Fédération CGT des Cheminots


J'adhère

ArchivesMars 2015

Mobilisation unitaire interprofessionnelle le 9 avril

Maîtrises et Cadres cheminots : Rompre avec l’austérité et changer de cap !

| Maîtrise et cadres UFCM

En ce début d’année 2015, la mobilisation devient décisive pour renouer avec le progrès. L’obsession de baisse du « coût » du travail poursuivi par le patronat et le gouvernement nous enferme dans la crise. L’horizon de la France est-il de devenir un pays low cost et de courir après les pays dans lesquels les salaires et la protection sociale sont les plus bas ? Si les entreprises n’embauchent pas, ce n’est pas parce que les salaires sont trop élevés, mais parce que leurs carnets de commandes sont vides ! De même le fer doit-il être en concurrence avec les autres modes de transport ou au contraire complémentaire ? L’horizon de la SNCF est-il de devenir une entreprise low cost ? Pour renouer avec le progrès et la croissance, il faut changer de cap et rompre avec la financiarisation, l’austérité pour les salariés et les logiques de court terme, dont les actionnaires sont les bénéficiaires exclusifs.

Dans le document complet téléchargeable ci-dessous :

» Trois bonnes raisons de se mobiliser le 9 avril
» Défendre nos retraites complémentaires
» Lutter contre le projet de loi Macron

Dossiers associés

Téléchargements

10 % de cheminots en moins dans 5 ans !

Rapport Secafi

| La réforme du système ferroviaire

Un nouveau rapport, remis par le cabinet Secafi au Comité central d’entreprise de la SNCF, fait état de prévisions de suppressions d’emplois dans le groupe public ferroviaire SNCF de l’ordre de 11 000 à 13 000 sur les cinq prochaines années.

Au-delà de préciser la trajectoire d’un précédent rapport, remis par le cabinet Degest (9 000 suppressions d’emplois) au CCE, il indique que le rythme des suppressions d’emplois sera plus élevé.

Cela explique maintenant les propos tenus par Guillaume Pepy dans les médias affirmant : « 9 000 suppressions d’emplois (évoqués par le cabinet Degest) ce n’est pas mes chiffres ». Et pour cause !

La cure d’austérité imposée aux cheminots serait donc encore plus sévère ! Près de 10 % des effectifs en moins en cinq ans au service de la circulation des trains, leur maintenance, leur régularité et leur sécurité. Soit autant d’offres d’emplois retirées du marché pour les cinq millions de chômeurs dans notre pays.

Ces suppressions d’emplois préfigurent également l’abandon, favorisé aussi par la loi adoptée le 4 août dernier portant réforme du ferroviaire, de 7 500 à 15 000 kms de lignes sur l’ensemble du territoire.
Ce que dénonçait déjà la Fédération CGT des cheminots en novembre 2005 (suite à l’étude menée par l’école Polytechnique de Lausanne) est en train de devenir une grave réalité.

Et la réforme du ferroviaire, parce qu’elle inscrit dans le marbre l’autofinancement du système, est l’outil qu’il manquait pour y parvenir et affaiblir durablement le service public SNCF et plus largement la place du mode ferroviaire en France.

Ce n’est pas la circulation alternée qui palliera aux dégâts écologiques que cela provoquera dans la droite ligne de l’abandon organisé du fret SNCF, ayant rejeté des millions de camions supplémentaires sur les routes.

La Fédération CGT des cheminots dénonce, à nouveau, une politique des transports à contre-courant des enjeux écologiques, d’aménagement du territoire, de sécurité des transports. Elle dénonce une réforme ferroviaire rétrograde, bornée sur la seule réponse aux objectifs financiers des entreprises et à la réduction des coûts de production au détriment de la réponse aux besoins croissants de déplacements des biens et des personnes et des conditions de vie et de travail des cheminots.

La CGT ne se satisfait pas d’avoir à nouveau eu raison d’appeler les cheminots à se mobiliser au mois de juin 2014 pour une autre réforme du ferroviaire, ainsi que le 10 mars dernier.

Elle continuera à interpeller les usagers, les populations, les cheminots sur toutes les conséquences néfastes de cette loi ferroviaire mortifère et créera toutes les conditions pour que ses propositions modernes soient entendues aux plus hauts sommets de l’État et à la direction de la SNCF.

Si tout n’avait pas été fait pour museler l’expression de la CGT, pour balayer ses propositions, nous n’en serions pas à dénoncer ces prévisions aussi alarmistes, mises en évidence par les cabinets d’experts Degest et Secafi.

D’ores et déjà, la CGT appelle les cheminots à se mobiliser, avec l’ensemble des salariés, le 9 avril prochain pour combattre l’austérité dont fait partie la réforme du ferroviaire et faire entendre leurs voix pour une autre répartition des richesses permettant de répondre aux revendications des cheminots, de désendetter, de financer et développer le service public SNCF.

CONTACTER LE SERVICE PRESSE

Dossiers associés

Téléchargements

Le 9 avril 2015,

la solution c’est nous !

| Fédération

La CGT propose (avec d’autres organisations syndicales au niveau interprofessionnel, FO, Solidaires et la FSU) d’agir collectivement en convergence avec l’ensemble des salarié(e)s pour la mise en œuvre d’alternatives porteuses de modernité sociale. Il y en a assez des prétendues réformes qui ne conduisent qu’à de nouveaux sacrifices, de nouveaux reculs sociaux, qui ne régleront rien, à l’exemple de la loi portant réforme du système ferroviaire ou de la loi Macron.

Depuis plus de quarante ans, on nous rabâche, de crise en crise, qu’il faut se serrer la ceinture sans autre résultat que la dégradation de notre qualité de vie et de nos conditions de travail.
Les difficultés ne viennent pas des salaires soi-disant trop élevés, du trop peu de temps passé au travail ou encore l’âge de départ en retraite, tant pour le régime général que pour les régimes spéciaux, mais plutôt de la répartition des richesses créées par le travail, qui aujourd’hui ne servent qu’à rémunérer les actionnaires et faire des profits.
À la SNCF, les mêmes causes engendrent les mêmes effets. Le gouvernement applique la règle d’or imposée par l’Union Européenne et se désengage de plus en plus de ses obligations, comme le nécessaire financement du service public ferroviaire fret et voyageurs pour répondre aux besoins de transport de la nation. La direction de l’entreprise surfe sur cette vague libérale pour casser le service public SNCF, le statut des cheminots. La loi du 4 août 2014, portant réforme du système ferroviaire, est la traduction concrète de ces logiques financières, qui ont pour objectif d’asseoir la concurrence, la productivité et le dumping social dans le ferroviaire pour assouvir l’appétit des marchés financiers.
Pour sortir de la crise, la CGT se prononce pour une autre répartition des richesses afin d’investir dans des mesures sociales, pour une véritable relance de l’économie, pour des services publics accessibles à tous sur tout le territoire, pour une politique industrielle et énergétique créatrice de richesses et d’emplois, pour répondre à des priorités sociales permettant la satisfaction des revendications :

  • L’emploi : la CGT exige la révision à la hausse du volet emploi du budget 2015 de la SNCF, le respect des cadres d’organisation dans les établissements, ainsi que le passage au cadre permanent de tous les cheminots qui peuvent y prétendre et qui le souhaitent. Il faut rompre avec la logique de suppressions massives d’emplois (25 000 suppressions depuis 2007 et 10 000 envisagées à Mobilité d’ici 2020).
  • Les salaires : la CGT exige l’ouverture immédiate de négociations salariales dans l’entreprise pour gagner des augmentations générales des salaires et pensions de tous les cheminots actifs et retraités. L’argent existe, 150 millions de dividendes reversés à l’État en 2014, 170 millions d’euros de CICE, 100 millions d’enveloppes pour les primes diverses et variées, sont autant de moyens disponibles pour ouvrir une négociation sérieuse sur les salaires.
  • Les conditions de vie et de travail : la CGT demande de mutualiser les moyens de production dans les établissements, qu’ils soient financiers, matériels ou humains, afin d’être plus réactif et de répondre aux besoins de la production fret et voyageurs. Il faut rompre définitivement avec l’organisation cloisonnée par activité qui empêche de trouver les synergies nécessaires pour une véritable cohérence et efficacité dans le travail au quotidien.

Dans le cadre contraint de la loi sur la réforme du système ferroviaire, la CGT a fait des propositions concrètes sur la structuration de l’entreprise, l’organisation de la production et les conditions sociales des cheminots.

Pour une autre réforme du système ferroviaire et l’amélioration de nos conditions sociales, de vie et de travail, agissons tous ensemble dans le cadre de la manifestation nationale à Paris organisée par la CGT, Solidaires, FO et la FSU. Le 9 avril 2015, rendez-vous à 13h, place d’Italie.

Dossiers associés

Téléchargements

Unis, déterminés contre l’austérité

Les retraités seront dans l’action

| Les conditions sociales

Combattre l’austérité, réduire le chômage, préserver les droits et tous les régimes sociaux, augmenter les salaires, les retraites, les pensions et les minima sociaux sont les priorités sociales que défendent les dizaines de milliers de salariés, dont les retraités cheminots, dans les mobilisations. Ils seront, de nouveau, dans la rue à Paris pour une grande manifestation nationale ce 9 avril 2015.

Il est urgent de faire converger les revendications qui s’expriment dans de nombreux conflits sociaux dans toutes les branches, pour imposer une autre politique au gouvernement et au Medef.
Le rassemblement du 12 mars 2015 et la manifestation du 17 mars 2015 sont les preuves vivantes de la disponibilité des retraités pour agir et défendre leurs droits !
Exiger de la part du gouvernement et du patronat qu’ils répondent à nos exigences et nos revendications passe par le rapport de forces tous ensemble.

Les salariés comme les retraités, ne sont pas dupes, tous relèvent la tête, ils en ont marre de :

  • s’entendre dire qu’il faut se serrer la ceinture de plus en plus,
  • que les entreprises qui licencient à tour de bras, c’est bénéfique pour l’embauche de demain,
  • que pour sauver les retraites, il faille raboter sans cesse le pouvoir d’achat et repousser l’âge de départ à la retraite encore et encore,
  • crever sans un sou pendant que les 1 % des plus riches s’enrichissent encore plus.

Tout cela sous le thème unique : la rigueur budgétaire.
Plus que jamais, la CGT se prononce pour une autre répartition des richesses, afin d’investir dans des mesures sociales pour une véritable relance de l’économie, pour de vrais services publics accessibles à tous sur la totalité du territoire, pour une politique industrielle et énergétique créatrice de richesses et d’emplois.
De l’argent il y en a, beaucoup trop pour les actionnaires et pas assez pour les salariés et les retraités.
Où est la modernité d’un système quand un salarié travaille pour une augmentation des dividendes versés aux actionnaires, pendant que son salaire reste à la traîne ?
En 2014, les entreprises du CAC 40 ont réalisé plus de 30 % de profits, soit 60 milliards d’euros, c’est bien la preuve que ce n’est pas le coût du travail qui pose problème, mais bien le coût du capital.
La volonté du gouvernement de mensualiser le versement de nos pensions remonte à 2011. La réaction de la Fédération des cheminots et de son UFR avait été immédiate avec l’action du 15 novembre 2011, la remise de 11 000 pétitions pour l’augmentation du pouvoir d’achat et un courrier au ministère des affaires sociales.
Depuis, toutes les initiatives qui ont suivi (manifestations, rassemblements…) nous ont permis de maintenir le versement trimestriel de nos pensions (avec fractionnement) et à faire reculer le gouvernement sur ses prétentions.
Lors du coup de force du gouvernement le 12 mars dernier au CA de la caisse tentant d’imposer le projet de décret pour la mensualisation du paiement des pensions, les cheminots retraités et actifs étaient près de 4 500 rassemblés à proximité de l’antenne de la CPRP SNCF à Paris.
Nous exigeons la non-promulgation de ce décret et le maintien du versement des pensions au trimestre à échoir sans fractionnement.
Nous revendiquons la mise en place des groupes de travail sur les pensions de réversion promis par le gouvernement et la prise en compte intégrale des périodes d’apprentissage.
Nous revendiquons le retour à la péréquation et l’indexation des pensions sur le salaire moyen.
Depuis la suppression de la péréquation au 1er janvier 2009, les retraites sont uniquement indexées sur l’évolution moyenne des prix, avec réajustement éventuel l’année suivante.
Cette situation pénalise les retraités contrairement à l’indexation sur le salaire moyen, qui les fait bénéficier des progrès économiques.
Nous revendiquons toujours l’attribution aux retraités de toutes les mesures d’amélioration du salaire liquidable prises depuis 2008.
Le gouvernement a pris la décision de geler les pensions jusqu’au 1er octobre 2015, au mieux cela fera 30 mois minimum sans augmentation et se cumulera avec les dernières mesures fiscales (majoration enfants, modification des références pour le calcul de la CGS, de la CRDS, de la CASA et de la cotisation assurance maladie).
Les mesures auront des conséquences dramatiques sur le pouvoir d’achat de nombreux cheminots retraités. La CGT revendique un minimum de pension égal au montant du SMIC brut, soit 1700 € actuellement.

Pour combattre l’austérité, la fédération CGT des cheminots et son UFR, appellent tous les cheminot(e)s retraité(e)s à participer massivement à la manifestation nationale à Paris le 9 avril 2015.

Dossiers associés

Téléchargements

UNIS ET DÉTERMINÉS, POURSUIVONS LA MOBILISATION

Action du 12 mars 2015 - Droits des retraités

| Retraités UFR

Après le succès du rassemblement unitaire du 12 mars, la CGT appelle à élargir et renforcer le rapport de force. Le 17 mars, 8 autres Organisations, dont la CGT, appellent à de larges mobilisations dans les départements. Participons-y tous ! Montrons, ensemble, notre volonté et notre détermination pour que les retraités soient pris en compte comme partie intégrante de la société, contributeurs de la richesse et du dynamisme du peuple Français.

Près de 4500 cheminots retraités et actifs ont participé au rassemblement unitaire du 12 mars. Ils ont manifesté devant l’antenne de la CPRP SNCF à Paris pour revendiquer le maintien du versement trimestriel des pensions, l’augmentation des pensions, la mise en place des groupes de travail sur les pensions de réversion promis par le Gouvernement et la prise en compte intégrale des périodes d’apprentissage. Par cette action, les cheminots actifs et retraités ont, une fois de plus, démontré leur attachement à leur régime spécial de retraite.

POURSUIVONS ET ACCENTUONS LA MOBILISATION

Le 17 mars dans les territoires, à l’initiative de la CGT avec 8 autres organisations, les retraités sont sollicités pour agir sur leurs revendications.

De plus, ce 17 mars, sera débattue au Sénat la loi d’adaptation de la société au vieillissement, loi qui a été votée par l’Assemblée Nationale en première lecture.

La CASA (prélèvement de 0,3% sur les pensions) dont la CGT demande l’abrogation, qui devait servir au financement de cette loi, ne trouve pas sa raison d’être puisqu’elle n’a toujours pas été mise en œuvre.

Dans cette période se discutera également l’avenir des retraites complémentaires (AGIRC et ARRCO).

Enfin, la loi santé sera en débat à l’Assemblée Nationale le 31 mars.

Les cheminots retraités doivent prendre toute leur place dans les manifestations ou rassemblements décidés dans les USR pour agir également pour l’augmentation de leurs pensions et de leur pouvoir d’achat.

CONTINUONS ET AMPLIFIONS !

Toutes ces mobilisations doivent nous servir à faire grandir le rapport de force et réussir la manifestation nationale unitaire interprofessionnelle et intergénérationnelle le 09 avril prochain à Paris. Pour ce faire, la CGT appelle les cheminots actifs et retraités à construire la mobilisation dans les sites ferroviaires.

La Fédération CGT des Cheminots, son UFR appellent tous les cheminot(e)s retraité(e)s à faire du 17 mars et du 09 avril la combinaison gagnante pour la satisfaction de nos revendications.

Dossiers associés

Téléchargements

HARMONISATION PAR LE HAUT ? IL FAUDRA LA GAGNER !

Réforme du ferroviaire - Règlementation du travail

| La réforme du système ferroviaire

Si l’on prend le temps de décrypter « les infos pratiques RH de la réforme ferroviaire » (fiche info n°3) éditées par la Direction, on y lit : « Derrière la loi, ce n’est pas une mais deux réformes :

• Celle de l’organisation en 3 EPIC ;
• Celle des règles de travail ».

Sur le premier point, c’est « circulez y a rien à voir ». Sur le second point, « les discussions ne démarreront qu’après les élections professionnelles, soit fin 2015 ». Pourquoi Gouvernement, Direction SNCF et tous les porteurs de la réforme ont-ils intérêt à laisser passer ces élections, si rien ne doit bouger pour le statut et la réglementation du travail des cheminots ?

La réglementation du travail et le statut des cheminots allient sécurité des circulations, des personnels, continuité du service public… En ce sens, elle ne peut souffrir d’un dogmatisme purement financier !

La réforme du système ferroviaire ne devait rien changer. Cependant, les beaux discours se heurtent à la réalité.

Florilège des « petites phrases » issues de la communication de la Direction… :

1. « Les concurrents sont entre 15 et 30% moins cher ». Arrêtons-nous sur cette ineptie jamais prouvée et encore moins fondée. En effet, on n’oublie un peu vite les 25 000 suppressions d’emplois et les 30% de productivité gagnés sur le dos des cheminots en 10 ans. A contrario, depuis 2007, la SNCF a versé pas moins de 1, 274 milliard d’euros à l’Etat sous forme de dividendes ! (C’est le fruit du travail des cheminots !), « Ulysse », un contrat avec IBM qui a coûté 150 M€ et abandonné par la suite, la vente du siège de Mouchotte qui aura coûté 12,5 M€…, la location du nouveau siège à Saint Denis (6 M€/an), 10% d’augmentation salariale pour les 20 premiers dirigeants en 2014 : environ 1000€/mois pérennes et liquidables ! On est loin de l’aumône donnée aux cheminots, 100€ pour l’année 2015 !
2. « Le contenu du statut sera adapté « au format 3 EPIC » ».
3. « Il y a un écart trop important entre le RH0077 et les réglementations des autres EF ».
4. « Nous devons créer de nouvelles circonscriptions de notations ».
5. « Les modalités d’application des 35h seront renégociées ».
6. « les repos 132/126 à la SNCF ; 104 (autres Entreprises Ferroviaires) doivent être revus, tout comme les repos secs, les 52 repos doubles… ».
7. « Le dictionnaire des filières est trop rigide… ».

Par ailleurs, les DET Traction ou en ECT ne se cachent plus pour dire que le titre I a vocation à disparaître, que le 19h/6h n’est plus d’actualité, tout comme une majorité d’accords locaux…

De même, à l’équipement, les modulations d’horaires doivent être possibles en dessous des 5h30 de DJS mini… Les EVS seraient conditionnés à l’intervention ou non des cheminots et selon le type de chantiers !!

Vaste programme et pour quelle production, quelles conditions de vie et de travail ?

Déjà, le champ d’application de la future CCN évincerait des tâches effectuées par les cheminots : maintenance infrastructure, réparation voire la rénovation du matériel roulant ; opérations liées à la préparation et l’accompagnement des trains…

La CGT a d’ailleurs interpellé le Secrétaire d’Etat aux Transports sur ces points. Les réponses de celui-ci détermineront la signature ou non de la CGT sur le champ d’application.

Une réglementation de haut niveau, oui, mais pour quoi faire ?

Sans développement du service public ferroviaire, sans une maîtrise parfaite de la sécurité, donc du contenu des métiers, sans une organisation de la production qui puisse renouer avec la régularité, la réactivité en mutualisant les énergies (femmes, hommes, matériels…) et sans un réseau en état, la meilleure réglementation du travail se heurterait aux difficultés déjà connues.

De plus, ne pas vouloir aborder la question du financement du système ferroviaire revient à ouvrir en grand les portes de la concurrence voire de la privatisation.

D’ailleurs, l’UMP prépare une proposition de loi pour en finir avec la RATP et la SNCF en Ile de France afin de faire émerger une STF (Société des Transports Franciliens).

Monsieur St Geours, patron du GPF, ne veut pas d’EPIC de tête mais une tête de holding financière (exit les Centres de Services Partagés et les services transverses).

Le Ministère ne cache plus son intention de garder à terme qu’un EPIC.

Cette réforme est la 1ère lame pour les libéraux afin d’éclater la SNCF. La 2ème sera la libéralisation totale.

La Fédération CGT des Cheminots continuera d’informer des dangers de cette réforme, de faire des propositions adaptées et viables avec les cheminots afin qu’ils soient acteurs et décideurs de leur avenir.

Malgré les difficultés, les mensonges, les faux-semblants, nous ne lâcherons rien ! Les différentes mobilisations pour un autre contenu vont se poursuivre, à commencer par une participation massive à la manifestation nationale interprofessionnelle à Paris le 09 avril 2015 à l’appel de la CGT, FO, Solidaires et FSU.

LE COMBAT POUR UN VÉRITABLE SERVICE PUBLIC FERROVIAIRE, NOUS POUVONS LE GAGNER
ET LE GAGNER ENSEMBLE !

Dossiers associés

Téléchargements

LE CCE REND UN AVIS NÉGATIF !

Réforme du ferroviaire

| La réforme du système ferroviaire

La direction de la SNCF a décidé unilatéralement de tenir un Comité Central d’Entreprise extraordinaire, le 10 mars 2015, ayant à son ordre du jour la mise en œuvre de la réforme du système ferroviaire.

Au mois de juin 2014, la Fédération CGT des Cheminots appelait les cheminots (avec SUD-Rail) à la grève reconductible contre le contenu de la réforme proposé par le gouvernement.
Si la CGT a toujours été favorable à une réforme pour gommer les dysfonctionnements du système ferroviaire exacerbés par la création de Réseau Ferré de France en 1997, elle a, en revanche, toujours dénoncé celle du gouvernement et issue de la plume de la direction SNCF.
Depuis 8 mois, la Fédération CGT des Cheminots demande l’ouverture de négociations en s’appuyant sur son projet complet « la voie du service public SNCF ».
La direction de la SNCF refuse toujours d’ouvrir des négociations sérieuses que ce soit sur la structuration du Groupe Public Ferroviaire, sur l’organisation de la production. Pire, elle use du passage en force dans la mise en oeuvre de la réforme appuyée en cela par certaines organisations syndicales qui se font les défenseures de la direction, chacune n’hésitant pas à rédiger des expressions pour justifier les conséquences déjà palpables de cette réforme non financée.

C’est dans ce contexte que s’est tenue la séance du CCE le 10 mars 2015.

Avec une présentation de 1h45 par le cabinet DEGEST de l’étude du CCE sur la mise en oeuvre de la réforme ferroviaire et après les déclarations des organisations syndicales, on aurait pu s’attendre à ce que la direction nous présente un autre scénario.

Il n’en a rien été !

Alors que cette dernière se contentait de nous dire qu’il fallait « laisser toutes ses chances à ce qu’elle considère être une bonne loi », la Fédération CGT des cheminots est revenue sur les déclarations de Guillaume Pépy dans la presse qui affirmait, en réaction aux conclusions de cette étude : « 9 000 suppressions d’emplois ce n’est pas mes chiffres ».
Pourtant, force est de constater que face à l’équation financière insupportable, imposée par la réforme du ferroviaire, qui grave dans le marbre un plan d’économies de 1,5 Mds € à réaliser sur les trois EPIC, la direction n’a présenté aucun autre plan que celui du cabinet d’experts pour parvenir à cette cure d’austérité !
Pour la Fédération CGT des Cheminots, il est clair que les conclusions de l’étude, tirées des plans stratégiques « Excellence 2020 » et « Réseau 2020 » pointent très précisément les risques que comporte cette mise en oeuvre de la réforme : « diminution de l’offre ferroviaire pour les TET, les TER hors zone dense, le FRET, 10 000 suppressions d’emploi sur « SNCF Mobilités » à l’horizon 2020, recours massif à la sous-traitance pour « SNCF Réseau », suppressions de 7500 à 15000 kilomètres de voies… ».

Si la direction, dans une position dogmatique, émet des doutes sur ces chiffres, pourtant issus de ses propres données économiques, elle n’a aucun argument pour les contester !

Au moment de rendre leurs avis, et bien qu’aucun élément nouveau ne soit avancé par la direction, l’UNSA et la CFDT demandaient une suspension de séance. Très rapidement, cette suspension donnait lieu à un échange à trois : UNSA, CFDT, Direction.
Au final l’UNSA et la CFDT annonçaient leur abstention sur cette consultation. Il semble donc que celles-ci soient moins enthousiastes sur ce dossier qu’elles ne l’étaient en juin dernier…
Le CCE rend donc un avis négatif sur ce dossier avec 13 voix CONTRE (CGT, SUD-Rail) et 6 abstentions (UNSA, CFDT).
La mise en oeuvre de cette réforme qui porte le sceau de l’austérité, de la casse du service public et de l’emploi, ne pourra se faire contre les cheminots !
Par conséquent, la CGT appelle les cheminots à participer aux initiatives qui se tiendront dans le cadre des CER de consultation, fin mars, dans chaque région.

La mobilisation doit également se poursuivre dès le 9 avril prochain dans le cadre d’une journée d’action nationale et interprofessionnelle à l’appel de la CGT, FO, FSU, Solidaires, contre l’austérité, pour la défense de l’emploi, des services publics, de la protection sociale, des salaires et de l’égalité.

Dossiers associés

Téléchargements

DÉROULEMENT DE CARRIÈRE

NOTATIONS D 2 19

| Maîtrise et cadres UFCM

Une délégation CGT a été reçue en audience le 4 mars 2015 pour clarifier les conditions de réalisation de la notation pour les qualifications D, suite à la création de la position 19.

Cette évolution de la grille portée par la CGT depuis de nombreuses années a été obtenue lors de la Table Ronde Salaires du 07 juillet 2014.

Si le cas des cheminots de la qualification D bénéficiant au 31 mars 2015 du supplément de rémunération équivalent position 19 a été réglé par une régularisation sur D 2 19 hors compte au 1er avril, celui des cheminots qui auraient bénéficié de ce supplément de rémunération à partir du 1er avril 2015 pourrait poser problème.

Les règles de notation en position de rémunération sont claires et régies par le statut par l’application d’un pourcentage de passage appliqué à l’effectif des agents de la position inférieure, avec pour le collège maîtrise 1/3 des cheminots notés en contingent prioritaire et 2/3 au choix.

Pour ce qui est du D 2 19, ce sont 19% des effectifs du D 2 18 qui peuvent y prétendre.

Cependant, au regard des pratiques de notation ces dernières années qui consistent à faire du choix dans les contingents au choix ne respectant pas l’ordre de la liste, notre interrogation portait sur une exclusion possible des cheminots éligibles au supplément de rémunération automatiquement entre le 1er avril 2015 et le 31 mars 2016.

La Direction s’est engagée à donner des directives aux régions afin que ces derniers soient notés prioritairement.

Si le contingent était insuffisant, leur notation devrait s’effectuer en Hors Compte.

Pour les agents bénéficiant du supplément de rémunération depuis moins de 6 mois au 1er avril 2015 et décidant de faire valoir leurs droits à la retraite, une fois satisfaite la condition d’intégration dans le calcul de la pension, il est préférable de ne pas les noter sur la position 19 mais de maintenir le supplément pour que l’ancienneté requise pour la retraite soit bien prise en compte.

Pour bénéficier du supplément de rémunération équivalent position 20, pour les agents de la qualification D, les conditions d’accès sont doubles : 50 ans au moins et 5 ans sur D 2 19. Imposées par le décret retraite, elles ne permettent pas la prise en compte de l’ancienneté acquise avec le supplément de rémunération équivalent 19 depuis au moins 5 ans.

La CGT mesure la nécessité de prendre en compte l’ancienneté depuis l’obtention du supplément de rémunération.

Si la création de la position 19 sur D 2 et d’un supplément de rémunération équivalent position 20 dans 5 ans répond partiellement aux évolutions induites par l’allongement de la durée des carrières, elle n’est pas sans poser question sur la qualification E.

Cela déprécie la qualification E, grade qui n’occupe déjà plus dans la hiérarchie la place qui lui est due. Enfin, la CGT exige l’attribution de la carte première classe des agents D 2 19. La Direction précisant que celle-ci est liée à une qualification et non à une position de rémunération.

Il appartient à présent à nos délégués en commissions de notation d’intégrer les dispositions issues de cette audience dans leur travail de préparation de la notation 2015/2016 et de porter à la connaissance de tous les cheminots les avancées obtenues.

Dossiers associés

Téléchargements

VERS L’INSTANT DE VERITE

REFORME FERROVIAIRE : ARGUMENTAIRE

| Maîtrise et cadres UFCM

Les cheminots s’interrogent sur leur devenir, les évolutions d’organisation qu’ils vont subir, et les conditions dans lesquelles ils seront amenés à réaliser leur travail. Le destin de l’entreprise, de ses salariés, leur appartient. Rien ne se fera sans les salariés ! La direction le sait. C’est pourquoi elle utilise mensonges et faux-semblants. Décryptage de l’UFCM-CGT.

Dans un document daté de décembre 2014, la direction de l’entreprise définissait ainsi l’objectif (multiple) de la réforme : « améliorer la qualité du service public, consolider les équilibres financiers du système et moderniser les relations sociales ». Dans sa dernière livraison (Temps réel du 3 mars) cette même direction nous livre une nouvelle perspective, légèrement modifiée, des objectifs de cette même réforme : « l’objectif principal de la Loi est de mettre fin aux dysfonctionnements consécutifs (….) entre le gestionnaire d’infrastructure (RFF) et le gestionnaire d’infrastructure délégué (SNCF Infra et DCF) afin d’en améliorer l’efficacité ». La question financière, pourtant centrale, n’est à présent plus abordée que sous le prisme des coûts (coût du travail, coût des achats, des SI, du GVT…) qui dénote pour le moins une certaine gêne : « la réforme ne traite pas du financement du ferroviaire »… mais « la nouvelle organisation est susceptible de faire faire des économies au système par une meilleure efficacité. », « l’objectif de la Loi n’a jamais été de trouver de nouveaux financements » mais « l’objectif est aussi d’améliorer la performance du réseau et de maîtriser son endettement ». Bref, la question de la dette et de l’incroyable équation qui consiste à vouloir ( ?) la régler, sans qu’il soit même question d’en parler pour de vrai, sans moyens dédiés et en usant d’un argumentaire alambiqué, nous ramène à cette expression populaire récemment remise au goût du jour par une éminente personnalité politique : « quand c’est flou, y a un loup ! »

Dans le document complet téléchargeable ci-dessous :

» Mensonges et faux-semblants
» Un dialogue social moderne part de la réalité des conditions de travail des salariés
» Pour une réduction effective du temps de travail

Dossiers associés

Téléchargements

LA DÉMOCRATIE DOIT ÊTRE RESPECTÉE À SNCF RÉSEAU

Représentativité

| La réforme du système ferroviaire

Pour la direction, sur le périmètre de SNCF Réseau et pour la période allant du 1er juillet 2015 aux prochaines élections professionnelles, ne pourront participer aux négociations que les Organisations Syndicales qui ont été désignées représentatives par… les 1500 cheminots de RFF par leurs élections professionnelles !

Ce seraient donc ces seules Organisations Syndicales qui seraient consultées sur les conditions d’emploi, de déroulement de carrière, de formation, de salaires, pour plus de 50 000 cheminots, alors que la représentativité syndicale est toute autre sur ce périmètre.

Si l’ensemble de la population cheminote est en attente d’une véritable réunification du GI, la présence à la négociation d’OS imprégnées des préoccupations des agents est indispensable. Les sujétions particulières des cheminots de l’Infra doivent être confiées à des élus de l’Infra : travail de nuit, 3×8, exposition aux risques ferroviaires et aux intempéries, intensification de la production, astreinte, travaux pénibles et dangereux…

Nous exigeons de la direction du GPF qu’elle revoie les conditions d’organisation des prochaines négociations, en intégrant aussi les Organisations Syndicales élues par les cheminots de la DCF, des EIC, des Infrapôles, des Infralog, des EIV, de l’Ingénierie, de la Direction de l’Infra SNCF…

Signez la pétition en ligne

Dossiers associés

Téléchargements

La vraie info - Le JT des cheminots

Dans les médias

15 juillet 2017

P.-O : le Train jaune bloqué ce vendredi par des commerçants en colère

A Villefranche-de-Conflent, colère et incompréhension autour des voies. "Les grèves sur la ligne du Train jaune aggravent la situation financière déjà précarisée des commerçants de Villefranche-de-Conflent. […]

Lire la suite

Voir les autres articles

L'édito

Liste des actualités

Lexique

Contacts

J'adhère

Bandeaux publicitaires

  • Les pétitions, ça ce signe ici.