Fédération CGT des Cheminots


J'adhère

SOURIEZ, VOUS ÊTES FILMÉS !

Caméras-piéton

| Exploitation

La Direction met en danger les cheminots de la vente, des Escales et les ASCT en les équipant de caméras-piéton (go pro) pour pallier à la déshumanisation des trains et des gares.

Depuis juin 2019, la Direction de SNCF Mobilités expérimente un dispositif de caméras-piéton portées par les ASCT, les cheminots de la vente et des Escales sur l’EST Paris Nord, l’ESV Axe TGV Nord, l’ESV Rhône-Alpes et le périmètre TER Lignes Normandes.

76 caméras sont réparties sur ces 4 établissements.

ARRIÈRE-PLAN ET DÉCOR.

En vidant les gares et les trains de ses cheminots, en multipliant les polyvalences et en rognant sur les fondamentaux métiers, la Direction a dégradé la sécurité et la sureté.

Les atteintes et les outrages (agressions physiques et verbales) à l’encontre des cheminots, représentent plus de 1000 accidents de travail par an, soit 3 par jour.

Pourtant, face à ce constat sans appel, la Direction préfère multiplier les gadgets, même si cela doit entraîner des risques supplémentaires pour les cheminots, plutôt que de dévier de sa politique destructrice (EAS, suppressions des guichets, suppressions des missions et des cheminots d’escale).

C’est dans ce cadre qu’elle souhaite mettre en place ces caméras-piéton.

UNE MISE EN SCÈNE

Pour la Direction, il s’agit d’une part de donner l’illusion de répondre à son obligation d’employeur d’assurer la sécurité physique et mentale de ses salarié-e-s. Mais aussi et surtout, tenter de taire la colère des cheminots qui gronde dans de nombreuses régions avec la multiplication des mobilisations et des « dépôts de sacs ».

La Direction s’appuie donc sur le dispositif de caméras mis en place à KEOLIS et à la SUGE depuis février 2018.

Elle prétend que la présence de la caméra aura un effet dissuasif pour d’éventuels agresseurs.

A ce jour, la Direction possède seulement 3 retours positifs sur l’EST Paris Nord. Bien peu pour imaginer une expérimentation à grande échelle.

Elle anticipe même les dispositions qu’elle espère inscrites dans la future LOM (Loi d’Orientation sur les Mobilités) applicable qu’à partir de janvier 2020.

Bien sûr, la Direction s’arme d’un bataillon de cabinets d’avocats et d’une Direction juridique au service de sa trajectoire économique.

Pour autant, elle méprise de nombreuses conséquences de l’utilisation de ce dispositif, notamment sur le droit à l’image et sur la sécurité des cheminots.

FOCUS SUR UN DISPOSITIF À DOUBLE TRANCHANT.

L’utilisation de la caméra-piéton s’accompagne d’un mode opératoire qui, pour partie, est imposé par la loi.

Ainsi, les cheminots doivent informer, sur le vif, l’agresseur potentiel du déclenchement de l’enregistrement.

Il est évident qu’il peut s’agir d’un point de rupture, déclencheur d’une agression physique.

Si la crainte des images enregistrées peut, dans certains cas, dissuader les éventuels agresseurs, dans d’autres cas, elle peut exacerber les agressions.

Pour la CGT, les cheminots de la vente, des escales et les ASCT ne doivent pas subir cette nouvelle dégradation de leurs conditions de vie et de travail.

De plus, même si la Direction prétend que le visionnage des enregistrements et leur utilisation seront limités, il est clair que l’opportunité de s’en servir comme levier de management et de veille ne lui aura pas échappé.

La Direction compte rapidement étendre ce dispositif sur une grande partie des établissements. Elle vise le déploiement très rapide de près de 4000 caméras-piéton.

Cependant, cette stratégie met en relief la fébrilité d’une Direction contrainte à multiplier les effets de manche face aux mobilisations des cheminots.

A présent, les cheminots de la vente, de l’escale et les ASCT doivent hausser le ton pour imposer leurs choix.

LA COUPE EST PLEINE
FAISONS-LA DÉBORDER !

Téléchargements

PAS DE PROTECTION, PAS DE PRODUCTION !

COVID-19

| Exploitation

Sur injonction gouvernementale, la direction de l’entreprise envisage de relancer la production dès le début du mois de mai. Cette reprise repose uniquement sur des critères et intérêts économiques, au détriment des mesures sanitaires.

Le transport est par nature un vecteur de propagation du virus, pour ceux qui participent à sa réalisation ou l’empruntent, mais également pour les territoires irrigués. Les agents des services en gare sont donc en première ligne.

La Fédération CGT des cheminots met tout en oeuvre dans cette période pour défendre la santé des cheminot·e·s, leur sécurité et leurs droits dans un contexte sanitaire dégradé.

Depuis le début de la pandémie, la CGT a exigé que les cheminot·e·-s ne soient pas exposé·e·s inutilement, en limitant leur présence aux seules fonctions indispensables à la circulation des trains.

Si l’entreprise semble mesurer les exigences portées par la CGT, il n’en demeure pas moins qu’elle tente par tous les moyens de faire reprendre, coûte que coûte, le travail, y compris en proposant des équipements non conformes aux règles de protection et surtout en tentant de faire appel aux volontaires afin de se dédouaner de ses responsabilités en tant qu’employeur.

Même si la loi d’urgence sanitaire impacte nos conditions sociales et de travail, l’employeur n’est pas déchargé pour autant de ses obligations en termes de protection de ses salariés.

Dans ce cadre, les articles SST du Code du travail restent inchangés. Ainsi, comme tout autre risque professionnel, le COVID-19 doit faire l’objet de la mise en oeuvre de mesures appropriées dans la stricte application des 9 principes généraux de prévention. Ces principes sont clairement priorisés, cela implique que leur application suive scrupuleusement l’ordre défini : le premier principe consiste à l’évitement des risques. L’instauration de mesures de protections, individuelles ou collectives, demeure donc une priorité.

En outre, le projet de loi visant à intégrer les conditions de verbalisation liées aux mesures de port de masque et de distanciation sociale, en gare et dans les trains, risque d’entrainer des situations conflictuelles mettant en danger les cheminot·e·s.

Ce dispositif n’est pas conforme aux attentes de la CGT et reporte les responsabilités sur les cheminot·e·s présent·e·s sur les chantiers, permettant ainsi à la Direction et au Gouvernement de se dédouaner dans la gestion de cette crise sanitaire et des conséquences pour les salariés.

Enfin, l’emploi est au coeur de nos revendications, la Direction de l’entreprise a pris des engagements lors de la table ronde du 5 mars sur cette question centrale des conditions de travail, en adéquation entre la charge de travail et l’emploi nécessaire à la bonne réalisation de nos missions de Service public qui ne doivent pas être remises en cause.

La crise pandémique et son impact financier ne doivent pas servir de prétextes à de nouvelles saignées des emplois de cheminots.

La CGT exige que toutes les mesures soient prises pour garantir la sécurité des cheminot·e·s et porte les revendications suivantes :

  • Le recours au travail à distance doit être priorisé tant que la situation sanitaire ne garantit pas la sécurité des personnels, avec l’octroi des moyens nécessaires et les mesures compensatrices conformes au télétravail ;
  • Adaptation du temps de travail afin de prendre en compte les mesures de désinfection des équipements et locaux ;
  • Pas de reprise des équipes mobiles, ni des opérations LAF et contrôles ;
  • Accueil-embarquement : ce dispositif, suspendu pendant le confinement, est générateur de « goulots d’étranglement » au niveau des portes d’embarquement. La maîtrise des flux voyageurs ne doit pas se faire au détriment de la sécurité et de la distanciation ;
  • Accueil : à la condition d’être installé dans un local avec un dispositif ne permettant pas l’échange de flux d’air entre usagers et agents. Pas d’accueil au contact des usagers en face à face, même derrière une banque mobile ;
  • Vente et Espaces partagés (open space, centres opérationnels) : à la condition que les postes de travail soient isolés, éloignés les uns des autres, ou séparés par des parois vitrées ou plexiglass des autres postes de travail et des usagers ;
  • Fourniture de moyens de protection, notamment des masques FFP2 en nombre suffisant, y compris pour les trajets domicile-travail ;
  • Mise en place de fiches d’exposition aux risques Covid-19 dans le cadre du travail, au même titre que l’amiante et que cela soit inscrit au document unique d’évaluation des risques (DUER), en lien avec la médecine du travail ;
  • Maintien des congés supplémentaires pour garde d’enfant, y compris pour les personnels refusant d’exposer leurs enfants à l’école à compter du 11 mai ;
  • Reconnaissance de la contamination au Covid-19 comme accident du travail et maladie professionnelle.

Pour plus de détails, consultez la « fiche reprise » Exploitation ou demandez-la à vos délégués CGT.

Un certain nombre de directions font appel aux volontaires. Par ce biais, l’entreprise cherche à faire accepter aux cheminot-e-s les mesures de protection qu’elle est censée avoir prise, et à s’exonérer de ses obligations en matière de santé et sécurité au travail en suggérant aux agents d’évaluer le risque eux-mêmes.

D’autre part, cette crise devra interroger en particulier sur les organisations qui ont été mises en place à marche forcée ces dernières années. La suppression en masse des emplois, l’introduction d’une polyvalence mal maîtrisée, en sont des exemples. La direction ne peut rester plus longtemps sourde aux revendications de la CGT et des usagers. Les besoins en emplois comme en formations doivent être pris en compte.

Dans ce contexte de crise sanitaire, nos organisations sont mises à l’épreuve. Mais plus que jamais dans ces circonstances, le service public ferroviaire montre toute sa pertinence et sa valeur. C’est grâce à tous les cheminots, quels que soient leur grade ou fonction, que sa continuité est assurée malgré le contexte de pandémie.

La responsabilité première de la direction d’entreprise est donc de prendre toutes les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et protéger la santé physique et mentale des salariés.

Pas de moyens de protection ?

Faites valoir votre droit de retrait de manière collective et coordonnée avec les élus CGT.

Téléchargements

TEMPS DE TRAVAIL EFFECTIF !

Circulation et Commercial : temps d'habillage & remise de service

| Exploitation

Avec la pandémie Covid-19, la protection sanitaire des agents et des usagers dans les gares et postes d’aiguillage repose en grande partie sur une adaptation importante des gestes métiers.

Cette dernière doit également répondre à l’exigence de continuité du Service Public et garantir un cadre de sécurité ferroviaire maximal.

Parmi ces gestes métiers, la Fédération CGT des Cheminots revendique depuis de nombreuses années la reconnaissance en temps de travail du temps d’habillage et de remise de service.

En pleine crise sanitaire, la légitimité de cette revendication est renforcée par l’allongement des phases d’habillement et de préparation des postes de travail au commercial et à la circulation.

REMISE DE SERVICE

Avant l’accord collectif d’entreprise sur l’organisation du temps de travail de juin 2016, l’article 3 du RH077 stipulait : « N’est pas compris dans la durée journalière de service : Pour les agents relevant du titre II, le temps strictement nécessaire à la transmission du service entre agents assurant un même service (…) ».

Cette phrase permettait à la direction de justifier la non prise en compte de la remise de service dans le temps de travail des cheminots.

Aujourd’hui, un document de sécurité (DC01477 Version 2) précise que les agents sédentaires doivent échanger par écrit et/ou verbalement un certain nombre d’informations.

L’accord d’entreprise n’exclut plus que la remise de service soit comptée comme du temps de travail effectif.

Les remises de service instantanées n’existent pas !

Pour la Fédération CGT des cheminots, des chevauchements d’un minimum de 15 minutes sont nécessaires pour effectuer les remises de service et répondre à la double injonction :

  • De sécurité : c’est le temps minimum requis pour transmettre l’ensemble des informations et consignes réglementaires à la relève.
    La remise de service se fait par écrit, au travers du carnet d’enregistrement des dépêches, mais aussi verbalement.
    De plus, afin de garantir une bonne transmission des informations entre agents et un haut niveau de service et de sécurité, nombre d’éléments sont donnés verbalement à ce moment entre agents, tels que : les informations sur les incidents vécus au cours du service, les retards, les trains à venir, les commandes ou suppressions de trains, les dérangements en cours et leurs conséquences, l’information sur l’occupation des voies, la maintenance des installations, les informations et particularités sur les travaux en cours et à venir, les modifications réglementaires entrant en vigueur, les particularités liées aux gares encadrantes, etc.
  • Horaire : l’article 7 du GRH00006 Version 4 stipule explicitement que les salariés sont tenus de respecter strictement les heures de service qui leur sont fixées.
    SNCF Réseau réajuste la procédure concernant la prise et la remise de service, mais elle omet délibérément le chevauchement. Or dans le contexte actuel, le temps nécessaire qui leur est consacré doit conjuguer les impératifs sanitaires avec les contraintes réglementaires et horaires !
    Les mesures liées au Covid-19 augmentent le temps nécessaire à la préparation de la prise de poste :

    • Nettoyage des leviers, claviers d’ordinateurs, souris ;
    • Mise en place des protections (films plastiques type « alimentaire ») ;
    • Nettoyage des poignées de portes ;
    • Etc.

Pour la Fédération CGT des cheminots, l’application stricte des gestes barrière ne doit avoir aucune incidence sur la durée journalière de service.

Ce temps doit donc être intégré dans les journées de service et décompté comme du temps de travail, soit 15 mn au minimum par remise de service, quel que soit le régime de travail.

TEMPS D’HABILLAGE / DÉSHABILLAGE

L’art 3.2 du GRH 00006 précise : « Dès lors que certaines fonctions nécessitent le port d’une tenue professionnelle, et en particulier dans les fonctions en contact habituel et direct avec la clientèle, le port d’une tenue professionnelle complète, fournie par l’EPIC employeur, est une obligation de service. »

De son côté, l’art L 3121-3 Modifié par LOI n°2016-1088 du 8 août 2016 – art. 8 du Code du travail stipule : « Le temps nécessaire aux opérations d’habillage et de déshabillage, lorsque le port d’une tenue de travail est imposé par des dispositions légales, des stipulations conventionnelles, le règlement intérieur ou le contrat de travail et que l’habillage et le déshabillage doivent être réalisés dans l’entreprise ou sur le lieu de travail, fait l’objet de contreparties. Ces contreparties sont accordées soit sous forme de repos, soit sous forme financière. »

Or, les textes règlementaires de l’entreprise n’en tiennent pas compte ! De plus, le ministère de la santé est formel, le virus reste sur la tenue de travail.

La Fédération CGT des cheminots revendique :

  • Le temps nécessaire pour les agents concernés de se changer avant et après la prise de poste, notamment pour empêcher la propagation du virus dans leur cellule familiale.
    Les mesures liées au Covid-19 contraignent les phases d’habillage/déshabillage :

    • Nettoyage des vêtements de travail à 65°C ;
    • Lavage des tenues après chaque journée de service ;
    • Fourniture de sacs et lieux spécifiques et délimités d’entreposage des tenues ;
    • Etc.
  • La mise en conformité de l’art. 3.2 du GRH0006 avec l’art. L.3121-3 du Code du travail.

N’ATTENDONS PAS LE « JOUR D’APRÈS »

EXIGEONS DÈS AUJOURD’HUI  LA SATISFACTION DE NOS REVENDICATIONS !

Téléchargements

LA GO-PRO AU PLACARD !

Sûreté

| ASCT

La direction a déployé depuis plusieurs semaines des caméras Go-Pro à l’usage des ASCT et des agents d’escale au motif d’améliorer la sûreté à bord des trains et dans les gares. En réalité, seule la présence en gare et dans les trains est de nature à améliorer la sûreté.

Jugeant cette expérimentation illégale, la Fédération CGT des cheminots a saisi la CNIL. Elle confirme cette analyse.

Les ASCT et les agents d’Escale, même volontaires, ne sont pas autorisés à porter de tels dispositifs.

La Direction doit donc immédiatement stopper son expérimentation !

En juin 2019, la Fédération CGT des cheminots était alertée sur l’existence d’une note du service de la direction de la sécurité prévoyant le déploiement de caméras-piéton dans différents établissements. En toute discrétion, elle autorisait 4 établissements à tester le port de ces caméras auprès d’agents d’escale et de trains, sous couvert de leur volontariat. Quelques jours plus tard, des dossiers prévoyant l’extension de cette expérimentation à 17 autres établissements étaient présentés aux élus des CSE concernés.

Dès connaissance de ces faits, la CGT s’est donc attelée à vérifier la légalité de telles expérimentations.

En effet, la loi et un décret d’application autorisent les cheminots de la SUGE à disposer d’une Go-Pro. Mais elle en circonscrit rigoureusement le recours à ces seuls agents !

S’appuyant sur plusieurs avis juridiques confirmant le caractère manifestement illégal de l’expérimentation, la Fédération CGT des cheminots a donc provoqué une rencontre avec la direction Voyages en juillet et adressé un courrier à la direction de la sécurité.

Malgré nos interventions et arguments juridiques, la direction a décidé de maintenir son cap. Une DCI a donc été déposée par la CGT au cours de laquelle la direction a continué à camper sur ses positions, allant jusqu’à s’appuyer sur un projet de texte de loi pour justifier de l’extension de l’usage des caméras individuelles aux agents des gares et des trains !!

Devant tant d’inconséquence, la CGT a donc saisi la CNIL.

Sa position est sans équivoque :

« A défaut d’une disposition législative adéquate, […] le déploiement d’un tel dispositif auprès d’agents en gare et contrôleurs, même au titre d’une expérimentation, ne saurait pouvoir être considéré comme légal. »

Par ailleurs, saisie par la SNCF en juin 2019 pour une demande de conseil sur ce projet, la CNIL lui avait déjà indiqué par courrier le 19 novembre 2019, « qu’un encadrement législatif, spécifique et adapté aux dispositifs de caméras mobiles était nécessaire compte tenu des nombreuses questions en matière de respect des libertés individuelles soulevées par de tels dispositifs. »

Le cadre légal n’en autorise l’usage à titre expérimental, qu’à compter du 1er juillet 2020 !

C’est donc parfaitement avisée du caractère illégal de son projet que la direction en maintient sciemment le déploiement !

Elle a pourtant toutes les raisons de le stopper. Y compris pour se mettre en conformité avec l’engagement pris par Farandou le 29 novembre 2019, d’une pause dans les projets des Activités, « pour évaluer l’intérêt des réorganisations prévues au regard des leurs enjeux et des bénéfices attendus sur le terrain » et « pour permettre une construction apaisée, pragmatique et en proximité » « du projet industriel et de service de la nouvelle SNCF » !

A l’inverse, elle démontre, une nouvelle fois, son absence de considération pour les cheminots et le peu de valeur de sa parole !

CAMÉRA-PIÉTON SANS CADRE LÉGAL, QUELS RISQUES ?

La direction, par son entêtement, expose délibérément et inutilement les cheminots concernés à d’éventuelles poursuites juridiques en cas de plaintes déposées par des usagers. De plus, même en cas d’agression, aucune image prise dansce contexte ne serait jugée recevable par la justice.

C’est pourquoi, la Fédération CGT des cheminots invite l’ensemble des agents des trains et des Escales à refuser le port de la caméra-piéton et à la remiser au placard.

La Fédération CGT a adressé un courrier au nouveau directeur de la sûreté du groupe SNCF exigeant l’arrêt immédiat de l’expérimentation.

Dans le cas contraire, elle en tirera les conclusions qui s’imposent et prendra ses responsabilités.

Téléchargements

LES VENDEURS NE DOIVENT PAS PASSER À LA CAISSE !

Classification et rémunération

| Exploitation

Dans le cadre des discussions sur le volet « classification des métiers et rémunération » de la CCN, l’UTP (Union des Transports Publics), le patronat de la branche ferroviaire a dévoilé son projet.

Le document remis par l’UTP démontre son intention d’accentuer la polyvalence, tout en tirant la rémunération vers le bas.

Tous les cheminots de la branche ferroviaire, contractuels et statutaires, sont concernés.

Depuis 2018, les dispositions statutaires liées à la rémunération et à la progression professionnelle peuvent être modifiées unilatéralement par la Direction SNCF.

L’ULTRA POLYVALENCE ET LA SOUS RÉMUNÉRATION POUR LES VENDEURS

Ainsi, pour l’UTP, au-delà de ses tâches relatives à la commercialisation des produits et des services, un vendeur devra réaliser les missions de LAF (Lutte Anti-Fraude), d’accueil, de prise en charge des voyageurs, tout en contribuant à la régularité des trains.

Une explosion des tâches dans le seul objectif de réaliser des gains de productivité quelles qu’en soient les conséquences sur les conditions de travail des cheminots.

Quant à la rémunération et au déroulement de carrière des vendeurs repris dans le projet de l’UTP, ils relèvent d’une provocation ou d’un profond mépris.

En effet, alors que la rémunération des vendeurs est l’une des plus faibles de la branche ferroviaire, le patronat souhaite encore la réduire.

Le patronat refuse de reconnaître les diplômes obtenus par les salariés lors de leur embauche ou en cours de carrière s’ils ne sont pas immédiatement utilisables.

Pour la CGT, tous les diplômes doivent être reconnus et les salariés positionnés ou repositionnés dans la grille de rémunération en adéquation avec le niveau du diplôme.

La CGT revendique une méthode de classification avec une description fine et exhaustive des emplois.

Elle permet les parcours professionnels, interdit une polyvalence accrue et garantit une équité entre les différents emplois.

Pour interdire toutes formes de dumping social dans la branche ferroviaire, cette classification est fortement normative et ne permet aucune interprétation.

En matière de rémunération, la Fédération CGT des Cheminots revendique :

  • Une nouvelle grille de rémunération pour l’ensemble des cheminots de la branche ferroviaire, avec 9 classes (3 Exécution, 2 Maîtrises, 2 Cadres, 2 Cadres Supérieurs) ;
  • La reconnaissance de la technicité croissante des vendeurs et télé vendeurs ;
  • Un déroulement de carrière automatique sur les positions de rémunération de la grille avec un délai maximum de 4 ans sur la même position ;
  • La mise en place d’un treizième mois de branche ;
  • Une majoration par ancienneté atteignant 32,9% pour 37 années de carrière.

La CGT revendique que la réussite aux formations ASCVG et TC soit qualifiante.

LE 05 DÉCEMBRE 2019 ENSEMBLE, GAGNONS SUR NOS REVENDICATIONS

Téléchargements

À L’ESCALE, UN DÉCLASSEMENT ET UNE POLYVALENCE INTOLÉRABLES !

Classification et rémunération

| Exploitation

L’UTP, le patronat de la branche ferroviaire, a communiqué son projet de « classification des emplois et de rémunération » pour la Convention Collective Nationale.

Le patronat a l’intention d’accentuer la polyvalence, tout en tirant la rémunération vers le bas.

Tous les cheminots de la branche ferroviaire, contractuels et statutaires, sont concernés. Depuis 2018, les dispositions statutaires liées à la rémunération et à la progression professionnelle peuvent être modifiées unilatéralement par la Direction SNCF.

 

L’ULTRA POLYVALENCE ET LA SOUS RÉMUNÉRATION À L’ESCALE

Pour les cheminots de l’escale du service du train, l’UTP a l’intention d’ajouter les missions commerciales de vente, de distribution, d’accueil et d’information voyageurs à leurs missions liées à l’exécution du plan de transport (sécurité et mouvement).

Si les cheminots de l’accueil et de l’information voyageurs relèvent bien de la même filière commerciale que les vendeurs, l’UTP a l’intention d’exploser leurs tâches en les cumulant dans le seul objectif de réaliser des gains de productivité.

Quant à la rémunération et au déroulement de carrière repris dans le projet de l’UTP, ils relèvent d’une provocation ou d’un profond mépris.

D’ailleurs, le déclassement des Chefs d’Escale dans le projet de classification et de rémunération de l’UTP est éloquent.

Le patronat refuse de reconnaître les diplômes obtenus par les salariés lors de leur embauche ou en cours de carrière s’ils ne lui sont pas immédiatement utilisables ou profitables.

Pour la CGT, tous les diplômes doivent être reconnus et les salariés positionnés ou repositionnés dans la grille de rémunération en adéquation avec le niveau du diplôme.

La CGT revendique une méthode de classification avec une description fine et exhaustive des emplois.

Elle permet les parcours professionnels, interdit une polyvalence accrue et garantit une équité entre les différents emplois.

Pour interdire toutes formes de dumping social dans la branche ferroviaire, cette classification est fortement normative et ne permet aucune interprétation.

EN MATIÈRE DE RÉMUNÉRATION, LA FÉDÉRATION CGT DES CHEMINOTS REVENDIQUE :

    • Une nouvelle grille de rémunération pour l’ensemble des cheminots de la branche ferroviaire, avec 9 classes (3 Exécution, 2 Maîtrises, 2 Cadres, 2 Cadres Supérieurs) ;
    • Un déroulement de carrière automatique sur les positions de rémunération de la grille avec un délai maximum de 4 ans sur la même position ;
    • • La reconnaissance de la technicité des cheminots de l’escale ;
    • La mise en place d’un treizième mois de branche ;
    • Une majoration par ancienneté atteignant 32,9% pour 37 années de carrière ;
    • Que la réussite à la formation d’ASCVG, de TC, d’AMV et de TTMV soit qualifiante.

LE 05 DÉCEMBRE 2019, ENSEMBLE, GAGNONS SUR NOS REVENDICATIONS

Téléchargements

VERS UN DÉCLASSEMENT DES MÉTIERS DE LA CIRCULATION ?

Classification et rémunération

| Exploitation

L’UTP, le patronat de la branche ferroviaire, a dévoilé son projet en matière de « classification des emplois et de rémunération » de la Convention Collective Nationale (CCN).

Le document remis par l’UTP démontre son intention de déclasser les métiers de la circulation en tirant la rémunération vers le bas.

Tous les cheminots de la branche ferroviaire, contractuels et statutaires, sont concernés.

Depuis 2018, les dispositions statutaires liées à la rémunération et à la progression professionnelle peuvent être modifiées unilatéralement par la Direction SNCF.

 

 

La rémunération et le déroulement de carrière repris dans le projet de l’UTP relèvent d’une véritable provocation ou d’un profond mépris.

Le projet de l’UTP sous-qualifie les métiers de la circulation. Il méprise la technicité de nos métiers.

Les niveaux de rémunération et le déroulement de carrière que souhaite inscrire l’UTP dans la convention collective nationale sont même plus bas que ceux de la SNCF, pourtant insuffisants.

Alors que les cheminots des métiers de la circulation revendiquent une meilleure reconnaissance, nul doute que toutes les entreprises ferroviaires et notamment la SNCF s’aligneront sur le moins disant social inscrit dans la CCN.

Le patronat refuse de reconnaître les diplômes obtenus par les salariés lors de leur embauche ou en cours de carrière s’ils ne lui sont pas immédiatement utilisables ou profitables.

Pour la CGT, tous les diplômes doivent être reconnus et les salariés positionnés ou repositionnés dans la grille de rémunération en adéquation avec le niveau du diplôme.

La CGT revendique une méthode de classification avec une description fine et exhaustive des emplois.

Elle permet les parcours professionnels, interdit une polyvalence accrue et garantit une équité entre les différents emplois.

Pour interdire toutes formes de dumping social dans la branche ferroviaire, cette classification est fortement normative et ne permet aucune interprétation.

EN MATIÈRE DE RÉMUNÉRATION, LA CGT REVENDIQUE :

  • Une nouvelle grille de rémunération pour l’ensemble des cheminots de la branche ferroviaire, avec 9 classes (3 Exécution, 2 Maîtrises, 2 Cadres, 2 Cadres Supérieurs) ;
  • Un déroulement de carrière automatique sur les 38 positions de rémunération de la grille avec un délai maximum de 4 ans sur la même position ;
  • La reconnaissance de la technicité des cheminots de la circulation ;
  • La mise en place d’un treizième mois de branche ;
  • Une majoration par ancienneté atteignant 32,9% pour 37 années de carrière ;
  • Que la réussite à la formation d’AMV et de TTMV soit qualifiante.

Seule la mobilisation massive des cheminots pourra tordre la trajectoire que veut imposer le patronat de la branche ferroviaire.

LE 05 DÉCEMBRE 2019,  ENSEMBLE, GAGNONS SUR NOS REVENDICATIONS

Téléchargements

POLYVALENCE ET SOUS RÉMUNÉRATION À LA MANŒUVRE

Classification et rémunération

| Exploitation

Dans le cadre des discussions sur le volet « classification des métiers et rémunération » de la CCN, l’UTP (Union des Transports Publics), le patronat de la branche ferroviaire a dévoilé son projet.

Le document remis par l’UTP démontre son intention d’accentuer la polyvalence, tout en tirant la rémunération vers le bas.

Tous les cheminots de la branche ferroviaire, contractuels et statutaires, sont concernés.

Depuis 2018, les dispositions statutaires liées à la rémunération et à la progression professionnelle peuvent être modifiées unilatéralement par la Direction SNCF.

L’ULTRA POLYVALENCE ET LA SOUS RÉMUNÉRATION :

L’UTP souhaite une explosion des tâches dans le seul objectif de réaliser des gains de productivité quelles qu’en soient les conséquences sur les conditions de travail des cheminots.

Ainsi, pour l’UTP, les agents de manoeuvre devront réaliser la maintenance légère sur les wagons et répondre aux besoins de service et de sécurité des voyageurs.

Quant à la rémunération et au déroulement de carrière repris dans le projet de l’UTP, ils relèvent d’une provocation ou d’un profond mépris.

Le patronat refuse de reconnaître les diplômes obtenus par les salariés lors de leur embauche ou en cours de carrière s’ils ne sont pas immédiatement utilisables.

Pour la CGT, tous les diplômes doivent être reconnus et les salariés positionnés ou repositionnés dans la grille de rémunération en adéquation avec le niveau du diplôme.

La CGT revendique une méthode de classification avec une description fine et exhaustive des emplois.

Elle permet les parcours professionnels, interdit une polyvalence accrue et garantit une équité entre les différents emplois.

Pour interdire toutes formes de dumping social dans la branche ferroviaire, cette classification est fortement normative et ne permet aucune interprétation.

En matière de rémunération, la Fédération CGT des Cheminots revendique :

  • Une nouvelle grille de rémunération pour l’ensemble des cheminots de la branche ferroviaire, avec 9 classes (3 Exécution, 2 Maîtrises, 2 Cadres, 2 Cadres Supérieurs) ;
  • Un déroulement de carrière automatique sur les positions de rémunération de la grille avec un délai maximum de 4 ans sur la même position ;
  • La reconnaissance de la technicité des cheminots de la manoeuvre ;
  • La mise en place d’un treizième mois de branche ;
  • Une majoration par ancienneté atteignant 32,9% pour 37 années de carrière.

La CGT revendique que la réussite à la formation AMVM soit qualifiante.

Seule la mobilisation massive des cheminots pourra tordre la trajectoire que veut imposer le patronat de la branche ferroviaire.

LE 05 DÉCEMBRE 2019

ENSEMBLE, GAGNONS SUR NOS REVENDICATIONS

Téléchargements

MONSIEUR FARANDOU, RÉOUVREZ LES GARES ET LES GUICHETS !

Rassemblement gares/guichets

| Espace presse

700 cheminots ont répondu présent à l’appel de la Fédération CGT ce 5 novembre face à la Gare du Nord.
Au climat social extrêmement tendu à la SNCF, viennent s’ajouter les restructurations, notamment concernant les gares et les guichets.
Il faut changer de cap !

Après avoir réuni 500 cheminots jeudi 31 octobre au coeur de Rungis pour la relance du train des primeurs, la Fédération CGT a permis le rassemblement de plusieurs centaines de cheminots venus de toute la France ce jour.

Rejoints par des élus et des associations d’usagers, les cheminots ont exigé la réhumanisation des gares et des trains ainsi que la réouverture des guichets sur l’ensemble du territoire.

En effet, la stratégie jusqu’au-boutiste de l’ex-président a conduit à refermer des guichets en masse et à supprimer plus de 900 postes de vendeurs depuis début 2019.

En parallèle, il a fait le choix de transformer les gares en véritables centres commerciaux afin de faire rentrer du «cash».

Les usagers et les cheminots contestent avec force ces décisions qui concourent à faire reculer le service public ferroviaire, notamment dans les zones rurales.

Le nouveau président de la SNCF promet un changement de cap. Nous jugerons sur les actes.

Il annonce un objectif de réduction des files d’attente d’ici à l’été prochain. La CGT cheminots considère qu’il faut être plus offensif ! Ainsi, la direction SNCF doit dès maintenant utiliser les ressources internes existantes, puisque nombre de cheminots ayant perdu leur poste suite à des restructurations ont été placés dans des « pôles emplois » internes.

Il faut également lancer immédiatement une campagne de recrutements avant la fin de l’année afin de couvrir les besoins.

Enfin, la direction doit présenter aux usagers et aux cheminots un plan précis, chiffré, d’envergure nationale, sur la réhumanisation des gares et la réouverture des guichets.

La Fédération CGT salue les cheminots qui s’investissent massivement dans les actions qu’elle propose.

Dans une entreprise qui subit les assauts incessants du Gouvernement et la direction SNCF, ils sont encore et toujours debout pour défendre ce qu’ils considèrent être juste : l’intérêt général !

A chaque étape franchie, les cheminots participent de la construction du rapport de forces qui doit nous conduire vers une action majoritaire sur les sujets d’entreprise et nos conditions sociales.

« Je ne perds jamais. Soit je gagne, soit j’apprends. »

Nelson MANDELA.

Téléchargements

LES CHEMINOTS EN MASSE, GARE DU NORD, LE 05 NOVEMBRE !

Service Public Ferrovaire SNCF

| Espace presse

Alors qu’une tension palpable s’installe dans la durée au sein de la SNCF, la direction continue de jeter de l’huile sur le feu en cassant le service public ferroviaire.

Parmi les attaques : la fermeture massive des gares et des guichets.

Dans les gares, en Ile-De-France et en régions, les conditions de vie et de travail sont intolérables. Cependant, alors que la Direction compte accélérer cette trajectoire, la colère des cheminots monte et s’exprime dans de nombreuses régions.

Tout se met en place pour qu’il n’y ait bientôt plus de cheminots dans les gares.

Les incessantes réorganisations, les suppressions d’emplois, les mobilités contraintes, l’ultra polyvalence et la précarisation, conduisent à une véritable souffrance au travail.

La gare est davantage devenue un centre commercial qu’un espace avec les moyens nécessaires à une production ferroviaire de qualité.

D’ailleurs, « le pacte ferroviaire » consacre cet objectif de faire de « l’argent » avec le patrimoine ferroviaire et d’externaliser massivement.

Les espaces destinés aux guichets et aux Escales dans les gares, sont réduits afin de laisser la place aux commerces.

La Direction et le Gouvernement utilisent également l’abaissement des normes de sécurité ferroviaire pour réduire les effectifs.

Il s’agit de supprimer un maximum de missions réalisées par les cheminots de l’Escale et d’externaliser celles qui restent, accélérant ainsi la déshumanisation des gares.

En l’espace de 7 mois, plus de 900 emplois ont été supprimés aux guichets, alors que les usagers refusent d’être contraints à utiliser uniquement le digital.

Les files d’attente aux guichets s’allongent. Les vendeurs restants subissent l’incompréhension légitime et la colère des usagers.

Sous-effectifs, précarisation de l’emploi (CDD et intérimaires), impossibilité de vendre certains billets, matériel obsolète, mépris des compétences par la Direction… conduisent rapidement à une perte de sens du travail.

Tous les cheminots ont donc intérêt à s’unir pour lutter contre la déshumanisation des gares, l’externalisation, les suppressions d’emplois et l’horizon que dessine la Direction.

C’est pourquoi, il faut exiger, immédiatement, la réouverture de 1 000 guichets sur le territoire.

La Fédération CGT appelle donc les cheminots à se rassembler massivement à 13h00, le 05 novembre, devant la Gare du Nord à Paris, afin d’exiger le maintien et la réouverture des gares et des guichets.

CONTACT SERVICE
PRESSE
COMMUNICATION
Cédric ROBERT
Tél : 01 55 82 84 32
Contact presse

Téléchargements

Solidarité grévistes cheminots - grève retraites

Actions

La vraie info - Le JT des cheminots

Dans les médias

25 mai 2020

A partir de septembre, les conducteurs de train seront seuls à bord de la ligne Belfort-Besançon

Dans une lettre ouverte, la CGT s'indigne de la mise en place d'une nouvelle organisation sur la ligne TER Belfort-Montbéliard-Besançon à partir du 1er septembre. Les contrôleurs SNCF disparaîtront des wagons et les conducteurs de trains seront seuls à bord.[…]

Lire la suite

Voir les autres articles

L'édito

Liste des actualités

Lexique

Contacts

J'adhère

Bandeaux publicitaires

  • Les pétitions, ça ce signe ici.