il faut marcher plus de 15 minutes pour atteindre les toilettes pour femmes.

L’ensemble des obstacles limitent grandement la mixité. Dans certains métiers (ASCT par exemple) où la parité avait été atteinte, un recul net de la mixité s’est opéré.

LA CGT REVENDIQUE :

  • la modification de l’index égalité pour permettre une mesure plus juste sans tolérance d’écarts et la mise en place d’une grille unique des salaires qui permettrait de gommer les inégalités ;
  • l’amélioration des conditions de travail. En 2024, de nombreux cheminots n’ont pas accès à des toilettes (aux facilités essentielles) équipées d’un lavabo dans le cadre de leur journée de travail ou n’ont pas non plus le temps pour s’y rendre ;
  • la limitation du travail de nuit s’il n’est pas d’une extrême nécessité (continuité du service public). Selon l’Inserm, le travail de nuit (défini comme un travail d’au moins trois heures entre minuit et 5 heures du matin) augmente de 26 % le risque de cancer du sein ;
  • l’équilibre entre la vie privée et la vie professionnelle par la réduction du temps de travail et la mise en place des 32 heures sans perte de salaire. Baisser le temps de travail hebdomadaire annuel, c’est permettre à tous de travailler à temps plein tout en assumant la parentalité ;
  • des moyens pour répondre aux besoins des cheminots en matière de garde d’enfants ;
  • la conquête de droits nouveaux, notamment en matière de parentalité pour les femmes et les hommes, d’articulation de temps de vie personnelle-professionnelle, de lutte contre les inégalités de rémunération, contre le sexisme, les violences sexistes et sexuelles au travail, pour la mixité professionnelle et contre la ségrégation professionnelle.
  • une réelle ouverture de l’ensemble des métiers à la mixité.
  • l’atteinte d’une parité femmes-hommes à l’embauche. L’objectif d’égalité et de mixité doit être également atteint sur l’alternance, tant sur les recrutements dans les dispositifs de formation que sur les embauches en CDI à l’issue de ceux-ci.

JE SUIS POUR…

…JE VOTE CGT AUX ÉLECTIONS CA DU 28 MARS AU 4 AVRIL 2024 !

 

Retrouvez toutes les informations et le développement de nos revendications sur
www.renforcement-cheminotcgt.fr

Téléchargements

LA DIRECTION N’ENTEND RIEN !

Table ronde groupe du 5 mars 2024

| Fédération

La table-ronde nationale « conditions d’exercice des métiers » s’est tenue le 5 mars.
La direction n’a donc rien compris à la colère exprimée par les cheminots depuis plusieurs semaines dans les actions locales et les actions métiers.

Au cours de cette table-ronde, la CGT a rappelé :

  • La nécessité de rouvrir des négociations salariales pour acter des augmentations générales des salaires, rattraper le contentieux salarial accumulé et, de manière urgente, annoncer une refonte/revalorisation des primes de travail pour reconnaître la technicité de nos métiers et le juste paiement du travail.
  • La nécessité d’aborder la question de l’emploi en quantité et en qualité, la réduction du temps de travail à 32h, et la nécessité de décliner dans tous les territoires les 7 300 emplois inscrits au budget 2024 et les 1 100 emplois supplémentaires pour permettre aux collectifs de travail d’assurer la production dans de bonnes conditions.
  • La nécessité d’améliorer les dispositifs de CPA existants, avec une CPA de 48 mois pour tous, 66 mois pour les cheminots ayant exercé des métiers à pénibilité avérée durant 20 ans, 72 mois pour 25 ans et une CPA spécifique ASCT pouvant aller jusqu’à 78 mois.

SUR CES TROIS POINTS, LA DIRECTION N’A APPORTÉ AUCUNE RÉPONSE CONCRÈTE ET MESURABLE.

À partir d’échanges et de différents GT ou « groupes miroirs », tenus notamment en direct avec les agents en-dehors des revendications exprimées par les organisations syndicales, et singulièrement la CGT, la direction du Groupe a identifié 4 axes de travail :

  • Conditions de travail, environnement physique, digital ;
  • Rythmes de travail ;
  • Organisation du travail ;
  • Parcours professionnels.

Pour autant, les premières réflexions des SA semblent plus axées sur l’accompagnement de leurs politiques et objectifs de productivité, ou au mieux de proposer des mesures cosmétiques et diverses expérimentations.

LA DIRECTION EST HORS SOL !

Face au mépris de la direction, la Fédération CGT appelle les cheminots à renforcer les actions locales et métiers à venir et à envisager une riposte plus large à caractère national.

JE SUIS POUR…

… JE VOTE CGT AUX ÉLECTIONS CA
DU 28 MARS AU 04 AVRIL 2024 !

Téléchargements

ÉLECTIONS CA : Salariés GEODIS ou salariés KEOLIS

Avec la CGT, on a tout à gagner !

| Fédération

Les dossiers présentés dans les CA ont des conséquences directes pour les cheminots, mais aussi l’ensemble des salariés du Groupe SNCF et ses filiales. Ce sont près de 35 000 salariés qui sont appelés à voter pour ces élections.

Si nous ne voulons plus subir les politiques libérales du groupe SNCF, il est indispensable de renforcer la présence de la CGT au sein du Conseil d’administration de la SNCF.

Télécharger ci-dessous : les deux tracts Geodis et Keolis édités conjointement par notre fédération et la Fédération des Transports.

Téléchargements

DROIT DE RETRAIT : LA SNCF CONDAMNÉE

Accident ferroviaire de Boulzicourt

| Fédération

Le 16 octobre 2019, un TER percutait un convoi exceptionnel sur un passage à niveau au niveau de Boulzicourt (Champagne-Ardenne). Ce train était conduit par un agent de conduite, seul agent SNCF à bord.
En réponse, un droit de retrait a été exercé par de nombreux agents sur tout le territoire. La justice leur donne raison !

Avec l’appui de la CGT et de ses structures, ce sont plus de 450 cheminots qui avaient saisi le Conseil de prud’hommes de Bobigny (93) afin de faire valoir leurs droits suite aux retenues sur salaire opérées par la SNCF aux agents ayant exercé leur droit de retrait.
Le Conseil de prud’hommes a confirmé, par la mise à disposition des jugements, que l’exercice par les cheminots de leur droit de retrait est légitime, et condamne la SNCF aux rappels de salaire en annulant les retenues illicites opérées.

Les jugements qui ont été mis à disposition mettent en évidence dans leur rédaction :

  • « qu’il est patent dans le cas d’espèce que les demandeurs, qui occupent la fonction de conducteur de ligne et d’agent de service commercial, ayant exercé leur droit de retrait avaient un motif raisonnable de penser que leur situation de travail présentait un danger grave et imminent pour leur vie et leur santé eu égard à la défectuosité constatée et persistante des systèmes de protection. Les agents SNCF, lorsqu’ils ont usé de leur droit de retrait, faisaient, incontestablement, face à un danger imminent. » ;
  • « que la situation est inhabituelle puisqu’elle résulte du cumul de la persistance des défauts et irrégularités du matériel roulant ferroviaire Régio2N et du travail en EAS dont les preuves de dangerosité se répètent.».

Les condamnations portent sur :

  • Rappel de salaire ;
  • Congés payés sur rappel de salaire ;
  • Remise d’un bulletin de salaire conforme

La Fédération CGT des cheminots continuera à œuvrer et à agir pour que la sécurité ferroviaire ne soit pas une option et pour que toutes les mesures soient prises pour garantir à la fois la sécurité des circulations, mais aussi des personnels, dont les métiers sont par nature dangereux.

Elle sera attentive aux différents recours qui pourraient être engagés par la SNCF et se tiendra aux côtés des agents pour enfoncer le clou si nécessaire !

LA DIRECTION TENTE UN NOUVEAU COUP DE RABOT !

FASS/action sociale

| Fédération

Différents scénarios d’évolution des aides financières et d’accompagnement pour la garde d’enfants de cheminots de moins de 3 ans sont projetés par la Direction. Ils visent essentiellement à réduire les droits des cheminots.
La CGT revendique de nouveaux droits avec un accompagnement beaucoup plus important de la parentalité.
Sur vos sites, rejoignez les syndicats CGT pour connaître vos droits et en gagner de nouveaux.

La Direction tente d’accaparer l’argent des cheminots destiné à la garde de leurs enfants.
De nombreux cheminots bénéficient de l’Igam (indemnité de garde assistante maternelle) délivrée par le Fass (fonds d’action sanitaire et sociale) via l’Action sociale SNCF. Ce fonds est financé par le travail des cheminots, leurs salaires socialisés (cotisation sociale de 1,1 % collectée par l’employeur). C’est donc un droit pour tous !
Cette aide spécifique vient en complément de toutes les aides, notamment celles de la CAF. Elle est aujourd’hui forfaitaire (100 euros par mois), universelle et n’est donc pas soumise à conditions de ressources. Les travailleurs sociaux de l’Action sociale SNCF accompagnent les cheminots dans leurs démarches.

La Direction souhaite remettre en cause les droits actuels avec la fin de l’universalité de l’aide financière.
En mettant en place un système de tranches ou de plafonnement en fonction des ressources du foyer, elle vise à réduire les aides pour 4 200 enfants et à les supprimer totalement pour plus de deux tiers des cheminots. Elle compte également externaliser et abaisser les missions d’accompagnement des cheminots réalisées aujourd’hui par l’Action sociale SNCF pour ne pas recruter de travailleurs sociaux.

Il est temps de réorienter les politiques publiques de la petite enfance avec des moyens humains et financiers, en commençant par augmenter les salaires.

La CGT revendique :

  • la création de crèches d’entreprise ;
  • de nouveaux droits avec des aides financières et l’accompagnement par l’Action sociale SNCF ;
  • le maintien de l’universalité de la prestation Igam.

AVEC LA CGT, GAGNONS DE NOUVEAUX DROITS !

Téléchargements

LA CGT MET EN DEMEURE ICF HABITAT

Audience du 1er février 2024

| Fédération

La CGT a été reçue par la Direction Immobilière le 1er février.
ICF vend le patrimoine des cheminots, se sert de l’argent dédié à la construction pour remettre aux normes juridiques les logements énergétiquement vétustes et augmente les loyers.

La CGT dit stop ! « Bon » ne s’écrie pas avec un « c » !

DES LOGEMENTS DITS « PASSOIRES ÉNERGÉTIQUES » ?
La loi du 24 août 2021 sur le classement énergétique précise que les logements classés F et G ne seront plus louables en 2025 et que toute augmentation de loyer pour ces logements est interdite.
Jusqu’ici, ICF Habitat n’avait que faire de ces logements, encore moins des charges supplémentaires énergétiques que les locataires devaient payer pour chauffer leur « passoires énergétiques ». Inutile de rappeler que l’ouverture à la concurrence a fait exploser les prix de l’électricité et du gaz. À l’heure où la direction vante les mérites de l’ouverture à la concurrence des trafics voyageurs, la CGT a rappelé la nécessité d’un service public par des entreprises publiques de l’eau, des énergies et du transport ferroviaire.

UNE PAUPÉRISATION DES CHEMINOTS ?
Le pourcentage de cheminots pouvant prétendre aux logements sociaux les plus bas (PLAI) explose. En effet, si le pourcentage était estimé en 2009 (Loi Boutin) à 7 %, la Direction annonce des chiffres pour 2023 de l’ordre de 28 % !
L’abandon du Statut et la Rémunération Annuelle Garantie prévue par l’accord classifications et rémunérations y sont pour beaucoup.
La CGT réaffirme que la réforme ferroviaire de 2018 et l’accord Classifications et Rémunérations sont nocifs pour les cheminots et leur famille.

ICF HABITAT CONTOURNE LA LOI
Cela n’a pas empêché ICF Habitat d’augmenter les loyers de 3,5 % en janvier 2024. Pour les cheminots concernés par les logements classés F et G, le loyer a évolué de 3,5 %, mais la quittance reste la même grâce à l’instauration d’une ristourne correspondant à l’augmentation.

LES CONSTRUCTIONS REVUES À LA BAISSE
Pour effectuer les mises aux normes juridiques, ICF Habitat transfère le budget Construction sur de la réhabilitation. Alors que les besoins en logement grandissent dans les métropoles, l’argent des cheminots est utilisé pour l’économie d’énergie parce qu’une loi l’impose à ICF Habitat. Une fois les travaux terminés, ICF Habitat rajoutera une ligne sur la quittance : « économie d’énergie » et fera payer aux cheminots et à leur famille, la facture. Pour certains, la ristourne disparaitra, et viendra s’ajouter l’augmentation de 2024 alors que la loi l’interdit !
C’est scandaleux !
Plusieurs cités sont restées plusieurs mois oubliées, sans chauffage ni eau chaude en fin d’année 2023 et en ce début 2024, laissant les cheminots et leur famille chauffer l’eau de la douche au gaz et l’appartement avec des radiateurs d’appoint. Ils n’ont pas été oubliés en janvier pour l’augmentation de loyer. Qui paye les surcoûts énergétiques ?

DE L’ARGENT, IL Y EN A !
ICF Habitat a reversé 63 millions de dividende à la SNCF en 2022 et a vendu pour 1,7 milliard de patrimoine cheminot dans la même période. C’est bien au fil du temps et grâce à leur force de travail que ce patrimoine existe, puisque dégagé en salaire différé par le biais du 1 % logement.

La CGT a réexigé :

  • Le retrait pur et simple de l’augmentation des loyers pour 2024, au regard de la très faible augmentation salariale de 2023, afin que le taux d’effort ne dépasse pas les 20 % des revenus ;
  • La revalorisation de 10 % de toutes les mesures d’accompagnement du RH00934 sur l’aide au logement ;
  • L’ouverture des aides sur quittance aux cheminots logés dans le logement temporaire ;
  • Que les délais de visite soient conformes au GRH00333 (4 jours en IDF, 5 jours en province) ;
  • Qu’aucune augmentation de quittance ne soit réalisée à la fin des travaux de mise en conformité énergétique ;
  • Qu’ICF renonce à l’encaissement des loyers en avril pour tous les locataires ayant subi des dysfonctionnements d’eau chaude et de chauffage (190 av. de Clichy, 39 av Lugo, Résidence du Landy…).

La CGT restera vigilante sur les suites et les engagements verbaux de la direction. Elle invite les cheminotes et cheminots à se rapprocher d’un militant CGT pour faire valoir leurs droits en s’organisant pour construire la riposte.

 

ENSEMBLE, PLUS FORTS,
EXIGEONS l’usufruit de notre parc logement au juste prix
avec des normes de confort et de qualité dignes du 21ème siècle.

Téléchargements

Renforce-toi, adhère à la CGT !

La vraie info - Le JT des cheminots

Dans les médias

20 décembre 2023

Fret SNCF : comment la libéralisation a accéléré le déclin du rail

Lire la suite

Voir les autres articles

Liste des actualités

Lexique

Contacts

J'adhère

Bandeaux publicitaires

  • Les pétitions, ça ce signe ici.