Fédération CGT des Cheminots


J'adhère

Élections CSE 2018

Élections CSE 2e tour pour 3 CSE du 14 au 20 décembre 2018

Les cheminotes et les cheminots ont renouvelé leur confiance envers la CGT en la plaçant largement en tête des élections CSE qui se sont déroulées du 16 au 22 novembre, avec 34,02 % des voix, tous collèges confondus au niveau national.
Cependant, sur le périmètre de 3 CSE, Réseau Île-de-France, Transilien Lignes LAJ et Zone de Production NEN, moins de 50 % des agents de l’Exécution ont participé au vote.
Le quorum n’est donc pas atteint. Cela provoque le déclenchement d’un 2e tour sur ce collège qui se tiendra du 14 au 20 décembre par vote électronique.
L’occasion nous est donc donnée de conforter la CGT comme 1re organisation syndicale sur le périmètre de ces CSE, mais aussi de la faire progresser !
La CGT a pour objectif permanent de garder un lien de proximité avec celles et ceux qui font la SNCF chaque jour.

UNE CGT PLUS QUE JAMAIS INCONTOURNABLE !

Suite aux élections professionnelles

| Élections CSE 2018

La CGT remercie l’ensemble des cheminots qui ont, au travers de ce vote, confirmé la place de deuxième organisation syndicale à Gares & Connexions. La CGT confirme sa place de première organisation syndicale dans le collège exécution.

C’est dans ce contexte de réforme du ferroviaire, et après un printemps de lutte historique que les élections professionnelles se sont déroulées du 16 au 22 novembre. 150 000 cheminots étaient appelés à désigner leurs nouveaux représentants par vote électronique, 2 869 pour Gares & Connexions.

Les cheminots ont fait le choix de la CGT comme 1ère organisation syndicale, du GPF (Groupe Public Ferroviaire) avec plus de 34 % des voix et près de 10 points d’écart avec la deuxième organisation. Pour le CSE Gares & connexions, la CGT recueille 18,79% des voix tous collèges confondus et 6 élus titulaires, elle est confirmée comme deuxième organisation syndicale à Gares & Connexions.

Ce résultat est à apprécier au regard du nombre d’inscrits en augmentation de près de 28% (623 inscrits supplémentaires par rapport au scrutin de 2015).

Cette augmentation du nombre de votants dans tous les collèges ne s’est pas traduite par une participation plus élevée dans le collège exécution (- 2,22%) a contrario des deux autres collèges, L’évolution des modalités de vote (vote électronique) est sûrement une des causes principales.

Les 6 élus CGT au CSE Gares & Connexions auront, à coeur, de représenter, au quotidien, les cheminots et porter leurs revendications.

En renforçant le poids de la CGT au niveau du GPF, les cheminots ont choisi de peser pour changer de trajectoire et défendre leur métier, d’améliorer leur parcours professionnel et la rémunération dans les négociations en cours de la CCN.

Mais pas seulement, puisqu’avec son maillage syndical de proximité, la CGT proposera des initiatives locales, régionales et nationales à l’ensemble des cheminots.

Il y a nécessité à ce que les combats menés au fil des années soient poursuivis afin d’élever les conditions sociales de tous les cheminots de la branche. Les négociations sur la Convention Collective Nationale (CCN) de branche sont justement un des enjeux majeurs du moment et doivent se dérouler sous la mobilisation des cheminots.

L’ouverture à la concurrence des services régionaux et longue distance, prévue pour 2020, nécessite dès à présent l’établissement de normes sociales protectrices et applicables à l’ensemble des entreprises du secteur. La Convention Collective Nationale (CCN) de branche constitue au-delà des droits et garanties apportés par le code du travail, un socle de droits complémentaires communs.

Dans ces négociations, la CGT porte en premier lieu l’objectif d’une amélioration notable des droits des salariés du privé, notamment par la création d’une sécurité de l’emploi au niveau de la branche. De plus, nous exigeons également la réouverture de la négociation des volets déjà écrits, validés a minima par les organisations syndicales réformistes et qui génèrent du dumping social.

De son côté, la Direction de la SNCF souhaite s’appuyer sur les négociations de la CCN pour impulser en parallèle une évolution des règles sociales et de travail à la SNCF. C’est ce qu’elle appelle le pacte d’entreprise.

Seule une CCN de haut niveau évitera que la concurrence ne se traduise par un dumping social effréné et une course au moins-disant social.

80% des décrets et ordonnances régissant la loi pour un nouveau pacte ferroviaire restent à écrire ; et nous nous devons de peser sur les négociations de la Convention Collective Nationale.

Avec la volonté de la Direction de multiplier les filiales, dont Gares et Connexions, il sera plus que jamais nécessaire de se battre pour préserver nos droits et garanties et défendre le service public ferroviaire.

Demain, sous l’impulsion des libéraux, l’ouverture à la concurrence pourrait concerner également le périmètre des gares, qui pourraient être incluses dans les appels d’offres, voire faire l’objet d’appels d’offres distincts.

Dans ce contexte, la perspective d’une réunification du système ferroviaire en une seule entreprise, la SNCF, est la solution pour répondre aux besoins des usagers et de la population en termes de besoins de transport.

Sous l’impulsion de la CGT par le biais du rapport « ENSEMBLE POUR LE FER », la mobilisation des Cheminots permettra d’obtenir des garanties fortes et des avancées notables :
✓ Sur le champ d’application de la CCN afin que l’ensemble des Cheminots des Entreprises Ferroviaires y soient inclus ;
✓ Sur le contrat de travail afin de donner un cadre et des garanties pour les Cheminots ;
✓ Sur une classification des métiers avec une description fine qui réponde à l’exigence de sécurité et à la forte technicité des métiers du ferroviaire ;
✓ Sur la formation professionnelle afin de lui assurer un haut niveau au regard des spécificités fortes des différents métiers.

EN VOTANT CGT, VOUS AVEZ VOTÉ POUR GAGNER !

CSE Siège Voyages

Suite aux élections professionnelles

| Élections CSE 2018

Avec 4 élus du collège exécution, 2 élus Maîtrises et 4 Cadres, la CGT portera les revendications des cheminots du CSE Siège Voyages. Ce sont aussi tous les militants de la CGT, présents sur vos sites, qui travailleront avec vous des propositions pour le développement du Service Public Ferroviaire.

Au lendemain du passage en force d’une loi actant une nouvelle réforme du ferroviaire, malgré l’opposition quasi-unanime des cheminots (95 % contre la réforme), les cheminots ont décidé d’élire les représentants d’une organisation syndicale de luttes et de propositions.
Avec un taux de participation supérieur à 73 %, les cheminots du CSE Siège Voyages ont marqué leur attachement à la démocratie et au droit d’expression des salariés dans les entreprises. Si nous ne connaissons pas encore la future instance CSE qui vient supprimer la Délégation du Personnel, les CHSCT et les Comités d’Entreprise, les élus CGT auront à coeur d’y jouer leur rôle et leurs responsabilités, malgré l’absence de proximité. Ils refuseront de se déconnecter des salariés comme le souhaitent nos dirigeants. Ils s’acharneront à récolter le maximum d’informations économiques et organisationnelles des services pour informer les cheminots.

La maîtrise interne, gage d’avenir pour la SNCF

Les premiers combats de la CGT seront l’internalisation du travail, l’embauche des prestataires et intérimaires mais aussi la défense d’un avenir pour tous nos alternants. A l’heure des choix particulièrement néfastes du directoire de la SNCF, le Comex de Mobilités poursuit le morcellement par un cloisonnement outrancier en activités, produits à l’image de l’abandon du Fret SNCF. Ces choix de quelques dirigeants ont des conséquences pour la sécurité des cheminots mais aussi pour les usagers. Le fractionnement comme la sous-traitance représentent un gâchis budgétaire et de savoirs au profit de l’implantation d’une concurrence artificielle. Les scandales humains et financiers de OUIBUS ou du site OUI.sncf ne sont qu’une illustration des politiques de nos responsables.

Une convention collective progressiste pour tous les cheminots

La consultation « Ateliers nouvelle SNCF » s’avère déjà être une mascarade, les budgets et les organisations sont en cours de présentation. Les orientations arrêtées à Mobilités comme à Réseau vont vers le désengagement ferroviaire, avec, en toile de fond, une dégradation des conditions de travail pour tous les agents quels que soient le métier, le grade, le collège ou le statut.

La CGT porte l’exigence d’une convention collective avec de véritables droits pour tous les cheminots. C’est ainsi que les garanties du Statut, vecteurs de progrès, seront consolidées. Méfions-nous des discours intéressés de nos dirigeants qui, sous couvert de modernité, veulent nous entraîner vers le passé.

Développons le fer !

Un comité de vigilance, regroupant des associations d’usagers, de défense de l’environnement, partis politiques, a été impulsé par la CGT afin de combattre un à un les effets de la réforme Macron de la SNCF. Le transport par le fer, de voyageurs et des marchandises, sera un des enjeux pour la transition écologique… l’outil existe : La SNCF !

Cheminotes, cheminots, restons engagés pour le développement du Service Public Ferroviaire, construisons des alternatives aux politiques dites libérales qui morcellent notre belle SNCF.

RESTONS MOBILISÉS !

Téléchargements

CSE Siège Mobilités

Suite aux élections professionnelles

| Élections CSE 2018

Avec 4 élus Cadres, la CGT portera les revendications des cheminots du CSE Siège Mobilités. Ce sont aussi tous les militants de la CGT, présents sur votre site, qui travailleront avec vous des propositions pour le développement du Service Public Ferroviaire.

Au lendemain du passage en force d’une loi actant une nouvelle réforme du ferroviaire, malgré l’opposition quasi-unanime des cheminots (95 % contre la réforme), les cheminots ont décidé d’élire les représentants d’une organisation syndicale de luttes et de propositions.

Avec un taux de participation supérieur à 73 %, les cheminots du CSE Siège Mobilités ont marqué leur attachement à la démocratie et au droit d’expression des salariés dans les entreprises.

Si nous ne connaissons pas encore la future instance CSE qui vient supprimer la Délégation du Personnel, les CHSCT et les Comités d’Entreprise, les élus CGT auront à coeur d’y jouer leur rôle et leurs responsabilités, malgré l’absence de proximité. Ils refuseront de se déconnecter des salariés comme le souhaitent nos dirigeants. Ils s’acharneront à récolter le maximum d’informations économiques et organisationnelles des services pour informer les cheminots.

La maîtrise interne, gage d’avenir pour la SNCF

Les premiers combats de la CGT seront l’internalisation du travail, l’embauche des prestataires et intérimaires mais aussi la défense d’un avenir pour tous nos alternants. A l’heure des choix particulièrement néfastes du directoire de la SNCF, le Comex de SNCF Mobilités poursuit le morcellement par un cloisonnement outrancier en activités, produits à l’image de l’abandon du Fret SNCF. Ces choix de quelques dirigeants ont des conséquences pour la sécurité des cheminots, des salariés des entreprises privées mais aussi pour les usagers. Le fractionnement comme la sous-traitance représentent un gâchis budgétaire et de savoirs, au profit de l’implantation d’une concurrence artificielle. Les gâchis humains et financiers de OUIBUS ou le site OUI.sncf ne sont qu’une illustration des politiques de nos responsables.

Une convention collective progressiste pour tous les cheminots

La consultation « Ateliers nouvelle SNCF » s’avère déjà être une mascarade, les budgets et les organisations vont être présentés. Les orientations arrêtées à Mobilités comme à Réseau vont vers le désengagement ferroviaire avec, en toile de fond, une dégradation des conditions de travail pour tous les agents quels que soient le métier, le grade, le collège ou le statut. La CGT porte l’exigence d’une convention collective avec de véritables droits pour tous les cheminots. C’est ainsi que les garanties du Statut, vecteurs de progrès, seront consolidées. Méfions-nous des discours intéressés de nos dirigeants qui, sous couvert de modernité, veulent nous entraîner vers le passé.

Développons le fer !

Un comité de vigilance, regroupant des associations d’usagers, de défense de l’environnement, partis politiques, a été impulsé par la CGT afin de combattre un à un les effets de la réforme Macron de la SNCF. Le transport par le fer, de voyageurs et des marchandises, sera un des enjeux pour la transition écologique… l’outil existe : La SNCF !

Cheminotes, cheminots, restons engagés pour le développement du Service Public Ferroviaire, construisons des alternatives aux politiques dites libérales qui morcellent notre belle SNCF.

RESTONS MOBILISÉS !

Téléchargements

CSE Réseau direction clients et services

Suite aux élections professionnelles

| Élections CSE 2018

Avec 1 élu à l’exécution, 4 élus Agents de Maîtrise et 4 élus Cadres, la CGT portera les revendications des cheminots du CSE Siège Réseau Direction Clients et Services. Ce sont aussi tous les militants de la CGT, présents sur votre site, qui travailleront avec vous des propositions pour le développement du Service Public Ferroviaire.

Au lendemain du passage en force d’une loi actant une nouvelle réforme du ferroviaire, malgré l’opposition quasi-unanime des cheminots (95 % contre la réforme), les cheminots ont décidé d’élire les représentants d’une organisation syndicale de luttes et de propositions.

Avec un taux de participation de 69,38 %, les cheminots du CSE Siège Réseau Direction Clients et Services ont marqué leur attachement à la démocratie et au droit d’expression des salariés dans les entreprises.

Si nous ne connaissons pas encore la future instance CSE qui vient supprimer la Délégation du Personnel, les CHSCT et les Comités d’Entreprise, les élus CGT auront à coeur d’y jouer leur rôle et leurs responsabilités, malgré l’absence de proximité. Ils refuseront de se déconnecter des salariés comme le souhaitent nos dirigeants. Ils s’acharneront à récolter le maximum d’informations économiques et organisationnelles des services pour informer les cheminots.

La maîtrise interne, gage d’avenir pour la SNCF

Les premiers combats de la CGT seront l’internalisation du travail, l’embauche des prestataires et intérimaires, mais aussi la défense d’un avenir pour tous nos alternants.

A l’heure des choix particulièrement néfastes du directoire de la SNCF qui, pour Réseau, se déclinent par un appel outrancier à la sous-traitance. Ces choix de quelques dirigeants ont des conséquences pour la sécurité des cheminots, des salariés des entreprises privées mais aussi pour les usagers. La sous-traitance représente un gâchis financier et de savoirs au profit de quelques mastodontes du BTP prêts à tout pour gagner des parts de marché. L’ARAFER ne devrait-elle pas surveiller les liens avec les intérêts privés plutôt que d’empêcher la communication indispensable entre Mobilités et Réseau ?

Une convention collective progressiste pour tous les cheminots

La consultation « Ateliers nouvelle SNCF » s’avère déjà être une mascarade, les budgets et les organisations sont en cours de présentation. Les orientations arrêtées à Réseau comme à Mobilités vont vers le désengagement ferroviaire avec, en toile de fond, une dégradation des conditions de travail pour tous les agents quels que soient le métier, le grade, le collège ou le statut.
La CGT porte l’exigence d’une convention collective avec de véritables droits pour tous les cheminots. C’est ainsi que les garanties du Statut, vecteurs de progrès, seront consolidées. Méfions-nous des discours intéressés de nos dirigeants qui, sous couvert de modernité, veulent nous entraîner vers le passé.

Développement du rail

Le comité de vigilance, regroupant des associations d’usagers, de défense de l’environnement, partis politiques, a été impulsé par la CGT afin de combattre un à un les effets de la réforme Macron de la SNCF. Le transport par le fer, de voyageurs et des marchandises, sera un des enjeux pour la transition écologique… l’outil existe : La SNCF !

Cheminotes, cheminots, restons engagés pour le développement du Service Public Ferroviaire, construisons des alternatives aux politiques dites libérales qui morcellent notre belle SNCF.

RESTONS MOBILISÉS !

Téléchargements

CSE Réseau directions techniques

Suite aux élections professionnelles

| Élections CSE 2018

Avec 2 élus Agents de Maîtrise et 5 élus Cadres, la CGT portera les revendications des cheminots du CSE Réseau Directions Techniques. Ce sont aussi tous les militants de la CGT, présents sur votre site, qui travailleront avec vous des propositions pour le développement du Service Public Ferroviaire.

Au lendemain du passage en force d’une loi actant une nouvelle réforme du ferroviaire, malgré l’opposition quasi-unanime des cheminots (95 % contre la réforme), les cheminots ont décidé d’élire les représentants d’une organisation syndicale de luttes et de propositions.

Avec un taux de participation supérieur à 71 %, les cheminots du CSE des Directions Techniques ont marqué leur attachement à la démocratie et au droit d’expression des salariés dans les entreprises. Si nous ne connaissons pas encore la future instance CSE qui vient supprimer la Délégation du Personnel, les CHSCT et les Comités d’Entreprise, les élus CGT auront à coeur d’y jouer leur rôle et leurs responsabilités, malgré l’absence de proximité. Ils refuseront de se déconnecter des salariés comme le souhaitent nos dirigeants. Ils s’acharneront à récolter le maximum d’informations économiques et organisationnelles des services pour informer les cheminots.

La maîtrise interne, gage d’avenir pour la SNCF

Les premiers combats de la CGT seront l’internalisation du travail, l’embauche des prestataires et intérimaires mais aussi de défendre un avenir pour tous nos alternants.

A l’heure des choix particulièrement néfastes du directoire de la SNCF, le Comex de Réseau se donne pour objectif un appel outrancier à la sous-traitance. Ces choix de quelques dirigeants ont des conséquences pour la sécurité des cheminots, des salariés des entreprises privées mais aussi pour les usagers. La sous-traitance représente un gâchis financier et de savoirs au profit de quelques mastodontes du BTP prêts à tout pour gagner des parts de marché. L’ARAFER ne devrait-elle pas surveiller les liens avec les intérêts privés plutôt que d’empêcher la communication indispensable entre Mobilités et Réseau ? Les techniciens, ingénieurs et experts SNCF ont fait et feront les solutions pour la modernité du ferroviaire.

Empêchons nos responsables de saboter nos atouts humains !

Une convention collective progressiste pour tous les cheminots

La consultation « Ateliers nouvelle SNCF » s’avère déjà être une mascarade, les budgets et les organisations vont être présentés. Les orientations arrêtées à Réseau comme à Mobilités vont vers le désengagement ferroviaire avec, en toile de fond, une dégradation des conditions de travail pour tous les agents quels que soient le métier, le grade, le collège ou le statut.

La CGT porte l’exigence d’une convention collective avec de véritables droits pour tous les cheminots. C’est ainsi que les garanties du Statut, vecteurs de progrès, seront consolidées. Méfions-nous des discours intéressés de nos dirigeants qui, sous couvert de modernité, veulent nous entraîner vers le passé.

Développement du rail

Le comité de vigilance, regroupant des associations d’usagers, de défense de l’environnement, partis politiques, a été impulsé par la CGT afin de combattre un à un les effets de la réforme Macron de la SNCF. Le transport par le fer, de voyageurs et des marchandises, sera un des enjeux pour la transition écologique… l’outil existe : La SNCF !

Cheminotes, cheminots, restons engagés pour le développement du Service Public Ferroviaire, construisons des alternatives aux politiques dites libérales qui morcellent notre belle SNCF.

RESTONS MOBILISÉS !

Téléchargements

UN 2E TOUR POUR 3 CSE

Du 14 au 20 décembre

| Élections CSE 2018

Sur le périmètre de 3 CSE, Réseau Île-de-France, Transilien Lignes LAJ et Zone de Production NEN, moins de 50 % des agents de l’Exécution ont participé au vote.

Le quorum n’est donc pas atteint. Cela provoque le déclenchement d’un 2e tour sur ce collège qui se tiendra du 14 au 20 décembre par vote électronique.

L’occasion nous est donc donnée de conforter la CGT comme 1re  organisation syndicale sur le périmètre de ces CSE, mais aussi de la faire progresser !

La CGT a pour objectif permanent de garder un lien de proximité avec celles et ceux qui font la SNCF chaque jour.

Voter CGT, c’est VOTER POUR SOI !
Faire GAGNER la CGT, c’est GAGNER SOI-MÊME !

 

• Extrait de la profession de foi de la CGT

Télécharger la profession de foi

• Téléchargez les listes des candidats des collèges Exécution des 3 CSE

Téléchargements

CSE TGV axe Sud-est

La CGT sans ambiguïté pour gagner ensemble !

| Élections CSE 2018

Avec plus de 35% des voix, la CGT est la première organisation syndicale sur le périmètre du TGV Axe Sud Est.
Faisant fi des manoeuvres en coulisses, les cheminots ont donc fait le choix de défendre leurs métiers, de gagner de meilleures conditions de travail et de véritables parcours professionnels.

5774 cheminots de la vente, des ASCT (Agents Service Commercial Train), de l’escale, de l’accueil et des fonctions d’appui sur le périmètre du CSE (Comité Social et Economique) ont été appelés à désigner leurs représentants

Des résultats qui ne souffrent d’aucune ambiguïté !

Malgré les attaques du gouvernement, du patronat et de certains partenaires sociaux, c’est avec près de 10 points d’écart sur la deuxième organisation syndicale, que les cheminots de l’Axe Sud Est ont choisi les représentants CGT.

Ceux qui espéraient une chute de la CGT et manoeuvraient en coulisses en sont pour leurs frais.

De la même veine sur l’ensemble du GPF (Groupe Public Ferroviaire) avec plus de 34%, la CGT est confortée par les cheminots comme première organisation syndicale.

Un signal fort pour des enjeux déterminants.

Ainsi, ces résultats donnent le ton dans les négociations à venir.

Sur l’Axe et au sein de l’entreprise, la Direction tente de multiplier les polyvalences et mixer les métiers, tout en dégradant les conditions de travail.

A la vente comme à l’escale, il s’agit pour la Direction, sous couvert de modernité et de digitalisation, de supprimer des centaines d’emplois et de développer l’externalisation de certaines tâches.

Pour les ASCT, la Direction tente d’effacer les contours métiers en gommant petit à petit les spécificités sécurité et en les mêlant avec les métiers du sol.

Les accords locaux sont eux aussi dans la ligne de mire.

Au 1er janvier 2020, l’open Access entrera en vigueur sur l’axe.

Ainsi, des Entreprises Ferroviaires privées pourront potentiellement faire circuler des TGV entrant de fait en concurrence directe.

En choisissant la CGT, les cheminots ont clairement affirmé leur refus de cette politique de casse que certains avaient accompagnée dès la réforme ferroviaire de 2014.

Dans une période charnière où les attaques sur les conditions de travail, l’emploi et les parcours professionnels se multiplient, les cheminots de l’Axe ont choisi de voter pour les représentants CGT afin de porter et de gagner leurs revendications collectives et individuelles.

Sur la branche ferroviaire, l’UTP (Patronat de la branche ferroviaire), dont la SNCF, tente de détruire les métiers et les parcours professionnels pour introduire une polyvalence accrue et une concurrence entre salariés afin de réaliser des gains de productivité.

Quant à l’ouverture à la concurrence et la réduction des effectifs qu’appellent de tous leurs voeux la Direction et le gouvernement, ce renforcement du poids de la CGT permet de davantage peser pour changer de trajectoire.

Le projet CGT « Ensemble pour le fer » dans lequel le service public et les cheminots sont au centre, est d’autant plus d’actualité.

En votant CGT, les cheminots ont choisi de défendre leurs métiers et d’améliorer leurs parcours professionnels et la rémunération dans les négociations en cours de la Convention Collective Nationale.

Les représentants CGT sur les établissements TGV n’auront de cesse de porter les revendications des cheminots et seront force de propositions pour lutter contre les velléités de la Direction.

EN VOTANT CGT, NOUS VOTONS POUR GAGNER !

Téléchargements

CSE TGV axe Nord

La CGT sans ambiguïté pour gagner ensemble !

| Élections CSE 2018

Avec plus de 33% des voix, la CGT est la première organisation syndicale sur le périmètre du TGV Axe Nord.
Faisant fi des manoeuvres en coulisses, les cheminots ont donc fait le choix de défendre leurs métiers, de gagner de meilleures conditions de travail et de véritables parcours professionnels.

2569 cheminots de la vente, des ASCT (Agents Service Commercial Train), de l’escale, de l’accueil et des fonctions d’appui sur le périmètre du CSE (Comité Social et Economique) ont été appelés à désigner leurs représentants

Des résultats qui ne souffrent d’aucune ambiguïté !

Malgré les attaques du gouvernement, du patronat et de certains partenaires sociaux, c’est avec près de 7 points d’écart sur la deuxième organisation syndicale, que les cheminots de l’Axe Nord ont choisi les représentants CGT.

Ceux qui espéraient une chute de la CGT et manoeuvraient en coulisses en sont pour leurs frais.

De la même veine sur l’ensemble du GPF (Groupe Public Ferroviaire) avec plus de 34%, la CGT est confortée par les cheminots comme première organisation syndicale.

Un signal fort pour des enjeux déterminants.

Ainsi, ces résultats donnent le ton dans les négociations à venir.

Sur l’Axe et au sein de l’entreprise, la Direction tente de multiplier les polyvalences et mixer les métiers, tout en dégradant les conditions de travail.

A la vente comme à l’escale, il s’agit pour la Direction, sous couvert de modernité et de digitalisation, de supprimer des centaines d’emplois et de développer l’externalisation de certaines tâches.

Pour les ASCT, la Direction tente d’effacer les contours métiers en gommant petit à petit les spécificités sécurité et en les mêlant avec les métiers du sol.

Les accords locaux sont eux aussi dans la ligne de mire.

Au 1er janvier 2020, l’open Access entrera en vigueur sur l’axe.

Ainsi, des Entreprises Ferroviaires privées pourront potentiellement faire circuler des TGV entrant de fait en concurrence directe.

En choisissant la CGT, les cheminots ont clairement affirmé leur refus de cette politique de casse que certains avaient accompagnée dès la réforme ferroviaire de 2014.

Dans une période charnière où les attaques sur les conditions de travail, l’emploi et les parcours professionnels se multiplient, les cheminots de l’Axe ont choisi de voter pour les représentants CGT afin de porter et de gagner leurs revendications collectives et individuelles.

Sur la branche ferroviaire, l’UTP (Patronat de la branche ferroviaire), dont la SNCF, tente de détruire les métiers et les parcours professionnels pour introduire une polyvalence accrue et une concurrence entre salariés afin de réaliser des gains de productivité.

Quant à l’ouverture à la concurrence et la réduction des effectifs qu’appellent de tous leurs voeux la Direction et le gouvernement, ce renforcement du poids de la CGT permet de davantage peser pour changer de trajectoire.

Le projet CGT « Ensemble pour le fer » dans lequel le service public et les cheminots sont au centre, est d’autant plus d’actualité.

En votant CGT, les cheminots ont choisi de défendre leurs métiers et d’améliorer leurs parcours professionnels et la rémunération dans les négociations en cours de la Convention Collective Nationale.

Les représentants CGT sur les établissements TGV n’auront de cesse de porter les revendications des cheminots et seront force de propositions pour lutter contre les velléités de la Direction.

EN VOTANT CGT, NOUS VOTONS POUR GAGNER !

Téléchargements

CSE TGV AXE EST

La CGT sans ambiguïté pour gagner ensemble !

| Élections CSE 2018

Avec plus de 26% des voix, la CGT est la première organisation syndicale sur le périmètre du TGV Axe Est.
Faisant fi des manoeuvres en coulisses, les cheminots ont donc fait le choix de défendre leurs métiers, de gagner de meilleures conditions de travail et de véritables parcours professionnels.

2130 cheminots de la vente, des ASCT (Agents Service Commercial Train), de l’escale, de l’accueil et des fonctions d’appui sur le périmètre du CSE (Comité Social et Economique) ont été appelés à désigner leurs représentants.

Des résultats qui ne souffrent d’aucune ambiguïté !

Malgré les attaques du gouvernement, du patronat et de certains partenaires sociaux, c’est avec près de 4 points d’écart sur la deuxième organisation syndicale, que les cheminots de l’Axe Est ont choisi les représentants CGT.

Ceux qui espéraient une chute de la CGT et manoeuvraient en coulisses en sont pour leurs frais.

De la même veine sur l’ensemble du GPF (Groupe Public Ferroviaire) avec plus de 34%, la CGT est confortée par les cheminots comme première organisation syndicale.

Un signal fort pour des enjeux déterminants.

Ainsi, ces résultats donnent le ton dans les négociations à venir.

Sur l’Axe et au sein de l’entreprise, la Direction tente de multiplier les polyvalences et mixer les métiers, tout en dégradant les conditions de travail.

A la vente comme à l’escale, il s’agit pour la Direction, sous couvert de modernité et de digitalisation, de supprimer des centaines d’emplois et de développer l’externalisation de certaines tâches.

Pour les ASCT, la Direction tente d’effacer les contours métiers en gommant petit à petit les spécificités sécurité et en les mêlant avec les métiers du sol.

Les accords locaux sont eux aussi dans la ligne de mire.

Au 1er janvier 2020, l’open Access entrera en vigueur sur l’axe.

Ainsi, des Entreprises Ferroviaires privées pourront potentiellement faire circuler des TGV entrant de fait en concurrence directe.

En choisissant la CGT, les cheminots ont clairement affirmé leur refus de cette politique de casse que certains avaient accompagnée dès la réforme ferroviaire de 2014.

Dans une période charnière où les attaques sur les conditions de travail, l’emploi et les parcours professionnels se multiplient, les cheminots de l’Axe ont choisi de voter pour les représentants CGT afin de porter et de gagner leurs revendications collectives et individuelles.

Sur la branche ferroviaire, l’UTP (Patronat de la branche ferroviaire), dont la SNCF, tente de détruire les métiers et les parcours professionnels pour introduire une polyvalence accrue et une concurrence entre salariés afin de réaliser des gains de productivité.

Quant à l’ouverture à la concurrence et la réduction des effectifs qu’appellent de tous leurs voeux la Direction et le gouvernement, ce renforcement du poids de la CGT permet de davantage peser pour changer de trajectoire.

Le projet CGT « Ensemble pour le fer » dans lequel le service public et les cheminots sont au centre, est d’autant plus d’actualité.

En votant CGT, les cheminots ont choisi de défendre leurs métiers et d’améliorer leurs parcours professionnels et la rémunération dans les négociations en cours de la Convention Collective Nationale.

Les représentants CGT sur les établissements TGV n’auront de cesse de porter les revendications des cheminots et seront force de propositions pour lutter contre les velléités de la Direction.

EN VOTANT CGT, NOUS VOTONS POUR GAGNER !

Téléchargements

CSE TGV AXE ATLANTIQUE

La CGT sans ambiguïté pour gagner ensemble !

| Élections CSE 2018

Avec plus de 34% des voix, la CGT est la première organisation syndicale sur le périmètre du TGV Axe Atlantique.
Faisant fi des manoeuvres en coulisses, les cheminots ont donc fait le choix de défendre leurs métiers, de gagner de meilleures conditions de travail et de véritables parcours professionnels.

4051 cheminots de la vente, des ASCT (Agents Service Commercial Train), de l’escale, de l’accueil et des fonctions d’appui sur le périmètre du CSE (Comité Social et Economique) ont été appelés à désigner leurs représentants

Des résultats qui ne souffrent d’aucune ambiguïté !

Malgré les attaques du gouvernement, du patronat et de certains partenaires sociaux, c’est avec près de 15 points d’écart sur la deuxième organisation syndicale, que les cheminots de l’Axe Atlantique ont choisi les représentants CGT.

Ceux qui espéraient une chute de la CGT et manoeuvraient en coulisses en sont pour leurs frais.

De la même veine sur l’ensemble du GPF (Groupe Public Ferroviaire) avec plus de 34%, la CGT est confortée par les cheminots comme première organisation syndicale.

Un signal fort pour des enjeux déterminants.

Ainsi, ces résultats donnent le ton dans les négociations à venir.

Sur l’Axe et au sein de l’entreprise, la Direction tente de multiplier les polyvalences et mixer les métiers, tout en dégradant les conditions de travail.

A la vente comme à l’escale, il s’agit pour la Direction, sous couvert de modernité et de digitalisation, de supprimer des centaines d’emplois et de développer l’externalisation de certaines tâches.

Pour les ASCT, la Direction tente d’effacer les contours métiers en gommant petit à petit les spécificités sécurité et en les mêlant avec les métiers du sol.
Les accords locaux sont eux aussi dans la ligne de mire.

Au 1er janvier 2020, l’open Access entrera en vigueur sur l’axe.

Ainsi, des Entreprises Ferroviaires privées pourront potentiellement faire circuler des TGV entrant de fait en concurrence directe.

En choisissant la CGT, les cheminots ont clairement affirmé leur refus de cette politique de casse que certains avaient accompagnée dès la réforme ferroviaire de 2014.

Dans une période charnière où les attaques sur les conditions de travail, l’emploi et les parcours professionnels se multiplient, les cheminots de l’Axe ont choisi de voter pour les représentants CGT afin de porter et de gagner leurs revendications collectives et individuelles.

Sur la branche ferroviaire, l’UTP (Patronat de la branche ferroviaire), dont la SNCF, tente de détruire les métiers et les parcours professionnels pour introduire une polyvalence accrue et une concurrence entre salariés afin de réaliser des gains de productivité.

Quant à l’ouverture à la concurrence et la réduction des effectifs qu’appellent de tous leurs voeux la Direction et le gouvernement, ce renforcement du poids de la CGT permet de davantage peser pour changer de trajectoire.

Le projet CGT « Ensemble pour le fer » dans lequel le service public et les cheminots sont au centre, est d’autant plus d’actualité.

En votant CGT, les cheminots ont choisi de défendre leurs métiers et d’améliorer leurs parcours professionnels et la rémunération dans les négociations en cours de la Convention Collective Nationale.

Les représentants CGT sur les établissements TGV n’auront de cesse de porter les revendications des cheminots et seront force de propositions pour lutter contre les velléités de la Direction.

EN VOTANT CGT, NOUS VOTONS POUR GAGNER !

Téléchargements

En vidéo

La vraie info

La vraie info

Toutes les vidéos

L'édito

Lexique

Contact

J'adhère

Bandeaux publicitaires

  • Les pétitions, ça ce signe ici.