Fédération CGT des Cheminots


J'adhère

ArchivesDécembre 2014

LIBÉRALISATION DE L’AUTOCAR : … DANGER !!

Communiqué de L'Union Interfédérale des Transports

| La réforme du système ferroviaire

Au sortir d’une Conférence Environnementale où les transports faisaient l’objet d’une table ronde, on sort un projet de loi (MACRON) prévoyant une libéralisation de l’autocar, très loin de faire l’unanimité ! 

  • Ce projet de loi prévoit des «services librement organisés» avec «la possibilité, pour les entreprises de transport public routier de personnes, d’assurer –à leur initiative– toute desserte interurbaine».
    On permet ainsi un développement de la concurrence à outrance inter et intra modale. 

Dans une période où de nombreuses lignes ferroviaires sont menacées de fermeture par manque d’investissement dans l’entretien et la modernisation des infrastructures ferroviaires tout comme le renouvellement du matériel (Corail-train de nuit …) avec une réforme du système ferroviaire qui n’a pas réglé le problème de la dette du système, dette d’Etat.

  • Arrêtons d’opposer et de mettre en concurrence les modes de transports et les salariés qui les assurent ! Voyons les dégâts de cette logique politique dans le transport des marchandises, source d’un dumping social conduisant à des milliers de suppressions d’emplois dans le transport routier marchandises, dans le Fret ferroviaire, tout en développant une précarisation de l’emploi, sans oublier les effets négatifs sur les enjeux environnementaux !

Car, contrairement aux annonces faites, il n’y aura pas la création de 10 000 emplois (et de quels emplois parlons-nous : précaires-travailleurs détachés…) pendant que des milliers sont supprimés à la SNCF. 

  • De plus, il faut aussi savoir qu’une partie des usagers du rail ne se reporte pas sur les autocars et reprend la voiture.
    On va encore amplifier les inégalités sociales et territoriales : le TGV pour les grandes métropoles et les plus nantis, l’autocar pour les autres villes et les plus démunis. 

Comme pour le transport routier marchandises, on ne comptabilise pas –dans le tarif– les coûts externes (accidentologie, usure des infrastructures, pollution …) payés par tous les contribuables !!

La CGT considère que nous avons besoin de tous les modes de transports en complémentarité, dans un concept multimodal, sous contrôle et maîtrise publics. 

Cela pour reconstruire un véritable service public de transport répondant à l’intérêt général accessible à tous (y compris tarifaire), quel que soit le territoire… ce qui n’est pas la politique du bas coût (low cost) qui conduit à une baisse de la qualité de service, fragilise la sécurité, précarise et supprime l’emploi, avec des effets extrêmement négatifs sur l’augmentation des émissions de CO2, avec un report à l’envers du rail vers la route.

Au final, cette stratégie bas coût, c’est perdant/perdant pour les salariés et les usagers mais gagnant/gagnant pour les grands groupes et leurs actionnaires !!!

Dossiers associés

Téléchargements

Forte mobilisation dans les ECT : la direction doit négocier !

Grève ECT

| ASCT

C’est à l’appel des organisations syndicales CGT et SUD-Rail que les cheminots des ECT sont massivement en grève depuis jeudi soir, 19 heures. 

Malgré les tentatives de démobilisation, d’intimidation tant de la part de la direction que de certaines organisations syndicales, plus d’un ASCT sur deux a fait le choix d’entrer dans l’action afin d’exiger des recrutements supplémentaires, l’accompagnement de tous les trains, l’amélioration des conditions de travail, la pérennisation du métier d’ASCT, l’arrêt de la mise en oeuvre de l’EAS.

Au regard du niveau de mobilisation, nous sommes en droit de nous interroger sur les conditions dans lesquelles certaines circulations sont assurées : trains remplacés par des bus, circulant sans contrôleurs ou accompagnés d’agents extérieurs aux ECT et ne bénéficiant pas de tous les prérequis, notamment en matière de sécurité.

La direction continue d’afficher de manière décomplexée son mépris des usagers, des cheminots en ne répondant pas aux attentes légitimes pour un service public de qualité, à l’aube de la mise en oeuvre d’une réforme dont le financement ne reposera que sur une productivité accrue des cheminots et une dégradation du service rendu aux voyageurs et aux chargeurs.

Face au mécontentement exprimé par les cheminots, la direction doit ouvrir des négociations sur les points portés par le préavis de grève. La balle est désormais dans son camp.

La CGT invite tous les agents des ECT à maintenir une mobilisation de haut niveau jusqu’à dimanche matin et à rester attentifs aux suites qui pourraient être données dans les prochaines semaines tant dans la filière, que plus largement dans l’entreprise SNCF. 

Dossiers associés

Téléchargements

Convention collective nationale : négociation sous pression

| Les conditions sociales

La volonté des libéraux est de généraliser le dumping social déjà installé dans le domaine du transport routier, dans tous les types de transport et notamment le ferroviaire.

La négociation de la convention collective de la branche ferroviaire (CCN) se déroule dans un contexte où le Medef profite de son influence sur le gouvernement sur le prétendu « coût du travail » qui n’est qu’un prétexte pour affaiblir les droits des salariés. Au même moment, un rapport de la Cour des comptes nie la réussite du TGV et son efficacité en matière de réponse aux besoins de transports sur les trajets de longue distance et propose d’ouvrir le réseau à grande vitesse afin de rentabiliser les infrastructures.
La réforme ferroviaire promulguée le 4 août 2014 entre dans cet objectif. Elle a fait l’objet d’un lobbying puissant du patronat dans sa rédaction et pour de nombreux amendements. 
La CGT a combattu cette réforme. Dès le début de ce projet politique, elle avait identifié qu’il tournait le dos au service public et n’était pas financé. Ce texte va créer des difficultés dans la production au quotidien et dégradera encore plus les conditions de vie et de travail des cheminots. Il accélérera l’ouverture du transport ferroviaire de voyageurs à la concurrence.

Une agitation orchestrée

La classe politique, acquise dans sa grande majorité aux préjugés insupportables entretenus par nos propres dirigeants, plonge dans le fantasme du low cost, de l’ouverture à la concurrence, du développement de l’autocar comme remède au manque de pouvoir d’achat de nos concitoyens et au manque de financements.
Notre négociation débute donc sous une pression médiatique et politique qui jette les cheminots à la vindicte populaire. Chacune des fuites organisées de pseudo-études – de cabinets obscurs – qui paraissent dans la presse est prétexte, pour la direction de la SNCF, à remettre en cause, chapitre par chapitre, le statut (droit syndical, sécurité de l’emploi, déroulement de carrière, retraite, protection sociale et temps de travail).
La lecture partisane qu’en fait la direction de la SNCF lui permet confortablement de remettre en cause l’accord sur les 35 heures sans avoir à le dénoncer, sans doute par instinct de préservation d’une image sociale. Ce positionnement patronal percute lui aussi cette négociation.
L’UTP 1 souhaite, pour sa part, aborder la négociation du volet « organisation et aménagement du temps de travail » en parallèle du décret socle 2. À l’entendre, ce dernier devrait être cantonné à la seule prérogative de la sécurité et rester déconnecté des conditions de vie des cheminots. Ce vœu de l’UTP et les freins que met le gouvernement à vouloir négocier ce décret donnent raison aux craintes de la CGT et des cheminots, fortement mobilisés en juin dernier.

Réglementation/Cadre social

La SNCF, principal employeur parmi les entreprises adhérentes de l’UTP, faisait alors la promotion du décret socle afin de rassurer les cheminots sur la garantie d’un cadre social de haut niveau, tout en préservant « sa compétitivité ». Cette posture n’avait-elle pas pour seul but l’enfumage autour d’une réforme néfaste ?
La libéralisation sauvage du transport de marchandises démontre que la déréglementation n’a pas eu de plus-value pour le développement du ferroviaire. Le RH0077, quant à lui, a été conçu pour organiser efficacement le transport ferroviaire. Ce n’est pas un texte dogmatique. Il est né de l’expérience tirée des catastrophes ferroviaires et de la lutte. Il n’est pas monnayable. Sa remise en question devient idéologique.
Le cadre social des cheminots s’est construit, avec la CGT, du temps des compagnies privées et d’État et depuis leur nationalisation (qui a permis la création de la SNCF). Le progrès social a en permanence suivi le progrès technique. Le RH0077, le dictionnaire des filières, l’accord formation, mais aussi le statut de la SNCF, entreprise publique, sont le résultat de cette construction. Le patronat ne peut l’ignorer.

Des attaques permanentes

Massification de la sous-traitance, attaques sur le périmètre des métiers, dérogations à la réglementation, explosion du travail de nuit, sous-effectif chronique et individualisation de la rémunération impactent les conditions de vie et de travail des cheminots.
Pour nombre d’acteurs (patronat et organisations syndicales d’accompagnement), les volets « organisation du travail » et « classification des métiers » ne sont pas négociables avant les élections professionnelles à la SNCF. Cette stratégie aurait pour conséquences un scrutin précipité et une négociation paralysée.
Le premier sujet, pas des moindres, mis sur la table est le champ d’application. Si, pour la CGT, la définition de ce qu’est un cheminot ne fait pas de doute, le patronat recherche, lui, toutes les échappatoires, y compris la direction de la SNCF, qui, avec sa politique de mise en concurrence de l’Épic avec ses propres filiales, favorise le dumping social.

Champs d’application

Notre Fédération a des divergences de fond concernant les propositions patronales :

  • La double condition activité ferroviaire et titre de sécurité est imposée. Or, toutes les activités ferroviaires ne demandent pas de titre de sécurité délivré par l’Établissement public de sécurité ferroviaire (EPSF). La CGT souhaite séparer les deux conditions, activité ferroviaire et titre de sécurité. En effet, il existe aujourd’hui des entreprises qui ont une activité ferroviaire sans titre de sécurité, y compris des activités de transport, sous couvert du titre de la maison mère. Pour exemple, Naviland Cargo Rail roule sous le certificat de la SNCF.
  • Le périmètre du réseau ferré national (RFN) reste insuffisant, la loi du 4 août 2014 permet de sortir du RFN certaines lignes, et la problématique des voies portuaires demeure. Selon la CGT, il faut intégrer l’ensemble des cheminots, quel que soit le lieu d’exercice de leur métier.
  • La loi prévoit que la Convention collective nationale ne soit pas appliquée à tous les personnels des entreprises ferroviaires, contrairement à ce que souhaite la CGT, quand bien même l’entreprise déclarerait l’activité ferroviaire comme annexe. En effet, si la loi prévoit l’application du décret socle et du volet « organisation et aménagement du temps de travail » de la CCN, les aspects essentiels pour la sécurité ferroviaire, tels que la formation, la classification des métiers, ne seraient pas applicables à tous les cheminots. Un grand nombre d’entreprises seraient impactées. Pour exemple, Colas Rail déclare comme activité principale les travaux publics, alors qu’il transporte des marchandises sur le RFN, y compris des marchandises sans rapport avec ses besoins de travaux. Et Thello sous-traite la sécurité à bord, les départs des trains, les essais de freins à une entreprise qui applique la convention des cafés, hôtels, restaurants.
  • Les travaux de maintenance de l’infrastructure seraient écartés de la convention collective sur les chantiers fermés. Or, RFF 3 veut assouplir la notion de chantier fermé à quelques heures alors qu’il est question de sécurité ferroviaire. Les accidents du travail mortels de ces derniers temps témoignent du mépris des dirigeants des entreprises pour la vie humaine. La SNCF et RFF (demain SNCF Réseau), qui sous-traitent à outrance leurs travaux aux moins-disants, ont toute leur part de responsabilité.
  • La loi définit que la maintenance du matériel roulant se limite à la maintenance courante. Cette notion est trop restrictive et écarte un certain nombre d’opérations. Cela favoriserait une politique de sous-traitance, comme pour Ermewa, premier propriétaire de wagons, filiale suisse 100 % SNCF, qui n’applique aujourd’hui plus aucune règle de maintenance et sous-traite la réparation des wagons à des entreprises qui interviennent dans les triages en camionnette.

La CGT refuse la mise en concurrence des salariés entre eux. Une convention collective solide est indispensable pour souder le corps social cheminot. Nous mesurons ici à quel point les intérêts divergent entre un patronat qui veut tout déréglementer et la CGT qui souhaite protéger les conditions de vie et de travail des cheminots. Seul le rapport de forces, construit à partir de la conscience des enjeux, permettra la prise en compte de nos revendications.

1 UTP : Union des transports publics et ferroviaires.
2 Décret socle : texte législatif qui sert de base.
3 RFF : Réseau ferré de France.

Dossiers associés

La vraie info - Le JT des cheminots

Dans les médias

23 mai 2017

Rungis : mobilisation pour défendre le train des primeurs

La CGT lance une campagne pour développer le fret depuis Perpignan, direction le MIN. Signez la pétition en ligne.[…]

Lire la suite

Voir les autres articles

L'édito

Liste des actualités

Lexique

Contacts

J'adhère

Bandeaux publicitaires

  • Les pétitions, ça ce signe ici.